Posts Tagged ‘antoinette sassou nguesso’

Congo: Retour d’Antoinette Sassou Nguesso à Oyo ce 5 mai dans la liesse et l’allégresse

mai 5, 2017

 

La première dame du Congo Brazzaville Antoinette Sassou Nguesso de retour à Oyo après deux mois passés en France pour des soins de santé.

 

Congo: Retour au bercail d’Antoinette Sassou

mai 4, 2017

Antoinette Sassou Nguesso prépare son retour à OYO après deux (2) mois de coma artificiel en France.

La première Dame rentre vendredi 5 Mai 2017 à Oyo. Un jet privé ( avion) décollera de l’aéroport du Bourget ( France ) en direction de Oyo. Et le Dimanche 7 Mai 2017, Antoinette Sassou Nguesso fêtera son anniversaire à OYO.

 

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo: pourquoi Antoinette ne se fait pas soigner dans sa clinique à Pointe-Noire

mars 5, 2017

 

 

Publié le 4 mars 2017 par Clarisse Amour

Congo: Évacuation sanitaire à Paris d’Antoinette Sassou Nguesso

février 27, 2017

L’AVC subit par Antoinette Sassou Nguesso, la femme du Président de la république du Congo,  dont une première information indiquait qu’elle avait subi une déformation de la bouche se confirme malgré le rattrapage annoncé, il y a peu.

Victime d’un accident vasculaire cérébral, la première dame du Congo, selon Mme Helena Loemba, témoin oculaire de l’écroulement de Mme Antoinette Sassou Nguesso a finalement le visage qui présente un autre état physique de déformation faciale.

Hospitalisée en France (Paris ) au 101 avenue Henri Barbusse 92 Clamart << Hôpital des instructions de L’armée Percy >> . Son mari, Denis Sassou Nguesso serait arrivé discrètement à Paris au chevet de sa tendre épouse pour la soutenir et la consoler.

Va-t-elle s’en sortir sans séquelles entre choc, foudroiement et état actuel de non-retour à l’état initial ?

 

Photo de BrazzaNews.

Suite à un grave malaise (on parle d’un AVC), Antoinette Sassou Nguesso dite madame Denis Sassou Nguesso avait été évacuée par avion médicalisé en France par un vol direct Brazzaville-Paris. La première version de la déformation de la bouche se confirme malgré les bons soins intensifs de la médicine actuelle et moderne.

Lui souhaitons une prompte guérison et une bonne convalescence !

Photo de BrazzaNews.
Avion médicalisé sur le tarmac réceptionnant la patiente
Brazzanews.fr
Lu: 4.481 fois

Congo: Marie-Louise ABIA remet Antoinette Tchibota-Sassou à sa place

mars 4, 2016

 

Dans cette vidéo, notre sœur bien aimée Marie-Louise ABIA qui s’exprime principalement en langue Kikongo, interpelle madame Antoinette Sassou-Nguesso qui parcourt actuellement les rues de Brazzaville en représentante du Seigneur Jesus-Christ , pendant que depuis plus de 32 ans que son mari règne sur le Congo-Brazzaville, les assassinats, les détournements de fonds publics sont un sport national avec pour conséquence une pauvreté sans précédent.

 

Diffusé le 04 mars 2016, par http://www.congo-liberty.com

Diocèse de Pointe-Noire : Mgr Miguel Angel Olaverri ordonné et installé sur son trône

mai 2, 2013

 

Le nouvel évêque entouré du nonce apostolique (à g.) et de Mgr Pïcan qui l’a consacré.

Dimanche 28 avril 2013, 5ème dimanche de Pâques. Les chrétiens de Pointe-Noire ont jubilé de joie et rendu grâce à Dieu, pour l’ordination épiscopale de Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz (salésien), leur nouvel évêque. Ce dernier a reçu l’ordination épiscopale des mains de Mgr Pierre Pican, salésien, évêque émérite de Bayeux-Lisieux (France), au cours d’une messe solennelle célébrée au stade municipal de Pointe-Noire, en présence de Mme Antoinette Sassou Nguesso, épouse du chef de l’Etat, de Raymond Zéphyrin Mboulou, ministre de l’intérieur et de la décentralisation, représentant spécial du chef de l’Etat, de quelques membres du gouvernement, des autorités politico-administratives et militaires locales.

La messe, animée par la chorale diocésaine, la schola populaire et le chœur grégorien, a été concélébrée par quatorze évêques dont les sept de la Conférence épiscopale du Congo, ceux venus de la RDC, de l’Angola, du Cabinda et du Gabon (notamment Mgr Basile Mvé Engone, archevêque de Libreville), plus d’une centaine de prêtres venus de tous les diocèses du pays et de l’étranger. Des religieux et religieuses et des fidèles laïcs ont pris d’assaut le stade municipal, rempli aux trois quarts, pour assister à l’événement et participer à la prière.

Nommé évêque de Pointe-Noire le 22 février 2013, par le Pape Benoît XVI, quelques jours avant sa renonciation, Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz, a administré ce diocèse, comme administrateur apostolique «sede vacante et ad nutum sanctae sedis», pendant deux ans. Sur tous les visages, on pouvait lire la joie des chrétiens, qui attendaient impatiemment leur nouveau pasteur.

La messe a débuté par le mot de l’abbé Alain Loemba-Makosso, vicaire général délégué du diocèse de Pointe-Noire, qui a souhaité la bienvenue à tous. Puis, l’abbé Gilles Isaac Makosso, vicaire de la paroisse Saint-Christophe de Mvoumvou, doyen des prêtres présents dans le diocèse, a présenté l’élu. Avant qu’il ne soit admis à l’ordination épiscopale, le consécrateur a demandé de donner lecture de la bulle de nomination, comme cela est de tradition. C’est ainsi que Mgr Jan Romeo Pawlowski, nonce apostolique au Congo et au Gabon, a procédé à la lecture de la bulle de nomination.  

Parmi les temps forts de cette messe haute en couleurs, figure en bonne place l’homélie de Mgr Pierre Pican, qu’il a prononcée pendant 22 minutes. Après avoir commenté les textes du jour, il a fait écho du message des évêques du Congo, sur les antivaleurs. «Vos évêques du Congo sont dans leur rôle en nous invitant à la vigilance, au discernement, à la conversion réelle de vos pratiques. Le second synode de l’Eglise en Afrique le rappelle à plusieurs reprises, de son côté, avec le même réalisme», a-t-il dit. «Vos évêques vous appellent à vous engager d’urgence sur six terrains où la dignité de l’homme est bafouée, les conditions de vie affaiblies, les abus et excès devenus intolérables. Ils ont retenu ces six lieux d’intervention sur lesquels chacun est appelé à s’examiner, à s’engager, à opérer une véritable modification d’attitudes et de sa pratique. Non à la corruption, non à l’incivisme, non aux déviances sexuelles, non à l’impunité, non aux atteintes des valeurs démocratiques, non à tout ce qui dégrade la relation entre les personnes et dénature la vérité. Chacun de ces «non», vous l’avez remarqué renvoie à des situations très concrètes que chacun a pu repérer, dont beaucoup peuvent être victimes et dans lesquelles nous pouvons, évidemment, être engagés comme acteurs directs», a-t-il poursuivi.

Parlant du nouvel évêque de Pointe-Noire, il a demandé aux chrétiens de prier pour lui. «Vous savez, frères et sœurs, ce que nous avons à demander au Seigneur, que votre évêque Miguel soit un saint évêque, rayonnant de bonté, pétri de bienveillance, ruisselant de tendresse et disponible à tous. Conformément à sa devise, qu’il vous aide, chacun, à élargir les piquets de votre tente, pour que d’autres frères prennent place chez vous, comme des amis attendus, des frères aimés, des proches désirés, des membres nouveaux de la famille, cette chère Eglise domestique si développée chez vous. Que votre évêque, comme il l’affirmera tout à l’heure dans les prières présentant sa mission, prenne soin des petits et des pauvres, des exclus, des lointains et de tous ceux, selon la forte expression du Pape François que «nous maintenons à la périphérie de notre cœur», a dit le consécrateur principal.

Mgr Miguel a choisi comme évêque consécrateur, Mgr Pierre Pican, parce que c’est lui, en tant supérieur majeur des salésiens, qui l’avait envoyé en Afrique, il y a 37 ans. Après le rite de l’ordination, et comme le recommande la tradition de l’Eglise en pareille cérémonie, tous les prêtres du diocèse ont tour à tour fait acte d’obédience à leur nouvel évêque, pour lui déclarer leur attachement, leur disponibilité, leur désir de collaborer avec lui et de lui obéir toujours.

Pendant la procession des offrandes, l’épouse du chef de l’Etat a, au nom du couple présidentiel, offert au nouvel évêque une statue de Notre-Dame de Fatima, des chasubles et un véhicule de marque Toyota land cruiser Prado. Elle n’a pas manqué d’esquisser quelques pas de danse avec les enfants Elisa, à travers le célèbre chant Makoua «Sua da», exécuté magistralement par la chorale, comme pour communier à la joie des chrétiens pour le nouvel évêque. Drapé dans ses ornements d’évêque, Mgr Olaverri, accompagné de NN.SS Portella et Pawlowski, a fait le tour de l’aire de jeu, pour donner sa première bénédiction épiscopale, à la foule des chrétiens, disséminée dans les gradins.

Une série d’allocutions a précédé la bénédiction finale. Au nom du bureau diocésain  de l’apostolat des laïcs, Pierre Justin Makosso a parlé d’un «événement inoubliable, indélébile» et a exprimé la disponibilité des laïcs à travailler avec l’évêque. «Nous avons le devoir de l’aimer, de le respecter et de lui obéir», a-t-il déclaré. Le père Rodriguez Tallon, représentant le supérieur général des Salésiens, a lu le message du recteur majeur des Salésiens qui a vu dans le choix du nouvel évêque de Pointe-Noire, l’estime que le Saint-Père a pour le Salésien Miguel Olaverri et pour leur congrégation. Mgr Louis Portella Mbuyu, président de la Conférence épiscopale du Congo s’est réjoui de voir le nombre des évêques du Congo passer à huit.

Dans sa longue allocution de remerciements, Mgr Olaverri s’est particulièrement montré reconnaissant vis-à-vis de son prédécesseur immédiat, Mgr Jean-Claude Makaya-Loemba. Il a remercié la première dame, Mme Antoinette Sassou Nguesso, pour sa contribution et sa sollicitude, les autorités locales, le corps diplomatique, ses confrères évêques, les prêtres, les séminaristes, sa famille à travers la présence de sa sœur, la congrégation salésienne, les fidèles laïcs, pour tout leur soutien. Il a parlé à ses prêtres, aux séminaristes aux laïcs, en traduisant ses propos en kituba.

Signalons que Mgr Miguel a célébré sa messe de prémices, en la cathédrale Saint Pierre Apôtre, où il s’est adressé aux chrétiens, comme évêque fraichement installé. Sa devise est: «Que tous soient un!» (Jn 17,21).

Lasemaineafricaine.com par Jean Baptiste MILANDOU et Aristide Ghislain NGOUMA