Posts Tagged ‘Ariège’

Mea culpa de l’Eglise catholique pour le mal fait aux Cathares

octobre 16, 2016

Près de huit siècles après les faits, l’Eglise catholique d’Ariège, dans le sud-ouest de la France, a demandé pardon dimanche pour le massacre des Cathares. L’une des pires atrocités de l’Inquisition durant laquelle des centaines d’hérétiques ont été brûlés vifs.

Cinq cents personnes environ ont assisté à cette « démarche de pardon » pour les massacres perpétrés dans le village de Montségur, où en 1244, environ 200 Cathares ont été brûlés.

« Les adeptes de cette voie ont été pourchassés et condamnés à de lourdes peines allant de l’emprisonnement à la mise à mort par le feu lors de bûchers terribles comme à Montségur », a reconnu le prêtre qui a procédé à la célébration en l’église de Montségur.

« En cette année 2016 voulue par le pape François comme année de la miséricorde, nous, croyants catholiques en Ariège, ne pouvons aujourd’hui que regretter ces actes et les condamner », a dit le prêtre. « Nous demandons pardon, d’abord à notre Seigneur, mais aussi à tous ceux que des membres de notre Eglise ont alors persécutés », a ajouté dans un autre discours Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers, Couserans et Mirepoix, autres localités du sud-ouest.

Pardon tardif
Le 16 mars 1244, environ 200 Cathares, des chrétiens qui s’opposaient au catholicisme romain, ont été mis à mort après un long siège du château de Montségur. Il ne s’agit pas du seul massacre de Cathares « mais c’est le plus important », selon Jean Blanc, historien du catharisme. Ce courant chrétien a fleuri en Europe et particulièrement en Occitanie au début du 2e millénaire. Le pape Innocent III a lancé contre eux une croisade en 1208.

« C’est un pardon qui vient un peu tard mais mieux vaut tard que jamais », a réagi Gérard Millet, président de l’association « Chevaliers et gentes dames d’Occitanie », dont le but est de « maintenir la tradition occitane ».

L’initiative de cette démarche a été prise par les autorités religieuses locales, a précisé de son côté la Conférence des évêques de France, qui s’est dite « tout à fait en phase » avec elles.

Romandie.com avec(ats / 16.10.2016 20h42)

France/Ariège : l’ancien curé jugé pour avoir détourné 700.000 euros

janvier 12, 2016

curé

 100.000 euros de bougies votives ont été détourné. Crédits photo : FRED TANNEAU/AFP

L’abbé René Heuillet a reconnu avoir volé l’argent de la quête entre juillet 1987 à février 2013, date de sa mise à la retraite. Les explications qu’il doit donner à partir de ce mardi devant le tribunal correctionnel de Foix sont très attendues par la communauté catholique.

Comment l’abbé René Heuillet, ancien prêtre de Saint-Lizier (Ariège), a-t-il pu détourner 700.000 euros de dons de sa paroisse en 25 ans d’exercice sans jamais avoir été démasqué? Âgé de 80 ans, à la retraite depuis 2013, qu’avait-il l’intention de faire avec cet argent, dont l’essentiel (656 000 euros) a été retrouvé sur ses comptes bancaires et saisi depuis par la justice? Le procès, qui doit s’ouvrir, ce mardi, à 14 heures, devant le tribunal correctionnel de Foix, devrait permettre de faire la lumière sur ces zones d’ombres qui agitent la communauté catholique de Saint-Lizier.

Décrit comme une forte personnalité, l’abbé René Heuillet a reconnu avoir détourné l’argent de la quête ainsi que les bénéfices de la vente des bougies votives pendant ses vingt-cinq années d’activité à Saint-Lizier après que son successeur a découvert les faits en février 2013 suite à son départ à la retraite. D’après La Dépêche du Midi, le nouveau prêtre de la paroisse aurait découvert le pot aux roses en mettant la main sur un sac contenant 250 euros de petite monnaie, caché dans la sacristie de l’église.

Que «toute la lumière soit faite»

L’association diocésaine de Pamiers a aussitôt porté plainte et s’est constituée partie civile. «Ce genre d’affaires ne doit pas ternir notre relation de confiance avec les fidèles, compte tenu de l’appel aux dons», a protesté l’avocat du diocèse, Ludovic Sérée de Roch, espérant un procès exemplaire afin que «toute la lumière soit faite» dans cette affaire. «Depuis 2006, tous les diocèses de France ont adopté des règles comptables qui répondent à toutes les normes françaises et européennes en termes de transparence», a-t-il ajouté, précisant que le diocèse de Pamiers s’était lui-même «engagé dans une réforme comptable, pour avoir une comptabilité parfaite».

Les fidèles, qui avaient été surpris et choqués d’apprendre que leur ancien curé, un enfant du terroir issu d’une famille modeste, ait pu puiser ainsi dans le denier du culte, souhaitent également la vérité sur cette affaire. Et enfin, tourner la page.

Lefigaro.fr par Clémentine Maligorne , AFP, AP, Reuters Agences