Posts Tagged ‘Albert De Monaco’

Char­lène et Albert de Monaco : leurs jumeaux bapti­sés ce matin

mai 10, 2015
Gabriella et Jacques, les jumeaux de Char­lène et Albert de Monaco

Gabriella et Jacques, les jumeaux de Char­lène et Albert de Monaco

Un événe­ment !

Gabriella et Jacques, les jumeaux de Char­lène et Albert de Monaco, ont été bapti­sés ce matin. Un événe­ment pour tous les moné­gasques !

Ce matin, le Rocher était en fête. Gabriella et Jacques, les jumeaux de Char­lène et du prince Albert ont été bapti­sés en la cathé­drale de Monaco. C’est l’ar­che­vèque de Monaco, Bernard Barsi, qui a donné les premiers sacre­ments aux deux adorables bébés âgés de 5 mois La céré­mo­nie, qui a débuté à 10 heures 30, a été retrans­mise sur la chaîne natio­nale de la prin­ci­pauté ainsi que sur un écran géant installé sur la place du Palais.

Les noms des parrains et marraines avaient été annon­cés par la prin­ci­pauté via un commu­niqué, jeudi dernier. Gabriella a donc désor­mais pour parrain Gareth Witt­stock (le frère de Char­lène) et pour marraine Nerine Pienaar, (une amie de Char­lène qui n’est autre que la femme du rugby­man sud-afri­cain François Pienaar). Jacques a pour parrain Chris­to­pher LeVine Junior (le cousin du Prince Albert) et pour marraine Diane de Poli­­gnac Nigra (une descen­dante de la famille du père du Prince Rainier).

Pour cet événe­ment très impor­tant, Char­lène et le prince Albert avaient convié 700 invi­tés (de la famille ainsi que des person­na­li­tés poli­tiques et spor­tives). Le baptême a eu lieu dans la cathé­drale, au milieu des quelques 6000 fleurs qui y avaient été élégam­ment dispo­sées (des roses, des lys, du muguet, des genêts et des pivoines).

Les jumeaux, qui portaient de longues robes blanches signées Dior, ont été sages comme des images durant ce moment impor­tant de leur vie. A la fin de la céré­mo­nie, un message du pape François é été lu puis la famille est sortie et a pris la pose sur les marches de la cathé­drale (le prince Albert portant Gabriella et Char­lène portant Jacques)  avant que Char­lène et le prince Albert n’aillent à la rencontre de la foule.

Sans leur jumeaux, ils se sont rendus de la cathé­drale jusqu’au palais. ont marché au milieu des moné­gasques et des touristes. Entre l’en­trée dans la cathé­drale et le retour au Palais, l’évé­ne­ment a tout de même duré presque 3 heures. Une longue et belle jour­née !

Voici.fr par F P

JO – La princesse Charlene, survoltée comme jamais, goûte l’or avec Chad le Clos

août 2, 2012
 
JO - La princesse Charlene, survoltée comme jamais, goûte l'or avec Chad le Clos
 

 

 

 

 

 

 

 

 

La princesse Charlene de Monaco, le prince Albert à son côté, était intenable lors de la finale du 200 m papillon masculin aux Jeux olympiques de Londres, le 31 juillet 2012. Lorsque le Sud-Africain Chad le Clos, un de ses protégés, est devenu champion olympique en battant Michael Phelps, la princesse monégasque ancienne reine de natation a explosé de joie, avant de toucher la médaille d’or avec gourmandise.
Dans cette photo : Albert de Monaco, Charlene Wittstock
109 clics
reportage photo !
100% de réussite pour la princesse Charlene de Monaco, que l’on n’avait encore jamais vue si expansive, hurlant, bondissant et pleurant de joie auprès d’Albertà l’Aquatics Centre de Londres, mardi 31 juillet 2012 !

L’ancienne nageuse sud-africaine était littéralement euphorique après la seconde médaille d’or décrochée en natation par la délégation d’Afrique du Sud aux Jeux olympiques, après le sacre de Chad le Clos sur 200 mètres papillon : incontrôlable, Charlene était en transe, comme si elle avait elle-même gagné la course ! Il faut dire qu’entre elle et Chad, il y a un lien particulier : le nageur s’entraîne dans le club qui fut celui de Charlene, il avait alors 8 ans quand elle, âgée de 22 ans, était au sommet.

Elle qui accueillait en juillet les nageurs de l’équipe olympique d’Afrique du Sud en principauté, leur fournissant sur le Rocher les conditions idéales pour une préparation optimale à deux heures d’avion de Londres, son initiative est récompensée, puisque les principaux espoirs de médaille se sont concrétisés : après avoir exulté dimanche 29 juillet en voyant Cameron van der Burgh devenir champion olympique du 100 mètres brasse, record du monde et record olympique à la clé, la princesse Charlene a d’autant plus explosé que Chad le Clos, 20 ans seulement, a grillé la politesse à l’Américain Michael Phelps, désormais l’athlète le plus titré de l’histoire des Jeux olympiques avec 19 médailles dont 15 en or (9 en individuel). Mais pas celle-là ! Le Clos, natif de Durban et révélé au plus haut niveau en 2010 lors des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) à Singapour (5 médailles), a privé de victoire Phelps pour 5 centièmes et en atomisant en 1’52″96 le record d’Afrique qu’il avait établi en demi-finale. 5 centièmes ! Un suspense qui avait de quoi rendre Charlene survoltée ! Juste derrière elle, la famille grand-ducale luxembourgeoise, dont le prince Guillaume avec sa fiancée Stéphanie de Lannoy, ne devait pas en revenir…

Ancienne championne d’Afrique du Sud du 50 mètres dos notamment, la princesse Charlene a déjà connu l’effervescence olympique, membre du relais 4 x 100 mètres 4 nages sud-africain qui finit 5e lors des JO de Sydney 2000, mais n’a jamais eu le bonheur de toucher l’or olympique : mardi, elle a pu emprunter ce plaisir à Chad le Clos, qui lui a prêté sa médaille. Auprès de la famille du nageur et entourée de dizaines de supporters sud-africains, l’épouse d’Albert, qui avait échoué à se qualifier pour les JO de Pékin 2008, est tombée en pâmoison, croquant la précieuse breloque…

Avec vingt nageurs engagés, l’Afrique du Sud se satisfait déjà parfaitement de ces deux titres, tandis que le relais masculin 4 x 200 mètres nage libre a été plus à la peine (7e).

Le prince Albert lui-même semblait très animé et particulièrement détendu, ravi de voir son épouse aussi épanouie et tendre avec elle… lorsqu’elle n’était pas surexcitée. La veille, il s’était régalé en regardant quelques matchs du tournoi olympique de beach-volley, une discipline dont il s’est dit un très grand fan. En soirée, il prenait part à un dîner avec ses collègues membres du CIO à bord du MS Deutschland. La princesse Charlene, elle, a dû faire des rêves dorés cette nuit.

Purepeople.com

Albert II de Monaco et Charlène « indignés » par les rumeurs

juillet 22, 2011

« C’est insupportable »

Albert II de Monaco et Charlène « indignés » par les rumeurs Albert II de Monaco et Charlène Wittstock sont rentrés de voyage de noces hier. La première chose qu’ils ont faite ? Convoquer la presse pour exprimer leur « indignation » face aux rumeurs persistantes.

À deux jours du mariage, L’Express publiait un papier qui a mis le feu aux poudres : Charlène Wittstock aurait tenté de s’enfuir et ne voudrait plus épouser son prince charmant. La raison ? On avance alors la présence d’un troisième enfant illégitime. Des rumeurs qui seront étayées quelques jours plus tard (mais après le mariage cette fois) avec un papier du Journal du Dimanche : la princesse aurait cherché à s’échapper par trois fois.

Alors que le conte de fée commençait à sérieusement se lézarder, Charlène était sortie timidement de son silence, affirmant dans l’édition américaine de Vogue : « C’est honteux que ce genre de rumeurs sortent à un si mauvais moment ». Mais cela n’aura pas suffi. Lors de leur arrivée en Afrique du Sud, la terre natale de l’ancienne nageuse, le couple a fait hôtel à part en séjournant dans des établissements distants d’une quinzaine de kilomètres. La thèse de tensions entre les jeunes mariés ne pouvaient qu’être renforcée.

Hier, à peine rentrés du Mozambique où ils avaient poursuivi leur voyage de noces, le prince Albert II de Monaco et la princesse Charlène ont décidé de faire une énième mise au point : « Nous voulons vous exprimer notre indignation face aux rumeurs. C’est insupportable », a lancé le prince selon Nice Matin. Et de poursuivre : « Parfois, ces rumeurs nous ont fait sourire ; par exemple lorsque les médias expliquaient que la princesse et moi n’avions pas dormi dans le même hôtel en Afrique du Sud. C’était pour des raisons pratiques évidemment… ». Et pour ceux qui s’inquiétaient de savoir comment s’était déroulé le voyage d’Albert II et Charlène au Mozambique, le souverain a tenu à les rassurer : c’était « un séjour merveilleux ». « Nous n’avons pas été dérangés. C’était une ambiance de rêve ». En espérant que le rêve se poursuive…

Voici.fr par M-A.K

Albert & Charlene: un mariage à 20 millions d’euros

juillet 8, 2011

Que d’argent dépensé !

L’info a été rendue publique par la principauté : le mariage d’Albert et Charlene a coûté 20 millions d’euros. Ça fait cher la minute d’ennui.

On espère que les Monégasques se sont bien amusés au mariage d’Albert II de Monaco et de Charlene Wittstock. Car ils vont devoir passer à la caisse. Et attention va falloir allonger la monnaie : d’après une déclaration du chef du gouvernement monégasque, les noces d’Albert et Charlene ont coûté 20 millions d’euros. Si une moitié est prise en charge par la famille Grimaldi, l’autre sera inscrite au budget de l’Etat monégasque. 9 850 000 euros exactement sont inscrits au budget du micro Etat.

Alors certes, vu sous un simple angle comptable, ça fait cher la minute d’ennui (que ce mariage était long et sans intérêt…). Mais c’est aussi l’occasion, pour le Rocher, de s’offrir une énorme campagne promotionnelle : depuis deux semaines, toute la presse européenne (et une partie de la presse people US) s’intéresse à ce petit état de la Méditerranée. Une sacrée exposition médiatique…

Voici.fr par C.C

Charlene Wittstock : le point sur les rumeurs

juillet 5, 2011

Trois tentatives de fuite ?

Depuis plusieurs semaines, des rumeurs viennent ternir le mariage du prince Albert II de Monaco avec Charlene Wittstock. Voici.fr fait le point pour vous.

Un mariage de prince, ça fait rêver : de la star, de la robe en veux-tu en voilà, des diamants, des fleurs de partout, et même le tapis rouge… Tout est réuni pour coller avec la magie des contes de fées. En théorie du moins, car celui du prince Albert II de Monaco a été quelque peu entaché.

>>> Regardez toutes les photos du mariage d’Albert et Charlene : la cérémonie civile, la cérémonie religieuse et la soirée

Ce qui serait pointé du doigt, ce serait la vie dissolue du prince. Mardi, le site L’express.fr révélait que Charlene Wittstock aurait tenté de se faire la belle à trois jours de la cérémonie. Le JDD va encore plus loin et révèle, dans son édition d’hier, que Charlene Wittstock aurait essayé de s’enfuir à trois reprises. La première, c’est lorsqu’elle est venue à Paris en mai dernier, dans la boutique Giorgio Armani, pour les essayages de sa robe de mariée. Elle se serait d’ailleurs « réfugiée à l’ambassade de son pays d’origine », précise le journal. La deuxième, c’était fin mai. Alors que tous les projecteurs étaient braqués sur Monaco à l’occasion du Grand Prix de Formule 1, la Sud-Africaine aurait cherché une nouvelle fois à partir. La dernière, c’était à quelques jours du mariage. Ce n’est « non pas sur le tarmac de l’aéroport de Nice, mais sur l’héliport de Monaco » que Charlene aurait été récupérée in extremis par les carabiniers, qui lui auraient alors confisqué son passeport. Certains défendent même la thèse selon laquelle, pour s’assurer de sa présence tout au long du week-end, « un accord aurait été conclu entre les futurs mariés », selon le JDD.

>>> Le dessin de Louison sur la folle rumeur du départ de Charlene Wittstock

Ce qui aurait mis le feu aux poudres : une nouvelle paternité d’Albert II de Monaco. « On parle d’enfant caché, mais tout l’enjeu serait de savoir s’il a plus de cinq ans, car Charlene et Albert sont officiellement ensemble depuis cinq ans », a expliqué le conseiller d’un parlementaire monégasque. Or, plusieurs sources évoqueraient « deux enfants illégitimes (l’un déjà né, l’autre à venir) », d’après le Journal du Dimanche. Tout en sachant qu’Albert II de Monaco a déjà reconnu deux enfants illégitimes, Jazmin, 19 ans, et Alexandre, 8 ans.

Voici.fr par M-A.K.

Albert de Monaco: de l’enfance au mariage

juillet 2, 2011

Noces religieuses pour sceller l’union de Charlene et Albert de Monaco

juillet 2, 2011

Le prince Albert et la princesse Charlene de Monaco échangeront samedi leurs consentements au cours d’une cérémonie religieuse en plein air devant 800 invités de marque, avant un tour en décapotable dans les rues du micro-Etat et un dîner méditerranéen face à la mer.

Après le prélude du mariage civil vendredi, la princesse sud-africaine arrivera à 17h00 en robe de mariée Armani, au bras de son père, sur la place du Palais où 3. 500 Monégasques assis pourront l’acclamer.

Elle entrera dans son palais en foulant un long tapis rouge et blanc, aux couleurs monégasques, jusqu’à l’autel placé dans la somptueuse Cour d’honneur transformée en cathédrale d’un jour.

C’est là, sous un toit éphémère de dais blancs, qu’elle sera attendue par le prince Albert en uniforme de carabinier. L’archevêque de Monaco Bernard Barsi unira ensuite le couple, la protestante Charlene ayant consenti à se convertir récemment au catholicisme, religion d’Etat.

A Monaco, où convergeront aussi samedi des milliers de visiteurs des environs en tenue de vacanciers attirés par un grandiose feu d’artifices final, le climat s’est dédramatisé depuis le « oui » de Charlene devant l’officier d’Etat civil.

« Nous souhaitons que la dynastie des Grimaldi continue », explique tout simplement un Monégasque de 72 ans en lignée directe avec des ancêtres génois arrivés en 1775 sur le Rocher.

Désormais, des sources proches de l’organisation du mariage parlent de « la véracité » du couac entre les deux époux et d’une probable demande de reconnaissance de paternité auprès d’Albert. Ce qui aurait fâché Charlene au point de lui donner envie de prendre la poudre d’escampette.

La presse du monde entier a déjà évoqué ce scénario quelques jours avant le mariage.

« Nous n’allons pas refaire le prince. C’est un mariage moderne. Charlene le connaît depuis longtemps et l’accepte », dit, compréhensive, une résidente trentenaire qui s’apprête aussi à convoler.

Quoi qu’il en soit, le doux sourire de Charlene à la cérémonie civile a rassuré les Monégasques. Albert II est apparu détendu vendredi, serrant chaleureusement les mains de ses sujets qu’il a cotoyés parfois sur les mêmes bancs d’école.

Jusque là, il n’avait jamais semblé pressé de se marier, aimant faire la fête et pratiquer des activités sportives. Après être resté longtemps dans l’ombre de son père Rainier ou encore de ses soeurs archi médiatisées, le souverain semble avoir gagné en assurance pour célébrer à 53 ans son mariage.

Quelque 800 invités seront installés en arc de cercle derrière les mariés, dont le représentant de la couronne britannique, le prince Edward, fils cadet d’Elisabeth II.

Le défilé des arrivées sera clos par le président français Nicolas Sarkozy, dont le pays entretient des liens historiques et administratifs étroits avec la principauté.

Le couple a boudé la cathédrale où la princesse Grace et le prince Rainier s’étaient unis, voici 55 ans, un cadre qui aurait limité la liste des invités à 500.

Une centaine de musiciens pourront ainsi prendre place dans la Cour d’honneur, dont l’orchestre philharmonique de Monte-Carlo, les choeurs de l’opéra de Monte-Carlo, de grands solistes internationaux ou encore les petits chanteurs de Monaco.

La cérémonie terminée, le couple partira en voiture décapotable jusqu’à la chapelle Sainte-Dévote pour un traditionnel dépôt du bouquet de la mariée.

Place ensuite à un dîner de noces méditerranéen préparé par Alain Ducasse pour 500 convives privilégiés. Après la pièce montée et le feu d’artifice, 200 amis du couple rejoindront l’opéra métamorphosé en piste de danse, pour fêter l’événement jusqu’à l’aube.

Jeuneafrique.com avec AFP

Monaco : dans les coulisses du mariage princier

juillet 1, 2011

Les organisateurs du mariage ont conservé le caractère chaleureux et familial souhaité par Charlène et Albert de Monaco.

Dans quelques heures, lorsque l’ancienne championne sud-africaine Charlene Wittstock deviendra Son Altesse Sérénissime la princesse Charlene de Monaco, ce sont les efforts intenses d’une poignée de fidèles collaborateurs – dont le colonel Luc Fringant, le général John Jayet, chambellan du prince, Christiane Stahl, conseiller au cabinet princier (et auteur du livre sur Albert II de Monaco, L’Autre Prince )- qui seront récompensés. Pour ce premier mariage d’un prince souverain depuis 55 ans, il fallait tout à la fois que la cérémonie et les fêtes soient un beau spectacle, digne de l’événement historique, mais qu’elles conservent le caractère convivial, chaleureux et familial souhaité par les mariés.

Dans l’ombre, de longs mois de préparatifs ont été nécessaires pour orchestrer une fête pour tous. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une cérémonie religieuse, samedi après-midi, dans la cour d’honneur du palais princier, célèbre pour sa magnifique galerie d’Hercule, comme une extension à ciel ouvert de la chapelle palatine Saint-Jean-Baptiste dans laquelle se sont déroulés les grands actes religieux de la famille Grimaldi. Un autel -transféré de la chapelle de la Visitation- sera donc installé demain au pied de l’escalier à double révolution, avec le monumental christ en argent de la chapelle palatine, ainsi que les fauteuils et les prie-dieu.

Pendant la messe nuptiale, l’Orchestre philharmonique sera accompagné de la voix de la cantatrice Renée Fleming alors que l’Ave Maria sera interprété par Andréa Bocelli. Sous la houlette du fournisseur breveté de la cour, Sorasio, les fleuristes de Monaco se sont regroupés pour décorer la cour d’honneur de fleurs blanches, hortensias, jasmins et les protéas d’Afrique du Sud, hommage aux origines de la princesse. Dans la cour d’honneur, il a été prévu de placer huit cent cinquante invités privilégiés, dont les chefs d’État -des rois et des présidents, dont le président français Nicolas Sarkozy- arrivés par ordre de protocole, inversé selon l’ancienneté de leur avènement ou élection.

Le prince Albert sera conduit à l’autel par son cousin germain américain -du côté maternel des Kelly- Chris Levine, et Charlene aura pour témoin une cousine du prince devenue une amie intime, Donatella Knecht de Massy, épouse d’un petit-fils de la défunte princesse Antoinette de Monaco. La princesse Caroline, princesse de Hanovre, s’est beaucoup investie dans l’organisation des détails de la noce, notamment avec Françoise Dumas, la grande prêtresse des événements festifs et qui œuvre depuis des années pour le bal de la Rose. Elle s’est tout à la fois préoccupée des costumes traditionnels et régionaux des sept demoiselles d’honneur qui escorteront Charlene Wittstock, de la caserne des carabiniers jusqu’au palais princier en face. Le costumier de l’Opéra Garnier de Monte-Carlo leur a dessiné des robes qui symboliseront les sept communes avoisinantes de Monaco et le hasard a voulu que ce soit une petite Charlène qui incarne la commune de Beausoleil…

Un menu gardé secret

Mais la princesse de Hanovre s’est aussi concentrée sur l’organisation du dîner de gala qui réunira quelque cinq cents convives sur une terrasse attenante à l’Opéra et construite à huit mètres de hauteur pour permettre aux invités d’entrer de plain-pied dans la salle Garnier où se déroulera le bal. La table d’honneur sera recouverte d’une nappe damassée blanche ancienne aux armes des Grimaldi et décorée d’une mer d’hortensias bleus et blancs, ainsi que des poissons et des bateaux en argent de la collection princière.

Seule incertitude, les bijoux que portera Charlene, dont on sait déjà que sa robe de mariée est signée Armani avec une traîne de cinq mètres. On spécule beaucoup sur le Rocher sur la tiare qu’elle choisira parmi les deux joyaux que le prince lui offre à l’occasion de leur mariage: une tiare de chez Lorentz Baümer et un diadème transformable en collier de chez Van Cleef & Arpels.

Quant au menu, gardé secret, Alain Ducasse a promis de faire la part belle aux produits de la Méditerranée et aux légumes de Rocagel, la propriété princière sur les hauteurs de Monaco. Après le dîner, les amis du couple -attablés à l’hôtel Fairmont- pourront rejoindre les personnalités officielles à l’Opéra pour un bal qui sera illuminé par le feu d’artifice conçu, autour de l’amour, par Jacques Couturier. Dernier secret non encore révélé, la destination du voyage de noces qui suivra de près le séjour en Afrique du Sud pour une réunion du Comité international olympique, le 6 juillet, et où la princesse Charlene conduira son prince sur les pas de son enfance.

Lefigaro.fr par Stéphane Bern