Posts Tagged ‘afp’

Congo: Washington condamne l’agression de journalistes de l’AFP et du Monde

mars 24, 2016

Washington – La diplomatie américaine a explicitement condamné jeudi l’agression dont ont été victimes la veille à Brazzaville des journalistes du journal Le Monde et de l’AFP couvrant l’élection présidentielle au Congo, Washington exigeant que soit respectée la liberté d’expression.

Dans la foulée de l’agression le 23 mars de journalistes du Monde et de l’Agence France-Presse, nous appelons le gouvernement de la République du Congo à assurer le respect des libertés d’expression, de rassemblement et de mouvement, a écrit dans un communiqué le porte-parole du département d’Etat Mark Toner.

Le responsable américain a également exhorté les forces de sécurité à rester professionnelles et à continuer de faire preuve de retenue.

Les trois journalistes, accrédités pour couvrir l’élection présidentielle de dimanche au Congo, ont été agressés par quatre individus en civil alors qu’ils sortaient du domicile du candidat de l’opposition Jean-Marie Michel Mokoko. Ce dernier venait de contester devant la presse les résultats préliminaires officiels du scrutin, donnant vainqueur le président sortant Denis Sassou NGuesso avec plus de 67% des voix.

Les hommes se sont présentés comme des policiers, mais ont refusé de leur montrer leurs cartes professionnelles. Ils ont molesté les journalistes, frappant notamment au visage un reporter de l’AFP.

Paris a demandé des explications au Congo, selon le Quai d’Orsay.

Sur la victoire proprement dite du président Sassou NGuesso, le département d’Etat est resté très sobre, disant prendre note des résultats de l’élection présidentielle annoncés par le ministère de l’Intérieur congolais.

En attendant la proclamation des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle, nous appelons tous les candidats et leurs partisans à rester calmes.

Les Etats-Unis demeurent préoccupés par (le manque de) transparence et la crédibilité du processus électoral, notamment sur des informations concernant des irrégularités et sur le blocage prolongé des communications, a encore protesté M. Toner, dont le gouvernement avait déjà exprimé, la semaine dernière avant le scrutin, les mêmes inquiétudes.

Les Etats-Unis ont adopté une position de principe sur les dirigeants de pays africains, réclamant qu’ils ne modifient pas leurs Constitutions pour faire plus de deux mandats présidentiels.

Washington s’est ainsi insurgé contre les changements constitutionnels au Burundi et au Rwanda.

Romandie.com avec(©AFP / 24 mars 2016 20h39)

Libye: au moins 30 morts dans des affrontements tribaux à Sebha

mars 27, 2012

Au moins 30 personnes ont été tuées et plus de 100 autres  blessées dans des affrontements tribaux lundi et mardi à Sebha, a indiqué à  l’AFP un médecin de l’hôpital de cette ville située à 750 km au sud de Tripoli.

« Aujourd’hui (mardi) le bilan est de 15 morts et de 63 blessés », a déclaré  Abdelrahman Arich, ajoutant que 16 personnes avaient été tuées et 60 autres  blessées lundi.  Un précédent bilan arrêté lundi faisait état de 10 morts.

Jeuneafrique.com avec AFP

Mali: des militaires tirent en l’air à Bamako, investissent la radio-TV

mars 21, 2012

Des militaires maliens en colère ont tiré mercredi des coups de feu à Bamako et étaient en train d’investir l’Office de la radio-télévision malienne (ORTM), a constaté un journaliste de l’AFP.

« Nous en avons marre de la situation dans le nord » du pays, en proie à une rébellion Touareg et aux activités de groupes islamistes radicaux, a brièvement affirmé à l’AFP l’un de ces militaires qui étaient plusieurs dizaines dans les rues, tirant des coups de feu en l’air et semant la panique parmi la population.   Quelques heures plus tôt, des soldats avaient manifesté en tirant en l’air dans un camp militaire de Kati, à quinze kilomètres de Bamako, afin de réclamer un armement adapté pour combattre dans le nord.

« Nous voulons des munitions pour aller combattre les rebelles touareg, trop c’est trop », a déclaré un caporal du camp, sous couvert de l’anonymat. « Le ministre de la Défense est venu ce matin à Kati, mais il ne nous a pas convaincus », a-t-il ajouté.

Il a affirmé que les soldats ne voulaient pas « le départ du président de la République », Amadou Toumani Touré. « C’est notre président, mais il faut qu’il règle les choses », selon lui.

Le Mali est confronté depuis le 17 janvier à des attaques du MNLA ( rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad) et d’autres rebelles, dont des hommes lourdement armés qui avaient combattu pour le régime de Mouammar Kadhafi, qui ont pris plusieurs villes du nord du pays.

Jeuneafrique.com

Congo : près de 200 morts dans une série d’explosions à Brazzaville

mars 4, 2012

Près de 200 personnes ont trouvé la mort dimanche dans des  explosions à  Brazzaville. Selon une source  diplomatique contactée à  Brazzaville par l’AFP depuis Kinshasa, les  explosions proviendraient du dépôt  de munitions Mpila, situé dans un  quartier est de Brazzaville, au bord du  fleuve Congo.

Près de 200 personnes ont été tuées et des centaines blessées dans une série  d’explosions dimanche dans un dépôt de munitions à Brazzaville, la capitale du  Congo, a indiqué à l’AFP une source diplomatique européenne. On compte près de 200 morts dans les hôpitaux militaires selon des sources à l’hôpital central confirmant la déclaration de Betu Bangana, chef du protocole de la présidence de la République et environ 1.500 blessés dans un état  plus ou moins grave, a indiqué une autre source jointe par téléphone depuis Paris.  Toujours selon des  sources concordantes, il y aurait également de nombreux blessés admis  dans des hôpitaux civils de la capitale.

« C’est un  dépôt d’armes qui a pris feu a Mpila. C’est à côté de la  présidence.  J’ai vu deux blessés. Un avait une plaie à la jambe et un autre à   l’épaule, sans doute blessés par des maisons qui sont tombées. Chez moi,  un mur  est tombé. Là, on entend des bruits mais moins », a déclaré une  habitante de  Brazzaville à l’AFP.

A  Kinshasa, plusieurs bâtiments près du fleuve ont eu leurs vitres   soufflées, et une église dans le centre ville a eu des vitres brisées et  une  partie de l’édifice se serait effondrée, selon une source  religieuse kinoise.  Un panache de fumée sur la capitale congolaise était visible depuis Kinshasa,  sur la rive d’en face du fleuve Congo.

Court moment de panique à Kinshasa

Une  première forte explosion a été entendue vers 08H00 (07H00 GMT), puis   une seconde une vingtaine de minutes plus tard, et deux autres ont suivi   jusqu’à environ 08h45. Enfin, une dernière forte détonation a été entendue vers  10H45 (9H45 GMT).
Les  explosions ont créé un court mouvement de panique  à Kinshasa dans le  quartier de la résidence présidentielle, situé au bord du  fleuve Congo  et qui fait face à la capitale congolaise. « Ici chez nous c’est   calme, il n’y a pas de problèmes à Kinshasa. Pas de panique, nous  demandons aux  habitants de vaquer à leurs occupations », a déclaré le  directeur de la  télévision nationale en RDC lors d’un message télévisé.
Les   communications téléphoniques entre Kinshasa et Brazzaville, les deux  capitales  les plus rapprochées au monde, étaient très difficiles dans la  matinée.

Jeuneafrique.com avec AFP et Reuters

Explosion d’une voiture piégée à Mogadiscio: le conducteur tué

mars 3, 2012

Une voiture piégée a explosé samedi à Mogadiscio, près d’une  base des soldats burundais de la force de la mission de l’Union africaine en  Somalie (Amisom), le conducteur a été tué, a indiqué un responsable de la  police, qui ne pouvait spécifier s’il s’agissait d’un kamikaze.

« La voiture a explosé alors qu’elle approchait de la base des soldats  burundais.  Le conducteur a été tué et deux passants ont été légèrement  blessés », a déclaré à l’AFP Mohamed Duale, un responsable de la police  somalienne.

« Nous enquêtons pour connaître quelle était la cible de cette attaque, qui  heureusement n’en a atteint aucune », a-t-il ajouté.

Il n’a pu confirmer que le conducteur était un kamikaze, ni même s’il savait  que le véhicule était piégé.

La voiture entrait en ville à vitesse réduite quand elle a explosé, près de  la façade arrière de la base des soldats burundais, selon des témoins.

« Il n’y avait pas beaucoup de gens autour quand la voiture a explosé », a  rapporté à l’AFP l’un des témoins, Ibrahim Ali.

Les insurgés islamistes shebab ont multiplié les attaques suicide ou à la  grenade à Mogadiscio, depuis qu’ils y ont abandonné leurs positions en août,  sous la pression des forces du gouvernement somalien de transition (TFG) et de  l’Amisom.

Egalement sous pression des forces kényanes et éthiopiennes dans le sud et  l’ouest, ils avaient menacé mi-février d’intensifier leur campagne d’attentats à  Mogadiscio.  Début février un kamikaze avait tué au moins 15 personnes dans un  bar près des locaux de la présidence.

Les shebab ont récemment connu leur plus grave revers depuis août, en étant  contraint le 22 février d’abandonner sans combattre un de leurs principaux  bastions, Baïdoa, aux troupes éthiopiennes.

S’ils semblent en difficulté sur le terrain militaire, les experts  avertissent qu’ils sont loin d’être défaits et pourraient désormais privilégier  les actions de guérilla et les attentats.

Jeuneafrique.com avec AFP

Nigeria: cinq morts dans l’attaque d’une mosquée à Kano

février 24, 2012

Des hommes suspectés d’appartenir au groupe islamiste Boko  Haram ont abattu vendredi cinq fidèles en tirant des coups de feu contre une  mosquée de la ville de Kano (nord), ont indiqué la police et des témoins à  l’AFP.

« Deux hommes armés circulant sur une moto ont ouvert le feu sur l’assemblée  des fidèles d’une mosquée vers 18H30 (17H30 GMT) et ont tué cinq personnes »,  selon le porte-parole de la police de Kano, Magaji Majia.

Par ailleurs, des hommes suspectés eux aussi d’appartenir au groupe islamiste  ont lancé vendredi des attaques avec des armes à feu et des bombes contre une  prison et un commissariat dans l’Etat de Gombe (nord), ont déclaré un gardien de  prison et un habitant.

« Nous sommes assiégés.  Un nombre important d’hommes armés ont encerclé la  prison, en tirant et en activant des charges explosives.  Il est clair qu’ils  appartiennent à Boko Haram », a déclaré un gardien de la prison à l’AFP depuis la  prison centrale de Gombe dans laquelle il se trouve.

Jeuneafrique.com avec AFP

Côte d’Ivoire: 3 morts dans des violences

février 13, 2012

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlTrois personnes ont été tuées et près d’une dizaine blessées dans des affrontements impliquant des communautés locales et des militaires à Arrah, dans l’est de la Côte d’Ivoire, a-t-on appris aujourd’hui.
« Il y a eu trois morts hier (dimanche) et aujourd’hui (lundi) », a indiqué à l’AFP une source sécuritaire. Une source médicale a confirmé ce bilan et fait état de « huit blessés, la plupart par balles ».
Des échauffourées entre des habitants autochtones agni d’un côté et de l’autre des éléments des Forces républicaines (FRCI, nouvelle armée) appuyés par des membres de la communauté malinké, ont éclaté dimanche et se sont poursuivies lundi après que les Agni eurent demandé le départ des FRCI de la ville, ont rapporté des témoins.

« Les Malinké se sont opposés au départ des FRCI, ce qui a occasionné des affrontements entre Agni, FRCI et Malinké », a déclaré à l’AFP Louis Kokora, qui a trouvé refuge dans un village voisin. « On entendait des coups de feu, on ne sortait pas », a rapporté un habitant.

Lundi en fin de journée, le calme était revenu à Arrah, où les autorités ont envoyé des renforts, tandis que la mission des Nations unies dans le pays (Onuci) faisait des patrouilles, selon la source sécuritaire. « La tension est là », a cependant souligné un résident.

Lefigaro.fr avec AFP