Posts Tagged ‘Afro-urbains’

Passi : « Les artistes afro-urbains doivent beaucoup au Bisso Na Bisso »

juillet 3, 2022

À l’affiche du film « Le Prince », un drame social signé Lisa Bierwirth, le rappeur franco-congolais frappe par sa justesse dans le rôle d’un diamantaire sans papiers épris d’une Allemande. En parallèle, il continue de défendre la scène africaine avec ses acolytes Sarkodie et Akwaboah.

Passi, à Paris, le 10 juin 2022. © Nyima Marin pour JA

La silhouette est amaigrie, le visage, sans barbe. Oublions le rappeur à chaînette, casquette vissée sur la tête et baskets aux pieds. Oublions aussi les punchlines hardcore qu’il déversait avec le Ministère AMER, groupe culte des années 1990 fondé à Sarcelles, en banlieue parisienne. Pour ce rôle, Passi Balende a perdu environ 7 kg et enfilé un tout autre costume. Celui d’un acteur qui surprend par sa justesse et sa sobriété dans le film, tout aussi délicat, de la cinéaste allemande Lisa Bierwirth.

« Il fallait que l’on oublie Passi à l’écran », confirme le Franco-Congolais né à Brazzaville il y a quarante-neuf ans. Dans Le Prince, il trouve son premier vrai rôle en incarnant Joseph, un diamantaire congolais en attente de régularisation, embourbé dans des combines pour s’en sortir. Déambulant d’un maquis de Francfort à l’autre, il fait bientôt la rencontre de Monika, une galeriste allemande alors en pleine remise en question, personnelle comme professionnelle. Ils s’éprennent l’un de l’autre, alors que tout les oppose.

Un Congolais en Allemagne

Ce n’est pas la première fois que ce touche-à-tout, à qui l’on doit la réalisation de nombreux clips et documentaires musicaux, passe devant la caméra. Dès 2007, il joue un ex-taulard dans No Way!, un film qu’il coproduit, réalisé par l’Ivoirien Owell Brown. Puis il décroche quelques petits rôles à la télévision. Mais ce projet allemand a de quoi susciter la surprise.

« Cette histoire d’amour entre une Allemande et un Congolais m’a séduit, reconnaît Passi, pas mécontent de jouer dans un “film d’auteur” tandis qu’il sirote un mojito dans un hôtel parisien rococo. Je connaissais l’histoire de l’immigration congolaise en France, c’est la mienne, et en Belgique aussi bien sûr. Mais celle de l’Allemagne est plus confidentielle, je trouvais intéressant de la porter à l’écran à travers ces deux personnages. Et puis, j’aime la géopolitique », glisse ce fils d’une enseignante, arrivé en France à l’âge de 7 ans avec ses six frères et sœurs.

Investi, Passi a fait de nombreux aller-retours à Francfort pour repérer les lieux qui serviraient de décor au film, notamment le maquis dans lequel les deux protagonistes vivent une bonne partie de leur histoire. « C’est drôle car cet endroit s’appelle le Bisso Na Bisso Bar, mais Lisa s’est assurée que le nom n’apparaisse jamais à l’écran pour ne pas créer d’amalgame », insiste le créateur du collectif franco-congolais du même nom, qui signifie « entre nous » en lingala, élu meilleur groupe africain de l’année 1999. Une distinction remise par Nelson Mandela lors de la cérémonie des Kora Awards en Afrique du Sud, à une époque où MHD et son afro-trap n’existaient pas encore.

« On était de jeunes Afros en France, issus de la première génération de rappeurs, et on n’avait pas besoin d’aller chercher une crédibilité, se rappelle-t-il. On a voulu faire une musique qui nous ressemble en évitant de copier les rappeurs américains qui samplaient de vieux titres de soul. On a prouvé qu’on pouvait puiser dans notre patrimoine en samplant Miriam Makeba ou Koffi Olomidé et poser un rap dessus. La vague afro-urbaine française d’aujourd’hui doit beaucoup au Bisso. »

Diversité culturelle et créative

Si la double culture du rappeur nourrit sa musique, la France « black-blanc-beur » des années 1990 et le multiculturalisme de son quartier composé « de plus de 60 ethnies » influence sa manière de concevoir son travail. « Tout le monde arrivait à tirer profit des expériences des uns et des autres. On a grandi avec des Juifs autour de nous qui montaient des structures, des sociétés, et qui se levaient tôt pour aller vendre au marché. Tout le monde se bougeait, donc ça nous a donné envie de nous bouger aussi », décrypte celui qui a monté sa première association, AMER – pour Action, musique et rap –, à 15 ans seulement. Cette envie d’entreprendre et de créer n’a depuis jamais quitté ce bûcheur invétéré.

Plus de vingt ans se sont écoulés depuis Racines – premier album du Bisso vendu à environ 200 000 exemplaires qui fera bientôt l’objet d’une édition numérique. Mais, entre-temps, le boss n’a pas chômé. Il est pendant près de cinq ans directeur de label, développant ainsi le rappeur français ALP et quelques groupes ivoiriens, producteur de sept compilations estampillées Dis l’heure (de Rimes en 2009 à Afro pop en 2019), auxquelles Papa Wemba a plusieurs fois participé. Il réalise aussi une tournée mastodonte dans plusieurs Zénith de France pour les 20 ans du Secteur Ä, son collectif de hip-hop créé avec les anciens membres du Ministère AMER, qui compte son camarade de la première heure, Stomy Bugsy. « Avec le Bisso comme avec le Secteur Ä, on a des liens familiaux, de quartier ou d’amitié. Il n’a jamais été question de business. Quand on décide de faire une tournée ou un nouveau projet ensemble, c’est parce qu’on se voit au baptême de l’un, à l’anniversaire de l’autre ou encore au concert d’un autre. »

Du Congo au Ghana

Passant de l’ombre à la lumière sans jamais perdre son objectif de vue (créer des ponts entre l’Afrique et la France), c’est donc naturellement que Passi collabore aujourd’hui avec des artistes ghanéens comme Sarkodie et Akwaboah en se frottant à la dernière tendance musicale du moment, l’amapiano. Il dévoilera un album de cinq titres sobrement intitulé Afro le 2 septembre – un projet qui s’inscrit dans la continuité du concert donné à Accra à la fin de 2021 qu’il a exporté en France en mars dernier sous la bannière « Accra in Paris » – avant de dévoiler son septième album solo courant 2023.

« Ce sera mon dernier vrai album », avance-t-il, sans doute conscient que l’industrie de la musique a changé. « La génération d’aujourd’hui, c’est le rap d’Instagram, rigole-t-il. Elle veut faire de l’argent. Elle maîtrise les outils, poste des photos et fait des millions de vue, observe celui qui avoue avoir loupé le coche de l’économie du streaming. Cela traduit un grand changement dans la société, qui s’appauvrit en idées et veut juste gagner du blé. L’économie passe avant la culture et le fond », regrette-t-il.

Si Passi compte ralentir le rythme côté musique, le grand frère du rap français a encore de l’endurance. Alors qu’il confiait à Jeune Afrique en 2013 vouloir réaliser un film entre la France et le Congo, il voit enfin son rêve se concrétiser et travaille sur une comédie autour de la sape, avec le producteur Claude Fenioux et le réalisateur Gilles Porte. « Le Congo offre une diversité de paysages incroyable. Tourner là-bas est une façon de faire la promotion du pays », défend celui qui n’est pas près de rompre le lien avec son pays natal.

Avec Jeune Afrique par Eva Sauphie