Posts Tagged ‘Aliments’

Canada-Québec: L’inflation atteint 6,7 % en mars au pays, du jamais vu depuis 31 ans

avril 20, 2022

La flambée de l’inflation oblige de plus en plus de consommateurs à modifier leurs habitudes alimentaires. Photo : Istock

L’indice des prix à la consommation poursuit sa flambée au Canada, où l’inflation a augmenté de 6,7 % en mars dernier sur une base annualisée, rapporte Statistique Canada. Il s’agit de la hausse la plus marquée de l’IPC depuis janvier 1991.

En dépit des interventions récentes de la Banque du Canada sur son taux directeur pour ralentir la surchauffe de l’économie, rien ne semble en mesure de freiner la vague inflationniste qui déferle sur le pays.

En février dernier, le taux d’inflation sur une base annuelle atteignait 5,7 %; il a donc augmenté d’un point de pourcentage en un mois.

Selon les données mesurées par Statistique Canada, les prix ont augmenté dans chacune des huit composantes principales de l’économie surveillées par l’agence.

Le salaire horaire moyen des employés, lui, n’a augmenté que de 3,4 % d’une année à l’autre en mars dernier, souligne Statistique Canada.

Les prix de l’énergie sont bien entendu en tête de peloton, avec une augmentation de 11,8 % du prix de l’essence entre février et mars dernier. Sur une base annuelle, le litre d’essence coûtait 39,8 % plus cher en mars 2022 qu’en mars 2021.

Le mazout a quant à lui augmenté de 19,9 % entre février et mars, pour atteindre une augmentation annualisée de 61 % par rapport à mars 2021.

L’alimentation n’est pas non plus épargnée par la flambée du prix des denrées, lequel a augmenté de 8,7 % en mars par rapport à la même période l’an dernier. Il s’agit de la hausse annuelle la plus importante observée dans le secteur de l’alimentation depuis mars 2009.

Les œufs et les produits laitiers, par exemple, coûtaient 8,5 % plus cher en mars 2022 par rapport à mars 2021. Le prix des céréales à déjeuner a quant à lui augmenté de 12,3 % au cours de la même période, contre 17,8 % d’augmentation pour les pâtes alimentaires.

Les augmentations sont attribuables aux prix à terme du blé, qui ont atteint leur plus haut niveau en 14 ans dans le sillage du conflit entre la Russie et l’Ukraine, deux grands exportateurs de blé. Les prix de l’engrais, un intrant clé dans la production de blé, ont été élevés avant que le conflit n’éclate en Europe de l’Est, en raison en partie des prix élevés de l’énergie, explique Statistique Canada.

La pandémie de COVID-19 a entraîné de longs délais pour des détaillants et des clients en perturbant les chaînes d’approvisionnement. Photo: Ben Nelms

Outre les aliments, le secteur des biens durables – notamment l’ameublement et les véhicules automobiles – a aussi essuyé d’importantes hausses de prix. D’un point de vue global, le prix des biens durables a augmenté de 7,3 % d’une année à l’autre, soit la plus forte hausse enregistrée depuis 1982, note Statistique Canada.

Plus précisément, le prix des véhicules automobiles a bondi de 7 % par rapport à mars 2021, tandis que les meubles coûtent 13,7 % plus cher qu’à la même période l’an passé.

Les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement et l’augmentation des prix des intrants et des frais d’expédition ont contribué à la hausse, explique l’agence fédérale.

Avec Radio-Canada par Stéphane Bordeleau

Québec: Trois-Rivières récolte voit le jour

juillet 8, 2021

Bien connus en Mauricie depuis quelques années, les projets Maski récolte et Des Chenaux récolte font des petits dans la région. En effet, Trois-Rivières récolte entame sa première saison et espère récolter pas moins de 1300 kg d’aliments frais.

undefined

© LA BROUETTE undefined

Le projet qui se déroulera sur le territoire de la Ville de Trois-Rivières vise entre autres à valoriser les surplus agricoles des producteurs maraîchers et des citoyens qui possèdent des arbres fruitiers, et à les distribuer à des organismes oeuvrant en distribution alimentaire.

Pour ce faire, après chaque récolte, les surplus seront divisés en trois parts égales entre le maraîcher ou le citoyen-donateur, les citoyens-cueilleurs et un organisme de la région.

«Des maraîchers ou citoyens propriétaires d’arbres fruitiers font appel à Trois-Rivières récolte. Ensuite, selon les disponibilités et la demande, nous organisons une activité et des citoyens-cueilleurs sont invités à y participer. Ces récoltes permettent notamment de lutter contre les pertes alimentaires et de récupérer des surplus agricoles qui seraient autrement perdus, et ainsi contribuer à la sécurité alimentaire au sein de notre région», explique-t-on par voie de communiqué.

Afin de connaître les besoins de la population à ce sujet, un projet pilote avait d’ailleurs eu lieu à Trois-Rivières à l’automne 2020. Ce dernier avait notamment permis de constater que plus de 85 citoyens étaient volontaires. À cet effet, une quinzaine d’entre eux ont participé à l’une des quatre récoltes organisées.

De plus, six propriétaires d’arbres fruitiers et d’une ferme maraîchère ont fourni leurs surplus, ce qui a notamment permis de cueillir et de partager près de 600 kg de pommes, pommettes, carottes, oignons verts et fenouil lors du projet pilote.

Des organismes œuvrant dans le domaine de la sécurité alimentaire ont également manifesté leur intérêt à recevoir les surplus de récoltes pour leurs usagers.

Pour ceux et celles qui souhaitent participer, le recrutement est en cours sur le site du projet. De plus, des propriétaires d’arbres fruitiers et de fermes maraîchères, de même que des cueilleurs et des organismes sont également recherchés.

Avec  Amélie Houle – Le Nouvelliste 

Cancer: la nourriture à risque

février 16, 2018

Cancer : la nourriture industrielle à risque

Depuis les années 1980, une avalanche d’aliments trop salés, trop gras et trop sucrés inondent les rayons de nos supermarchés. GARO/PHANIE

Une étude portant sur 105.000 personnes pendant huit ans pointe du doigt les aliments « ultra-transformés ».

Bonbons, pizza surgelée, sauce ketchup, soda… Depuis les années 1980, les produits de l’industrie agroalimentaire inondent les rayons de nos supermarchés. Une avalanche d’aliments trop salés, trop gras et trop sucrés suspectés aujourd’hui de favoriser le développement des cancers. Dans le Bristish Medical Journal (BMJ), des chercheurs français suggèrent pour la première fois un lien entre la consommation de ces produits ultra-transformés et l’apparition de tumeurs cancéreuses.

Le concept nutritionnel d’«aliment ultra-transformé», apparu en 2009, désigne les aliments, produits par les industriels, contenant des additifs alimentaires (édulcorants, colorants, conservateurs…). «Ces denrées sont plus hyperglycémiantes et caloriques que les autres, mais aussi moins rassasiantes», décrit le Dr Anthony Fardet, chercheur au sein de l’unité de nutrition humaine de l’Institut national de recherche agronomique (Inra), qui n’a pas participé à l’article du BMJ. «Des propriétés qui font le lit du diabète, de l’obésité ou encore de la stéatose hépatique (surnommée “la maladie du foie gras”, NDLR).»

Une augmentation de 10 % de la portion d’aliments ultra-transformés (charcuterie, barres chocolatées…) dans le régime alimentaire est associée à une hausse de 12 % des risques de développer un cancer

S’agissant du cancer, la littérature scientifique montre chez l’animal que ces aliments industriels ont des effets cancérogènes. Pour étudier l’impact chez l’homme, l’Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren), en partenariat avec l’Inserm et l’Inra, a analysé dans l’article scientifique, les habitudes alimentaires de 105.000 volontaires de la cohorte NutriNet-Santé, âgés en moyenne de 42 ans, dont 78 % de femmes. Au cours des huit ans de suivi, plus de 2200 cas de cancers ont été diagnostiqués, dont 739 cas de cancer du sein et 281 du cancer de la prostate.

Il ressort qu’une augmentation de 10 % de la portion d’aliments ultra-transformés (charcuterie, barres chocolatées, soupes…) dans le régime alimentaire est associée à une hausse de 12 % des risques de développer un cancer, et en particulier un cancer du sein. «Une tendance similaire est observée pour le cancer colorectal. Néanmoins, en raison du faible nombre de cas dans notre cohorte, nos résultats ne sont pas significatifs pour ce cancer», précise Bernard Srour, chercheur au sein de l’Eren. À l’inverse, les participants qui consomment davantage de produits bruts par rapport aux aliments ultra-transformés ont un risque de cancer réduit de 9 %.

Pour cerner uniquement le rôle de l’alimentation ultra-transformée, les chercheurs ont pris en compte le niveau d’étude, la consommation de tabac et d’alcool des volontaires ainsi que leur niveau d’activité physique. Ils soulignent que la cohorte est majoritairement féminine et a un niveau socio-économique élevé. «Or on sait que ces profils se préoccupent plus de leur alimentation. De ce fait, on peut imaginer que dans la population générale, la consommation de ces produits industriels est plus élevée et que le risque de cancer est lui aussi plus important», relève le Dr Fardet.

«J’ai la conviction profonde que nous avons suffisamment de preuves pour mettre en garde la population des risques de ces aliments et appliquer le principe de précaution»

Anthony Fardet , auteur de «Halte aux aliments ultra-transformés ! Mangeons vrai»

D’après les chercheurs, la moins bonne qualité nutritionnelle de ces aliments n’est pas le seul facteur impliqué dans cette relation. «Il se peut que les additifs alimentaires, les produits néoformés à la cuisson ou même les substances contenues dans les emballages, comme le bisphénol A, interviennent dans le processus», indique Bernard Srour. Son équipe va d’ailleurs évaluer l’impact des additifs alimentaires lors d’une prochaine d’étude. Ces substances ont, en effet, été mises en cause à plusieurs reprises ces derniers mois: les nitrites dans le jambon ou le dioxyde de titane, sous forme de nanoparticules, présent dans les biscuits. Ces produits ultra-transformés favoriseraient l’apparition de lésions cancéreuses chez l’animal.

En attendant que le coupable soit désigné, Anthony Fardet estime que ces travaux jettent un pavé dans la mare. «J’ai la conviction profonde que nous avons suffisamment de preuves pour mettre en garde la population des risques de ces aliments et appliquer le principe de précaution», affirme l’auteur de Halte aux aliments ultra-transformés! Mangeons vrai (Éditions Thierry Souccar). Selon l’étude NutriNet-Santé, près de 36 % des calories ingérées par les Français sont issues d’aliments produits par l’industrie agroalimentaire. «C’est énorme. Il ne faut pas qu’ils deviennent la base de l’alimentation. Ils ne devraient représenter qu’à peine 15 %, soit 2 portions par jour», ajoute ce spécialiste, qui précise que manger du pop-corn au cinéma ou un paquet de chips un soir est sans danger.

Pour les auteurs, ces travaux rejoignent les recommandations du Programme national nutrition santé (PNNS). Actualisé il y a peu, il recommande de privilégier les aliments peu raffinés (riz complet ou semi-complet par exemple) et de limiter la consommation de produits ultra-transformés.

Lefigaro.fr par 

Le poison blanc le plus dangereux que vous consommez tous les jours

mars 3, 2017

 Voici le poison blanc le plus dangereux que vous consommez tous les jours 

Ce n’est ni du sucre ni du sel, mais ce poison blanc est le plus dangereux et le plus nocif pour le corps humain. Seulement, nous en consommant tous les jours. Le glutamate de sodium E621, c’est son nom. Cet ingrédient alimentaire populaire est un additif beaucoup  utilisé dans l’industrie alimentaire, surtout dans les restaurants.

Le glutamate de sodium E621 est utilisé principalement pour améliorer le goût des aliments. Il se présente sous la forme de poudre cristalline blanche semblable à du sel et du sucre. On le trouve dans presque tous les aliments fabriqués. Outre l’amélioration de la saveur des aliments, il augmente aussi l’appétit, crée la dépendance et mène à la suralimentation et l’obésité.

Selon une recherche scientifique, le glutamate de sodium stimule les cellules du cerveau en créant un effet similaire à la drogue. Cette substance est rapidement absorbée par le cerveau pendant qu’elle circule dans la circulation sanguine. Une fois qu’il atteint le cerveau, il déclenche un changement dans les gènes responsables du sens du goût. Des quantités élevées de glutamate de sodium sont présentes dans de nombreux produits populaires, y compris les saucisses, frites, soupes instantanées, des boîtes de conserves, la bière ….

Note importante: La dose journalière recommandée pour le glutamate de sodium est de 1,5 gramme pour les adultes et pas plus d’un demi-gramme pour les enfants. Cependant, aujourd’hui, près de 200 mille tonnes de cet additif sont utilisés sur une base annuelle moyenne dans le monde.

Un surdosage du E621, conduit à des vertiges, des migraines, des troubles visuels, déséquilibre hormonal, des nausées, une faiblesse, des étourdissements, des douleurs thoraciques… également connu comme le syndrome du restaurant chinois,

Le glutamate de sodium a été découvert par un chimiste japonais, Ikeda Kikunae en 1907. Il améliore non seulement le goût naturel des aliments, mais il améliore aussi le goût et l’arôme des conserves et des aliments surgelés. Les Américains sont les plus grands consommateurs d’aliments transformés dans le monde.

Une étude menée au sein d’un laboratoire sur un groupe des souris, a prouvé la perte de leurs visions après la consommation des aliments contenant le glutamate.

Il est important de savoir que les fabricants d’aliments profitent beaucoup de l’utilisation de E621, car il réduit non seulement le coût de la production, mais augmente également les ventes des produits.

Donc, la prochaine fois que vous achetez des aliments, vérifier les ingrédients et éviter les produits qui contiennent E621. Les épices naturelles sont une alternative beaucoup plus saine que cet additif alimentaire.

Imatin.net par par Christ Boli avec Aregealedis.com

Ces aliments qui rendent beau

octobre 19, 2011

Or les mots « Oméga 3 », « Vitamine C », « acides gras » sont moins onéreux et tout aussi efficaces. La formule magique se cacherait-elle dans notre assiette ? Mais c’est quoi une beauty food ? À chaque peau ses besoins…

Puretrend vous dresse la liste des meilleurs aliments pour une belle peau et un teint éclatant.

Je veux un teint lumineux …

Les teints ternes sont souvent dus à une carence en vitamine C et vitamine A. Faire le plein en vitamine C, n’est pas seulement efficace pour exceller en salto arrière à chaque réveil. La vitamine C permet la formation du collagène (indispensable à l’élasticité de la peau) et favorise la micro-circulation, ce qui améliore l’éclat des peaux ternes. La vitamine A, aussi appelée la vitamine de la bonne mine, protège l’épiderme des rayons ultraviolets.

Pour les peaux ternes on mise donc sur les aliments riches en :

Vitamine C : Les agrumes, la goyave, le cassis, le persil, le poivrons, la fraise, le chou fleur, les épinards, le pomelo.

Polyphénols : L’action de ces molécules est deux fois plus puissante que celles de la vitamine C. Les polyphénols permettent de lutter contre la formation des radicaux libres dans le corps humain et donc de ralentir le vieillissement cellulaire. On en trouve dans le kaki, le vin, le chocolat et le thé.

Je veux lutter contre les rides

Si vous vous engagez dans une lutte contre les rides et les ridules, le zinc et le sélénium sont vos alliés. Le zinc permet le renouvellement cellulaire de la peau donc la cicatrisation, et permet ainsi de lutter efficacement contre les imperfections de l’épiderme (dont l’acné). L’épiderme des fumeuses présente souvent une carence en zinc. Le sélénium est un puissant anti-rides qui permet d’effacer peu à peu les problème d’acné, d’eczéma ou de psoriasis.

Où les trouver ?

Le zinc et le sélénium : dans les huîtres, et tous les produits de la mer (coquillages, crustacés, poissons et algues). En cas d’allergie aux fruits de mer, on peut se tourner vers les champignons, les oeufs et le foie de volaille (y compris le foie gras).

Je veux une peau hydratée

On mise sur les acides gras et les Oméga 3 pour lutter contre le soleil. Ainsi la peau est plus souple, plus résistante, plus hydratée.

On mise sur une alimentation riche en oméga comme les poissons gras (saumon, thon, maquereau), les oeufs, la mâche ou l’huile de Colza

PureTrend.com