Posts Tagged ‘Ahmet Davutoglu’

La Turquie continuera ses frappes contre le PKK jusqu’à ce qu’il dépose les armes

juillet 27, 2015

Ankara – La Turquie va poursuivre son offensive militaire contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) jusqu’à ce que les rebelles kurdes déposent les armes, a promis lundi le Premier ministre islamo-conservateur Ahmet Davutoglu.

Nous allons continuer notre combat (…) jusqu’à ce que nous parvenions à un certain résultat, a déclaré M. Davutolgu lors d’un entretien sur la chaîne de télévision ATV. C’est soit les armes, soit la démocratie, les deux ne sont pas compatibles, a-t-il dit.

La Turquie a lancé vendredi soir une série de raids aériens contre les bases arrière du PKK dans le nord de l’Irak, en riposte aux attaques meurtrières attribuées au mouvement kurde qui ont visé des membres des forces de sécurité ces derniers jours.

Le PKK a en retour rompu la trêve qu’il respectait depuis 2013 et assassiné deux soldats.

Cette escalade menace de faire définitivement capoter le fragile processus de paix engagé à l’automne 2012 par le régime du président Recep Tayyip Erdogan afin de mettre un terme à une rébellion qui a fait 40.000 morts depuis 1984.

Le bureau du chef du gouvernement a confirmé lundi soir la dernière vague de frappes lancée il y a vingt-quatre heures contre le PKK. Elle a visé des abris, centres logistiques et des caches, a-t-il annoncé dans un communiqué.

Romandie.com avec(©AFP / 27 juillet 2015 20h01)

Le Premier ministre turc compare l’Israélien Netanyahu aux terroristes de Paris

janvier 15, 2015

Ankara – Le Premier ministre islamo-conservateur turc Ahmet Davutoglu a ravivé les tensions persistantes entre son pays et Israël en comparant jeudi son homologue israélien Benjamin Netanyahu aux terroristes islamistes qui ont fait 17 morts à Paris.

Deux jours après une première attaque du président Recep Tayyip Erdogan, M. Davutoglu a lui aussi saisi le prétexte des attentats islamistes qui ont visé l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, des policiers et des clients juifs d’une supérette casher pour s’en prendre au Premier ministre de l’Etat hébreu.

Comme les terroristes qui ont perpétré les massacres de Paris, Netanyahu a commis des crimes contre l’humanité à la tête d’un gouvernement qui a massacré des enfants qui jouaient sur les plages de Gaza, a-t-il déclaré avant une visite à Bruxelles.

Le chef du gouvernement turc a jugé que son homologue israélien se trouvait bien seul dans la manifestation organisée dimanche en France après les attentats de Paris.

Dans la foulée, la présidence turque a enfoncé le clou en estimant que M. Netanyahu avait joué un coup politique misérable au cours de cette marche de protestation, l’accusant d’arrière-pensées politiques personnelles.

Le gouvernement israélien doit renoncer à ces politiques agressives et racistes et ne pas attaquer les autres sous le prétexte qu’ils seraient antisémites, a lancé le porte-parole du président Erdogan, Ibrahim Kalin, dans un communiqué.

M. Erdogan a tiré lundi la première salve de cette nouvelle guerre des mots en confiant avoir du mal à comprendre comment il (M. Netanyahu) a osé défiler dans la capitale française .

Le Premier ministre israélien lui a répondu mercredi en dénonçant des propos honteux qui doivent être condamnés par la communauté internationale car la guerre contre le terrorisme ne peut réussir que si elle est guidée par une morale claire.

– Brute antisémite –

En pleine campagne pour les élections législatives de mars, le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman s’est invité dans la bataille en qualifiant M. Erdogan de brute antisémite du coin.

Il a en outre fustigé le silence des Etats européens face aux attaques répétées d’Erdogan contre Israël qui contribue à (attiser) la même haine meurtrière contre les juifs d’Europe.

Jeudi, M. Davutoglu a rétorqué qu’il ne prendrait même pas la peine de répondre à Lieberman, rappelant que la Turquie avait servi de terre d’accueil aux juifs contraints à quitter le royaume d’Espagne au XVe siècle.

Longtemps proches, la Turquie et Israël se sont progressivement éloignés depuis l’arrivée au pouvoir du parti de M. Erdogan en 2002, jusqu’à la grave crise provoquée par l’assaut israélien en 2010 contre une flottille affrétée par une ONG turque pour briser le blocus de Gaza, qui s’était soldé par la mort de 10 Turcs.

Le chef de l’Etat turc multiplie depuis les sorties virulentes contre l’Etat hébreu, qu’il avait en juillet dernier accusé d’avoir surpassé Hitler en matière de barbarie.

Près de 2.200 Palestiniens, en grande majorité des civils, sont morts dans l’offensive israélienne menée en juillet et août derniers contre la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, pour, entre autres, faire cesser les tirs de roquettes palestiniennes. Plus de 70 personnes ont péri côté israélien, en majorité des soldats.

Outre ses propos sur M. Netanyahu, M. Davutoglu a qualifié jeudi de grave provocation la caricature de Mahomet à la une du dernier numéro de Charlie Hebdo.

Nous ne pouvons accepter les insultes faites au Prophète (…) la liberté de la presse ne signifie pas la liberté d’insulter, a-t-il ajouté.

Romandie.com avec(©AFP / 15 janvier 2015 15h19)

La Turquie espionnée par Berlin: l’ambassadeur d’Allemagne convoqué à Ankara

août 18, 2014

Ankara – L’ambassadeur d’Allemagne en Turquie, Eberhard Pohl, a été convoqué lundi au ministère turc des Affaires étrangères qui lui a exprimé la préoccupation d’Ankara après les allégations d’espionnage de la Turquie par les Allemands, a annoncé un diplomate turc.

L’ambassadeur a été convoqué ce matin au sujet des informations parues dans la presse allemande. Nous lui avons exprimé nos préoccupations et notre malaise, a déclaré à l’AFP ce diplomate sous couvert de l’anonymat.

De telles pratiques ne sauraient être tolérées dans un environnement qui requiert confiance et respect mutuels entre des amis et des alliés, tous deux membres de l’Otan, a renchéri le ministère dans un communiqué publié après cet entretien.

De son côté, le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a jugé que si ces allégations d’espionnage étaient avérées, elles seraient inacceptables, inexcusables et exigeraient une explication.

C’est une responsabilité morale imposée par nos relations en tant qu’alliés, a ajouté devant la presse M. Davutoglu, qui a précisé qu’il s’en entretiendrait lundi en soirée avec son homologue allemand Frank-Walter-Steinmeier.

A Berlin, le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Martin Schäfer, s’est efforcé de désamorcer la tension entre les deux capitales.

Ce n’était absolument pas une convocation mais une invitation à une discussion, a déclaré M. Schäfer lors de son point de presse régulier. Cette discussion s’est déroulée dans une atmosphère amicale (…) il s’agissait d’expliquer aux autorités turques ce qui est sorti dans les médias allemands, a-t-il ajouté.

Dans son édition de dimanche, le magazine allemand Der Spiegel a rapporté que les services secrets allemands avaient espionné au moins une conversation téléphonique du secrétaire d’État américain John Kerry et surveillaient depuis des années la Turquie.

L’hebdomadaire affirme que le gouvernement allemand a mandaté les services secrets depuis 2009 pour espionner Ankara, son partenaire au sein de l’Otan.

Selon ses journalistes, les cibles d’espionnage sont actualisées tous les quatre ans par le gouvernement allemand. Mais les priorités actuelles n’ont pas été modifiées après l’affaire d’espionnage avec les États-Unis, et la Turquie serait toujours sur écoute.

L’espionnage international est devenu un sujet polémique en Allemagne ces derniers mois. Les révélations l’an dernier d’espionnage du téléphone portable de la chancelière Angela Merkel par le renseignement américain avaient profondément choqué le pays.

Romandie.com avec(©AFP / 18 août 2014 16h53)