Posts Tagged ‘Appels’

Canada: Des appels menaçants pour frauder les immigrants

novembre 19, 2019

 

© Alexandre DUVAL
 

Malheureusement, certains tombent dans le panneau. C’est le cas d’Aline Bimenyimana, une jeune mère de famille arrivée de la République démocratique du Congo il y a tout juste un an et qui a utilisé les services du Centre multiethnique.

Au début du mois d’octobre dernier, elle a reçu un appel en anglais. Au bout du fil, l’homme se faisait passer pour un agent d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC).

Quand ils ont commencé à me poser leurs questions, moi, l’idée n’est pas venue dans ma tête que ce sont des fraudeurs, raconte la femme de 33 ans. Devant l’insistance de son interlocuteur, elle a fini par se compromettre.

Aline Bimenyimana retrace l'appel frauduleux dont elle a été victime le 9 octobre.

© Fournis par Canadian Broadcasting Corporation Aline Bimenyimana retrace l’appel frauduleux dont elle a été victime le 9 octobre.
 

Les choses que je leur ai données, c’était mon numéro d’assurance sociale, mon numéro de carte de crédit, de carte de débit, le montant dans mon compte et l’argent limite de ma carte de crédit, énumère-t-elle, sachant bien qu’elle n’aurait pas dû.

Des menaces

L’appel est ensuite devenu agressif. L’homme l’accusait notamment d’être une consommatrice de drogues et une fraudeuse.

Résidente permanente, Mme Bimenyimana s’est mise à paniquer. Si on t’accuse de choses pareilles, je me suis dit l’immigration va dire : « pourquoi on a emmené une telle chose au Canada »! J’avais tellement peur!

«Ils m’ont dit madame, tu es fraudeur. On va envoyer la police pour te chercher. Si tu ne veux pas que la police t’arrête, il faut que tu nous donnes 1000 $.»

-Aline Bimenyimana

Aline Bimenyimana consulte le registre de ses appels sur son téléphone cellulaire

© Fournis par Canadian Broadcasting Corporation Aline Bimenyimana consulte le registre de ses appels sur son téléphone cellulaire
Mme Bimenyimana n’a finalement jamais transféré d’argent. Elle aurait alors demandé le nom et les coordonnées de son interlocuteur pour assurer un suivi. Ils ont coupé [l’appel] directement, dit-elle.

À ce jour, le fait qu’elle ait transmis son numéro d’assurance sociale ne lui a toujours pas causé d’ennui. Elle craint toutefois que cela finisse par rebondir tôt ou tard.

Préoccupant

Aussi inquiétant soit-il, le cas de Mme Bimenyimana n’est pas unique. Le Centre multiethnique de Québec a eu vent d’autres appels semblables, commis au nom de l’Agence de revenu du Canada (ARC) ou d’IRCC.

C’est inquiétant parce qu’on n’a pas d’emprise là-dessus, se désole la directrice, Dominique Lachance.

C’est vraiment la personne [seule] avec son téléphone. On va vraiment chercher la corde sensible : « vous allez perdre votre statut, on va venir vous chercher, les agents d’immigration vont venir chez vous. »

Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec

© Fournis par Canadian Broadcasting Corporation Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec
Pour contrer ce stratagème, le Centre multiethnique de Québec souhaite adapter rapidement ses activités de prévention. Actuellement, les immigrants sont surtout sensibilisés aux tentatives de fraude qui ont lieu en personne.

«Le contenu était plus pour la fraude faite en mode porte-à-porte. On va actualiser, ça c’est sûr. On va informer les gens dès leur arrivée que le numéro d’assurance sociale ne doit pas être donné à qui que ce soit.»

-Dominique Lachance, directrice du Centre multiethnique de Québec

Selon Dominique Lachance, entre 800 et 1200 nouveaux arrivants utilisent les services du Centre multiethnique de Québec chaque année.

Des stratégies qui évoluent

Depuis 2014, des fraudes totalisant plus de 17 millions de dollars ont été commises au nom de l’ARC et de l’IRCC, selon les données du Centre antifraude du Canada.

C’est une bonne portion des rapports qu’on reçoit à notre bureau, analyse Lisanne Roy-Beauchamp, superviseure des opérations du centre d’appels au Centre antifraude du Canada.

Or, les tentatives de fraude en utilisant l’IRCC et l’ARC semblent à la baisse cette année, par rapport à 2018. Les fraudeurs ont changé leur modus operandi, explique Mme Roy-Beauchamp.

Selon elle, les noms d’autres organismes, comme Service Canada ou le ministère de la Justice du Canada, sont de plus en plus utilisés par les fraudeurs.

Mme Roy-Beauchamp explique également que les fraudeurs savent désormais comment usurper les vrais numéros de téléphone de ces organismes, ce qui rend leurs manœuvres encore plus crédibles.

«Le numéro de téléphone que vous voyez sur votre afficheur, à ce point-ci, vous ne pouvez plus lui faire confiance.»

-Lisanne Roy-Beauchamp, superviseure des opérations du centre d’appels au Centre antifraude du Canada

Pour éviter de se retrouver pris au piège, Mme Roy-Beauchamp suggère carrément de ne pas répondre aux appels non sollicités. Si vous répondez et qu’on vous demande de donner des renseignements personnels, raccrochez la ligne, dit-elle.

Pour joindre le Centre antifraude du Canada : 1-888-495-8501

Par Alexandre Duval

Facebook lance « Portal », son écran intelligent pour passer des appels vidéo

octobre 8, 2018

Londres – Facebook a annoncé lundi la commercialisation d’écrans connectés qui permettent de passer des appels vidéo via une caméra grand angle et dotée d’intelligence artificielle (IA), une mutation stratégique pour le réseau social en pleine tourmente.

« C’est un virage », dit à l’AFP Andrew Bosworth, vice-président des équipements de consommation chez Facebook.

Le groupe américain avait racheté en 2014 le fabricant de casques de réalité virtuelle Oculus, mais c’est la première fois que le géant de l’internet développe en interne un produit de grande consommation (« hardware »).

« Les appels vidéo ne cessent d’augmenter, sur Messenger et sur Whatsapp. Or les équipements actuels, sur téléphone ou sur ordinateur, sont trop limités. Nous avons donc réalisé que si nous voulions continuer d’accomplir notre mission, nous devions construire nos propres appareils », explique M. Bosworth.

A partir de lundi aux États-Unis, les consommateurs pourront pré-commander ces écrans HD, conçus pour être posés dans une pièce et passer des appels vidéo.

Le « Portal » existe en deux tailles (10 et 15 pouces, à 199 et 349 dollars) et fonctionne comme une enceinte connectée: l’utilisateur lui demande d’appeler un de ses contacts en commençant sa phrase par « Hey Portal ».

Les écrans permettront aussi de s’adresser à « Alexa », l’interface vocale d’Amazon, pour faire des courses ou contrôler certains appareils électroménagers.

Le « Portal » disposera en outre d’un écosystème fermé d’applications, pour jouer de la musique (Spotify), des vidéos (Facebook Watch), raconter des histoires aux enfants avec des effets de réalité augmentée (Story Time, un nouveau logiciel Facebook), connaître la météo ou les informations.

Grâce aux systèmes d’IA intégrés, la caméra dézoome automatiquement pour inclure un nouvel arrivant, ou, si on clique sur le visage d’un individu, le suit dans ses déplacements et peut favoriser le son de sa voix aux dépens des bruits ambiants.

– « Mission » –

En termes de sécurité, Facebook promet que ses écrans fonctionnent en circuit fermé, d’où un risque de piratage plus faible que sur un smartphone ou un ordinateur.

Un cache permet de bloquer la caméra, et un bouton de la désactiver, ainsi que le micro. Les appels sont cryptés, et les logiciels son et vidéo fonctionnent en local, dans l’appareil. Seuls les échanges vocaux avec « Portal » ou « Alexa » sont enregistrés sur les serveurs de Facebook ou Amazon, avec la possibilité de les consulter et de les supprimer.

Facebook, qui a subi fin septembre un piratage sur 50 millions de comptes, est empêtré depuis plusieurs mois dans le scandale Cambridge Analytica (CA), cette société britannique accusée d’avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles d’utilisateurs à des fins politiques.

Le réseau social est accusé de laxisme et d’opacité dans la gestion des montagnes de données personnelles qu’il détient, et qui alimentent son modèle économique, basé sur la publicité ciblée.

La société veut pourtant s’affirmer comme un garant du respect de la vie privée. « Franchement, je serais inquiet si ce n’était pas nous qui fabriquions ces appareils », affirme Andrew Bosworth.

« Vous devez d’emblée concevoir ces équipements pour les utilisateurs, vous devez intégrer des mesures de sécurité et de prévention des abus dès le tout début », ajoute-t-il. « C’est la mission de notre organisation plus que ça ne l’est pour d’autres. »

Les représentants de Facebook préfèrent parler de « mission » plutôt que de modèle économique et de profits. Les appels vidéo et les enceintes connectées représentent néanmoins un marché en pleine croissance. D’après les données du réseau social, il y a eu 17 milliards d’appels vidéo sur la plate-forme Messenger en 2017, soit le double de 2016. Et pour l’instant, seules deux enceintes de la gamme « Echo » d’Amazon disposent de petits écrans.

« A ce stade, personne ne gagne d’argent avec la vente de ces appareils connectés. Mais ils sont en train de devenir le centre de la vie numérique des consommateurs et du foyer », commente Tom Morrod, directeur de recherches au cabinet IHS Markit. « Stratégiquement, c’est donc important pour Facebook de se positionner. »

Pour l’analyste, cette évolution ne va pas sans poser des questions de concurrence, avec le passage d’un internet ouvert à un monde où les requêtes des consommateurs passent par des filtres biaisés. Pour Facebook et les autres géants d’internet, « il s’agit surtout d’être le point d’entrée à d’autres opportunités de faire des affaires ».

Aux États-Unis, le cabinet eMarketer estime à plus de 60 millions le nombre d’utilisateurs d’enceintes connectées en 2018, et en prévoit 76,5 millions pour 2020.

Le réseau social ne voit d’ailleurs pas le « Portal » comme une expérience ponctuelle. « Nous voulons continuer à investir lourdement dans les appareils, non seulement à travers Oculus, mais aussi via Facebook », déclare Andrew Bosworth.

Romandie.com avec(©AFP / 08 octobre 2018 13h00)                                                        

Des appels émis depuis le sous-marin argentin (ministère)

novembre 18, 2017

Buenos Aires – Des appels par téléphone satellite attribués par la marine au sous-marin disparu depuis mercredi ont été reçus par des bases navales d’Argentine, a annoncé samedi le ministère argentin de la Défense.

Le contact n’a pas pu être établi, dit le communiqué de presse, et « on travaille pour localiser précisément l’émetteur ».

L’existence de ces appels « indiquerait que l’équipage essaie de rétablir le contact », précise le ministère.

Les recherches ont jusqu’ici été compliquées par la faible visibilité, due au mauvais temps dans la zone où le sous-marin a été localisé pour la dernière fois mercredi, à 430 kilomètres des côtes de la Patagonie et de la péninsule de Valdés.

« Les appels, d’une durée de 4 à 36 secondes, ont été reçus entre 10h52 et 15h42 (13h52 et 15h52 GMT) dans diverses bases de la marine, mais la communication n’a pas pu être établie », a indiqué le ministère.

La marine essaie désormais de « déterminer précisément d’où ont été émis les appels, devant la présomption qu’il pourrait s’agir du sous-marin qui a à son bord 44 membres d’équipage », a ajouté le ministère.

Romandie.com avec(©AFP / 19 novembre 2017 01h52)

Le pape appelle les jeunes Kényans à résister à la corruption et au tribalisme

novembre 27, 2015

Nairobi – Le pape François a lancé des appels vigoureux vendredi aux jeunes Kényans à résister au tribalisme et à la corruption qui menacent leur société, mais aussi au recrutement dans des groupes armés, faute de perspectives.

S’adressant à quelque 50.000 garçons et filles rassemblés au grand Stade de Kasarani, à Nairobi, le pape s’est exclamé: Je vous invite, vous tous, à vous prendre par la main contre le tribalisme et à dire: +Nous sommes une Nation+!.

Cette lutte contre le tribalisme, leur a-t-il dit, peut être gagnée avec l’oreille, avec le coeur et avec les mains. L’oreille permet d’écouter les autres (…) Une fois que nos oreilles ont reçu la réponse, vous la passez au coeur. Et ensuite vous tendez la main.

Surmonter le tribalisme est une tâche quotidienne, a-t-il observé. Si on ne dialogue pas avec les autres, le tribalisme sera un ver qui grandira dans la société.

Jorge Bergoglio a aussi souligné que la corruption qui gangrène le Kenya et de nombreux pays d’Afrique est une route qui ne conduit pas à la vie mais à la mort.

C’est comme le sucre, c’est doux, on aime ça, c’est facile, mais ça vous mange de l’intérieur. A la fin (…), vous ou votre pays finissez diabétiques, a-t-il expliqué, notant que la corruption était partout, même au Vatican.

Chaque fois que vous empochez un pot-de-vin, vous détruisez votre coeur et votre personnalité et vous détruisez votre pays. S’il vous plaît, ne développez pas ce goût pour ce sucre qu’on appelle corruption, leur a-t-il demandé. Si vous ne voulez pas de corruption dans votre pays, commencez maintenant vous-mêmes à la refuser.

François a aussi abordé le recrutement des jeunes par des groupes armés extrémistes, notamment jihadistes.

Comment les faire revenir? D’abord, il faut se demander pourquoi des jeunes pleins d’idéaux acceptent de se radicaliser. Ils perdent leurs amis, leur tribu, leur pays. Ils laissent derrière eux leur vie pour apprendre à tuer.

Si un jeune homme ou une jeune fille n’a pas de travail, ne peut étudier, que peut-il – ou elle – faire? Une vie de délinquance, la drogue, voire le suicide ou se laisser attirer sur ce mauvais chemin, a-t-il argumenté.

La première chose à faire pour empêcher un jeune d’être recruté est l’éducation et le travail (…) sinon l’idée s’insinue en lui.

Ce danger social nous dépasse et dépasse la nation. Parce qu’il dépend d’un système international injuste, d’une économie qui ne met pas la personne au centre mais le Dieu argent.

Il a appelé les jeunes à la prière: Dieu est bien plus fort que toute campagne de recrutement, a-t-il expliqué.

Priez le Seigneur, qu’il vous donne la force de détruire le tribalisme, d’avoir le courage de n’être pas corrompu, d’offrir des gestes de proximité à ceux qui, isolés, désespérés, sont tentés par les groupes armés.

Il a sorti de sa chasuble les deux objets qu’il porte toujours avec lui: un rosaire et un chemin de croix de poche, un livret représentant les étapes de la Passion du Christ: C’est l’histoire de l’échec de Dieu, a-t-il remarqué, ajoutant que le Christ (par sa résurrection) a vaincu cette épreuve.

Quand le désespoir vous frappe, regardez la croix, c’est la défaite de Dieu, mais Dieu n’a pas terminé sur cet échec.

Romandie.com avec(©AFP / 27 novembre 2015 12h11)