Posts Tagged ‘affliction’

Message de condoléances

août 7, 2013

Chère Liliane, Lilli !

C’est avec une grande consternation et une vive émotion que je viens d’apprendre la mort de votre très chère mère, notre mère, par votre cher époux.

La mort d’une mère est, à la fois, une perte immense et une intense douleur qui frappe durablement au cœur d’une famille. Considérable, irréparable et irremplaçable, elle est une expression d’affliction difficile à supporter et à réaliser.

Dans cette douloureuse épreuve de la disparition de celle qui a donné la vie, assuré l’éducation et préparé une femme à devenir l’épouse d’un époux, d’un homme, aujourd’hui comblé ; c’est un maillon précieux de la gestation humaine qui laisse un vide, à votre endroit et au nôtre. Car son visage, sa voix et ses nombreux gestes vous manqueront à jamais.

Dans la marche du temps, aux pas de la vie et dans la nuit de l’existence, elle a tiré sa révérence, après avoir vécu d’heureux moments avec vous.

Que son âme aux particules heureuses, lumineuses et nombreuses dorées de magnanimité, en sa qualité de douce et de tendre mère, vous consolide dans ce deuil!

Que vos pleurs, vos larmes, vos chants et vos prières l’accompagnent dans le chemin d’éternité !
Que son ombre tutélaire qui plane encore au-dessus de vous dans son voyage d’adieu rentre dans le royaume de lumière !

Vous adresse mes sincères condoléances dans l’assistance unitaire et solidaire pour cette disparition maternelle et temporelle tout en vous apportant ma dose de consolation infinie.

Bernard NKOUNKOU

Repose en paix / Rest in peace

décembre 8, 2012

  

Repose en paix après le triste canular

Le cœur chagriné suivant ton corbillard

Tous tes amis sont dans l’affliction

Malgré ta faute à l’appel d’attention

Le monde est en émoi de ta disparition

Pour ta conscience tu as pris une décision

Finir autrement avec la vie des humains

Sans annoncer à temps ton départ serein

Dans la solitude de ton appartement

Pour avoir divulgué un secret affolant

 

Rest in peace after the sad hoax

The grieved heart following your hearse

All your friends are in affliction

Despite your fault call attention

The world is in turmoil from your diappearence

For your conscience you have taken a decision

Otherwise and end to human life

Without announcing your serene start on time

In the solitude of your apartment

For disclosing a maddening secret.

 

Bernard NKOUNKOU

Les morts les plus stupides

novembre 1, 2012

Sacha Guitry a bien raison : « Il n’y a pas de belle mort. Il y en a qui sont belles à raconter. Mais celles-là, ce sont les morts des autres. » Et les plus belles sont peut-être les plus stupides. Un sextuor d’auteurs érudits et facétieux s’est amusé à répertorier ces disparitions étranges et à les « raconter » dans des notices nécrologiques – ni trop longues, ni trop courtes -, qui ont pour originalité de déclencher le sourire plutôt que l’affliction. Petit florilège.

Le plus gourmand Adolphe-Frédéric de Holstein-Eutin, roi de Suède (1710-1771), n’aurait peut-être pas dû reprendre, pour la quatorzième fois, du semla, cette riche brioche fourrée. Il s’effondre.

Le plus chaud Louis III de France (863-882) poursuit, à cheval, une jeune fille récalcitrante jusqu’à son domicile. Il s’assomme au linteau.

Le plus fêté Le poète Emile Verhaeren (1855-1916) est porté en triomphe par ses fans jusqu’au quai de la gare de Rouen. Bousculade, chute, il est haché menu par un train.

Le plus célèbre Félix Faure (1841-1899), président de la République, succombe de plaisir sous les assauts de sa fameuse « connaissance », la pulpeuse Meg Steinheil (qui sera plus tard poursuivie pour un double assassinat).

Le plus malchanceux Le grand dramaturge autrichien Ödon von Horvath (1901-1938) marche sur les Champs-Elysées, quand une tempête déracine un marronnier. Qui l’écrase.

Le plus stupide Le comédien Julien Carette (1897-1966), formidable dans La Règle du jeu, s’endort cigarette allumée. Sa robe de chambre prend feu. Lui aussi.