Posts Tagged ‘affirmation’

États-Unis: Donald Trump affirme avoir reçu la visite du FBI

août 8, 2022
Les bâtiments principaux du club Mar-a-Lago, entourés de palmiers.

Les bâtiments principaux de Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride, résidence de Donald Trump Photo : Radio-Canada/Ivanoh Demers

L’ancien président américain Donald Trump a annoncé lundi que sa célèbre résidence de Floride, Mar-a-Lago, avait été « perquisitionnée » par la police fédérale (FBI).

Notre nation vit des jours sombres, ma belle demeure, Mar-a-Lago à Palm Beach, en Floride, est assiégée et a été perquisitionnée et occupée par de nombreux agents du FBI, a-t-il déclaré dans un communiqué, se disant victime d’une persécution politique.

Après avoir travaillé et coopéré avec les agences gouvernementales concernées, [je trouve que] cette perquisition non annoncée de mon domicile n’était ni nécessaire ni appropriée, a-t-il affirmé.

« Ils ont même forcé mon coffre-fort. »

Contacté par l’AFP, le FBI, qui n’a pas encore confirmé la perquisition, n’a pas souhaité faire de commentaire.

Le républicain n’a pas indiqué les raisons de cette opération policière. Il est lié, de près ou de loin, à plusieurs dossiers judiciaires en cours.

Parti avec 15 boîtes d’archives

L’intervention concernerait la potentielle mauvaise gestion de documents classifiés, qui avaient été envoyés à Mar-a-Lago, a déclaré une source proche du dossier au Washington Post.

La façon dont le milliardaire gérait ses documents officiels lorsqu’il se trouvait à la Maison-Blanche est au cœur de plusieurs enquêtes. L’ancien président est accusé d’avoir délibérément négligé certains de ses dossiers avant leur transmission pourtant obligatoire aux Archives nationales américaines.

Cette agence fédérale avait demandé à la justice américaine d’ouvrir une enquête sur ces faits, selon plusieurs médias américains. Elle avait dû récupérer en Floride 15 cartons de documents que Donald Trump avait emportés avec lui lors de son départ de Washington en janvier 2021.

Dans ces boîtes, des lettres de Barack Obama et du leader nord-coréen Kim Jong-un, une carte des États-Unis qui avait fait l’objet d’échanges houleux avec le service météo américain, mais aussi, selon le Washington Post, plusieurs documents marqués secret défense.

Les Archives nationales assurent que le républicain n’avait en aucun cas le droit de partir avec ces cartons. En vertu d’une loi de 1978, tout président américain doit transmettre l’ensemble de ses courriels, lettres et autres documents de travail à cette agence, chargée de les conserver.

Le personnel de la Maison-Blanche découvrait aussi régulièrement des liasses de papiers bouchant les toilettes, et soupçonnait le président de vouloir se débarrasser de documents, selon un livre à paraître d’une journaliste vedette du New York Times.

L’assaut du Capitole

Les sympathisants de l'ancien président voulaient empêcher la certification des résultats de l'élection présidentielle.

Les partisans de Donald Trump à l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021. Photo : AFP via Getty Images/Alex Edelman

Une commission parlementaire cherche également à faire la lumière sur le rôle que le milliardaire a joué dans l’assaut contre le Capitole le 6 janvier 2021. Ce jour-là, des centaines de ses partisans avaient semé la violence et le chaos à l’intérieur du siège du Congrès, retardant la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle.

Le département de la Justice enquête sur cette attaque, mais n’a pour l’heure pas engagé de poursuites contre l’ancien président. À la fin de juillet, le secrétaire à la Justice Merrick Garland n’avait toutefois pas écarté cette possibilité.

« Nous avons l’intention de faire rendre des comptes à quiconque est responsable pénalement pour [son rôle dans] les événements autour du 6 janvier, dans une quelconque tentative d’interférer avec le transfert légal du pouvoir d’une administration à l’autre. »

Enfin, deux enquêtes, l’une civile et l’autre pénale, sont menées à New York sur des soupçons de fraudes financières au sein de la Trump Organization.

Donald Trump, toujours très populaire parmi les républicains, flirte de plus en plus ouvertement avec l’idée de se présenter à l’élection présidentielle de 2024.

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse

Union africaine: la crise au Mali est l’une des plus graves que traverse l’Afrique |

juillet 14, 2012
Union africaine: la crise au Mali est l'une des plus graves que traverse l'Afrique Union africaine: la crise au Mali est l’une des plus graves que traverse l’Afrique © AFP

La crise actuelle au Mali, dont le nord est passé sous le contrôle de groupes armés, essentiellement islamistes, est « l’une des plus graves » que traverse l’Afrique, a estimé samedi à Addis Abeba le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Jean Ping.

« Il ne fait guère de doute que la situation au Mali est certainement une des crises les plus graves à laquelle est confrontée notre continent », a affirmé Jean Ping, en ouvrant une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA, consacrée à cette crise malienne et aux tensions entre les deux Soudans.

« Sa persistance fait peser un réel danger sur la viabilité de l’Etat malien, ainsi que sur la stabilité et la sécurité régionale », a-t-il ajouté, à la veille du 19e sommet des chefs d’Etat de l’UA, dimanche et lundi dans la capitale éthiopienne.

« Les principes en cause, qu’il s’agisse de la préservation de l’unité et l’intégrité territoriale du pays, du rejet du terrorisme et du refus des changements anticonstitutionnels de gouvernement sont d’une importance capitale pour le continent », a poursuivi M. Ping.

Le président de la Commission a également noté des progrès « lents et inégaux » dans l’application de la « feuille de route » élaborée par l’UA pour tenter de trouver une solution aux tensions persistantes entre les deux Soudans depuis la partition du Soudan en juillet 2011, qui ont débouché entre mars et mai à d’intenses combats à leur frontière commune.

« Mais je note avec beaucoup de satisfaction, l’affirmation récente par les deux pays de leur volonté de revenir à un esprit de partenariat dans leurs négociations » en vue de leurs « conclusions dans les délais prescrits », a poursuivi M. Ping.

Les négociations entre les deux pays ont repris en mai à Addis Abeba, sans réels progrès pour le moment, pour tenter de régler les principaux différends en suspens entre les deux pays: tracé de la frontière, question du pétrole et statut de zones contestées.

Le médiateur de l’UA dans la crise soudanaise, l’ex-président sud-africain Thabo Mbeki doit présenter au CPS son rapport sur l’évolution des négociations.

Jeuneafrique.com avec AFP

Qui fait la littérature?

juin 29, 2012
D’après Aurélie Filippetti, « C’est l’éditeur qui fait la littérature ». Des propos qui mettent en rage le collectif d’auteurs Le droit du serf. 

« C’est l’éditeur qui fait la littérature ». Les propos d’Aurélie Filipetti, ministre de la Culture, interviewée par Actualitte.com en marge de l’assemblée générale du Syndicat nationale de l’édition, sèment la pagaille parmi les auteurs. « L’écrivain ne naît qu’au travers du regard de l’éditeur. Et moi je l’ai ressenti en tant qu’auteur […]… si je n’avais pas eu Jean-Marc Roberts, le résultat n’aurait pas été le même. » (Aurélie Filippetti a publié Les derniers jours de la classe ouvrière, chez Stock, en 2003.) 

L’écrivain Ayerdhal, animateur du collectif d’auteurs Le droit du serf qui milite contre la nouvelle loi sur la numérisation des ouvrages indisponibles, lui répond, toujours sur Actualitte, dans une anaphore digne de François Hollande: « Je récuse l’assimilation de la culture à l’industrie culturelle… Je récuse l’éminence du rôle de l’éditeur dans le processus de création… Je récuse la préséance accordée aux exploitants de la chaîne du livre… Je récuse l’affirmation que l’écrivain ne naît qu’au travers du regard de l’éditeur. » 

Un débat a priori absurde. Difficile de nier le rôle littéraire de l’éditeur qui aide un auteur à rendre son livre plus digeste. Impossible de faire un livre sans son auteur. Ne pourrait-on pas se mettre d’accord? 

Lexpress.fr par