Posts Tagged ‘Affaire DSK’

Le procureur de New York souhaite entendre Banon

juillet 21, 2011

L’avocat de la Française ne s’oppose pas à ce que sa cliente aille témoigner à New York, si une demande officielle d’entraide judiciaire est déposée. Il dit cependant avoir refusé de partager avec le procureur américain les éléments du dossier français.

Deux mois après le début de l’affaire DSK, les dossiers américain et français finissent par se rencontrer. Mardi soir, deux avocats français, David Koubbi, défenseur de Tristane Banon, et Thibault de Montbrial, relais français de l’avocat américain Kenneth Thompson, se sont retrouvés pendant près de trois heures dans le bureau du procureur de New York, Cyrus Vance Jr. Me Koubbi confiait mercredi soir qu’il avait voulu se faire «une idée sur les similitudes ou les différences entre les deux dossiers». Des sources proches du dossier révèlent que le procureur américain va demander à la jeune plaignante française de témoigner dans le volet américain. Selon David Koubbi, «s’il veut l’entendre, il peut le faire dans le cadre d’une entraide internationale» demandée à la France, ce qui lui permettrait d’accéder à l’enquête réalisée par le parquet de Paris. «Le procureur et ses services m’ont demandé de partager avec eux les éléments du dossier Banon, ce que j’ai catégoriquement refusé», a poursuivi l’avocat. Si elle devait l’être, Tristane Banon pourrait donc être entendue à Paris et non à New York.

Jusqu’à présent, l’avocat de Tristane Banon n’avait pas voulu répondre aux appels du pied de Kenneth Thompson, conseil de la plaignante américaine Nafissatou Diallo. Bien que le «séisme» venu des États-Unis soit pour beaucoup dans la décision de Tristane Banon de se tourner elle aussi vers la justice, David Koubbi avait voulu se tenir à distance de la procédure américaine et de toute forme d’«instrumentalisation». L’une des craintes de l’avocat français était de lier le destin judiciaire de Tristane Banon à celui de la victime présumée de New York, et d’en perdre ainsi les commandes. Il aurait alors risqué de voir le dossier de la jeune écrivain à la merci des rebondissements américains, et sa crédibilité conditionnée par celle de Nafissatou Diallo – quand bien même le fonctionnement des systèmes judiciaires demeure très différent d’un côté à l’autre de l’Atlantique.

Depuis que Tristane Banon a décidé de porter plainte, la situation a évolué, notamment avec l’ouverture d’une enquête préliminaire. Les intérêts des deux femmes présentent des convergences, chacune cherchant à consolider son dossier. «Les défenseurs de Nafissatou Diallo sont très excités par cette nouvelle, témoigne un proche du dossier. Il ne faut pas oublier que le procureur n’avait pas hésité, il y a quelques semaines, à parler d’un précédent français.» Grâce à l’organisation de ce rendez-vous new-yorkais, le relais français de Kenneth Thompson, Thibault de Montbrial, offre également à la défense de la femme de chambre du Sofitel l’occasion de gagner du temps, en vue d’un éventuel procès.

Cependant, la mise en œuvre d’une coopération entre les parquets français et américain peut prendre plusieurs semaines, et les conditions de l’audition de Tristane Banon par Cyrus Vance ou l’un de ses représentants n’ont pas encore été définies. Kenneth Thompson n’a pas non plus renoncé à nourrir son dossier grâce à d’autres personnes se disant victimes de DSK. Même si les juristes américains débattent sur la portée juridique d’un témoignage de Tristane Banon et la façon dont il pourrait être intégré au dossier, le procureur comme l’avocat de Nafissatou Diallo ont déjà recensé la jurisprudence qui leur est favorable.

Lefigaro.fr par Laurence De Charette

DSK: mobilisation politique pour Nafissatou Diallo

juillet 10, 2011

INFO LE FIGARO – Un sénateur démocrate, figure centrale de la communauté noire de Harlem, tiendra dimanche une conférence de presse pour demander la poursuite de l’enquête contre Dominique Strauss-Kahn.

Le soutien à la femme de chambre du Sofitel s’organise désormais sur un plan politique et religieux à New York. Dimanche, le sénateur Bill Perkins, un élu démocrate, figure centrale de la communauté noire de Harlem, organise une conférence de presse pour demander au procureur Vance de poursuivre l’enquête et d’aller jusqu’au procès contre Dominique Strauss-Kahn, selon les informations du Figaro. À ses côtés, se tiendront plusieurs leaders associatifs et responsables religieux comme l’imam de la grande mosquée de Harlem, Souleimane Konate, le révérend Curtis, de l’église baptiste, ainsi qu’un représentant de la communauté guinéenne.

«C’est une véritable coalition qui est en train de se monter pour exiger que la victime ait droit à un procès», a expliqué samedi au Figaro l’entourage du sénateur Perkins. Le 6 juillet, après l’annonce par l’accusation de ses doutes sur la crédibilité de Nafissatou Diallo, l’élu démocrate avait déjà écrit au procureur Vance, lui enjoignant de «protéger la plaignante et les autres femmes qui sont régulièrement victimes de faits similaires». Mercredi, lors de la réunion entre l’équipe du procureur et les avocats de DSK, quatre représentants d’une association de policiers noirs américains étaient venus manifester devant le tribunal de Manhattan contre la coloration «raciste anti-noire et anti-femme» que prenait, selon eux, l’affaire.

Ces différents signaux montrent que la défense de la femme de chambre du Sofitel a bien l’intention de maintenir la pression sur le procureur Vance dans une phase décisive du dossier. Et que l’affaire est désormais sortie du strict terrain judiciaire pour atteindre les sphères politiques et communautaires de New York.

Lefigaro.fr par Marie-Amélie Lombard

Affaire DSK : les cartes magnétiques du Sofitel parlent

juillet 5, 2011

INFO LE FIGARO – La femme de chambre n’a pas fait le ménage dans une autre suite avant de déclarer l’agression, selon les expertises.

«L’enquête continue»: c’est le message officiel délivré par le procureur Cyrus Vance vendredi, après la levée de l’assignation à résidence de Dominique Strauss-Kahn. Pourtant, pendant ce long week-end férié d’Independence Day, les spéculations se poursuivent, dans l’attente des prochaines révélations du côté de la défense ou de l’accusation sur un dossier qui tremble sur ses bases.

Plusieurs points restent à éclaircir. Parmi eux, la scène de l’agression au Sofitel décrite par Nafissatou Diallo demeure encore bien mystérieuse. L’idée que la femme de chambre ait pu mentir devant le «grand jury», dans la semaine qui a suivi l’arrestation de DSK, est l’un des principaux éléments ayant sapé sa crédibilité. Mentir sous serment devant ces jurés est un crime, selon les critères américains. Or, selon les informations du Figaro, l’analyse des cartes magnétiques de l’hôtel apportent des précisions sur la chronologie de cette fin de matinée du 14 mai. Elle accrédite le récit initial de la Guinéenne.

Voici le déroulement des faits tel que l’ont reconstitué au Figaro des sources new-yorkaises.

Les expertises des cartes magnétiques donnant accès aux chambres montrent que l’employée ne serait pas allée faire le ménage dans une autre chambre avant de déclarer l’agression, comme le laissait entendre sa dernière version. D’après les relevés de ces cartes, saisis dans les ordinateurs de l’hôtel, la femme de chambre a nettoyé la suite 2820, au 28ème étage, avant d’entrer dans la suite 2806, au même étage, à 12h06. Elle croise alors un employé du room service qui lui indique que la voie est libre.

Puis, après 12h26, la clé magnétique de l’employée ouvre successivement la suite 2820 – pendant une minute au plus – puis la 2806. Le scénario serait donc le suivant: Nafissatou Diallo, après avoir quitté précipitamment la suite occupée par DSK, se réfugie dans la chambre 2820 qu’elle sait inoccupée, avant d’être trouvée par la responsable de son étage. Sa supérieure hiérarchique la conduit alors dans la 2806 pour qu’elle lui explique ce qui vient de se produire et qu’elle reprenne ses esprits. Telle est la version donnée d’emblée aux enquêteurs par la responsable d’étage du Sofitel et par Nafissatou Diallo. Mais la confirmation par les cartes magnétiques n’est parvenue que tardivement à l’accusation. Selon le site Daily Beast, ce n’est que vendredi que le procureur Cyrus Vance a reçu les résultats des expertises. Mais il avait alors déjà rendu publics ses doutes sur la crédibilité de la femme de chambre… A l’origine, seules les données sur les passages dans la suite 2806 avaient été expertisées, a confié au Figaro une source proche de l’enquête.

Retard incompréhensible

Dans ce schéma, les raisons qui ont poussé la plaignante à modifier sa version sur le tard restent bien obscures. «On sous-estime peut-être les problèmes de compréhension d’une femme qui maîtrise mal l’anglais et dont les relations avec les enquêteurs sont devenues très tendues», note un avocat familier des méthodes des limiers de Cyrus Vance.

Voici donc le type d’indices que l’équipe du procureur s’emploie à vérifier en reprenant les déclarations des employés du Sofitel, en recoupant les versions et en les confrontant aux éléments matériels recueillis. Avec un retard incompréhensible, notent les commentaires d’avocats ou procureurs cités par la presse américaine, de plus en plus critiques sur la conduite de l’enquête.

Un autre point soulève encore bien des interrogations: les motivations de Nafissatou Diallo lorsqu’elle est entrée dans la suite de l’ancien patron du FMI. À l’origine, elle expliqua qu’elle avait cru la chambre vide, l’un de ses collègues du room service lui disant que la voie était libre, et qu’elle ne connaissait absolument pas l’identité VIP de son occupant. Des explications corroborées par les premiers interrogatoires de ses collègues du Sofitel. Mais aujourd’hui mises à mal par la personnalité trouble de la jeune Guinéenne, sa relation étroite avec un homme en prison et cette phrase accablante prononcée au téléphone, selon des sources officieuses: «Ne t’inquiète pas, ce type a plein d’argent. Je sais ce que je fais.»

Depuis ces révélations, l’hypothèse d’une femme de chambre ayant l’habitude de relations sexuelles tarifées avec certains clients de l’hôtel ou ayant tenté de soutirer de l’argent à DSK est fortement envisagée. Le New York Post, tabloïd qui fait rarement dans la nuance, a même assuré ce week-end, après avoir traité le Français de «pervers» à la une en mai, que la jeune femme pouvait appartenir à un réseau de prostitution guinéen. Les avocats de DSK maintiennent, eux, leur ligne de défense: «Il n’existe aucun élément démontrant une relation sexuelle non consentie» entre les deux protagonistes. Et c’est par un communiqué cinglant, mais somme toute sibyllin, que Benjamin Brafman et William Taylor ont répliqué dimanche aux rumeurs sur une éventuelle relation tarifée qui aurait mal tourné: «Il n’y a pas eu de dispute entre les parties parce qu’il n’a pas été question d’argent.»

Mouvements suspects sur le compte bancaire de Nafissatou Diallo, épluchage des appels reçus ou donnés depuis les téléphones portables en sa possession: l’équipe du «district attorney» peut encore procéder à d’ultimes vérifications. «Fermer les dernières portes», comme disent souvent les enquêteurs… Mais ils savent aussi qu’après le bref répit du week-end, une immense pression va s’exercer pour que le mot «Fin» s’inscrive au plus vite sur le scandale du Sofitel.

Lefigaro.fr par Marie-Amélie Lombard

Affaire DSK: Nafissatou Diallo serait mariée à un dealer

juillet 3, 2011

Alors que Dominique Strauss-Kahn a pu savourer hier sa première journée de liberté, la crédibilité de sa victime présumée, Nafissatou Diallo, est de plus en plus remise en cause. Ce dimanche, c’est le JDD qui vient apporter de nouvelles révélations. Selon le journal français, Nafissatou était en fait mariée avec un dealer emprisonné, celui qu’elle avait appelé dans les 24 heures qui ont suivi son agression présumée. Le mariage religieux aurait été scellé l’année dernière mais n’aurait pas encore été retranscrit dans les registres d’état. Ce Gambien, rencontré dans le Bronx, serait donc le second mari de Nafissatou Diallo. La famille de cette dernière aurait été au courant de cette union mais aurait ignoré les activités du mari. « Elle nous a dit qu’il avait été emprisonné pour des problèmes d’immigration, de papier et de travail illégal. Jamais elle n’a parlé d’affaires de drogue », explique un membre de sa famille.

Le New York Post, quant à lui, va encore plus loin dans les révélations en affirmant que la plaignante avait un train de vie bien supérieur à ses revenus. D’après le tabloïd new-yorkais, qui dit s’appuyer sur des confidences faites par des enquêteurs travaillant pour la défense de Dominique Strauss-Kahn, Nafissatou Diallo aurait pu monnayer des services sexuels auprès de certains clients du Sofitel de New York. Autrement dit, le quotidien suggère que la femme de chambre exerçait occasionnellement un autre métier : celui de prostituée. Toujours selon le New York Post, elle aurait en outre été placée au Sofitel en raison des pourboires élevés versés par les clients.

Déposition accablante

Le New York Times, enfin, a donné quelques précisions concernant la conversation téléphonique entre Nafissatou Diallo et son mari, après son agression présumée. D’après le quotidien new-yorkais, les autorités auraient eu connaissance de l’enregistrement une semaine après l’arrestation de DSK. La traduction de la discussion en langue peule ne s’est achevée que mercredi. « Ne t’inquiète pas, ce type a plein de fric. Je sais ce que je fais », affirme Nafissatou à son interlocuteur. C’est ce jour-là que les enquêteurs ont commencé à avoir de sérieux doutes sur la crédibilité de la plaignante. Toujours d’après le New York Times, les confrontations avec les procureurs seraient devenues progressivement tendues. Tout d’abord calme, Nafissatou Diallo aurait par la suite éclaté en sanglots et se serait effondrée par terre lors de ses dépositions. Il lui serait aussi arrivé de ne plus communiquer pendant des jours avec les enquêteurs. Sa dernière déposition, jeudi dernier, aurait été accablante. Lorsque les enquêteurs lui ont présenté ses relevés prouvant des dépôts de milliers de dollars sur des comptes ouverts à son nom, elle se serait recluse dans le silence et se serait tournée vers son avocat en quête de conseils.

Autant d’éléments qui pourront servir la défense de DSK, notamment lors de l’audience du 18 juillet prochain qui a été maintenue. Les poursuites engagées contre Dominique Strauss-Kahn n’ont en effet pas été abandonnées. Mais les perspectives judiciaires de l’affaire semblent favorables à l’ex-patron du FMI. « En remettant en cause lui-même la crédibilité de l’accusatrice et en faisant cette annonce à la planète entière, le procureur Cyrus Vance a terriblement compromis son dossier, explique l’avocat franco-américain Christopher Mesnooh au Parisien. Il est désormais très mal positionné et il prendrait le risque de se ridiculiser en allant jusqu’au procès. »

Elle.fr par Axelle Szczygiel

Pour les proches de DSK, c’est la fin d’un « cauchemar affreux »

juillet 1, 2011

RÉACTIONS – Le rebondissement sur les doutes autour de la crédibilité de la plaignante fait le bonheur des proches de l’ex-patron du FMI…
Un mois et demi après le «coup de tonnerre» de l’arrestation de DSK à New York pour des accusations de viol, les proches de DSK respirent mieux ce vendredi matin. Les doutes du bureau du procureur sur la crédibilité de la femme de chambre qui a porté les graves accusations pourraient en effet faire tombe les accusations. «C’est une nouvelle incroyable pour Dominique, pour Anne Sinclair, pour sa famille. Je pense qu’ils ont sans doute l’impression ce matin de se réveiller d’un cauchemar affreux», a expliqué sur France 2 Jean-Marie Le Guen, le député de Paris proche de DSK.

«Nous avons de l’espoir et nous allons suivre maintenant les événements avec beaucoup d’attention et beaucoup d’espoir», a-t-il ajouté. Le député a fait le tour des rédactions puisque sur BFM TV que l’ex-patron du FMI devait être «libéré de toutes ses contraintes et de l’opprobre». «La justice américaine doit réhabiliter DSK», a-t-il insisté.

«J’espère que DSK sera réhabilité»

Et si toutes les accusations tombaient, DSK pourrait-il revenir dans le jeu politique français? «Ses proches ont beaucoup souffert aussi, il faut donc d’abord réparer cette souffrance puis ensuite faire face aux événements avec clairvoyance», a répondu le socialiste. Mais «dans les mois qui viennent, la parole de DSK sera décisive pour notre pays», a-t-il dit, précisant sur I-télé un peu plus tard que DSK prendrait sûrement sa part dans la campagne socialiste, sans préciser laquelle.

«J’espère que DSK sera réhabilité», a également réclamé sur BFM TV, Michel Sabban, vice-présidente du Conseil régional d’Ile-de-France, a également réclamée

Autre socialiste proche qui soutenait DSK, Claude Bartolone a exprimé son «soulagement» sur BFM TV. Le président du Conseil général de Seine-Saint-Denis a ajouté qu’il espérait que DSK retrouve «le plus vite possible sa liberté et dise sa vérité». Quand il lui est demandé si DSK redevenait le meilleur candidat socialiste dans l’hypothèse où il était blanchi, Claude Bartolone a temporisé: «impossible de commenter ce genre de chose». «Pour le moment qu’il s’en sorte personnellement, après on verra», a-t-il dit. Et d’ajouter que «le tapis rouge affectif et amical» lui sera déroulé au PS, se demandant si DSK lui-même aurait envie de replonger. Il devra s’interroger sur «le sens qu’il veut donner à son existence après son passage dans la machine à laver judiciaire».

20 minutes.fr par Maud Pierron