Posts Tagged ‘Anonymous’

L’espionnage à l’étranger du Canada éventé par Anonymous

juillet 28, 2015

Les services secrets canadiens disposent à l’étranger de 25 stations d’interception des échanges sur Internet, selon un document publié par les pirates informatiques Anonymous. Le texte ajoute qu’Ottawa a récemment déboursé 21 millions de dollars pour les rénover.

Cette fuite d’informations sensibles a été révélée mardi par le National Post et a déclenché une enquête de la gendarmerie royale ainsi que du centre de la sécurité des télécommunications (CST, équivalent canadien de la NSA), selon la télévision publique CBC.

Portant la classification « secret », ce rapport du service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) est daté du 6 février 2014 et fait le point sur « la sécurisation des infrastructures réseaux du service dans ses stations à l’étranger », est-il indiqué dans le document. Le SCRS y déplore un « processus de traitement des données inefficace et laborieux » dont les « retards nuisent à l’efficacité du service et mettent en danger ses agents ».

Faute de logiciels modernes, les analystes travaillant au siège du service de renseignements, à Ottawa, « doivent examiner manuellement le grand volume d’informations reçues », souligne cette note.

Cyberattaque en juin
En conséquence, un investissement de 21 millions de dollars canadiens (14,6 millions d’euros) est demandé au gouvernement afin de connecter « en temps réel » les stations d’interception à l’étranger au quartier général du SCRS.

Dans son article, le National Post relève qu’Ottawa n’a jusqu’à présent reconnu l’existence que de trois stations d’opération du SCRS à l’étranger: à Washington, Londres et Paris.

Le site du SCRS avait été visé fin juin par une cyberattaque et quelques jours plus tôt le groupe de pirates informatiques avait revendiqué la paralysie de plusieurs portails Internet d’agences fédérales.

Le Canada forme, avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, le groupe des « Five Eyes », une alliance de services de renseignements dont la puissance a notamment été mise en lumière par les révélations de l’ancien analyste de la NSA Edward Snowden.

Romandie.com

Hong Kong: arrestation de cinq pirates informatiques présumés

octobre 6, 2014

Cinq personnes soupçonnées de piratage informatique, âgés de 13 à 39 ans, ont été arrêtées lundi à Hong Kong. Avant ce coup de filet, le groupe Anonymous a lancé des menaces de guerre informatique contre les autorités de l’ex-colonie britannique, a relaté la police.

Le groupe de pirates informatiques avait menacé mercredi dernier de lancer des attaques informatiques contre le gouvernement local et la police afin de protester contre le traitement infligé quelques jours plus tôt aux manifestants pro-démocratie.

Les cinq personnes ont été arrêtées pour avoir accédé illégalement à des ordinateurs avec des intentions « criminelles ou malhonnêtes », a expliqué Hui Chun-tak, un porte-parole de la police à Hong Kong.

Dans une vidéo postée sur YouTube, Anonymous avait menacé de mettre hors ligne tous les sites gouvernementaux si les autorités continuaient à « harceler » et « à faire du mal » aux protestataires.

Romandie.com

Un pirate informatique de 12 ans paralyse des sites officiels

octobre 26, 2013

Un enfant de 12 ans a piraté plusieurs sites gouvernementaux québécois pendant la crise étudiante de 2012, a rapporté vendredi le « Journal de Montréal ». Le garçon a agi de pair avec la branche québécoise du collectif de pirates informatiques Anonymous, en l’échange de jeux vidéo.

Selon le « JdeM », le pirate a comparu devant le Tribunal de la Jeunesse jeudi dernier, pour des dommages estimés à 60’000 dollars par les policiers. Le ministère de la Justice du Québec a refusé de commenter ces informations.

La grève étudiante, qui a duré près de huit mois en 2012, est devenue l’un des mouvements sociaux les plus marquants de ces dernières décennies au Canada. Une loi spéciale avait été adoptée par le gouvernement libéral de Jean Charest afin de restreindre le droit de manifester et de punir d’amendes sévères les organisateurs de piquets de grève.

En réponse à cette loi, jugée liberticide, le collectif Anonymous avait revendiqué le blocage d’une douzaine de sites internet du gouvernement.

Romandie.com

Vidéo d’annonce de l’attaque contre Facebook par les Anonymous

août 10, 2011

Les Anonymous lancent leur vendetta contre Facebook

août 10, 2011

Facebook est-il la prochaine cible des Anonymous ? Le collectif de hackers, qui a déjà sévi en Tunisie, en Égypte et en Syrie, a en effet annoncé vouloir détruire le réseau social américain, coupable selon lui de s’immiscer dans la vie privée des utilisateurs et d’utiliser leurs données personnelles à des fins commerciales. L’attaque est prévue le 5 novembre.

Ce ne sera pas un simple piratage, comme contre le ministère syrien de la Défense lundi 8 août. Les Anonymous ont cette fois annoncé, via une vidéo publiée sur Internet, la destruction pure et simple du plus gros réseau social au monde : le mastodonte américain Facebook. Et la menace n’est pas à minimiser, au vu des nombreux faits d’armes du groupe de hackers.

Après avoir piraté les sites Visa et Mastercard, en soutien à Wikileaks, piloté des attaques contre le Pentagone, en Tunisie, en Égypte puis en Syrie, les Anonymous s’attaquent ainsi à un symbole. Ils évoquent dans la vidéo (voir ci-dessous) une longue liste de griefs contre le réseau social notamment de s’immiscer dans la vie privée de ses membres ou encore de vendre des données confidentielles à des organismes gouvernementaux. A tel point, expliquent-ils, que « Facebook en sait plus sur vous que votre propre famille ».

Info ou intox ?

La date elle-même a été minutieusement choisie. Et les cinéphiles, ou les amateurs de bande dessinée, apprécieront. En effet, le 5 novembre n’a rien d’anodin. Immortalisé par le film « V pour Vendetta », dont le logo des Anonymous est déjà tiré, il est le symbole de la révolution populaire contre l’oppression et de l’attaque de Guy Fawkes contre le Parlement britannique. Un choix ambitieux et réfléchi donc.

Après leur succès en Grande-Bretagne, aux États-Unis puis au Proche-Orient, les Anonymous représentent sans aucun doute une menace de taille pour le réseau social de Mark Zuckerberg. S’effondrera-t-il de la même façon que le régime autocratique du film de James McTeigue ? Pour le moment, le jeune milliardaire ne s’est pas exprimé sur le sujet et se demande sans doute : « Info ou intox ? ». Réponse le 5 novembre. Sur Facebook.

Jeuneafrique.com par Mathieu Olivier

Syrie : le ministère de la Défense victime d’une cyber-attaque

août 8, 2011

Le site internet du ministère de la Défense a été piraté ce lundi matin. Durant quelques heures, il s’est retourné contre le régime de Bachar al-Assad en diffusant des messages hostiles au pouvoir. Le responsable de l’attaque ne serait autre que le groupe Anonymous, qui a déjà sévi en Tunisie ou en Egypte.

Le groupe Anonymous a semble-t-il encore frappé. Ce matin, pendant quelques heures, le site du ministère de la Défense syrien a été victime d’un piratage. En lieu et place de sa page d’accueil habituelle, la plate-forme diffusait des vidéos de la répression de l’armée contre les manifestants ainsi que des liens renvoyant vers des sites de l’opposition, comme la page Facebook « The Syrian Revolution 2011 ». Egalement présent : un drapeau syrien, arborant en son centre le logo des Anonymous.

« Le monde entier se dresse avec vous »

Cette fois, pendant quelques heures, le groupe d’activistes a surtout cherché à diffuser deux messages. Le premier est adressé « au peuple syrien ». « Le monde entier se dresse avec vous face au régime brutal de Bachar al-Assad » assurent ainsi les pirates informatiques. Et d’ajouter : « Les tyrans utilisent la violence parce qu’ils n’ont rien d’autre. Ils finiront par tomber, et grâce à votre courage, Bachar Al-Assad sera le suivant. »

La seconde déclaration est quant à elle destinée aux militaires « chargés de protéger le peuple syrien » et appelés à défendre le pays et à se révolter contre le régime car « aucun ennemi extérieur ne pouvait faire autant de mal à la Syrie que Bachar al-Assad. »

Attaque préméditée

Les Anonymous avaient déjà fait parler d’eux en dérobant des documents à l’Otan ou encore en prenant fait et cause pour le site Wikileaks à travers des attaques contre les sites Mastercard et Visa fin 2010. Ils avaient également pris part, à leur manière, à la révolution arabe en lançant des opérations en Tunisie puis en Egypte.

Début juin, le réseau, qui se dit non organisé et spontané, avait menacé la Syrie d’attaques informatiques, et lancé l’ « opération Syrie », intitulée « #OpSyria » sur le réseau social Twitter. L’objectif était alors de « démanteler les sites du gouvernement ».

Coïncidence, ou moment délibérément choisi ? La question peut se poser puisque cette attaque est survenue alors même que Bachar al-Assad nommait son nouveau ministre de la Défense, le général Ali Habib. Quoiqu’il en soit, la réussite est au moins temporaire, semble-t-il, puisque le portail numérique du ministère de la Défense syrienne est, à cette heure, toujours inaccessible.

Jeuneafrique.com par Mathieu Olivier