Posts Tagged ‘Anne Sinclair’

France/« Il existe mille formes d’emprise » : Anne Sinclair revient sur sa relation avec DSK

mai 30, 2021

Dans le portrait de la semaine réalisé par Audrey Crespo-Mara pour « Sept à huit », la journaliste évoque sa « hantise du désaccord » avec son ex-mari.

Entre les années 1980 et 1990, Anne Sinclair était la star de l’info sur TF1. Les politiques ont défilé sur le plateau de la journaliste, réputée pour ses grands entretiens. En privé, la native de New York était en couple avec Dominique Strauss-Kahn, alors député, rencontré lors d’un tournage de Questions à domicile en 1988. Dans le portrait de la semaine réalisé par Audrey Crespo-Mara pour Sept à huit, diffusé ce dimanche 30 mai, la journaliste de 72 ans est revenue sur la prise de fonction de son ex-mari à Bercy, entraînant son retrait de l’antenne de 7 sur 7, et sur sa relation sous « emprise » avec l’ancien patron du FMI.

Dans ses mémoires, Passé composé (Grasset), Anne Sinclair revient sur sa relation avec Dominique Strauss-Kahn, tombé en disgrâce après l’affaire du Sofitel de New York, en 2011. Aux côtés de son mari de l’époque, alors patron du Fonds monétaire international (FMI) et accusé de viol par Nafissatou Diallo, la journaliste a affronté la tempête judiciaire, les rumeurs sur son couple, le battage médiatique autour des mœurs de l’ancien ministre. Dix ans plus tard, la compagne de Pierre Nora évoque « l’emprise » de son ex-époux. « C’est de mon fait et pas que du sien. J’ai été, comme avec ma mère, dans la hantise du désaccord et j’ai mis du temps à m’apercevoir qu’on peut avoir une relation en étant d’avis différents », explique-t-elle, en évoquant les « mille formes d’emprise ».

Anne Sinclair n’a « jamais regretté » sa mise à l’écart

Auparavant présentatrice et directrice adjointe de l’information, Anne Sinclair gérait tambour battant sa carrière à TF1 et sa vie privée. Si l’intervieweuse cuisinait « les puissants » sur la Une, elle gérait aussi la famille, ses finances, ses deux enfants nés d’une précédente union avec Ivan Levaï. « Affectivement », on est quelquefois « sinon dominée, au moins un peu mise de côté », selon la principale intéressée.

Vedette de l’entretien politique, Anne Sinclair a dû renoncer à la présentation de 7 sur 7, en 1997. En cause : la nomination de Dominique Strauss-Kahn à Bercy. Une mise à l’écart que la journaliste n’a « jamais » regrettée. « Au tout début, je me suis peut-être trouvée un peu désœuvrée. Beaucoup de gens ont pensé que c’était une soumission des femmes par rapport à la carrière de leur mari, mais ça n’a rien à voir », affirme-t-elle sur TF1. Pour Anne Sinclair, son retrait du magazine était la solution pour éviter un conflit d’intérêts, alors que son ex-mari était nommé au poste clé de ministre de l’Économie et des Finances. « Quand vous devenez la femme d’un des personnages les plus importants de l’État, on ne vous voit plus de la même manière », ajoute-t-elle, reconnaissant que sa liberté aurait été « entravée ».

Par Le Point

Film sur DSK: l’ex-épouse Anne Sinclair exprime son dégoût mais n’attaque pas en justice

mai 18, 2014

Paris – L’ex-épouse de l’ancien directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn, la journaliste Anne Sinclair, a exprimé dimanche son dégoût pour le film Welcome to New York d’Abel Ferrara inspiré de l’affaire du Sofitel, tout en indiquant toutefois qu’elle ne l’attaquera pas en justice.

Comme le personnage de Simone (joué par Catherine Bisset) dans le film +Welcome to New York+ prétend me représenter, je veux seulement dire ici mon dégoût (…) Je ne ferai pas à MM. Ferrara et (Vincent) Maraval (co-producteur) le plaisir de les attaquer en justice (…) Je n’attaque pas la saleté, je la vomis, déclare la journaliste sur le site français du Huffington Post qu’elle dirige.

Le film présenté en première mondiale à Cannes samedi, hors-sélection, était visible immédiatement en vidéo à la demande (VOD, paiement à l’acte) sur internet, visible en France et en Espagne.

Avec Gérard Depardieu dans le rôle principal, il s’inspire librement de l’affaire du Sofitel de New York, quand une femme de chambre de l’hôtel a accusé Dominique Strauss Kahn, alors directeur du FMI et pressenti pour être candidat à l’élection présidentielle française, de l’avoir violée.

Un temps emprisonné, DSK a bénéficié d’un non-lieu dans cette affaire mais sa carrière a été brisée. Il est aujourd’hui séparé d’Anne Sinclair.

Dans le Huffington Post, Mme Sinclair exprime son dégoût d’un film où l’exhibition permanente du corps de Gérard Depardieu, présentée comme une audace, donne en fait le haut le coeur.

Dégoût aussi des dialogues minables et grotesques, de la façon dont le réalisateur Abel Ferrara représente les femmes, ce qui doit illustrer ses propres pulsions, et enfin et surtout du soi-disant face à face des deux personnages principaux, où les auteurs et producteurs du film projettent leurs fantasmes sur l’argent et les juifs, ajoute-t-elle.

Les allusions à ma famille pendant la guerre sont proprement dégradantes et diffamatoires, ajoute la journaliste, qui doit sa fortune à son grand père marchand d’art. Elles disent le contraire de ce qui fut. Mon grand-père a dû fuir les nazis et a été déchu de sa nationalité française par le gouvernement de Vichy. Mon père a rejoint la France Libre et a combattu jusqu’à la Libération. Dire autre chose relève de la calomnie. Je ne pensais pas avoir à défendre aujourd’hui leur mémoire devant des attaques aussi clairement antisémites, motivées chez le réalisateur sans doute par ses propres problèmes et chez le producteur par son goût du profit, dénonce Anne Sinclair.

Cela étant, je ne ferai pas à Messieurs Ferrara et Maraval le plaisir de les attaquer en justice. Ils l’ont dit, ils n’attendent que cela. Je n’attaque pas la saleté, je la vomis, conclut-elle.

Romandie.com avec(©AFP / 18 mai 2014 14h36)

Dominique Strauss-Kahn : Mort de Brigitte Guillemette, sa deuxième épouse

novembre 6, 2013

Deuxième épouse de Dominique Strauss-Kahn et mère de sa fille Camille, Brigitte Guillemette est morte le 26 octobre 2013. Son avis de décès est paru dans le carnet du Monde, le 1er novembre. Fondatrice d’une société de communication, férue d’économie, Brigitte Guillemette a également un fils, Matthieu Hug, PGD de la société RunMyProcess, ainsi que deux petits-enfants, Emma et Thomas.

Fille de diplomate, Brigitte Guillemette avait conservé d’excellents rapports avec Dominique Strauss-Kahn après leur divorce et n’a pas hésité à prendre sa défense dans les affaires du Sofitel et de Tristane Banon, dont elle est par ailleurs la marraine. Brigitte Guillemette rencontre DSK en 1983, deux ans plus tard, naît leur fille Camille. En 1986, le couple se marie et divorce assez vite. En 1988, DSK fait la rencontre de sa vie en participant à une émission de télévision, celle d’Anne Sinclair dont il est depuis divorcé.

Lorsque Dominique Strauss-Kahn est arrêté en mai 2011 à New York, il venait de déjeuner avec sa fille Camille qui étudiait à la prestigieuse université de Columbia. La jeune femme devient un témoin clé et fait front au côté de sa belle-mère Anne Sinclair lors des comparutions de son père au tribunal de Manhattan. Brigitte Guillemette monte au créneau dans Le Parisien pour défendre le père de sa fille. Elle reprendra la parole un peu plus tard dans le Nouvel Observateur, en pleine affaire Tristane Banon, pour remettre les points sur les i et annoncer qu’elle avait porté plainte pour diffamation contre la mère de Tristane, Anne Mansouret. Elle déclarait n’avoir qu’une « obsession » : protéger sa fille. Camille est la benjamine des enfants de l’ancien directeur général du FMI, également père de Vanessa (1973), Marine (1976) et Laurin (1981), nés de son mariage avec Hélène Dumas.

Dans les années 80, Brigitte Guillemette était PDG du groupe Corolle PR, filiale de Mattel. Elle a ensuite créé Euroscope consulting group, une entreprise de communication.

Purepeople.com

Audrey Pulvar dresse le bilan des années Montebourg

février 8, 2013

La journaliste confesse des moments difficiles

 
Audrey Pulvar dresse le bilan des années Montebourg

Audrey Pulvar lunettes (hauteur)Audrey PulvarArnaud Montebourg et Audrey Pulvaraudrey-pulvaraudrey-pulvar

La relation entre Audrey Pulvar et Arnaud Montebourg a longtemps passionné les médias, mais a surtout empoisonné la vie professionnelle de la journaliste. Aujourd’hui, ils ont rompu, et l’ancienne chroniqueuse de Laurent Ruquier parle librement de de ces années «difficiles».

Le moins que l’on puisse dire c’est que tout le temps qu’elle a vécu une histoire d’amour avec Arnaud Montebourg, Audrey Pulvar n’a pas été à la noce. Maintenant qu’elle est séparée du ministre du Redressement Productif, la journaliste a retrouvé une liberté de parole dont elle n’hésite pas à se servir. Invitée du Buzz Média Orange Le Figaro, Audrey Pulvar est revenue sur ces trois années qu’elle juge «difficiles».

Et c’est sans langue de bois qu’elle avoue à propos de cette histoire: «Oui, j’ai payé très cher». Jugez plutôt: écartée de France Inter, d’i-Télé, de France 2… Audrey Pulvar a subi, comme Anne Sinclair, Christine Ockrent, Béatrice Schonberg avant elle, l’interdiction du cumul des mandats, politique et journalistique, dans un même couple. Pourtant, elle revendique son intégrité: «Je suis restée la même personne, j’ai toujours gardé mon indépendance d’esprit, ma liberté de ton, ma liberté de parole, mes sujets de prédilection… je n’ai pas la sensation d’avoir changée en étant avec ou en étant plus avec Arnaud Montebourg. Mais j’en ai subi, le terme “subir” est le bon, des conséquences très désagréables, qui, j’espère, sont maintenant derrière moi». http://bcove.me/f1wd9fdv

Ce qu’Audrey Pulvar ne comprend pas c’est pourquoi France 2 n’a pas voulu qu’elle continue à collaborer à On n’est pas couché, alors que Laurent Ruquier l’avait recrutée pour être partisane. «J’étais dans cette émission pour affirmer un point de vue, pour défendre des idées, donc je me pose toujours la question de savoir pourquoi je n’y avais plus ma place» s’étonne-t-elle.

La journaliste est revenue sur son passage mouvementé aux Inrocks, une expérience qui a été gâchée par l’affaire de la BPI. La relation de confiance qui l’unissait à Mathieu Pigasse s’en est trouvée complètement polluée. «Ça a complètement faussé le climat entre nous. J’ai pour coutume de dire que j’ai été un dommage collatéral dans cette affaire. Après, la relation a été très mauvaise (…) et j’ai eu la sensation, et je n’étais pas la seule, que le journal était pris en otage dans ce conflit de personne. Donc j’ai préféré partir» explique-t-elle.

Aujourd’hui, c’est plutôt de retours dont il s’agit pour Audrey Pulvar puisqu’elle est désormais chroniqueuse sur i-Télé et sur RTL, dans On refait le monde.

Gala.fr par Jean-Christian Hay

 

Anne Sinclair, le grand retour

janvier 30, 2013

Comment elle se reconstruit, six mois après sa rupture

Anne Sinclair, le grand retour

Anne-Sinclair-DSK-2009Anne-Sinclair-Dominique-Strauss-Kahn-1997Anne-Sinclair-Dominique-Strauss-Kahn-dernière-TF1

Anne Sinclair fait son grand retour médiatique. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ça lui réussit. Amitié, job, invitations: un an et demi après le scandale Nafissatou Diallo, tous les curseurs sont à nouveau au beau fixe pour cette célibattante. Cette semaine, dans Gala, découvrez notre enquête sur la façon exceptionnelle dont Anne Sinclair a su rebondir après sa séparation avec DSK.

Le temps où la journaliste de 64 ans vivait avec l’ex-directeur du FMI paraît déjà très loin à celle qui bénéficie du soutien de ses fidèles amis, parmi lesquels BHL, Patrick Bruel ou encore Pierre Bergé. Le 15 janvier dernier, dans un article sur une autobiographie de Françoise Giroud, la journaliste semble se décrire. On a souvent parlé de la passion dévorante qui la liait à l’ex-présidentiable et il en allait de même pour François Giroud avec Jean-Jacques Servan-Shreiber. Pas étonnant, donc, qu’elle ait chez la fondatrice de l’Express une phrase qui sonne pour elle comme une confession intime: «J’ai promis à Jean-Jacques d’avoir confiance toujours, j’ai tenu parole. Je ne le regrette pas. Mieux vaut être dupe qu’avare».

Six mois après sa séparation d’avec DSK, la journaliste qui s’investit plus que jamais comme directrice éditoriale du Huffington Post, n’est cependant plus dupe de grand-chose. Epaulée par son ex-professeur à Science Po, Pierre Nora, 80 ans, dont elle aime les conversations pertinentes et la profondeur intellectuelle, et avec lequel elle a passé les fêtes de fin d’année dans son riad de Marrakech, elle réintègre à nouveau les cercles mondains parisiens. Qui l’ont accueillie à bras ouverts. Terminée l’existence frustrante de «femme de», tricarde, Anne Sinclair prouve que la vie peut bel et bien commencer à 64 ans, pour peu qu’on ait le caractère bien trempé! Une qualité qui ne lui fait pas défaut, au contraire. Après vingt-trois années d’amour qui l’avaient fait passer au second plan, c’est le grand retour d’une battante. Et c’est à lire mercredi dans Gala.

 
Gala.fr par  Séverine Servat

DSK et sa nouvelle compagne demain en une de VSD

septembre 5, 2012

L’amour retrouvé 

 

L’ex big boss du FMI ne sera pas resté célibataire bien longtemps. Nos confrères de VSD publient demain des photos de DSK et de sa nouvelle amie.

Lâché par un bon nombre de « proches » après sa chute, largué par sa femme, Anne Sinclair, Dominique Strauss-Khan se retrouvait chaque jour un peu plus seul. L’homme politique, cibles de nombreuses accusations dont aucune n’a été confirmée par la justice, a vu le vide se faire autour de lui.

Une période désormais révolue : Dominique a de nouveau une femme dans sa vie, comme nous l’apprennent nos confrères de VSD dans le numéro qui sera en kiosques demain. Myriam, jolie blonde toute en classe, et qui travaille dans l’audiovisuel. D’après ceux qui les ont aperçus ensemble, le couple file le parfait amour. Ils sont d’ailleurs partis en Corse ensemble à la fin du mois d’août, week-end au cours duquel DSK s’est fait vivement interpeller par un journaliste de LCI en vacances dans le coin.

Nouvelle femme, nouveau départ ? A lire demain dans VSD…

Voici.fr par C.C.

Dominique Strauss-Kahn va se faire soigner

novembre 15, 2011

« Il a admis qu’il était malade »

Rattrapé par l’affaire du Carlton de Lille, Dominique Strauss-Kahn a confié à certains proches qu’il allait se faire soigner.

Le penchant pour les femmes de Dominique Strauss-Kahn était connu d’une certaine sphère politico-médiatique, mais le grand public ne l’a vraiment découvert qu’en 2008 avec l’affaire Piroska Nagy, du nom de cette économiste du FMI avec qui il a eu une aventure. Puis, il y a eu l’affaire Nafissatou Diallo à New York en mai dernier, l’affaire Tristane Banon qui a refait surface huit ans après les faits et cette sombre histoire de proxénétisme dans l’affaire du Carlton de Lille. Ça commence à faire beaucoup. Suffisamment, semble-t-il, pour que l’homme politique français se dise « malade ». « Pour la première fois ces derniers jours, il m’a dit qu’il fallait qu’il se fasse soigner. Il a admis qu’il était malade », a confié un des très proches de DSK au Journal du dimanche. « Brisé », Dominique Strauss-Kahn laisse défiler les heures : « Il se ronge les ongles au sang, dévore jusqu’à la peau de ses doigts, et passe ses journées à ne rien faire, incapable, dit-il, de se concentrer sur un livre, refusant d’ouvrir la télé ou de lire les journaux… Seules les équations de maths le calment, mais son emploi du temps est vide ».

Il y a trois ans, suite à l’affaire Nagy, Dominique Strauss-Kahn avait assuré à ses intimes qu’il allait changer. « Il avait deux systèmes de défense quand on lui reprochait son comportement avec les femmes. Soit il disait qu’il avait arrêté son côté lourdingue, branchant toute femme à sa portée, selon son adage : “T’en branche dix, y en a une qui marche”. Soit il disait en souriant que c’était un mode de vie, que beaucoup de gens pratiquaient l’échangisme, des sportifs, des artistes, que c’était une attitude libertine des années 1970, comme dans Les Bronzés », rapporte un de ses proches au journal. Mais les révélations de l’affaire du Carlton de Lille ont complètement changé la donne. « Au lieu d’arrêter de déconner, il s’était installé dans une clandestinité gore et glauque. […] Toutes les dates de SMS et de rendez-vous semblent coller soit avec son emploi du temps du FMI, soit avec des absences d’Anne des États-Unis. […] Personne ne l’a vu rentrer dans cet autre monde. D’ailleurs, les échanges de SMS montrent qu’il était en circuit fermé avec cet autre univers », précise cette même source.

Anne Sinclair continue la lutte aux côtés de son mari. Bien qu’« anéantie » par ces révélations à répétition, la journaliste n’aurait pas l’intention de quitter Dominique. « Une femme quitte facilement un mari volage, plus difficilement un mari malade », assure un ami du couple. Dominique Strauss-Kahn aurait-il donc l’intention d’entamer une cure de désintoxication sexuelle ? Qu’il demande à Tiger Woods, David Duchovny, Jesse James ou même Bill Clinton, ils ont peut-être de bonnes adresses à lui refiler.

Voici.fr par M-A.K.

DSK : des SMS compromettants publiés !

novembre 10, 2011

« Veux-tu venir découvrir une magnifique boîte coquine ? »

Dans l’affaire du Carlton de Lille, les enquêteurs se penchent sur des SMS que Dominique Strauss-Kahn a envoyés à l’un des hommes au cœur du dossier.

« J’emmène une petite faire les boîtes de Vienne (Autriche) le jeudi 14 mai. Ça te dit de venir avec une demoiselle ? » Cette charmante invitation aurait été transmise par SMS depuis le téléphone portable d’un certain Dominique Strauss-Kahn. D’après Libération, les enquêteurs qui tentent de faire la lumière sur l’affaire de prostitution du Carlton de Lille s’intéressent à une série de messages envoyés par DSK à Fabrice Paszkowski. Ce chef d’entreprise du Pas-de-Calais est soupçonné d’avoir organisé des soirées olé-olé pour l’ancien patron du FMI et d’avoir fait payer une partie de la note à son entreprise. Sous le coup d’une mise en examen pour « proxénétisme aggravé en bande organisée, association de malfaiteurs, escroquerie et abus de biens sociaux », il dort en prison depuis le 21 octobre dernier.

C’est en décryptant la puce de son téléphone que les enquêteurs ont trouvé des traces des SMS de DSK. Beaucoup sont des propositions ou des questions concernant des soirées en apparence très éloignées d’un tournoi de bridge. Quelques jours après le message concernant la virée à Vienne (voire plus haut), l’époux d’Anne Sinclair demande à son ami s’il a « réservé la suite avec piscine ». Le 4 juillet 2009, il lui propose un plan sympa : « Veux-tu (peux-tu) venir découvrir une magnifique boîte coquine à Madrid avec moi (et du matériel) ? »

Quelques semaines plus tard, DSK interroge une nouvelle fois Fabrice Paszkowski : « Ok. Bien reçu. Pour Gand, il faut que tu me dises vite de quoi il s’agit. C’est une boîte ou une soirée privée ? » Dans un autre message envoyé en janvier 2009, DSK convie son ami à Washington : « Je serais à DC du jeudi 20 à 15 heures au mercredi 27, 22 heures. Ça serait chouette que tu viennes. Mais si tu peux pas ou veux pas il faut juste que tu me le dises à temps. » Dominique Strauss-Kahn avait demandé le 16 octobre dernier à « être entendu le plus rapidement possible par les juges pour mettre un terme aux insinuations hasardeuses et malveillantes » qui le liaient à l’affaire du Carlton. Son vœu ne devrait pas manquer d’être bientôt exaucé.

Voici.fr par C.G.

«C’est quelqu’un qui revient de très, très loin»

septembre 4, 2011

Si Dominique Strauss-Kahn n’a pas décroché un mot aux caméras et micros à son arrivée en France ce dimanche matin, ses amis politiques s’en donnent à cœur joie, invités des plateaux télé et des radios. Florilège.

– François Pupponi (strauss-kahnien), député PS et maire de Sarcelles: «Il n’y a rien a fêter, pas question de fêter. DSK a traversé une période terrible, il a été injustement accusé, il a tout perdu. On attend de le revoir avec beaucoup d’affection. Il faut laisser DSK et Anne Sinclair respirer. Il s’exprimera lorsqu’il en aura envie. Mais laissons-le arriver, laissons-le souffler un peu.»

– Jérôme Coumet, maire PS du XIIIe arrondissement de Paris, présent à l’arrivée de DSK à Roissy: «Je l’ai trouvé souriant. Il doit s’exprimer devant les Français assez rapidement sur ce qu’il a vécu, c’est prévu. On parlait d’un 20H00 assez rapidement.»

– Jean-Marie Le Guen (proche de DSK): «DSK n’est plus candidat à l’élection présidentielle. Il ne reviendra pas à la vie politique classique en tout état de cause avant plusieurs mois. Soyons tout à fait sereins là-dessus. Je pense que DSK était l’une des quelques personnalités capables d’aider l’Europe à sortir le continent de la crise dans laquelle il s’enfonce. Nous sommes devant une crise considérable: on a besoin d’hommes et de femmes comme DSK pour s’en sortir». «Je pense que l’essentiel de la page judiciaire est maintenant derrière nous. Je suis confiant sur la combativité de DSK et je ne vois pas très bien comment elle (Nafissatou Diallo, ndlr) pourrait obtenir réparation.»

– Michel Taubmann, biographe de DSK: «Ce n’est pas un homme brisé (…). Il est souriant. Il est totalement soulagé, c’est un homme qui revient de l’enfer, qui a été accusé à tort, qui a été victime d’une terrible erreur judiciaire. C’est quelqu’un qui revient de très, très loin» (sur Itélé).

– Mao Péninou, adjoint PS au maire de Paris, présent à l’arrivée de DSK à Roissy: «Je l’ai trouvé à la fois content de rentrer et sous tension. On lui a dit qu’on était content de le voir et on lui a glissé qu’on espérait l’entendre rapidement. L’épreuve a été dure, il va vouloir parler sur lui et le reste. S’il y a bien un homme capable d’avoir une analyse sur la crise et le printemps arabe, c’est lui. Il s’exprimera sur le fond. Il apportera les éléments de fond dont on a besoin (ndlr, même pendant la primaire)» Michel Taubmann, biographe de DSK: «Ce n’est pas un homme brisé (…). Il est souriant. Il est totalement soulagé, c’est un homme qui revient de l’enfer, qui a été accusé à tort, qui a été victime d’une terrible erreur judiciaire. C’est quelqu’un qui revient de très, très loin.»

– Christophe Borgel (proche de DSK et soutien de Martine Aubry): Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair «sont heureux de rentrer, soulagés de pouvoir retrouver leur pays». «C’est à lui-même de déterminer les moments où il voudra parler. C’est à lui de le dire, à lui de définir son rythme et son moment». «Pour le reste, la campagne des primaires va continuer à son rythme au-delà de son retour (celui de DSK, ndlr).»

Prenant la défense de la maire de Lille, il a affirmé: «Martine Aubry a dit quelque chose qu’elle avait toujours dit. Il s’agit d’un homme, d’un ami qui a été accusé à tort. Elle a répété qu’elle l’avait soutenu au nom de la présomption d’innocence et de l’amitié. Je n’ai pas l’impression que quelque chose ait changé.»

– Jack Lang, député PS et ancien ministre: «Je suis heureux parce que je les aime et je les respecte» et «parce que, enfin ils sont libérés de cette situation humiliante, injuste qu’ils ont subie», a déclaré à la presse le député du Pas-de-Calais, depuis la place des Vosges à Paris (IVème) où il réside, tout comme le couple DSK/Anne Sinclair. «A travers les semaines, ils ont fait preuve d’un courage (…), de qualité d’âme, qui renforce ma propre admiration, ma propre amitié». «Il n’y a pas de si nombreuses personnalités talentueuses dans la politique européenne aujourd’hui pour qu’on puisse se passer trop longtemps de sa contribution. Mais quand, comment, je ne sais pas et je n’ai pas le droit de le dire.»

Lepoint.fr

DSK et son épouse aux concerts

juillet 16, 2011

Dominique Strauss-Kahn, qui est soupçonné d’agression sexuelle à New York, a assisté à deux concerts du Boston Symphony Orchestra à Lenox, dans le Massachusetts, indique le New York Times. Le premier, qui a eu lieu jeudi, était donné par le violoniste danois Nikolaj Znaider. Dominique Strauss-Kahn est revenu vendredi pour assister à un concert dirigé par Kurt Masur, avec le violoncelliste Lynn Harrell.

L’ancien dirigeant du FMI, qui était assis à l’orchestre avec son épouse Anne Sinclair, a été photographié, mais il a refusé de parler aux journalistes.

Un abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn pourrait intervenir « n’importe quand » et n’est pas lié à la date de la prochaine comparution judiciaire de l’ex-chef du FMI, avait déclaré mercredi un de ses avocats. Les avocats et le procureur new-yorkais Cyrus Vance, chargé du dossier DSK, ont annoncé lundi le report de la prochaine audience au 1er août au lieu de la date du 18 juillet qui était initialement prévue. Les avocats ont dit espérer que les accusations de crimes sexuels portées contre l’ancien ministre français seraient levées d’ici là.

Dominique Strauss-Kahn avait été arrêté le 14 mai par la police après qu’une femme de chambre de l’hôtel Sofitel de Manhattan eut affirmé qu’il l’avait violée.

Lefigaro.fr avec AFP