Posts Tagged ‘Alep’

La petite Bana, qui racontait Alep sous les bombes, a été accueillie par Erdogan

décembre 25, 2016

 

Devenue célèbre en décrivant sur le réseau social le quotidien d’Alep sous les bombes, la petite fille syrienne a été reçue par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, mercredi. Elle avait pu fuir Alep avec sa famille, la semaine dernière.

A l’instar des célèbres tweets avec lesquels elle témoignait de son quotidien de guerre à Alep, l’image a déjà fait le tour du monde. Mercredi, la fillette syrienne Bana Al-Abed a été reçue avec sa famille, en Turquie, par le chef de l’Etat Recep Tayyip Erdogan. Tout juste âgée de sept ans, Bana s’est fait connaître au monde entier en devenant, avec l’aide de sa mère, l’une voix incontournables des civils syriens, pris en otage par le conflit initié depuis mars 2011.

« Notre fille d’Alep Bana Al-Abed et sa famille nous ont fait la joie de nous rendre visite au (palais) présidentiel », a déclaré le chef d’Etat turc sur son compte Twitter, partageant des photos le montrant assis avec la fillette sur ses genoux.

 « La Turquie se tiendra toujours aux côtés de ses frères syriens« , a-t-il ajouté sur le réseau social qui a rendu célèbre Bana Al-Abed. La semaine passée, la fillette avait pu être évacuée d’Alep avec ses proches, à la faveur d’un accord de cessez-le-feu.

La trêve a été négociée par Ankara et Moscou, dont l’ambassadeur en Turquie a été assassiné lundi par un policier turc affirmant vouloir venger Alep, en passe d’être entièrement reprise par le régime syrien avec un appui russe.

VIDEO >> Bana, 7 ans, le quotidien d’une petite fille d’Alep

Depuis septembre, Bana Al-Abed (@AlabedBana) tweetait avec sa mère des tranches de vie d’Alep-Est assiégé et bombardé par l’aviation du régime. Son compte est suivi par plus de 353 000 personnes. Mercredi, la fillette s’est déclarée « très heureuse de rencontrer M. Erdogan », sur son compte.

Depuis le début du conflit syrien, qui a a fait plus de 310 000 morts, Ankara soutient les rebelles qui tentent de renverser le président Bachar al-Assad. La Turquie accueille actuellement quelque 2,7 millions de réfugiés ayant fui cette guerre. Mais elle a fait savoir qu’elle préférait désormais assister les déplacés de l’autre côté de la frontière.

Lexpress.fr

Humanité, où es-tu?: manifestations en France et en Allemagne en soutien à Alep

décembre 17, 2016

Berlin – Humanité, où es-tu?: près de 3.000 manifestants se sont réunis samedi à Berlin pour dénoncer la guerre en Syrie et le martyr des habitants pris au piège à Alep, selon la police, tandis qu’en France, divers rassemblements ont également eu lieu.

Les enfants d’Alep nous appellent!, Alep est en sang et le monde est spectateur!: de nombreux participants à Berlin ont également fustigé l’apathie des opinions publiques face au carnage dans la cité millénaire syrienne, ancienne capitale économique du pays.

Un premier rassemblement, comptant environ 900 personnes et co-organisé par l’association Adopt a revolution, selon la police, s’est tenu au centre de la capitale allemande devant le Reichstag, qui abrite le Bundestag, la chambre des députés.

Au même moment, sur une autre place très fréquentée de Berlin, une autre manifestation a réuni 1.800 personnes, selon la police berlinoise.

En France, des centaines de personnes se sont rassemblées dans plusieurs villes en soutien aux civils syriens, notamment à Lille (nord) et Strasbourg (est).

A Berlin, dans un froid glacial, agitant des drapeaux syriens, les manifestants ont allumé des bougies devant le Reichstag, a constaté l’AFP.

Ce qui se passe là-bas, c’est ce qu’il y a de pire dans le monde, a expliqué Mahmoud Almizeh, un jeune réfugié syrien de 19 ans, originaire de Raqa, fief des jihadistes de l’Etat islamique (EI), arrivé en Allemagne il y a un an.

Le monde se tait, a-t-il également dénoncé. Que font (les dirigeants européens)? Rien malheureusement, selon ce jeune homme, l’un des nombreux réfugiés syriens à participer à ce rassemblement.

On se sent si impuissant face à la tragédie des Syriens, en particulier des civils qui attendent d’être évacués d’Alep, a renchéri Anna Bone, une Berlinoise venue exprimer sa solidarité.

Cette grande impuissance (…), ce chagrin (face aux morts), c’est ce qui m’a portée ici aujourd’hui, a-t-elle ajouté.

On se sent particulièrement concernées par la Syrie, la guerre. C’est fou que les puissances mondiales ne puissent pas intervenir, ont également dit à l’AFP Hilal, 25 ans, et Gulsan, 26 ans, deux jeunes femmes d’origine turque dans la manifestation à Paris.

A Lille et Strasbourg, quelque 600 personnes se sont rassemblées, notamment à la suite d’appels lancés sur internet, tandis qu’à Marseille, deux cortèges se sont regroupés devant la mairie.

Pendant le rassemblement à Lille, des messages de soutien aux habitants d’Alep ont été inscrits sur un grand tableau blanc, non loin de faux poupons ensanglantés symbolisant les exactions du régime syrien.

L’Allemagne a jusqu’au début 2016 ouvert ses portes aux réfugiés syriens. Elle en a accueilli quelque 600.000 depuis le déclenchement de la guerre en 2011.

La chancelière Angela Merkel a qualifié à plusieurs reprises de honte l’incapacité de la communauté internationale à venir en aide à Alep, et a dénoncé aussi l’indifférence des Allemands, plus prompts à descendre dans les rues contre le libre-échange.

Romandie.com avec(©AFP / 17 décembre 2016 17h58)

Syrie: le frère du petit Omrane succombe à ses blessures à Alep

août 20, 2016

Beyrouth – Le frère d’Omrane, le petit Syrien dont la photo de la tête ensanglantée et couverte de poussière a fait le tour du monde, a succombé samedi à ses blessures, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Ali, âgé de 10 ans a succombé samedi à ses blessures. Il avait été gravement blessé dans le même bombardement qu’Omrane le 17 août à Alep, a affirmé cette organisation.

Aleppo Média Centre, un centre de journalistes militants a confirmé le décès en postant la vidéo d’un médecin qui a soigné Ali et qui a constaté son décès.

Le cliché d’Omrane, un Alépin de quatre ans blessé dans un raid aérien, a été partagé par des millions d’internautes et a fait la une de la presse mondiale. Le garçonnet, hébété, est assis dans une ambulance, le corps recouvert de poussière, le visage en sang.

Il est selon Washington le vrai visage de la guerre en Syrie, qui a fait plus 290.000 morts depuis mars 2011.

Alep, dans le nord de la Syrie, est le théâtre d’intenses bombardements et de combats entre les troupes de Bachar al-Assad et les insurgés pour son contrôle.

Quelque 333 civils y ont péri depuis le 31 juillet, quand les rebelles ont lancé une offensive majeure pour briser le siège imposé par le régime aux quartier sous leur contrôle situés dans l’est de la ville.

Les enfants payent le prix fort du conflit syrien. D’après un récent rapport de l’Unicef, un tiers des enfants syriens, à l’instar d’Omrane, n’ont connu que la guerre. Ils ont grandi dans un contexte de violence, de peur et de déracinement.

Au total, le conflit affecte 8,4 millions d’enfants syriens, soit plus de 80% d’entre eux, qu’ils soient en Syrie ou exilés, selon l’Unicef.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2016 00h31)

Syrie: plus de 700 combattants tués dans la bataille d’Alep en une semaine

août 6, 2016

Beyrouth – Plus de 700 combattants du régime syrien et de ses adversaires ont péri en une semaine dans la bataille pour Alep, la deuxième ville du pays, dont 200 uniquement ce samedi, a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Plus de 700 combattants dans les rangs du régime et dans ceux des jihadistes et rebelles islamistes ont perdu la vie à Alep depuis dimanche. La majorité des morts sont des insurgés en raison des bombardements aériens, a indiqué le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane.

Il a précisé que les affrontements violents qui ont eu lieu samedi ont coûté la vie à 200 combattants.

Les rebelles aidés de jihadistes ont affirmé avoir brisé samedi le siège des quartiers d’Alep qu’ils contrôlent après avoir reconquis des zones sous contrôle du régime de Bachar al-Assad.

Le 31 juillet, les rebelles aidés du groupe jihadiste Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra qui a renoncé à son rattachement à Al-Qaïda) ont lancé au sud d’Alep une contre-offensive pour briser le siège des quartiers est de la ville qu’ils contrôlent.

Depuis cette date, outre les quelque 700 combattants tués, au moins 130 civils ont également péri dans les affrontements, en majorité dans les quartiers contrôlés par le régime syrien, a indiqué l’OSDH.

Alep (nord), deuxième plus grande ville du pays et enjeu majeur du conflit, est divisée depuis 2012 entre quartiers est contrôlés par les rebelles et quartiers ouest prorégime.

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 après la répression sanglante par le régime de manifestations pro-démocratie. Elle a fait plus de 280.000 morts.

Romandie.com avec(©AFP / 06 août 2016 18h38)

L’armée syrienne progresse au sud d’Alep mais peine près de Homs

octobre 17, 2015

L’armée syrienne, soutenue par ses alliés russes et iraniens, a progressé samedi dans son offensive face aux rebelles et aux djihadistes de l’Etat islamique dans la région d’Alep. Elle rencontre en revanche une forte résistance dans le centre.

Dans la province centrale de Homs, l’armée fait notamment face à une résistance farouche des rebelles autour de Talbissé, sur l’autoroute internationale. l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) indique que « L’aviation russe a mené plusieurs raids sur Talbissé et le nord de la province tandis que de violents combats avaient lieu aux alentours de cette localité », située à 10 km au nord de Homs.

L’OSDH indique qu’au moins 72 personnes, dont 31 femmes et enfants, ont été tuées au cours des dernières 48 heures dans l’offensive à Homs.

Progression
Dans la région d’Alep en revanche, la tentative de reconquête de territoires situés dans le nord du pays a progressé. Elle fait partie d’une stratégie d’ensemble des forces soutenant Bachar al Assad avec l’appui aérien de la Russie.

Selon l’OSDH, les forces coalisées de l’armée ont pris en 24 heures cinq villages et des collines. Elles se trouvent aux portes de la localité clé d’Al-Hader. « La prise de cette localité, à 25 km au sud de la ville d’Alep (chef-lieu de la province éponyme), permettrait de sécuriser une ligne d’approvisionnement de l’armée entre la province d’Alep et celle de Hama », plus au sud, a expliqué à l’AFP son directeur, Rami Abdel Rahmane.

Capitale économique et industrielle
L’offensive s’est pour l’instant concentrée sur les environs d’Alep, ville de deux millions d’habitants et capitale économique et industrielle de la Syrie. L’OSDH précise que l’armée et ses alliés ont repris trois villages après de violents combats et que 17 combattants et huit soldats ou miliciens ont été tués.

La province d’Alep est quasi entièrement aux mains du Front Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, et de ses alliés islamistes, ou des djihadistes du groupe Etat islamique (EI). Le régime ne contrôle qu’une route lui permettant d’approvisionner les quartiers de la ville d’Alep sous son contrôle.

Les forces pro-Assad tentent également de progresser à l’est de l’agglomération en direction de l’aéroport militaire de Koueires assiégé par des djihadistes de l’EI et d’autres insurgés.

La chaîne de télévision Al Manar, appartenant au Hezbollah, a annoncé que les forces syriennes avaient repris le village d’Houaïdja en direction de Koueires. D’intenses combats se poursuivent dans plusieurs autres localités.

La Russie ne vise pas à protéger Assad
A Moscou, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré que l’opération militaire conduite par la Russie en Syrie ne visait pas à maintenir au pouvoir Bachar al Assad. Son but est de vaincre l’Etat islamique.

« Peu importe qui sera à la tête (du pays). Nous ne voulons pas que l’EI dirige la Syrie, n’est-ce pas ? Cela doit être un gouvernement civilisé et légitime », a dit Medvedev sur la chaîne de télévision Rossiya.

Interrogé pour savoir si la Syrie devait être dirigée par Assad, le chef du gouvernement russe a répondu: « Non, absolument pas. Il appartient au peuple syrien de décider qui devrait être à la tête de la Syrie. Pour l’instant, nous estimons que Assad est le président légitime ».

Romandie.com

Syrie: les rebelles pulvérisent l’hôtel Carlton à Alep, 14 morts

mai 8, 2014

Beyrouth – Les rebelles ont fait exploser jeudi le célèbre hôtel Carlton à Alep, faisant au moins 14 morts parmi les soldats et les miliciens pro-régime qui occupent l’établissement depuis le début du conflit en Syrie, rapporte une ONG.

Au moins 14 soldats gouvernementaux et supplétifs ont été tués lorsque les brigades rebelles islamistes ont pulvérisé l’hôtel historique Carlton dans la Vieille ville d’Alep, à l’aide d’une grande quantité d’explosifs placés dans un tunnel creusé sous l’établissement, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Des terroristes ont visé l’hôtel Carlton déclenchant une puissante explosion qui a provoqué sa destruction totale et la destruction de bâtiments historiques environnants, a indiqué pour sa part la télévision d’État, en référence aux rebelles qualifiés de terroristes par le régime.

Une vidéo diffusée par le Front islamique, principale coalition rebelle, qui a revendiqué l’attentat, montre un énorme champignon ocre à côté de la fameuse citadelle d’Alep puis des tirs.

L’hôtel Carlton, situé en face de l’entrée de la citadelle, était jusqu’en juillet 2012, l’un des établissements les plus chics de l’ex-capitale économique de Syrie avant qu’elle ne soit ravagée par les combats. Il était composé d’une partie ancienne, un hôpital du 19e siècle réhabilité auquel a été adjointe une construction moderne, soit au total 90 chambres.

La Vieille ville d’Alep, tout comme la métropole, est divisée entre rebelles et loyalistes et la citadelle du 13e siècle se trouve dans la partie contrôlée par les forces gouvernementales au sud d’une sorte de ligne de démarcation alors que les rebelles se trouvent au nord de la citadelle.

Les rebelles tentent d’avancer vers les positions loyalistes dans ce secteur en recourant entre autres à des explosifs pour faire sauter les bâtiments.

Deuxième ville de Syrie, Alep est entrée dans l’engrenage de la guerre à l’été 2012, à l’issue d’une offensive des rebelles qui tentent depuis trois ans de renverser le régime de Bachar al-Assad.

Romandie.com avec(©AFP / 08 mai 2014 13h44)