Posts Tagged ‘Américains’

Nigeria: deux Américains et deux Canadiens enlevés dans le nord du Nigeria (police)

janvier 17, 2018

Kano (Nigeria) – Deux Américains et deux Canadiens ont été enlevés lors d’une « embuscade » tendue par des hommes armés dans le nord du Nigeria, a déclaré mercredi à l’AFP un porte-parole de la police.

Les quatre expatriés étaient en route mardi soir vers la capitale fédérale, Abuja, depuis la ville de Kaduna, lorsque des « hommes armés non identifiés » leur ont tendu une « embuscade », tuant leur escorte policière, a expliqué Mukhtar Aliyu, porte-parole de l’Etat de Kaduna.

Vers 19H00 locales (18H00 GMT), les ravisseurs « ont engagé d’intenses échanges de tirs avec les deux policiers qui escortaient les expatriés et qui ont malheureusement perdu la vie », a-t-il précisé.

M. Aliyu a affirmé que « la police fait tout son possible pour les secourir » et a déployé « tous les moyens à notre disposition (dont des unités spéciales anti-kidnapping) pour les retrouver vivants et arrêter les ravisseurs ».

Il n’a toutefois pas fourni davantage de détails sur l’identité des quatre otages.

Contacté par l’AFP, un porte-parole de l’ambassade des Etats-Unis n’a pas souhaité commenter ces informations. L’ambassade canadienne n’était pas joignable dans l’immédiat.

Le Nigeria est en proie depuis 2009 à l’insurrection sanglante du groupe jihadiste Boko Haram.

Mais les enlèvements pour rançon sont aussi très fréquents au Nigeria, où des personnalités fortunées et leurs familles sont généralement ciblées par des gangs criminels. Les victimes sont souvent libérées après quelques jours, une fois le versement de la somme effectué.

Quatre Britanniques, dont un mari et son épouse appartenant à une organisation caritative chrétienne, avaient été enlevés le 13 octobre dernier près de Warri, dans l’État du Delta (sud-est).

Le gouvernement britannique avait annoncé en novembre qu’un des otages, Ian Squire, avait été tué lors de sa captivité, les trois autres otages ayant pu être libérés et rentrer chez eux.

Mi-octobre, un prêtre italien, Maurizio Pallu, avait également été enlevé près de la ville de Benin, dans l’Etat d’Edo, voisin du Delta, par un groupe de miliciens armés. Il avait été libéré cinq jours plus tard.

Romandie.com avec(©AFP / 17 janvier 2018 18h26)                   

Thanksgiving à la plage: records de chaleur dans le sud-ouest des États-Unis

novembre 22, 2017

Bain de soleil et baignade à Venice Beach à Los Angeles en Californie, le 22 novembre 2017 / © AFP/Archives / Robyn Beck

Une vague de chaleur inhabituelle pour la saison s’est abattue sur le sud-ouest américain et les météorologues s’attendaient à ce que le mercure y dépasse des records parfois centenaires pour le week-end de Thanksgiving.

Au moment où les Américains s’apprêtent à déguster le repas traditionnel de Thanksgiving – une très hivernale dinde accompagnée de farce, purée et sauces – le thermomètre devrait monter jusqu’à 33 degrés mercredi et 32 jeudi près de Los Angeles, à 31 à Phoenix en Arizona, environ dix degrés celsius au-dessus des normales saisonnières.

« Les températures devraient atteindre des records (mercredi) et pour Thanksgiving à travers le sud-ouest de la Californie », « des pics historiques de chaleur ont déjà été constatés à Oxnard et Camarillo » (à 36 degrés), en banlieue de Los Angeles, a twitté le Service national de météorologie (NWS).

D’après Joe Sirard, météorologue du NWS cité par le Los Angeles Times, le record de chaleur pour Thanksgiving, fête païenne célébrée le quatrième jeudi de novembre, avait été établi à 32 degrés le 26 novembre 1903.

En Arizona, si le mercure monte jusqu’à 31 degrés, « ce sera la date la plus tardive dans l’année à jamais avoir enregistré une température si élevée », poursuit le NWS sur Twitter.

Près de Las Vegas également, le thermomètre devrait s’envoler à des pics inégalés pour une fin novembre.

A San Diego, Los Angeles et Santa Barbara, beaucoup prévoyaient d’aller à la plage se faire dorer après avoir dévoré de la dinde rôtie.

De l’autre côté du pays, la côte Est américaine grelottera face à des températures plus automnales, autour de zéro degré celsius.

La planète a battu en 2016 son 3e record annuel consécutif de chaleur, avec une température supérieure d’environ 1,1°C à la moyenne de l’ère pré-industrielle, selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Le réchauffement favorise déjà des événements météorologiques extrêmes, en particulier des sécheresses et des vagues de chaleur.

Selon certains climatologues, le nombre de sécheresses, incendies de forêts, inondations et ouragans liés au dérèglement, a doublé depuis 1990.

Une série de catastrophes climatiques ont été observées aux Etats-Unis cette année, entre ouragans à répétition et feux de forêts dévastateurs, particulièrement dans les régions viticoles de Napa et Sonoma en Californie. Des désastres qui ont coûté des milliards de dollars et ont nécessité la mise en oeuvre de fonds fédéraux d’urgence.

Romandie.com avec(©AFP / 22 novembre 2017 23h46)                

Le Niger frappé mercredi par une attaque « terroriste », « nombre important de victimes » (président)

octobre 5, 2017

Niamey – Le Niger a été frappé par une attaque « terroriste » ayant fait un « nombre important de victimes », a déclaré jeudi le président nigérien Mahamadou Issoufou en faisant référence à l’embuscade dans lequel sont tombés mercredi des soldats américains et nigériens dans le sud-ouest du Niger.

« Notre pays vient une fois de plus de faire l’objet d’une attaque de groupes terroristes, attaque qui s’est soldée malheureusement par un nombre important de victimes », a-t-il déclaré à l’ouverture du Forum des Premières dames de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à Niamey.

« Les femmes et les enfants paient un lourd tribu au terrorisme de manière directe comme (…) victimes innocentes et de manière indirecte en tant que mères et épouses; elles viennent une fois de plus de perdre des fils et des maris », a-t-il ajouté. Le président a fait observer « une minute de silence à la mémoire de nos soldats tombés sur le champ d’honneur » et « à la mémoire de toutes les victimes du terrorisme ».

Trois soldats américains et un membre d’une « nation partenaire » ont été tués au Niger au cours d’une attaque mercredi après-midi à quelque 200 kilomètres au nord de Niamey, dans le sud-ouest du Niger, a confirmé jeudi le commandement militaire américain en charge de l’Afrique (Africom).

Le président nigérien n’a pas évoqué la mort de soldats américains dans ses déclarations.

Romandie.com avec(©AFP / 05 octobre 2017 16h11)                                            

Missiles nord-coréens: faut-il intercepter? Le dilemme des Américains et Japonais

septembre 18, 2017

Photo fournie le 16 septembre 2017 par l’agence officielle nord-coréenne d’un tir de missile balistique Hwasong-12 dans un endroit non précisé / © KCNA VIA KNS/AFP /

Le dernier tir d’un missile intercontinental par la Corée du Nord, vendredi, a déclenché des sirènes et des alarmes au Japon. Mais ni l’armée japonaise, ni les Américains n’ont tenté d’abattre la fusée.

Les deux alliés ont pourtant vanté ces derniers mois leurs systèmes de défense antimissiles, de coûteuses technologies militaires dont le président Donald Trump souhaite équiper encore plus la Corée du Sud et le Japon.

La prochaine fois, a lancé l’élu républicain américain Dana Rohrabacher, « j’espère qu’on abattra le missile pour envoyer un message aux Nord-Coréens et aux gens qui comptent sur nous, comme les Japonais ».

Jamais Pyongyang n’avait envoyé de missile à une distance aussi grande: 3.700 km, selon le commandement pacifique américain. Le missile s’est abîmé dans le Pacifique, mais non sans avoir survolé l’île septentrionale de l’archipel japonais, Hokkaido.

A Washington, les experts Evans Revere et Jonathan Pollack, du centre de réflexion Brookings Institution, ont recommandé que les Etats-Unis déclarent que tout futur tir de missile en direction des Etats-Unis ou du territoire d’un allié soit considéré comme une menace directe nécessitant une réponse « de la totalité des capacités défensives des Etats-Unis et des alliés ».

Cette fois, les Etats-Unis et le Japon ont estimé que le missile ne représentait pas une menace directe.

S’ils avaient « estimé qu’il y avait une menace directe, nous l’aurions abattu », a déclaré le porte-parole du Pentagone, Rob Manning, en soulignant que l’arsenal américain était très varié.

– Ne pas rater –

Quels sont ces moyens de défense?

Les Japonais possèdent des batteries antimissiles Patriot, conçues pour intercepter des missiles à basse altitude; et des missiles SM-3, développées en partenariat avec les Américains, qui interviennent à haute altitude contre des missiles de portée courte et intermédiaire.

Ces technologies n’ont pas un taux de réussite de 100%, mais le Pentagone, lors d’essais, a démontré sa capacité à atteindre des missiles intercontinentaux.

Dans le cas du missile de vendredi, selon Bruce Klingner, chercheur au centre de réflexion conservateur Heritage Foundation, la trajectoire était toutefois trop élevée pour qu’aucun système d’interception présent dans la région ait pu fonctionner, même les SM-3.

A cela s’ajoute une limitation politique: le Japon, pays pacifiste, ne peut d’après sa Constitution lancer d’action militaire que de façon défensive.

Tokyo a donc comme doctrine de ne tenter d’intercepter que les missiles qui menacent de frapper le territoire japonais, explique Hideshi Takesada, expert de la Corée du Nord et professeur à l’Université Takushoku à Tokyo, à l’AFP. Ce qui n’était pas le cas vendredi.

« Ce qui explique que le gouvernement n’a pas donné d’ordre de destruction », dit l’expert.

Il y a aussi une contrainte technique. L’archipel japonais est si étendu qu’il est difficile de le protéger entièrement par des systèmes d’interception.

« Il est également compliqué d’estimer tout de suite si un missile peut poser une menace directe contre le territoire japonais », ajoute Akira Kato, professeur de politique internationale à l’Université J.F. Oberlin University à Tokyo.

Face à ces contraintes, Japon et Etats-Unis ne veulent pas risquer une interception qui raterait sa cible. Un échec pourrait provoquer la panique dans la région, et dévoiler à Pyongyang les lacunes militaires des alliés.

« Un échec d’interception donnerait l’impression que les capacités défensives du Japon sont insuffisantes », détaille le professeur Kato à l’AFP.

Les Japonais disposent aussi de destroyers équipés de missiles Aegis. Donald Trump aimerait que Tokyo et Séoul achètent notamment sa version terrestre.

Est-il possible d’intervenir plus tôt contre un tir de missile?

Selon le New York Times, les Etats-Unis avaient repéré un jour avant le tir que les Nord-Coréens remplissaient de carburant leur missile.

Le Pentagone souhaite développer des technologies qui permettraient d’intercepter le missile juste après le lancement, quand ils sont lourds de carburant et volent à une vitesse moins rapide que dans les phases intermédiaires ou finales. Cela impliquerait de tirer des missiles depuis des sites plus rapprochés.

Reste enfin la possibilité de lancer des cyberattaques, ou d’équiper des drones de lasers capables d’abattre les missiles intercontinentaux peu après leur lancement.

Romandie.com avec(©AFP / 18 septembre 2017 10h39)                

Climat: le monde avance sur l’accord de Paris, les Américains reviennent dans le jeu

septembre 16, 2017

Réunion de ministres de l’Environnement d’une trentaine de pays, le 16 septembre 2017, à Montréal / © AFP / Alice CHICHE

Les ministres de l’Environnement d’une trentaine de pays ont débroussaillé samedi à Montréal les règles permettant d’atteindre les objectifs de réduction des émissions convenus dans l’accord de Paris, et ont acté le retour progressif dans le jeu des Etats-Unis.

La conférence ministérielle s’est déroulée 30 ans jour pour jour après la signature du Protocole de Montréal pour la protection de la couche d’ozone, « un accord international historique », selon la ministre canadienne du Changement climatique Catherine McKenna.

Afin de respecter un calendrier ébranlé par l’annonce en juin par le président Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris sur le climat (COP21), l’Union européenne, la Chine et le Canada ont pris les rênes et affiché leur volonté d’aller de l’avant.

Les Américains, qui avaient envoyé à Montréal un délégué, ont assoupli leur position. Selon Miguel Arias Cañete, commissaire européen à l’Action pour le climat, les Etats-Unis « ont indiqué qu’ils ne renégocieraient pas l’accord de Paris mais qu’ils allaient passer en revue les termes sur lesquels ils sont engagés par cet accord ».

« Tous les acteurs autour de la table, y compris les Etats-Unis, actent que l’accord de Paris est irréversible », a indiqué de son côté Nicolas Hulot, ministre français de la Transition écologique.

Pour autant, la mise en place des dispositions de l’accord de Paris de réduction des émissions doit être amplifiée tout en gardant l’objectif de limiter, dans l’idéal, la hausse de la température moyenne de la planète à +1,5 degré Celsius en 2050 par rapport à son niveau de l’ère pré-industrielle.

Pour cela, « l’Union européenne est résolue à mettre en oeuvre l’accord de Paris mais nous sommes aussi décidés à élever nos ambitions dans le temps », a assuré M. Arias Cañete.

« L’accord doit être dynamique et on ne doit pas s’en tenir là, les phénomènes (météorologiques) vont plus vite que nos propres engagements », a averti M. Hulot.

– ‘Personne n’est à l’abri’ –

« Quelle que soit la puissance des Etats, personne n’est à l’abri des changements climatiques », a-t-il ajouté en référence aux Etats-Unis touchés par les inondations à Houston ou les ravages de l’ouragan Irma en Floride.

« Les phénomènes météorologiques extrêmes sont plus fréquents, plus puissants et plus destructeurs » avec les changements climatiques, a rappelé Catherine McKenna. Et la ministre canadienne de prendre l’exemple « des enfants à Barbuda qui n’ont même plus d’école » après le passage de l’ouragan Irma qui a dévasté l’île des Caraïbes il y a une semaine.

Le temps presse et, selon M. Arias Cañete, les partenaires doivent « réduire leurs différences et avoir une bonne compréhension de la meilleure façon de mettre en oeuvre ce très ambitieux accord » conclu en décembre 2015 à Paris.

Pour cela, « nous avons besoin d’un recueil de règles pour nous permettre de suivre, de vérifier et de comparer » le niveau des émissions par pays.

Le calendrier, a souligné M. Arias Cañete, est d’avoir ce « recueil de règles (…) avant la COP24 de Katowice (Pologne) fin 2018 ».

Samedi à Montréal, la conférence a permis aussi « de croiser nos expériences sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas », a expliqué Nicolas Hulot.

Autre gros émetteur de CO2, la Chine a fait part de son intention d’interdire la vente d’automobiles propulsées par des moteurs à carburants fossiles, un objectif ambitieux pour le premier marché automobile au monde.

Xie Zhenhua, négociateur chinois pour le climat, a jugé nécessaire de prendre rapidement des mesures pour « nous assurer que nous pouvons réaliser les objectifs » fixés par l’accord de Paris.

Reste à savoir, « comment nous devrions allier les actions sur le climat avec la croissance économique, la protection des populations et la création d’emplois », a-t-il dit.

« Si nous pouvons combiner tous ces sujets, nous ferons de l’accord de Paris un grand succès », a-t-il assuré.

Romandie.com avec(©AFP / 16 septembre 2017 21h20)                

Iran: peine de 10 ans de prison confirmé pour trois Américains

septembre 3, 2017

Téhéran – La justice iranienne a confirmé en appel la peine de dix ans de prison pour un Américain, deux Irano-américains et un ressortissant libanais pour « collaboration » avec les Etats-Unis, a annoncé dimanche le procureur général de Téhéran.

Reproduite par l’agence Mizanonline qui dépend du ministère de la Justice, cette annonce intervient en pleine tension entre l’Iran et les Etats-Unis, qui ont durci le ton à l’égard de Téhéran depuis l’arrivée au pouvoir du président Donald Trump.

Un ressortissant américain « a été condamné à dix ans de prison pour collaboration avec des gouvernements étrangers et sa peine a été confirmée en appel », a déclaré Abbas Jafari Dolatabadi, le procureur général de Téhéran.

Il s’agit de Xiyue Wang, cité comme étant un Sino-Américain dont la condamnation à dix années de réclusion avait été annoncée le 17 juillet par la justice iranienne, qui l’accuse d »’infiltration » sans fournir aucun détail sur les faits reprochés.

Par ailleurs, « un ressortissant libanais (Nezar Zaka) a été condamné à dix ans de prison pour collaboration avec le gouvernement américain », a confirmé le procureur dimanche.

« De même, deux ressortissants iraniens (ayant aussi la nationalité américaine, ndlr) ont été condamnés à dix ans de prison pour collaboration avec un gouvernement ennemi. Leurs peines ont été confirmées en appel », a-t-il ajouté.

Ces deux ressortissants irano-américains, l’homme d’affaires Siamak Namazi et son père Mohammad Bagher Namazi, ont été condamnés ainsi que le Libanais Nezar Zaka et trois autres personnes en octobre 2016 à dix ans de prison pour « espionnage » au profit de Washington.

Les Etats-Unis ont demandé à plusieurs reprises la libération immédiate de ces hommes.

Washington demande aussi la coopération de Téhéran dans le cas de Robert Levinson, un ancien agent du FBI, porté disparu en Iran depuis 2007. Téhéran affirme ne disposer d’aucune nouvelle information sur son sort.

Romandie.com avec(©AFP / 03 septembre 2017 19h42)                                            

Washington réclame à l’Iran la « libération immédiate » de tous les prisonniers américains

juillet 16, 2017

Conférence de presse du président Hassan Rohani à l’occasion du premier anniversaire de l’entrée en vigueur de l’accord sur le nucléaire iranien, le 17 janvier 2017 / © AFP/Archives / ATTA KENARE

Les Etats-Unis réclament à l’Iran la « libération immédiate » de tous les Américains « injustement détenus » par la République islamique, a indiqué dimanche à l’AFP un responsable du département d’Etat après qu’un Américain accusé d' »infiltration » eut été condamné à dix ans de prison par la justice iranienne.

« Le régime iranien continue de détenir des ressortissants américains et d’autres étrangers sur la base de poursuites inventées en matière de sécurité nationale », a tonné ce responsable dans un contexte de très nette crispation entre Washington et Téhéran depuis l’arrivée au pouvoir du président Donald Trump.

Romandie.com avec(©AFP / 16 juillet 2017 16h37)                

Japon: les disparus trouvés morts dans le destroyer inondé

juin 18, 2017

Un caméraman filme dans le port de Tokyo le 18 mai 2017 un destroyer américain entré en collision avec un cargo / © AFP / Kazuhiro NOGI

Les corps des marins américains disparus dans une collision nocturne de leur destroyer avec un cargo au Japon ont été retrouvés dimanche dans des espaces de couchage envahis par les eaux, a annoncé dimanche la marine américaine.

Sept membres de l’équipage de l’USS Fitzgerald étaient portés disparus depuis plus de 24 heures, après un violent choc survenu au large de la côte pacifique de l’archipel nippon samedi matin avec un porte-conteneurs beaucoup plus massif.

« La recherche et les secours sont terminés », a déclaré au cours d’une conférence de presse le vice-amiral Joseph Aucoin, commandant de la 7e Flotte.

Celle-ci avait annoncé dans la matinée de dimanche qu’un « certain nombre » de ses hommes avaient été retrouvés. « Les marins ont été découverts décédés par des plongeurs », avait déclaré séparément le commandement des forces navales sur son compte Twitter.

Le bilan exact n’est pas donné « par respect pour les familles », a expliqué à la presse le vice-amiral.

– ‘Large entaille’ –

L’accident avait fortement endommagé le bâtiment militaire côté tribord et provoqué une entrée d’eau dans des cabines, la salle de radio et une salle de machines.

Le destroyer de 154 mètres de long a subi sous la ligne de flottaison « une large entaille » par laquelle l’eau s’est engouffrée avec « une puissance colossale », laissant peu de chance à quiconque se trouvant à proximité, a précisé dimanche l’officier.

« Il était 02H20 du matin. Un nombre considérable de membres d’équipage dormaient », a-t-il ajouté. « Il y a eu très peu de temps dans les espaces envahis par la mer » pour se sauver.

Il a par ailleurs refusé de donner toute indication des responsabilités possibles dans ce drame. « Nous vous tiendrons au courant lorsque le processus d’enquête sera achevé », a-t-il déclaré debout sur un ponton devant le bateau invalide amarré sur sa base de Yokosuka, au sud-ouest de Tokyo.

« Je ne vais pas me lancer dans des conjectures (…) J’espère que nous obtiendrons ces réponses mais pour le moment nous ne les avons pas ».

Plusieurs membres d’équipage avaient été blessés et évacués par hélicoptère, dont le commandant du navire Bryce Benson, « actuellement soigné », a précisé Joseph Aucoin. « Il a de la chance d’être en vie », a-t-il ajouté.

Le choc survenu peu avant 02H30 samedi (17H30 GMT vendredi) à environ 56 miles nautiques au sud-ouest de Yokosuka avait déclenché une vaste opération de recherches en mer menée par les garde-côtes japonais associés aux forces américaines et plus tard épaulés par les Forces d’autodéfense nippones.

Avions, hélicoptères et navires ont sillonné la zone jusque dans la nuit de samedi à dimanche tandis que les marins écopaient à bord et recherchaient leurs camarades.

Le destroyer de 154 mètres de long était rentré péniblement au port samedi en fin d’après-midi, quelques 16 heures après son accident. C’est là que des plongeurs s’étaient immédiatement mis au travail pour l’inspecter et rechercher les disparus.

– Trafic maritime intense –

« Nous informons actuellement les familles et leur apportons le soutien dont elles ont besoin en ces moments difficiles », a déclaré dimanche la marine américaine.

« Pensées et prières avec les marins du USS Fitzgerald et leurs familles. Merci à nos alliés japonais pour leur aide », avait tweeté samedi le président des Etats-Unis Donald Trump.

Plusieurs collisions de grands bâtiments se sont produites ces cinq dernières années dans cette zone de trafic maritime intense, a rapporté le quotidien japonais Asahi dimanche.

Les gardes-côtes japonais mènent l’enquête, au cours de laquelle ils devront notamment interroger l’équipage philippin du cargo, bien que l’armée américaine ait compétence en priorité dans les accidents impliquant du personnel militaire.

Lancé au milieu des années 1990 et jaugeant quelque 9.000 tonnes à pleine charge, l’USS Fitzgerald dépend de la base de Yokosuka et opère dans le Pacifique ainsi qu’en mer du Japon. Il avait été déployé pendant la guerre en Irak en 2003.

Le cargo ACX Crystal, de 222 mètres de long, est sous pavillon philippin mais recensé comme appartenant au géant maritime japonais NYK Line. Aucun de ses 20 hommes d’équipage n’a été blessé. « Nous allons coopérer pleinement avec les autorités qui enquêtent sur cette affaire », avait dit samedi à l’AFP un porte-parole de NYK.

Romandie.com avec(©AFP / 18 juin 2017 17h50)                

Afghanistan: Deux soldats américains tués et blessé par un militaire afghan

juin 10, 2017

Des soldats américains en patrouille dans la province orientale de Nangarhar, bastion des combattants jihadistes du groupe de l’Etat islamique, le 15 avril 2017 / © AFP/Archives / NOORULLAH SHIRZADA

Deux soldats américains ont été tués et deux blessés samedi par un militaire afghan dans la province orientale de Nangarhar, bastion des combattants jihadistes du groupe de l’Etat islamique, a annoncé un responsable local.

L’attaque a été revendiquée par les Talibans qui l’ont attribuée à un élément infiltré.

Un porte-parole des Talibans, Zabihullah Mujahid, a assuré sur Twitter que quatre soldats américains avaient été tués. Mais le bilan des insurgés afghans est de façon notoire amplifié.

« Aujourd’hui, autour de midi, un militaire afghan a ouvert le feu sur des soldats américains dans le district d’Achin, en tuant deux. Le militaire a été tué à son tour dans des tirs de riposte », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la province, Attaullah Khogyani.

Les forces de l’Otan à Kaboul n’ont pas voulu commenter l’évènement dans l’immédiat.

« Nous sommes au courant d’un incident survenu dans l’est de l’Afghanistan. Nous fournirons davantage d’informations quand cela sera approprié », a indiqué la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis dans un bref communiqué.

Ce type d’attaques au cours desquelles des soldats ou des policiers afghans retournent leurs armes contre des militaires de la coalition internationale, représente un problème récurrent et d’importance pour l’Otan depuis que l’Alliance est présente en Afghanistan aux côtés des forces afghanes.

Des responsables occidentaux considèrent que ces actes trouvent leur origine dans des rancunes personnelles ou des malentendus d’ordre culturel plutôt que dans des initiatives d’éléments insurgés.

Le nombre de ces attaques s’est réduit ces dernières années mais elles ont nourri un sentiment de solide défiance entre les soldats de la coalition et les militaires afghans.

L’Otan a adopté des mesures spéciales de sécurité pour tenter de parer à de telles agressions.

Trois soldats américains ont été blessés en mars lorsqu’un soldat afghan a ouvert le feu contre eux dans la province d’Helmand, dans le sud du pays. Il s’agissait de la première attaque connue de ce type pour cette année.

Mais les forces afghanes sont également affectées par de telles attaques menées au sein de ses propres rangs, sapant en particulier la confiance des forces de sécurité.

Le nombre des soldats américains en Afghanistan s’élève actuellement à environ 8.400, auxquels s’ajoutent quelque 5.000 militaires des alliés de l’Otan, qui assurent pour l’essentiel des tâches d’entraînement et de conseil.

Romandie.com avec(©AFP / 10 juin 2017 17h54)                

France: Washington déconseille aux Américains de se rendre en Guyane

mars 24, 2017

Washington – Les Etats-Unis ont déconseillé vendredi à leurs ressortissants de se rendre en Guyane, un territoire français en Amérique du Sud secoué par un mouvement de grogne sociale.

Le département d’Etat américain a estimé dans une note d’alerte que ses « ressortissants devaient éviter de se rendre en Guyane française pour l’instant » en raison de « larges manifestations de part et d’autre » du territoire ultramarin français et « le long des routes qui mènent aux pays voisins du Suriname et du Brésil ».

La section consulaire du ministère américain des Affaires étrangères diffuse très régulièrement et pour nombre de pays dans le monde des notes d’avertissement et d’alerte à l’attention de ses ressortissants. Mais cela concerne en général des zones de conflits ou des risques d’attentats.

Pour la Guyane, le département d’Etat souligne que « des manifestations à Kourou et à Cayenne peuvent devenir violentes » et que « des routes, écoles, entreprises, bâtiments municipaux ont été fermés », tout comme « l’aéroport international ».

Plusieurs mouvements sociaux ont été déclenchés depuis le début de semaine dans ce territoire français d’Amérique du Sud, traduisant des revendications de salariés et une exaspération croissante d’une partie de la population notamment face à l’insécurité et au déficit d’offre de soins.

Conséquence, le décollage de la fusée Ariane 5 depuis Kourou n’aura pas lieu « tant que la situation sociale ne sera pas réglée », avait prévenu jeudi le centre spatial guyanais, après déjà trois reports cette semaine.

Le Premier ministre français Bernard Cazeneuve a décidé vendredi d’envoyer en Guyane « une mission interministérielle de haut niveau » avec pour objectif de « nouer un dialogue constructif et apaisé », selon Matignon.

Romandie.com avec(©AFP / 24 mars 2017 23h07)