Posts Tagged ‘Andrea Ngombet’

Congo-Brazzaville : « Il est temps pour Sassou de quitter le pouvoir »

décembre 31, 2016

Le collectif #Sassoufit n'est pas arrivé au bout de sa course selon son animateur Andréa Ngombet, ici à Paris le 14 décembre 2016

Le collectif #Sassoufit n’est pas arrivé au bout de sa course selon son animateur Andréa Ngombet, ici à Paris le 14 décembre 2016

Enfant de Mpila, fief du président du Congo-Brazzaville, l’activiste Andréa Ngombet mène le collectif Sassoufit qui appelle à mettre fin au régime de Denis Sassou-Nguesso

Vous n’avez pas l’impression de crier dans le vide ?
Non au contraire, Denis Sassou-Nguesso est K.O. debout. Il a perdu dans les urnes, au niveau de la Communication et il vient de se faire ridiculiser aux Etats-Unis, il ne lui reste plus que les armes

 Face aux armes, à quoi sert un collectif comme le vôtre ?
A inspirer, planifier et déclencher la résistance citoyenne. Nous avons vu les effets dès le 27 septembre 2015, quand la population est sortie en masse pour protester contre le projet de referendum. Le slogan « Sassoufit » a retenti dans les rues de Brazzaville et de Pointe Noire. La riposte du régime avec le concept « SassOui » a fait un flop.

Mais la situation sur le terrain n’a pas bougé depuis…
Non justement, un rapport de force s’est installé. Sassou pensait que le pire était derrière lui, mais le pire est à venir: faillite économique, sociale, crise politique avec les principaux opposants enfermés. Le pays est en état de siège.

Lire aussi:Donald Trump Sassou-Nguesso : les coulisses d’un rendez-vous manqué

Ceux qui en reviennent n’ont pas tous cette vision. Si on écoute Sassou-Nguesso, tout va bien au Congo, même dans le Pool, où il dit avoir fait la fête…
Il a fait la fête oui sûrement, il gouverne par la fête. Il donne du pain –rassis- et des jeux –truqués- au lieu d’apporter du travail et des infrastructures. Cela les gens le voient aujourd’hui.

Pourtant, il a débuté sa campagne avec l’inauguration de la route nationale qui relie Brazzaville à Pointe Noire, un projet concret d’infrastructure
Trente-trois ans pour 515 kilomètres d’asphalte, c’est un bilan assez médiocre, surtout quand on pense aux ressources dont il a disposées.

« Les Panama Papers mentionnent les détournements de fonds au profit de la famille Nguesso »

Son principal opposant Jean-Marie Michel Mokoko est aujourd’hui incarcéré, où en est-il ?
Six mois d’emprisonnement sans jugement au mépris même de la loi congolaise selon laquelle la détention de sureté ne peut dépasser six mois. Il doit être libéré.

Mokoko est accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat, une société suisse aurait même projeté de l’aider. Si ce général avait repris le pouvoir par la force, qu’aurait dit le collectif « Sassoufit » : vive le coup d’Etat ?
Tout Congolais sérieux a déjà pensé, planifié un coup d’Etat contre Denis Sassou-Nguesso et son système. C’est malheureusement la seule manière de s’imposer face à un président qui ne reconnaît pas le résultat des urnes et qui a mis en place un système mafieux. En témoigne les différents scandales financiers, de corruptions auxquels il est mêlé à travers le monde: les biens mal acquis en France, la route de l’Atlantique au Portugal, l’affaire Chironi-Nguesso en Italie, l’affaire Unibeco-Nguesso en Espagne, l’affaire Sundance-Nguesso en Australie, l’affaire Philia-Nguesso en Suisse et les « Panama papers » qui mentionnent les détournements de fonds au profit de la famille Nguesso.

N’est-il pas contradictoire pour un collectif citoyen de vouloir une révolution pacifique et de cautionner une prise de pouvoir par la force avec un coup d’Etat ?
On ne parle pas de militarisation, mais de droits à l’insurrection face à une tyrannie, à un régime bloqué. Nous parlons de seconde indépendance, car nous subissons la colonisation d’un clan qui exploite le territoire sans jamais investir. S’il y avait eu un coup d’état militaire, on aurait salué la chute. Ensuite, nous aurions été tout aussi vigilant parce que notre objectif est l’instauration d’un état de droit.

Compaoré Sassou
Au Brukina Faso, une révolte populaire en octobre 2014 a entrainé la chute du président Blaise Compaoré (à g.), Denis Sassou-Nguesso (à dte) est encore président de la République du Congo-Brazzaville © ISSOUF SANOGO / AFP

Qu’est-ce qui a fait fuir les populations dans le Pool: le retour des Ninjas du Pasteur Ntumi ou la répression du pouvoir en place ?
Ce qui fait fuir, c’est la violence et l’absence d’état de droit. C’est d’être à la merci du plus fort. A cela s’ajoute une discrimination ethnique proférée par le régime et ses supplétifs.

Les hommes du pasteur Ntumi n’ont-ils pas eux aussi leur part de responsabilité ? N’ont-ils pas déclenché les violences dans le Sud de Brazzaville le 4 avril dernier ?
Cela je ne sais pas. Si c’est le cas, nous en sommes très mécontents. Le 4 avril est le jour où la Cour constitutionnelle a validée l’élection illégale perdue par Sassou-Nguesso. Les actions armées ont provoqué une psychose et l’exil d’une partie de la population. Elles ont empêché le soulèvement populaire, pacifique que nous voulions. En cela, ces violences ont servi les intérêts de Sassou-Nguesso. Mais il faut rappeler que c’est le régime, bien avant cela, qui a relancé le cycle de violences interrompu depuis les accords de 2002. Il a réprimé dans le sang les premières manifestations contre le projet de référendum sur la modification de la constitution en octobre 2015.

Nous avons reçu courant 2016 plusieurs témoignages du Sud de Brazzaville et de Pointe Noire concernant des opérations de liquidation visant des jeunes de manière aléatoire. S’agit-il selon vous d’actions isolées ou au contraire maitrisées et voulues par le régime ?
L’homme qui a tué à Pointe Noire, un milicien que l’on appelle « Zulu Bad » aurait été promu. Il a été récompensé parce qu’il a mâté. C’est ce qu’on leur demande.

En RDC, le président n’a pas osé modifier la constitution et il subit des pressions intenses. Pourquoi ce qui est possible en RDC, ne l’est-il pas au Congo-Brazza ?
A Kinshasa, la société civile est plus avancée qu’à Brazzaville, il y a une relative liberté de la presse. Plus qu’à Brazza, où toutes les chaines de télévisées sont liées à des Nguesso. Le débat public est plus libre et les relais de financements chez les industriels plus vastes.

Oui, mais sur Internet, tout le monde s’exprime, vous-même ici…
L’Internet pénètre plus en RDC qu’au Congo. Une des sociétés distributrice Airtel est liée au pouvoir, elle a même envoyé un Sms du président de la République. L’autre société Mtn obéit aux consignes, même quand elles sont illégales. Celle de couper internet par exemple le 20 octobre 2015 et le 18 mars 2016. Ils ont coupé internet, les Sms et le signal de Radio France Internationale. La RDC c’est la puissance du complexe industriel et minier, il y a Moïse Katumbi qui préside une équipe de foot championne d’Afrique, il y a aussi la structure de l’Etat par gouvernorat qui donne de l’indépendance aux provinces et une église qui n’a pas été spoliée par les révolutions socialistes comme cela a été le cas au Congo-Brazzaville dans les années 60.

La chute de l’Abbé Youlu a-t-elle entrainé celle de l’Eglise au Congo ?
Oui. Depuis l’assassinat du cardinal Emile Biayenda, dont on attend toujours la sanctification, l’Église est sous la menace permanente des officines du pouvoir. Il n’y a donc pas de contre-pouvoir organisé dans la société congolaise. Ils sont en train d’émerger peu à peu sur la contestation, dans la société civile comme au Burkina-Faso, mais c’est nouveau.

Quel est le bilan du collectif après deux ans et demi d’existence ?
La traque des réseaux Sassou à travers le monde nous a permis d’épingler Hervé Bourges, qui lui sert de relais, le trafic d’influence à travers l’Alma orchestra de la femme de Manuel Valls et nous avons exercé une pression sur le groupe d’amitié parlementaire France-Congo en allant dans leurs circonscriptions informer leurs électeurs de la collusion entre leurs députés et le régime dictatorial. Nous avons été reçus au Parlement canadien, ce qui a abouti à l’interdiction de séjour de Wilfried Nguesso au Canada et la qualification par la justice canadienne du clan Nguesso en « clan mafieux ».

Comment vous financez-vous ?
Par les dons et contributions personnelles des uns et des autres. Et d’ailleurs j’en profite pour faire un appel aux dons auprès des Congolais et des amis du Congo.

Aucune personnalité de l’opposition ne vous soutient ?
Nous travaillons avec eux en bonne intelligence, mais nous ne sommes l’outil de personne. Sur le terrain, nous travaillons avec des comités locaux d’action qui œuvrent sous couvert depuis la mort le 17 octobre 2015 de trois jeunes à Pointe Noire, tombés sous les ballés parce qu’ils criaient le slogan « Sassoufit ». Quand un ami tombe, un autre se lève à sa place. Nous appelons la jeunesse à reprendre le contrôle de la rue. Cela va dans le sens de l’histoire et l’intérêt des Congolais. Personne ne doit oublier que le nouveau mandat de M. Sassou-Nguesso a été acquis dans le sang. C’est pour cela aussi qu’il ne doit pas le terminer.

Parismatch.com Interview François de Labarre Publié le 30/12/2016 à 22h48

Congo-Brazzaville : les « Sassoufistes » se mobilisent sur la toile

janvier 10, 2015

 

Andrea Ngombet

Andrea Ngombet

 Le Mouvement « SASSOUFIT » prend de l’ ampleur sur la toile

http://afrikarabia2.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/01/04/congo-brazzaville-les-sassoufistes-se-mobilisent-sur-la-toil-50533.html

« 30 ans Sassoufit ! ». Le jeu de mot est efficace, mais suffira-t-il à faire plier le président Sassou Nguesso, dont le parti vient de se prononcer pour un changement de Constitution qui lui permettrait à briguer un troisième mandat ? Andrea Ngombet, l’un des fondateurs du collectif « Touche pas à l’article 57 » le pense. Lassé par les manifestations de la diaspora devant l’ambassade du Congo à Paris, Andrea et ses amis décident d’investir les réseaux sociaux. « La stratégie de la diaspora est mauvaise, les manifestations ici en France, n’empêchent pas Denis Sassou Nguesso de dormir » constate Andrea. En avril 2014 le collectif lance la campagne « #Sassoufit ». Très vite, la mobilisation s’organise via Facebook et Tweeter. « Avec peu de moyens, on peut arriver à briser l’isolement médiatique sur la situation au Congo-Brazzaville. Aujourd’hui plus de 4000 personnes nous suivent sur les réseaux sociaux. Petit budget, fort impact !» constate le jeune congolais.

Changement de Constitution ?

L’objectif affiché du groupe est de défendre la Constitution congolaise. « Nous sommes les enfants de la Constitution de 2002 » revendique Andrea. Et selon la loi fondamentale, le président Denis Sassou Nguesso, 30 ans au pouvoir et deux mandats au compteur, devrait passer la main. Trois articles empêchent le président congolais de se représenter. L’article 57 stipule que le président de la République ne peut se représenter qu’une seule fois, ce qui n’est déjà plus le cas de Sassou. L’article 58 limite l’âge du candidat à l’élection présidentielle à 70 ans, or Denis Sassou Nguesso a déjà 71 ans et serait donc trop vieux pour se représenter. Enfin, l’article 185 explique que le nombre de mandats du président ne peut faire l’objet d’une révision constitutionnelle. Bloqué par trois verrous juridiques, le parti du président Sassou, le PCT, croit pourtant avoir trouvé la solution en proposant un changement complet de Constitution… avec réécriture de tous les articles. Un scandale pour le collectif « #Sassoufit » qui pense qu’un référendum sur la question serait « vraisemblablement truqué avec un faible taux de participation, à l’image des dernières élections législatives ».

Rassemblement « Sassoufiste » le 22 mars à Brazzaville

Les jeunes « Sassoufistes » roulent-ils pour un parti politique ? Andrea Ngombet est clair sur la question : « nous sommes de la société civile, nous ne sommes pas des politiques ». Le collectif veut « dépersonnaliser le débat » même si son slogan pointe les 30 années de « démocrature » de Sassou, un mélange de démocratie et de dictature. « On veut juste défendre la Constitution, plaide Andrea, peu importe qui gagnera ensuite les élections, nous n’avons personne à soutenir. Si Sassou s’en va, ce sera un acquis pour tous les futurs présidents, qui ne feront que deux mandats ». Mais avant d’en arriver là, Andrea a bien conscience que la route est peut-être encore longue. « Sassou vient de recruter de nouveaux gendarmes !». Signe du climat de peur qui règne à Brazzaville, les Congolais qui brandissent leur panneau « Sassoufit » devant leurs smartphones ne le font pas tous à visages découverts. Pourtant, le 22 mars prochain, le collectif fait le pari d’organiser un rassemblement citoyen à Brazzaville pour défendre l’actuelle (…)

Afrikarabia.com