Posts Tagged ‘aliko dangote’

Aliko Dangote décroche un premier méga-investissement pour sa raffinerie

août 5, 2021
Aliko Dangote, PDG du groupe Dangote, lors du Africa CEO Forum de mars 2016 à Abidjan, Côte d’Ivoire.

La compagnie nationale des hydrocarbures (NNPC) devient le premier acteur extérieur de poids à s’associer à cette initiative. Selon le milliardaire nigérian, trois autres entreprises l’auraient déjà approché au sujet d’une prise de participation.

Le ministère nigérian du Pétrole, Timipre Sylva, a annoncé le 03 août 2021 que la compagnie nationale des hydrocarbures (Nigerian National Petroleum Corporation – NNPC) allait devenir actionnaire minoritaire du projet de raffinerie du groupe Dangote, obtenant 20% du capital de ce complexe contre un chèque de 2,76 milliards de dollars, a rapporté l’agence Reuters.

La raffinerie d’Aliko Dangote, avec une production attendue à 650 000 barils par jour, devrait être la plus grande du continent d’Afrique. Sa mise en service est prévue pour janvier 2022, après deux reports. Le coût de sa construction est évalué à 15 milliards de dollars.

La NNPC avait signé en juin une lettre d’intention avec le conglomérat nigérian et était en négociations avec des institutions bancaires et le gouvernement fédéral d’Abuja pour valider et financer cette prise de participation. Des négociations qui ont abouti avec l’exécutif nigérian.

Premier exportateur de pétrole d’Afrique, le Nigeria doit importer la quasi-totalité de sa consommation de carburants en raison de la vétusté de ses infrastructures nationales. La raffinerie de Dangote pourrait participer également au rééquilibrage de la balance extérieure du pays, dont le déficit en 2020 est évalué à -33 milliards de dollars selon la Banque mondiale.

Modernisation des raffineries nationales

Outre le démarrage du complexe de Dangote, le gouvernement table aussi sur la réhabilitation de trois raffineries publiques, toutes opérées par NNPC.

En mars 2021, les autorités ont signé un contrat avec le groupe d’ingénierie italien Tecnimont pour la rénovation de la raffinerie principale de Port Harcourt, à l’arrêt depuis 2019, pour un montant de 1,5 milliard de dollars. Selon le ministre Timipre Sylva, les travaux ont d’ores et déjà commencé et 15% du montant du contrat avaient déjà été réglé.

Le gouvernement fédéral nigérian a également approuvé deux autres contrats de modernisation respectivement pour les raffineries de Warri (au sud du pays) et de Kaduna (au nord). C’est la société italienne Saipem qui sera partenaire des deux réhabilitations, pour un coût total de 1,48 milliard de dollars. Les travaux sont censés durer 33 mois.

Cette modernisation sera financée par l’État fédéral et un prêt de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank).

Par Jeune Afrique avec (Avec Reuters)

Aliko Dangote : enquête sur l’homme d’affaires le plus puissant d’Afrique

juillet 6, 2019

Aliko Dangote, lors du CEO Forum à Abidjan en 2016. © ERIC LARRAYADIEU/AFRICA CEO FORUM/JA

 

Dans son édition du 7 juillet, « Jeune Afrique » s’intéresse au Nigérian Aliko Dangote qui poursuit son irrésistible ascension. L’homme le plus riche du continent est en passe de multiplier ses revenus par cinq à l’horizon 2021 grâce à son double projet de raffinerie de pétrole et d’usine de fertilisants à Lekki.

Aliko Dangote (fortune estimée à 16,7 milliards de dollars – 14,8 milliards d’euros – par Bloomberg, à 10,3 milliards par Forbes) fascine plus que jamais. À 62 ans, son ascension paraît irrésistible. Quasi-inconnu hors du Nigeria il y a dix ans, le Prince de Kano jouit désormais d’un statut digne d’un chef d’État – il dispose d’un passeport estampillé Union africaine –, et son aura dépasse allègrement les frontières du continent.

Personnage complexe et ambivalent. À la fois héros de toute l’Afrique et homme d’affaires impitoyable, « fils de » et self-made-man, grand avocat de l’ouverture des marchés africains à son ciment et opposant inlassable à la concurrence au Nigeria, philanthrope et économe, le Prince de Kano est un stakhanoviste, obnubilé par son business.

Pari fou

Le groupe qui porte son nom est en train de changer de dimension sous l’impulsion d’un double projet pharaonique de raffinerie de pétrole et d’usine de fertilisants à Lekki, près de Lagos, dont l’investissement représente au bas mot 15 milliards de dollars.

Un pari fou quand on connaît les risques économiques encourus dans un pays comme le Nigeria. Mais moins pour lui que pour n’importe qui d’autre. Son importance devenue stratégique, son influence politique comme économique lui confèrent une puissance qui l’empêche de perdre.

Mais cette réussite personnelle profite-t-elle au plus grand nombre ? Quoi qu’il en soit, dans son entourage désormais, beaucoup le poussent à envisager un avenir politique…

Par Jeuneafrique.com

L’Afrique compte plus de milliardaires qu’on ne le croit, selon le magazine Ventures

octobre 7, 2013

LAGOS (Nigeria) – L’Afrique abrite beaucoup plus de milliardaires en dollars qu’on ne l’estimait jusqu’à présent, révèle le magazine Ventures qui publie lundi les noms de 55 d’entre eux, alors que le nombre de pauvres continue de progresser.

Parmi les personnalités les plus riches d’Afrique répertoriées dans ce nouveau classement, 20 sont nigérianes. L’Afrique du Sud et l’Egypte arrivent en seconde et troisième position, avec respectivement neuf et huit milliardaires qui en sont originaires.

Selon Ventures, l’entrepreneur nigérian Aliko Dangote, considéré comme l’homme le plus riche d’Afrique depuis plusieurs années par Forbes, est à la tête d’une fortune de 20,2 milliards de dollars.

M. Dangote, qui a fait fortune dans le ciment, est aujourd’hui à la tête d’un véritable empire industriel. Il possède notamment des usines de farine, de sucre et d’autres denrées alimentaires.

La femme la plus riche d’Afrique est également nigériane. Il s’agit de Folorunsho Alakija dont la compagnie pétrolière, Famfa Oil, exploite un des blocs pétroliers offshore les plus prolifiques du Nigeria, selon le magazine.

Mme Alakija, qui étudié le stylisme à Londres, créait des robes pour son amie Maryam Babangida, épouse de l’ancien dirigeant militaire Ibrahim Babangida. Cette relation l’a aidée à acquérir un bloc pétrolier en 1993 à un prix relativement bas, rapporte le magazine.

Une grande partie des milliardaires nigérians ont fait fortune dans le pétrole, dont le Nigeria est le premier producteur du continent.

Les cinq plus gros milliardaires sud-africains, selon cette liste, sont des hommes blancs âgés de plus de 60 ans. Ils ont fait fortune dans la finance et la distribution et tirent une large partie de leurs revenus de leurs investissements à l’étranger (Londres, New York, Zurich).

Le sud-africain Nicky Oppenheimer, classé cinquième, doit sa fortune, estimée à 6,5 milliards de dollars, aux mines de diamants dont il a hérité de sa famille et dont il s’est séparé récemment.

Cette liste, constituée grâce à une analyse rigoureuse des actifs de chacune des personnalités mentionnées, est une estimation basse, estime le fondateur de Ventures, Chi-Chi Okonjo, contacté par l’AFP. Car en Afrique, les gens n’aiment pas parler de leur fortune, il préfèrent parler de philantropie, dit-il.

Certaines grandes fortunes du continent refusent également souvent d’évoquer leur richesse parce qu’elles souhaitent rester discrètes sur leurs affaires et que leurs relations avec le pouvoir ne sont pas toujours claires.

L’Afrique compte certes de plus en plus d’hommes très riches et plusieurs pays enregistrent une bonne croissance économique malgré la crise mondiale, mais la pauvreté n’a pas reculé pour autant.

L’Afrique sub-saharienne, qui comptait 205 millions d’habitants vivant dans un état d’extrême pauvreté (avec moins de 1,25 dollar par jour) en 1981, en comptait 414 millions en 2010, soit plus du double, selon la Banque mondiale.

Romandie.com avec (©AFP / 07 octobre 2013 16h46)

Nigeria: L’homme le plus riche d’Afrique veut investir 9 milliards dollars

septembre 4, 2013

LAGOS – L’homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote, a annoncé mercredi qu’il prévoyait de construire au Nigeria une raffinerie ainsi que des usines pétrochimiques et de fertilisants pour 9 milliards de dollars (6,83 milliards d’euros BIEN milliards) afin de réduire la dépendance du pays au carburant importé.

Ces projets ont été annoncés par Dangote Industries Limited, dont le patron nigérian Aliko Dangote est considéré comme le chef d’entreprise le plus riche d’Afrique, selon Forbes.

L’entreprise a signé un accord de prêt avec un consortium de banques locales et internationales pour 3,3 milliards de dollars (2,5 milliards d’euros) dans le but de construire la plus grosse raffinerie de pétrole du Nigeria et des usines pétrochimiques et de fertilisants, selon un communiqué.

Les usines, qui coûteront au total 9 milliards de dollars, vont permettre la création de 9.500 emplois directs et 25.000 emplois indirects, et entraîneront la réduction des volumes de carburant importé de près de 50% et stopper complètement l’importation de fertilisants, ajoute le communiqué.

La construction des usines devrait prendre trois à quatre ans, a affirmé un porte-parole de l’entreprise.

Cet accord pourrait devenir crucial pour le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique et le plus gros producteur de pétrole, et d’autres pays du continent pourraient en bénéficier.

Au final, plusieurs pays d’Afrique pourront être moins dépendants du carburant et des fertilisants importés de marchés étrangers et pourront réduire les impacts négatifs des conditions qui leur sont imposées dans des marchés internationaux de plus en plus turbulents, estime Dangote dans le communiqué.

Malgré ses réserves de pétrole, le Nigeria importe la majorité de son carburant car les quatre principales raffineries fonctionnent largement en-dessous de leurs capacités, dans un contexte de corruption et de mauvaise gestion.

La raffinerie Dangote pourrait produire environ 400.000 barils par jour, ajoute le communiqué.

Le groupe Dangote détient des intérêts dans de nombreux domaines, du ciment au sucre en passant par l’immobilier.

Romandie.com avec (©AFP / 04 septembre 2013 20h13)