Posts Tagged ‘Andrew McCabe’

États-Unis/limogeage choc au FBI: Trump applaudit, avalanche de critiques

mars 17, 2018

Andrew McCabe entendu par une commission au Sénat américain le 11 mai 2017, alors qu’il dirigeait le FBI par intérim / © AFP/Archives / JIM WATSON

Donald Trump se réjouissait ouvertement samedi du limogeage de l’ex-numéro deux du FBI, Andrew McCabe, saluant le départ forcé de sa bête noire comme « un grand jour pour la démocratie » là où beaucoup dénonçaient une vendetta politique.

Ravivant les inquiétudes sur les velléités de la Maison Blanche de mettre un terme à l’enquête russe du procureur spécial Robert Mueller, l’avocat personnel du président américain, John Dowd, a lui dit espérer que le ministère de la Justice refermerait maintenant ce dossier.

Cible depuis des mois des critiques virulentes de l’administration Trump, Andrew McCabe –qui avait quitté en janvier ses fonctions de directeur adjoint du FBI mais restait un employé– a appris son licenciement à 48 heures de pouvoir toucher, après plus de 21 ans de service, sa retraite de haut fonctionnaire.

Donald Trump, lui, a martelé sur Twitter qu’il n’y avait « pas eu collusion entre la Russie et la campagne Trump ».

« Comme beaucoup le découvrent maintenant, en revanche, il y a eu une quantité énorme de fuites, de mensonges et de corruption aux plus hauts niveaux du FBI, de la justice et du (département) d’Etat », a-t-il poursuivi, avant de qualifier à nouveau l’enquête de Robert Mueller de « chasse aux sorcières », qui « n’aurait jamais dû commencer ».

C’est en reprenant l’expression « Vous êtes viré » qui a fait ses grandes heures de star de la téléréalité que Donald Trump avait salué peu après minuit, samedi, le nouveau coup de théâtre dans cette saga politique.

« Andrew McCabe VIRÉ, un grand jour pour les hommes et les femmes du FBI qui travaillent dur – Un grand jour pour la démocratie ».

– ‘Les Américains jugeront’ –

La réponse de ce dernier ne s’est pas faite attendre.

Se déclarant victime d’une « guerre » menée contre le FBI et contre l’enquêté du procureur spécial, Andrew McCabe a dénoncé « une entreprise sans précédent, conduite par le président lui-même », pour le « chasser » de son poste.

Andrew McCabe avait dirigé le FBI par intérim de mai à août 2017, après le licenciement spectaculaire par Donald Trump du directeur James Comey.

Il avait auparavant participé à l’enquête sur les courriels de Hillary Clinton. Une investigation que la candidate malheureuse contre Trump accuse d’avoir sapé ses chances de remporter la présidentielle mais dont certains conservateurs déplorent qu’elle ait été classée sans suite.

A nouveau samedi, Donald Trump a accusé M. McCabe d’être trop proche de M. Comey ainsi que des démocrates.

Et le président de tacler au passage sur Twitter l’ancien patron du FBI, l’une de ses cibles favorites. « Le moralisateur James Comey était son chef et a fait passer McCabe pour un enfant de choeur. Il savait tout des mensonges et de la corruption qui régnaient aux plus hauts niveaux du FBI ! ».

Caustique, James Comey lui a répondu sur le réseau social, faisant allusion à son livre à paraître en avril: « M. le président, les Américains entendront mon histoire sous peu. Et ils pourront juger d’eux-mêmes qui est honorable et qui ne l’est pas ».

– Notes personnelles –

C’est après une enquête interne du FBI que le ministre de la Justice, Jeff Sessions, a annoncé son licenciement vendredi soir, mettant un terme à des semaines de suspense.

Les services du FBI ont établi que M. McCabe a fait des révélations non autorisées aux médias et a « manqué d’honnêteté sous serment », une grave accusation.

La décision de limoger M. McCabe a été prise « après une enquête complète et équitable » par bureau indépendant, a souligné Jeff Sessions. Le détails des faits retenus contre lui n’a pas encore été rendu public.

Andrew McCabe a d’ailleurs déjà livré au procureur spécial ses notes personnelles, prises notamment après des conversations avec Donald Trump, selon CNN samedi.

– ‘Poubelles de l’histoire’ –

Un ancien ministre de la Justice du démocrate Barack Obama, Eric Holder, s’est inquiété sur Twitter de la décision « dangereuse » de Donald Trump.

Et l’ancien chef de la CIA sous Barack Obama, John Brennan, a eu des mots encore plus forts à l’attention du 45e président des Etats-Unis.

« Lorsque l’étendue complète de votre vénalité, de votre turpitude morale et de votre corruption politique sera connue, vous occuperez votre juste place parmi les démagogues déshonorés dans les poubelles de l’histoire ».

Romandie.com avec(©AFP / 18 mars 2018 03h57)                

États-Unis: critiqué par Trump, le numéro 2 du FBI quitte ses fonctions

janvier 29, 2018

Washington – Le numéro 2 du FBI, depuis des mois dans le collimateur du président Donald Trump, a quitté ses fonctions, a confirmé lundi une source gouvernementale.

Andrew McCabe a fait depuis 2016 l’objet de critiques récurrentes de la part de M. Trump et de responsables républicains, qui l’accusent d’être proche des démocrates.

Mais la Maison Blanche a décliné toute responsabilité dans le départ de la direction de la police fédérale de M. McCabe, âgé de 49 ans.

« La Maison Blanche n’a joué aucun rôle dans cette décision », a assuré lundi la porte-parole de l’exécutif, Sarah Sanders, dans son point de presse quotidien.

M. McCabe quitte son poste avec effet immédiat, mais restera sur le registre des employés de la police fédérale jusqu’en mars pour des raisons administratives.

Donald Trump semble avoir focalisé sur ce haut fonctionnaire policier toute l’amertume que suscite chez lui l’enquête très sensible qui cherche à déterminer si l’équipe de campagne du milliardaire républicain s’est concertée avec les Russes pour influencer les résultats de l’élection présidentielle de 2016.

Ainsi, Donald Trump a publiquement reproché à son ministre de la Justice, Jeff Sessions, de ne pas avoir renvoyé Andrew McCabe à l’époque où celui-ci était directeur par intérim du FBI.

Le président a par ailleurs accusé M. McCabe d’être un ami de l’ex-patron du FBI James Comey, lui-même limogé par M. Trump à cause de l’enquête russe. Et il a également reproché à l’épouse de M. McCabe d’avoir des liens avec Hillary Clinton, son ancienne rivale à l’élection présidentielle.

Peu après avoir écarté M. Comey de la tête de la police fédérale, Donald Trump avait convoqué à la Maison Blanche Andrew McCabe, à qui revenait la tâche de diriger par intérim le prestigieux bureau centenaire, aux 30.000 employés jaloux de leur indépendance.

Le président a alors demandé au chef policier pour qui il avait voté à la présidentielle, a rapporté la semaine passée le Washington Post.

Eric Holder, ministre de la Justice sous Barack Obama, a lui rendu hommage au directeur-adjoint du FBI, le qualifiant de « serviteur de l’Etat dévoué ».

Il a sous-entendu qu’Andrew McCabe essuyait les plâtres, face à la colère que suscite chez Donald Trump l’enquête russe.

« Les attaques infondées contre le FBI et le ministère de la Justice afin de détourner l’attention d’une enquête pénale légitime ne font que causer un tort inutile et durable aux fondations de notre Etat », a commenté M. Holder.

Romandie.com avec(©AFP / 29 janvier 2018 20h00)

États-Unis: L’enquête russe continue malgré le limogeage du chef du FBI (chef du FBI par intérim)

mai 11, 2017

Washington – Le directeur par intérim du FBI Andrew McCabe a assuré jeudi au Congrès que l’enquête sur les ingérences russes durant la campagne électorale se poursuivait normalement, malgré le limogeage par Donald Trump de l’ancien directeur, James Comey.

« Le travail des hommes et des femmes du FBI continue quels que soient les changements de circonstances, quelles que soient les décisions », a déclaré Andrew McCabe lors d’une audition au Sénat. « Il n’y a eu aucune tentative d’entraver notre enquête à ce jour. On ne peut pas arrêter les hommes et femmes du FBI de faire ce qu’il faut, protéger les Américains et défendre la Constitution ».

Cette audition était la première apparition en public d’Andrew McCabe, qui a pris les rênes de la police fédérale au pied levé, en remplacement de James Comey, congédié soudainement par le président américain mardi soir.

L’audition devant la commission du Renseignement du Sénat, consacrée aux menaces mondiales, incluait aussi cinq hauts responsables du renseignement américain dont les patrons de la CIA et de la NSA. James Comey devait initialement y participer.

M. McCabe pourrait être interrogé, surtout par les sénateurs démocrates, sur les circonstances de l’éviction de M. Comey et sur le statut de l’enquête sur les ingérences russes.

Cette enquête s’intéresse aussi à une éventuelle coordination entre des membres de l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie.

L’opposition s’inquiète de l’indépendance des investigations, mais la Maison Blanche a justifié le départ de M. Comey par son mauvais traitement d’Hillary Clinton lors de l’enquête sur ses emails l’an dernier.

Romandie.com avec(©AFP / 11 mai 2017 17h19)