Posts Tagged ‘AstraZeneca’

Pas de livraison d’AstraZeneca pour les prochaines semaines en Mauricie-Centre-du-Québec

mai 14, 2021

Le CIUSSS-MCQ ne recevra pas de doses d’AstraZeneca au cours des prochaines semaines, a confirmé son pdg adjoint Gilles Hudon, à l’émission Toujours le matin.

La santé publique va privilégier les vaccins de Pfizer et de Moderna en Mauricie-Centre-du-Québec.

© Laurent Rigaux/Radio-Canada La santé publique va privilégier les vaccins de Pfizer et de Moderna en Mauricie-Centre-du-Québec.

J’ai le calendrier de livraison jusqu’à la mi-juin, et il n’y a aucune dose d’AstraZeneca qui est prévue pour l’instant», a-t-il précisé.

Dans un courriel, le CIUSSS-MCQ rappelle que le vaccin d’AstraZeneca ne sera plus offert comme première dose. Pour les personnes ayant reçu une première dose de ce vaccin, le même vaccin demeure recommandé pour la seconde pour le moment. Une personne pourrait préférer recevoir une dose de vaccin ARNm (Pfizer ou Moderna) comme deuxième dose, selon les doses qui seront disponibles», indique Catherine Bergeron, porte-parole au CIUSSS-MCQ.

Libérer les arénas?

Gilles Hudon a aussi affirmé à Toujours le matin que ses équipes travaillent à trouver de nouveaux endroits de vaccination, de sorte que la santé publique pourrait libérer les arénas pour les équipes sportives, qui vont entamer leur saison à la fin de l’été.

Il y a une semaine, des associations de hockey et de patinage artistique de Louiseville s’inquiétaient pour leur saison de l’automne. Elles demandaient à la santé publique de déplacer ses opérations de vaccination dans d’autres lieux.

Par CBC/Radio-Canada avec les informations de Pierre-André Cloutier

Canada: La famille de la Québécoise décédée après avoir reçu le vaccin appelle à la vigilance

avril 28, 2021

MONTRÉAL — La famille de la Québécoise qui a développé des caillots sanguins et est décédée après avoir reçu le vaccin d’Oxford-AstraZeneca exhorte les gens à demeurer à l’affût des symptômes et à obtenir de l’aide immédiatement s’ils font surface.

© Fournis par La Presse Canadienne

Francine Boyer, 54 ans, a été identifiée par sa famille dans un communiqué publié mardi soir.

Elle et son mari Alain Serres ont reçu le vaccin d’AstraZeneca le 9 avril, et dans les jours qui ont suivi, elle a commencé à ressentir des maux de tête et une fatigue intense.

Le communiqué indique que M. Serres n’a développé aucun effet secondaire.

Mme Boyer s’est rendue dans un hôpital près de chez elle avant d’être transférée à l’Institut neurologique de Montréal alors que son état s’aggravait, et elle est décédée d’une thrombose cérébrale le 23 avril.

Le directeur de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, a déclaré mardi lors d’une conférence de presse qu’il pensait qu’il s’agissait du premier décès au Canada potentiellement lié au vaccin, et les autorités ont souligné que les effets secondaires graves sont rares et que le vaccin sauve beaucoup plus de vies qu’il n’en met en danger.

Avec La Presse Canadienne

La Commission européenne poursuit AstraZeneca pour non-respect de son contrat

avril 26, 2021

BRUXELLES — La Commission européenne a lancé une action en justice contre le fabricant de vaccins AstraZeneca pour non-respect des termes de son contrat avec l’Union européenne.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le porte-parole Stefan De Keersmaecker a déclaré que «la Commission a entamé vendredi dernier une action en justice contre la société AstraZeneca sur la base de violations de l’accord d’achat anticipé».

Il a déclaré lundi que la poursuite avait été déposée parce que «certaines conditions du contrat n’ont pas été respectées» et que «la société n’est pas en mesure de proposer une stratégie fiable pour assurer une livraison des doses dans les délais».

Le contrat d’AstraZeneca avec l’Union européenne prévoyait une distribution initiale de 300 millions de doses entre les 27 pays membres, avec une option pour 100 millions supplémentaires.

Mais seulement 30 millions de doses ont été livrées au premier trimestre de 2021, et la société affirme qu’elle ne pourra en fournir que 70 millions au deuxième trimestre, au lieu des 180 millions qu’elle avait promises.

— Par The Associated Press avec La Presse Canadienne

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, devrait avoir mardi l’avis des experts qui recommanderont d’offrir ou non le vaccin d’AstraZeneca aux moins de 55 ans.

avril 19, 2021

Une fiole du vaccin AstraZeneca.

© Jens Schlueter/Getty Images Une fiole du vaccin AstraZeneca.

Les gouvernements de l’Ontario et de l’Alberta ont décidé de rendre le vaccin d’AstraZeneca disponible aux 40 ans et plus. Étant donné la hausse importante du nombre de cas dans ces provinces, les experts jugent que les bénéfices de la vaccination des personnes plus jeunes sont plus grands que les inconvénients.

Le Comité sur l’immunisation du Québec doit faire la même analyse.

«Le ministère nous a demandé la semaine dernière d’évaluer ça. On a notre rencontre demain après-midi. On devrait pouvoir donner la réponse à ce moment-là», affirme un des membres du Comité, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec et professeur en épidémiologie à l’Université Laval, Gaston De Serres.

Les experts devront évaluer les coûts et les bénéfices de la vaccination des personnes de moins de 55 ans avec ce vaccin.

Les facteurs à prendre en compte sont nombreux. «Ça peut être de prévenir la maladie, mais c’est plutôt les issues graves comme être hospitalisé, être admis aux soins intensifs qui sont les problèmes les plus sérieux. Comme on parle d’un effet secondaire sérieux, on veut comparer avec des bénéfices qui sont vraiment très importants», a expliqué Gaston De Serres au micro de l’émission Première heure.

Données britanniques

Selon les données de la Grande-Bretagne, le risque de faire une thrombose cérébrale après avoir reçu une dose du vaccin d’AstraZeneca serait d’environ une personne sur 100 000, chez les 40 à 55 ans. Les femmes seraient aussi plus sujettes aux thromboses que les hommes.

Cela serait inférieur au risque de faire une thrombose cérébrale en prenant un anovulant.

Cependant, le problème, selon Gaston De Serres, c’est que les données des autres pays européens ne sont pas disponibles par groupes d’âge. Difficile, donc, de comparer les données de la Grande-Bretagne avec celles des autres pays.

«Un des problèmes qu’on a, c’est que les données européennes, ce qu’on n’a pas facilement, c’est combien de doses ont été données pour avoir ce nombre de problèmes là. Quel est le risque par 100 000 individus vaccinés? On a des données précises qui nous viennent [seulement] de Grande-Bretagne», précise-t-il.

Long terme?

L’autre inconnue, c’est l’effet de la COVID-19 à long terme.

«Parmi les gens qui ont fait la COVID, il y en a un pourcentage non négligeable qui traînent des symptômes pendant des mois. On ne connaît pas encore les conséquences à long terme de cette maladie», mentionne Gaston De Serres.

Le Comité sur l’immunisation du Québec devrait remettre ses recommandations en fin de journée mardi au ministère de la Santé, mais la décision d’offrir ou non le vaccin d’AstraZeneca reviendra au ministre de la Santé, Christian Dubé.

 Avec Jean-François Nadeau

Vaccin d’AstraZeneca: le Canada ne suivra pas l’exemple du Danemark pour l’instant

avril 14, 2021

OTTAWA — Le Canada ne suivra pas, pour l’instant, la voie du Danemark qui a abandonné le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 en raison de très rares cas de caillots sanguins.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

Pour le moment, Santé Canada a simplement mis à jour les mises en garde sur l’étiquette du vaccin d’AstraZeneca et Covishield afin d’informer les Canadiens et les professionnels de la santé des effets secondaires possibles, 

En conférence de presse, le Dr Marc Berthiaume dit que Santé Canada n’a pas trouvé de facteurs de risques particuliers, comme l’âge ou le sexe, pour ces caillots sanguins très rares. Par conséquent, son utilisation n’est pas restreinte à certaines populations selon le régulateur fédéral. 

Santé Canada considère toujours que le risque de ces caillots sanguins est très faible et que les avantages du vaccin l’emportent sur ses inconvénients potentiels.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) examinera les données accessibles et déterminera s’il y a lieu ou non de modifier sa recommandation de ne pas administrer le vaccin aux personnes de moins de 55 ans.

Rappelons qu’un premier cas de thrombocytopénie avec thrombose est survenu au Québec à la suite de l’administration du vaccin d’AstraZeneca. Il s’agit du seul cas recensé au Canada jusqu’à maintenant. 

Le Danemark est devenu mercredi le premier pays européen à abandonner l’utilisation du vaccin. 

Il y a eu de très rares cas de caillots sanguins associés à un faible taux de plaquettes à la suite de l’administration du vaccin AstraZeneca. Selon l’autorité de réglementation britannique, la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency, une personne sur 250 000 a signalé cet effet secondaire. 

Avec Catherine Lévesque, La Presse Canadienne

Vaccin AstraZeneca : l’Agence du médicament confirme un risque de thrombose rare

mars 26, 2021

«Neuf cas de thromboses (…) ont été déclarés», soit six de plus que la semaine précédente, indique l’ANSM, qui souligne que la balance bénéfice/risque reste «favorable». Parmi ces cas, «deux décès» ont été rapportés entre le 12 et le 18 mars.

L’Agence du médicament (ANSM) a confirmé vendredi 26 mars l’existence d’un risque «rare» de thrombose atypique associé au vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca, après la survenue de nouveaux cas en France, dont deux décès, tout en soulignant que la balance bénéfice/risque restait «favorable».

«Neuf cas de thromboses des grosses veines, atypiques par leur localisation (cérébrale en majorité, mais également digestive), pouvant être associés à une thrombopénie – diminution du nombre de plaquettes dans le sang, NDLR – ou à des troubles de coagulation ont été déclarés», soit six de plus que la semaine précédente, indique l’ANSM dans son dernier point de situation sur la surveillance des vaccins contre le Covid-19.

Parmi ces cas, «deux décès» ont été rapportés entre le 12 et le 18 mars, dont celui d’un étudiant en médecine nantais mort le 18 mars plusieurs jours après avoir été vacciné, mentionné lundi soir par l’ANSM dans un communiqué et pour lequel des analyses complémentaires sont en cours, dans le cadre d’une enquête judiciaire.

«Délai médian de 8,5 jours après la vaccination»

«Le caractère très atypique de ces thromboses, leurs tableaux cliniques proches et le délai de survenue homogène conduisent le comité de suivi à confirmer la survenue, très rare, de ce risque thrombotique chez les personnes vaccinées par le vaccin AstraZeneca», explique l’agence sanitaire. Ces cas sont survenus «dans un délai médian de 8,5 jours après la vaccination chez des personnes sans antécédents particuliers identifiés à ce jour», ajoute-t-elle, précisant que sept patients avaient moins de 55 ans, et deux, plus de 55 ans.

Le vaccin développé par le laboratoire suédo-britannique et l’université d’Oxford avait été suspendu le 15 mars par plusieurs pays européens après le signalement de cas de caillots sanguins, parfois mortels. La France a levé la suspension vendredi, après un avis de l’Agence européenne des médicaments (EMA) le jugeant «sûr et efficace» et affirmant que sa balance bénéfice/risque face à l’épidémie de Covid-19 était positive.

La Haute autorité de santé a toutefois recommandé de le réserver aux personnes de 55 ans et plus car jusqu’alors les cas de thrombose veineuse cérébrale avaient uniquement été observés chez des moins de 55 ans. L’EMA a conclu que le vaccin n’était pas associé à une augmentation du risque global de caillots sanguins mais qu’un «lien possible avec deux formes très rares de caillots sanguins (coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) et thromboses des sinus veineux cérébraux) associés à un déficit en plaquettes sanguines ne (pouvait) pas être exclu à ce stade».

«Un groupe d’experts» de l’EMA étudie «le mécanisme d’action, les éventuels facteurs de risque sous-jacents et toute donnée supplémentaire pour expliquer les événements observés», rappelle l’ANSM. Sur 1,4 millions de vaccins AstraZeneca injectés en France au 18 mars, environ 5700 effets indésirables ont été analysés par les centres de pharmaco-vigilance, en «grande majorité» des «syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité» (fièvre, maux de tête, courbatures).

Par Le Figaro avec AFP

Covid-19 : les États-Unis vont livrer 1,5 million de doses du vaccin AstraZeneca au Canada

mars 26, 2021

Les États-Unis vont livrer la semaine prochaine au Canada 1,5 million de doses du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19, a annoncé vendredi 26 mars Anita Anand, ministre canadienne des Services publics et de l’Approvisionnement.

Les États-Unis disposent de dizaines de millions de doses de ce vaccin qui n’a pas, à ce stade, reçu le feu vert des autorités sanitaires américaines. À l’inverse, le Canada a autorisé fin février ce vaccin, l’un des quatre approuvés par Ottawa avec ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et Johnson & Johnson. «Je peux confirmer que les 1,5 million de doses d’AstraZeneca provenant des États-Unis arriveront au Canada mardi prochain par camion», a dit Anita Anand lors d’une conférence de presse. La Maison Blanche avait annoncé la semaine dernière envisager l’envoi de millions de doses de ce vaccin au Mexique et au Canada.

400 millions de doses commandées

Le Canada a commandé 20 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca, mais aucune date de livraison n’a encore été établie, selon le ministère canadien de la Santé. Au total, le Canada a commandé ou réservé plus de 400 millions de doses de divers vaccins. Le pays doit recevoir d’ici le 18 avril 6 millions de doses, soit l’équivalent du «nombre total de doses reçues au cours des 3 derniers mois», a précisé Anita Anand. À ce jour, 11% des 38 millions de Canadiens ont reçu au moins une dose de vaccin, selon Anita Anand.

Ottawa a aussi commandé deux millions de doses de la version du vaccin d’AstraZeneca produite en Inde par le Serum Institute, dont quelques centaines de milliers ont déjà été livrées. Le Canada doit aussi recevoir 1,9 million de doses du vaccin AstraZeneca d’ici la fin juin par le biais du dispositif onusien Covax, qui vise notamment à aider les pays pauvres à vacciner leurs populations contre le Covid, avait précédemment indiqué le premier ministre Justin Trudeau.

Par Le Figaro avec AFP

Covid: l’OMS recommande de poursuivre l’utilisation du vaccin AstraZeneca

mars 17, 2021

Face aux incertitudes et aux craintes sur la sécurité du vaccin du suédo-britannique, une quinzaine de pays dont l’Allemagne et la France ont suspendu son usage dans leur campagne de vaccination.

L’OMS a recommandé ce mercredi de continuer à utiliser le vaccin anti-Covid d’AstraZeneca, dont l’utilisation est suspendue par plusieurs pays en raison de possibles effets secondaires, préconisant aussi celui du laboratoire américain Johnson & Johnson.

«Pour le moment, l’OMS estime que la balance risques/bénéfices penche en faveur du vaccin AstraZeneca et recommande que les vaccinations se poursuivent», indique un communiqué de l’agence onusienne, qui assure poursuivre ses évaluations. Après l’avoir homologué vendredi dernier, l’OMS a aussi préconisé l’administration d’un autre vaccin à vecteur viral, celui du laboratoire américain Johnson & Johnson, même dans les pays où circulent les variants du coronavirus plus contagieux.

Face aux incertitudes et aux craintes sur la sécurité du vaccin du suédo-britannique AstraZeneca, le ministre britannique de la Santé Matt Hancock a appelé ce mercredi à continuer son déploiement. «Il n’y a pas de preuves que ces vaccins ont causé des caillots», a-t-il écrit dans le tabloïd The Sun, soulignant que ce n’est pas seulement son avis mais celui du régulateur britannique, le MHRA, de l’OMS et de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Les autorités sanitaires espagnoles ont de leur côté annoncé qu’elles enquêtaient sur trois cas de personnes ayant souffert de la formation de caillots sanguins après l’administration du vaccin AstraZeneca, dont l’une est décédée.

Ramener la confiance

Pour tenter de ramener la confiance dans ce produit qui, selon un sondage Elabe, n’est jugé fiable que par 22% des Français, le premier ministre Jean Castex s’est dit, mardi soir, prêt à se le faire injecter «très rapidement» dès qu’il y sera à nouveau autorisé.

Alors qu’elle est en proie à une pénurie de vaccins, l’Europe a menacé mercredi, via la Commission européenne, de durcir les conditions d’exportation hors UE des vaccins anti-Covid afin de garantir la «réciprocité» des échanges avec des pays qui en produisent eux-mêmes, appelant notamment le Royaume-Uni à acheminer des doses vers le continent.

Sept États européens, dont l’Allemagne et la France, ont allongé en début de semaine la liste d’une quinzaine des pays ayant suspendu l’administration du vaccin d’AstraZeneca suite à des problèmes, tels que des difficultés à coaguler ou la formation de caillots.

Par Le Figaro avec AFP

Canada-Québec: 17 refus du vaccin d’AstraZeneca en Mauricie et au Centre-du-Québec

mars 16, 2021

Alors que plusieurs pays européens ont suspendu la distribution du vaccin d’AstraZeneca après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées, 17 Mauriciens et Centricois ont refusé de le recevoir.

Le vaccin d'AstraZeneca n'est pas le plus populaire. Mais pour l'instant, les Canadiens ne peuvent pas encore choisir le vaccin qui leur sera administré.

© Jens Schlueter/Getty Images Le vaccin d’AstraZeneca n’est pas le plus populaire. Mais pour l’instant, les Canadiens ne peuvent pas encore choisir le vaccin qui leur sera administré.

C’est ce qu’a dévoilé le président-directeur général du CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (MCQ), Gilles Hudon, au micro de Marie-Claude Julien à l’émission Toujours le matin. Il précise toutefois que ce nombre correspond à moins de 5 % des personnes vaccinées, une proportion moins élevée que ce qui a été observé ailleurs au Québec.

Gilles Hudon rappelle que nos deux paliers de gouvernement ont réitéré leur confiance envers le vaccin d’AstraZeneca. Il indique d’ailleurs que ceux qui le refusent sont priés de reprendre rendez-vous, puisqu’ils ne peuvent demander un vaccin d’une autre compagnie à moins d’une contre-indication médicale, par exemple.

Lors de l’entrevue, Gilles Hudon a également annoncé que les personnes de 65 ans et plus de la Mauricie et du Centre-du-Québec devraient pouvoir s’inscrire sur la liste de vaccination dès la semaine prochaine.

File d’attente devant la clinique vaccination

Le président-directeur général adjoint du CIUSSS MCQ a tenu à rappeler à la population l’importance de se présenter à la clinique de vaccination seulement cinq minutes avant l’heure d’un rendez-vous.

Une longue file d’attente a notamment été constatée lundi à Trois-Rivières.

Pour remédier à la situation, des infirmières ont été ajoutées au niveau de l’évaluation clinique.

Déplacement de la clinique de vaccination pour le GP3R?

Questionné sur la possibilité de déménager la clinique de vaccination, qui occupe actuellement la bâtisse industrielle utilisée l’été par le Grand Prix de Trois-Rivières, Gilles Hudon a souligné que la vaccination était une priorité nationale et québécoise. En principe, les lieux seront occupés pour vacciner la population jusqu’en octobre 2021.

Toutefois, il a précisé que si les locaux étaient requis, le CIUSSS MCQ pourrait envisager d’autres emplacements, décision qui doit être d’abord entérinée par la direction de la santé publique.

Avec CBC/Radio-Canada 

Le vaccin d’AstraZeneca recommandé pour tous les Canadiens de 18 ans et plus

mars 16, 2021

Le Comité consultatif national sur l’immunisation recommande maintenant le vaccin d’AstraZeneca aux 65 ans et plus.

Un membre du personnel médical français tient une fiole du vaccin AstraZeneca à Marseille. L'utilisation de ce vaccin a été temporairement suspendue en France, en Allemagne et en Italie, le 15 mars 2021.

© Daniel Cole/Associated Press Un membre du personnel médical français tient une fiole du vaccin AstraZeneca à Marseille. L’utilisation de ce vaccin a été temporairement suspendue en France, en Allemagne et en Italie, le 15 mars 2021.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a changé d’avis sur l’administration du vaccin anti-COVID-19 d’AstraZeneca aux personnes âgées de 65 ans et plus.

Le CCNI indique que les données sont maintenant suffisantes pour recommander l’inoculation dudit vaccin à tous les Canadiens de 18 ans et plus.Publicité

Le Comité avait, il y a deux semaines, émis des doutes sur l’efficacité du vaccin à protéger les populations plus âgées de la COVID-19.

Cette recommandation avait d’ailleurs poussé la quasi-totalité des provinces et des territoires à l’administrer aux Canadiens âgés de 60 à 64 ans. Seul le Québec faisait bande à part en l’offrant aux 65 ans et plus.

Dans ses recommandations mises à jour, le CCNI maintient toutefois que les vaccins à ARNm, comme ceux de Pfizer-BioNTech et de Moderna, devraient être privilégiés pour les Canadiens de 65 ans et plus en raison de leur plus grande efficacité.

Pendant ce temps en Europe, plusieurs pays suspendent l’inoculation du vaccin d’AstraZeneca développé avec l’Université d’Oxford.

Avec CBC/Radio-Canada