Posts Tagged ‘Annulation’

Omicron : plus de 5 600 vols internationaux annulés pour Noël

décembre 25, 2021

Omicron a privé des centaines de milliers de personnes d’un Noël en famille, notamment à cause des annulations de vols en cascade à travers le monde.

Le variant Omicron a pousse les compagnies aeriennes a travers le monde a annuler de nombreux vols ou a les retarder.
Le variant Omicron a poussé les compagnies aériennes à travers le monde à annuler de nombreux vols ou à les retarder.© DAVID MCNEW / AFP

Le variant Omicron a mis le monde sous cloche pour les fêtes de fin d’année. Outre les personnes isolées, en raison de tests positifs juste avant le réveillon de Noël, des milliers d’individus ont été bloqués, car dans l’impossibilité de voyager. En cause ? Des avions cloués au sol. Plus de 5 600 vols ont été annulés par les compagnies aériennes tandis que des milliers d’autres étaient retardés dans le monde le week-end de Noël, le variant Omicron du Covid-19 perturbant les voyages pendant les fêtes.

Selon le site Flightaware, on comptait samedi à 13 h 40 GMT près de 2 500 annulations de vols, dont un peu plus de 850 étaient des trajets liés aux États-Unis, qu’il s’agisse de liaisons internationales ou internes. Plus de 3 500 vols étaient également retardés à travers le monde.

Des pilotes, hôtesses de l’air et d’autres membres du personnel ont dû être mis en quarantaine après avoir été exposés au Covid, ce qui a contraint les compagnies Lufthansa, Delta ou encore United Airlines à annuler des vols.

Des pilotes et le personnel de bord positifs au Covid ou cas contacts

Selon Flightaware, United Airlines a ainsi dû annuler environ 200 vols vendredi et samedi, soit 10 % de ceux qui étaient programmés. « Le pic de cas d’Omicron à travers le pays cette semaine a eu un impact direct sur nos équipages et les personnes qui gèrent nos opérations », a expliqué la compagnie américaine, qui a assuré s’efforcer de trouver des solutions pour les passagers affectés.

Delta Air Lines a également annulé 260 vols samedi, et 170 la veille, toujours selon Flightaware, invoquant à la fois Omicron et, ponctuellement, des conditions météo défavorables. « Les équipes Delta ont épuisé toutes les options et les ressources » avant d’en venir à ces annulations, plaide la compagnie aérienne. Plus de dix vols d’Alaska Airlines, dont des employés ont indiqué « avoir été potentiellement exposés au virus » et ont dû s’isoler en quarantaine, ont aussi été annulés.

Les compagnies chinoises les plus affectées

Les compagnies aériennes chinoises sont à l’origine du plus grand nombre d’annulations : China Eastern a supprimé environ 480 vols, soit plus de 20 % de son plan de vol, tandis qu’Air China a annulé 15 % de ses départs prévus. Ces annulations viennent perturber la volonté de renouer cette année avec les déplacements pour les fêtes, après un Noël 2020 frappé de plein fouet par la pandémie. Selon les estimations de l’American Automobile Association, plus de 109 millions d’Américains devaient quitter leur région immédiate par avion, train ou en voiture entre le 23 décembre et le 2 janvier, soit une hausse de 34 % par rapport à l’an dernier.

Ces perturbations n’ont fort heureusement pas eu de conséquences pour la tournée du Père Noël, que suit scrupuleusement, depuis 63 ans, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (Norad). « Cela se passe très bien pour l’instant, le Père Noël a distribué deux milliards de cadeaux et il se trouve actuellement au-dessus du Pakistan », a confié à l’AFP le major général Eric Kenny, qui commande le Norad pour la région du Canada, vendredi vers 18 heures GMT.

Par Le Point avec AFP

Canada-Québec: Vague d’annulations dans les hôtels du Québec

décembre 17, 2021

Avec Radio-Canada

Musique: Werrason interdit de se produire à Paris par crainte de violences

septembre 21, 2021

Le concert de l’artiste congolais, prévu samedi dans la capitale française, a été interdit par les autorités, qui craignent des troubles graves à l’ordre public entre les opposants au régime de Kinshasa et les spectateurs.

« Ce concert s’inscrit dans un contexte politique particulièrement tendu et violent entre partisans et opposants au régime en place », a indiqué le préfet de police Didier Lallement, dans un arrêté publié lundi.

Selon les autorités, le concert suscite « une mobilisation croissante chez les opposants radicaux congolais de la diaspora installés en France » car Werrason est « considéré comme proche » de l’ancien président, Joseph Kabila, et de son successeur, Félix Tshisekedi.

Par ailleurs, le préfet a rappelé que l’artiste, l’un des plus populaires en République démocratique du Congo, avait déjà dû annuler deux concerts à Paris en 2011 « face aux menaces de troubles ». 

En février 2020, de violents incidents ont eu lieu en marge du concert à Paris de la star congolaise, Fally Ipupa, et la tension était encore vive entre les supporters du chanteur de rumba, considéré comme proche du pouvoir et les opposants politiques congolais. Le chanteur avait dû renoncer à son dernier concert prévu dans la salle parisienne de l’Olympia en 2017, déjà par crainte de débordements.

Avec AFP

Canada-Québec: La navette fluviale entre Bécancour et Trois-Rivières encore annulée cet été

juin 16, 2021

Malgré les changements de couleur, les contraintes gouvernementales en matière de distanciation sociale restent trop importantes au plan logistique pour permettre le retour de la navette fluviale entre Bécancour et Trois-Rivières, après une première pause forcée à l’été 2020. C’est du moins l’avis du conseil municipal de Bécancour qui a tranché la question mardi.

undefined

© ARCHIVES undefined

Selon le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, le nombre de passagers serait encore limité sur le bateau, tout comme le nombre de personnes admises dans le trolley, une fois arrivées au quai de Sainte-Angèle.

Ce sera donc la deuxième fois depuis 2015 qu’on ne pourra se rendre sur l’une ou l’autre des rives par le fleuve durant l’été. Ce service débutait habituellement vers la fin juin pour se terminer au début septembre. Toujours à la hausse en terme d’achalandage année après année, la navette fluviale était bien ancrée dans les offres touristiques de Trois-Rivières et Bécancour.

Rappelons que la saison 2019 s’était clôturée avec un achalandage record de près de 2738 usagers répartis sur dix semaines d’opération, soit 13,25 % de plus que la saison précédente.

Avec  Marc Rochette – Le Nouvelliste 

Le Forum économique mondial annule son édition à Singapour, la prochaine en 2022

mai 17, 2021
Le Forum economique mondial annule son edition a Singapour, la prochaine en 2022
Le Forum économique mondial annule son édition à Singapour, la prochaine en 2022© AFP/Archives/FABRICE COFFRINI

Le Forum économique mondial, connu sous le nom de Forum de Davos, annule l’édition 2021 qui devait se tenir à Singapour, ont annoncé lundi ses organisateurs, précisant que la prochaine rencontre n’aura lieu qu’au premier semestre 2022.

Le lieu mais aussi la date définitive seront déterminés ultérieurement, en fonction d’une réévaluation de la situation au cours de l’été, ont précisé les organisateurs de cet événement qui rassemble habituellement le gotha de la politique, de la finance et de la diplomatie dans la station chic des Alpes suisses de Davos.

Cette édition annuelle du Forum Economique Mondial (WEF) devait se tenir en août à Singapour mais les organisateurs ont finalement annulé alors que la Cité-Etat, jusqu’à présent très peu touchées par la pandémie de Covid-19, a annoncé la semaine dernière une série de restrictions pour juguler une récente hausse du nombre de cas.

« Ce fut une décision difficile, notamment en raison du grand intérêt de nos partenaires à se réunir non seulement virtuellement mais aussi en personne, pour contribuer à un monde plus résilient, plus inclusif et plus durable », a déclaré le professeur Klaus Schwab, son fondateur et président exécutif, cité dans le communiqué.

« Mais en fin de compte, la santé et la sécurité de toutes les personnes concernées restent notre priorité absolue », a-t-il ajouté.

Les organisateurs du Forum ont annulé cette édition, invoquant notamment les perspectives incertaines en matière de voyages, la mise en oeuvre des stratégies de vaccination à des vitesses différentes ainsi que l’incertitude autour des nouveaux variants qui « font qu’il est aujourd’hui impossible d’organiser une rencontre internationale réunissant des dirigeants d’entreprises, de gouvernements et de la société civile à l’échelle initialement prévue », précise le communiqué.

Avec la crise sanitaire, les organisateurs du Forum avait d’abord décidé de déplacer l’événement ailleurs en Suisse, sur les sommets du Bürgenstock, près de Lucerne, avant d’opter pour Singapour face à l’envolée des infections dans le pays alpin durant l’automne.

La date de l’édition à Singapour qui devait permettre aux participants de se rencontrer sur place, initialement prévue fin mai, avait cependant déjà été repoussée une première fois. Elle devait finalement se tenir du 17 au 20 août.

En janvier, le WEF avait néanmoins organisé un sommet virtuel consacré aux grands sujets du moment, dont la pandémie et le nationalisme vaccinal ou encore la crise économique.

Par Le Point avec AFP

Grande-Bretagne: Boris Johnson obtient l’annulation d’une dette réclamée par la justice

mai 13, 2021

Le premier ministre britannique Boris Johnson a obtenu l’annulation d’une dette de 535 livres sterling (624 euros) que lui réclamait la justice britannique, qui faisait mauvais effet au moment où le dirigeant est en cause dans une série de scandales sur son intégrité.

Le bimensuel satirique d’informations Private Eye avait révélé l’existence de ce jugement datant du 26 octobre 2020, trouvé dans une base de données en ligne des tribunaux civils anglais et gallois.

Consultée par l’AFP, la décision de justice ne donnait pas de détails sur la nature de la dette, ni le créancier. Elle désigne en revanche clairement comme débiteur Boris Johnson, inscrit sous la célèbre adresse du 10 Downing Street, résidence des Premiers ministres britanniques depuis 1735.

Downing Street avait indiqué avoir déposé un recours pour annuler cette dette «totalement sans fondement» et le jugement a été retiré dans la journée de jeudi, a indiqué une source judiciaire à l’agence de presse britannique PA.

Selon le quotidien Daily Mail, Boris Johnson devait cette somme à une conspirationniste procédurière qui accuse le chef du gouvernement de «diffamations répétées». Elle lance régulièrement des procédures contre diverses institutions et envoie des copies de ses plaintes à la reine, à la BBC et au Parlement, selon le journal.

Il précise que le jugement en question avait été rendu par défaut car la procédure était restée sans réponse de la part de Boris Johnson. Elle avait été initiée auprès d’un tribunal local, alors que les procédures de diffamation sont normalement traitées par les magistrats de la Haute Cour de Londres.

Par Le Figaro avec AFP

Centrafrique : neuf opposants déposent un recours en annulation de l’élection présidentielle

janvier 8, 2021
Anicet-Georges Dologuélé à Paris, le 12 septembre 2016.

Neuf opposants, dont Anicet-Georges Dologuélé et Martin Ziguélé, ont déposé ce 6 janvier auprès de la Cour constitutionnelle un recours collectif en annulation de la présidentielle. Ils dénoncent des « fraudes massives » de la part des partisans du président Touadéra.

Anicet-Georges Dologuélé, Martin Ziguélé, Mahamat Kamoun, Crépin Mboli-Goumba, Alexandre Ferdinand Nguendet, Abdou Karim Meckassoua, Catherine Samba-Panza, Nicolas Tiangaye et Désiré Kolingba ont demandé collectivement à la Cour constitutionnelle de prononcer l’annulation du scrutin présidentiel du 27 décembre dernier et l’organisation d’une nouvelle élection. Le recours a été déposé jeudi 6 décembre, à 18h45 heure de Bangui.

Dans le document adressé à la présidente de la Cour, Danièle Darlan, les neuf candidats, qui contestent la victoire au premier tour de Faustin-Archange Touadéra, ont dénoncé une « proportion inquiétante de votes par dérogation », la « non-remise de procès-verbaux aux représentants des candidats », des manœuvres d’ « intimidation », des « achats de vote » ou encore des « fraudes massives ».

La Cour constitutionnelle a jusqu’au 19 janvier pour se prononcer sur ce recours, déposé au nom des neuf candidats par l’avocat et ancien Premier ministre Nicolas Tiangaye. Cette demande intervient dans un climat particulièrement tendu sur le plan sécuritaire – les groupes armés tentant toujours d’encercler Bangui – et fait figure de dernière chance de sortie de crise sur le plan politique.

Entre Dologuélé et Bozizé, le divorce

S’il ne figure pas dans ce recours, le Kwa na Kwa (KNK), parti de l’ancien président François Bozizé (qui n’a pas été autorisé à se porter candidat), soutient la requête. Cette formation s’était alliée avec Anicet-Georges Dologuélé quelques jours avant le premier tour, avant que Bozizé ne choisisse finalement d’appeler au boycott, au grand dam de son nouvel allié.

Le KNK et les autres ténors de l’opposition ont pourtant bien du mal à présenter un front uni. Selon nos informations, Anicet-Georges Dologuélé impute en partie l’issue du premier tour à la décision de François Bozizé d’appeler ses militants à ne pas se rendre aux urnes. Il n’avait d’ailleurs pas été prévenu des intentions de boycott de l’ancien président, qui a finalement soutenu les groupes armés.

Le 27 décembre, alors que Dologuélé tentait de rassembler ses soutiens et de les pousser vers les urnes, Bozizé a même dépêché des partisans pour perturber la tenue du scrutin dans son fief de l’Ouham, qui était également l’un des potentiels réservoirs de voix du candidat Dologuélé. « Notre alliance avec Dologuélé était utile dans un contexte où l’élection était crédible. Mais quand le président Bozizé a constaté qu’elle ne le serait pas, il lui a fallu changer de plan », justifie un cadre du KNK.

Selon nos sources, François Bozizé pourrait prochainement se rapprocher des groupes armés rassemblés au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC). Ses leaders, avec lesquels l’ancien président est en contact régulier, lui ont proposé de s’allier officiellement à eux, en exerçant un rôle et un leadership similaire à celui de Michel Djotodia dans la Séléka en 2013.

Avec Jeune Afrique par Mathieu Olivier

Présidentielle en Centrafrique : l’opposition demande l’annulation du scrutin

décembre 30, 2020
Une femme vote à l’occasion des élections présidentielle et législatives, au Lycée Boganda à Bangui, en Centrafrique, le 27 décembre 2020.

Quatre jours après un premier tour perturbé par les groupes rebelles, la coalition de l’opposition a demandé mercredi « l’annulation pure et simple » de la présidentielle et des législatives.

La Coalition de l’opposition démocratique (COD-2020), regroupant les plus importants partis et mouvements de l’opposition au président Faustin Archange Touadéra « constate que les élections groupées n’ont pas été justes et inclusives et ne sont nullement l’expression de la volonté du peuple centrafricain », a-t-elle fait savoir ce mercredi.  

« La COD-2020 rend responsable de cette mascarade électorale l’Autorité nationale des élections (ANE), le régime de Touadéra, le G5+ [qui compte notamment la France, la Russie, l’ONU, l’Union européenne et la Banque mondiale, ndlr], plus particulièrement le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, l’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye », ajoute encore la coalition dans un communiqué.

Des élections « crédibles », selon le gouvernement

La COD-2020 dénonce par ailleurs l’impossibilité de voter dans plusieurs régions, affirme avoir constaté « des bourrages massifs des urnes » et évoque « un nombre de votants qui dépasse celui des inscrits » dans certains bureaux de vote.

« Nous avons eu des élections crédibles, engagées et populaires », avait au contraire assuré le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, lors d’une conférence de presse, mardi. Les autorités ont néanmoins reconnu que le vote avait été empêché dans 29 des 71 sous-préfectures, le rapporteur général, Momokoama Théophile, précisant à l’AFP que « dans six autres sous-préfectures, il n’y a eu qu’un vote partiel ».

« Certains avaient estimé que ces élections ne devaient pas avoir lieu et qu’il fallait tout faire pour effrayer et décourager les Centrafricains. Malgré cela, ils ont marqué leur volonté ferme d’aller voter, en dépit de tous les dangers », a insisté Ange-Maxime Kazagui. 

« Félicitations » de la Ceeac et de l’OIF

La mission d’observation de la Communauté des États de l’Afrique centrale (Ceeac) a pour sa part « félicité le peuple centrafricain pour sa maturité politique et sa détermination à faire barrage aux forces négatives qui menaçaient la tenue des élections » et adressé des félicitations à l’ANE pour avoir « relevé le défi de l’organisation des ces élections dans un contexte particulièrement difficile ».

Dans un communiqué daté du 29 décembre, signé de la main de Sylvestre Ntibantunganya, chef de la mission d’observation de la Ceeac, la mission d’observation enjoint également les candidats à « recourir aux voies constitutionnelles et légales pour des contestations éventuelles ».

L’Organisation internationale de la francophonie (OIF), qui avait également déployé des observateurs, a quant à elle salué la « participation massive des électeurs le jour du scrutin, dans les bureaux de vote visités à Bangui » où « les électeurs ont accompli leur devoir citoyen, dans le calme et la discipline »

Par Jeune Afrique avec AFP

RDC : pourquoi la justice a annulé l’élection d’Albert Yuma à la FEC

décembre 1, 2020
Albert Yuma à Paris, en 2011.

Alors que le bras de fer se durcit entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, le conseil d’État a estimé que des irrégularités dans l’élection du président de l’organisation patronale justifiaient son annulation.

Un nouveau scrutin « sera régulièrement organisé dans quinze jours à dater de la présente ordonnance », annonce la section du contentieux du conseil d’État, qui précise que l’élection se déroulera cette fois « à bulletin secret ».

Bulletins secrets

Dans sa décision, le conseil d’État ajoute aussi que « le greffe d’exécution du conseil d’État convoquera toutes les parties membres de la FEC concernés pour l’ouverture de dépôt des candidatures, [les] vérifications des conditions d’admission et [la] supervision desdites élections, conformément aux règles statutaires ».

Un processus qui a poussé Dieudonné Kasembo Nyembo à saisir le juge des référés du Conseil d’État. Dans sa plainte, l’associé gérant de la société Gecotrans SARL et président de la commission PME à la FEC demande que la Commission des sages ne puisse pas, préalablement au conseil d’administration, retenir un candidat unique au poste de président, et que le vote soit organisé à bulletins secrets pour garantir aux membres leur liberté de choix.

Une demande « recevable et fondée »

Outre ses protestations quant à la réélection d’Albert Yuma Mulimbi, le demandeur pointait aussi l’irrecevabilité de la candidature de son adversaire malheureux, Michel Tshefu, dont il avance qu’il « ne remplit pas les conditions d’ancienneté de dix ans ininterrompus de qualité de membre de la FEC ».

Des recommandations que le conseil d’État a visiblement suivi à la lettre, la requête de Dieudonné Kasembo étant déclarée recevable et fondée. La décision du conseil d’État a été sans surprise dénoncée par la FEC et plusieurs proches d’Albert Yuma qui ont dénoncé les « dérives d’une justice aux ordres ».

Avec Jeune Afrique par Stanis Bujakera Tshiamala – à Kinshasa

Une grande université américaine annule le présentiel une semaine après la reprise

août 17, 2020

 

L’université de Caroline du Nord à Chapel Hill a annoncé lundi le passage aux cours en virtuel pour près de 20.000 de ses étudiants après des dizaines de cas positifs la semaine de la rentrée, se résignant à un choix déjà fait par des centaines d’autres universités. La décision fait écho aux nombreuses villes américaines qui ont opté pour une rentrée hybride (quelques jours par semaine en classe) pour leurs écoles primaires et secondaires, ou 100% virtuelle dans le cas de grandes villes dont Chicago, Houston, Los Angeles et Washington.

177 étudiants de UNC Chapel Hill ayant été testés positifs sont actuellement à l’isolement, et le taux de positivité des tests réalisés sur le campus est passé de 2,8% à 13,6% la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, selon une annonce de l’université publique, l’une des plus cotées du pays. 349 étudiants ont été placés en quarantaine. Des foyers ont éclaté dans plusieurs résidences universitaires et dans la maison d’une fraternité, selon le journal étudiant Daily Tar Heel.

Seuls 60% des logements universitaires étaient occupés pour cette rentrée, et 30% des étudiants présents physiquement en cours, mais la direction de l’université a annoncé qu’à partir de mercredi, tous les étudiants du premier cycle (undergraduate, les quatre premières années) passeraient en instruction à distance. Selon le site de UNC, cela concerne plus de 19.000 étudiants. En revanche, les étudiants plus avancés, en master, doctorat et programmes professionnels, soit plus de 10.000 personnes, pourront continuer à venir en personne.

«Nous comprenons l’inquiétude et la colère que ces changements provoqueront chez de nombreux étudiants et parents», ont écrit le président de UNC Chapel Hill, Kevin Guskiewicz, et le recteur Robert Blouin. «Mais nous estimons que les données actuelles présentent une situation intenable». Chapel Hill avait travaillé pendant des mois pour concilier pandémie et rentrée en présentiel. Elle avait distribué des kits contenant masques, gel hydroalcoolique, thermomètre et clé sans contact. Les cours avaient été espacés de 30 minutes. Le masque était obligatoire. La configuration des classes avait été aménagée pour permettre la distanciation. Les rassemblements de plus de 10 personnes en intérieur étaient interdits.

Mais c’est la vie en dehors du campus qui semble avoir été hors de portée des administrateurs de l’université: début août ils avaient écrit aux membres des clubs de fraternités et de sororités pour leur reprocher leur mépris des consignes et l’organisation de fêtes, allant jusqu’à les menacer d’expulsion de l’université. Sur près de 3.000 universités et autres établissements d’enseignement supérieur aux Etats-Unis, 30% ont choisi l’enseignement principalement ou totalement en ligne, 15% un modèle hybride, et 23% principalement ou totalement en personne, le reste n’ayant pas encore annoncé le format, selon les statistiques compilées par la College Crisis Initiative

Par Le Figaro avec AFP