Posts Tagged ‘attentats du 11 septembre 2001’

Barack Obama : après le 11 septembre, « nous avons torturé des gens »

août 2, 2014
Barack Obama en colère

Barack Obama en colère

« Nous avons torturé des gens »: Barack Obama a reconnu vendredi, en termes très directs, que les Etats-Unis avaient « franchi une ligne » après les attentats du 11-Septembre, tout en appelant à se tenir à l’écart des jugements moralisateurs.

Évoquant, lors d’un point de presse à la Maison Blanche, la prochaine déclassification d’un rapport parlementaire sur les techniques d’interrogatoire employées par la CIA entre 2002 et 2006, le président américain a estimé que les États-Unis avaient fait des choses « contraires » à leurs valeurs. « Lorsque nous avons utilisé certaines techniques d’interrogatoire poussé, des techniques que je considère et que toute personne honnête devrait considérer comme de la torture, nous avons franchi une ligne », a poursuivi le président américain qui avait déjà utilisé le terme par le passé sans pour autant se livrer autant sur sa vision de cette période.

Après les attentats du 11 septembre 2001, la CIA a capturé des dizaines de personnes soupçonnées de liens avec Al-Qaïda, et utilisé des « techniques d’interrogatoire musclé ». Ces méthodes comprenaient la privation de sommeil, la mise à nu du détenu ou encore la simulation de noyade. Rappelant qu’il avait interdit ces méthodes dès son arrivée à la Maison Blanche, M. Obama a cependant mis en garde contre tout jugement « trop moralisateur » sur cette période.

« Je pense que lorsqu’on regarde en arrière, il est important de se souvenir combien les gens avaient peur après la chute des tours jumelles (du World Trade Center), le Pentagone avait été touché, un avion s’était écrasé en Pennsylvanie », a-t-il souligné. « Les gens ne savaient pas si d’autres attaques étaient imminentes. Il y avait une énorme pression sur les épaules des forces de sécurité et nos équipes de sécurité nationale pour essayer de faire face à cette situation », a-t-il encore noté.

« Assumer nos responsabilités »

Le rapport parlementaire, dont la publication devrait intervenir rapidement, est au cœur d’une tempête qui avait éclaté en mars dernier quand la présidente de la commission du Renseignement du Sénat, Dianne Feinstein, avait publiquement accusé la CIA d’avoir fouillé les ordinateurs utilisés par des enquêteurs de sa commission. Après avoir vigoureusement contesté dans un premier temps tout agissement déplacé de ses équipes, le directeur de la CIA, John Brennan, s’est – fait sans précédent – excusé cette semaine auprès de responsables du Sénat.

Lors de la conclusion de ses travaux, fin 2012, après trois ans et demi d’enquête, Mme Feinstein, avait, sans dévoiler le contenu du texte, jugé que l’utilisation de « techniques d’interrogatoire musclé » avait été une « terrible erreur ». La puissante sénatrice démocrate avait également estimé, à titre personnel mais sur la base du rapport d’enquête, que l’utilisation de ces techniques, notamment celle de la simulation de noyade, n’avait pas conduit à des renseignements ayant permis de localiser Oussama ben Laden, tué en 2011 au Pakistan lors d’un raid de commando américain.

Interrogé sur ce point par l’AFP début 2013, Leon Panetta, qui dirigeait la CIA au moment de l’assaut contre le chef d’Al-Qaïda, avait également estimé que les éléments recueillis grâce à ces techniques n’avaient pas été cruciaux. « Je pense qu’il est difficile d’affirmer qu’ils ont été déterminants. Ils faisaient partie d’un vaste puzzle qu’il fallait assembler pour localiser Ben Laden. Et je je pense que nous l’aurions trouvé, même sans cette pièce du puzzle ».

M. Obama, qui a toujours apporté son soutien à la déclassification du rapport du Sénat, a jugé vendredi qu’il serait utile pour aider les Etats-Unis à tourner la page, en gardant à l’esprit qu’un pays se définit par ce qu’il fait « quand tout est simple », mais aussi par la façon dont il réagit « dans l’adversité ». « Nous devons, en tant que pays, assumer nos responsabilités face à ce qui s’est passé afin que, je l’espère, cela ne se reproduise plus à l’avenir », a-t-il conclu.

Jeuneafrique.com avec AFP

Obama: les Etats-Unis ont toujours mal, 12 ans après le 11-Septembre

septembre 11, 2013

NEW YORK – Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé mercredi que son pays avait toujours mal, 12 ans après les attentats du 11 septembre 2001, anniversaire marqué par des cérémonies à New York et Washington notamment.

Nous prions pour tous ceux qui nous ont été enlevés, près de 3.000 âmes innocentes, a déclaré M. Obama lors d’une cérémonie au Pentagone, siège des forces armées visé par l’un des quatre avions détournés par des pirates de l’air d’Al-Qaïda.

Nos coeurs ont toujours mal à cause des avenirs volés, des parents qui auraient connu le bonheur de devenir grands-parents, des pères et des mères qui auraient connu la joie de voir leurs enfants être diplômés, des fils et des filles qui auraient grandi, se seraient peut-être mariés, auraient eu des enfants, a poursuivi le président, qui avait auparavant déposé une couronne de fleurs blanches à proximité du monument honorant les 184 personnes tuées sur place il y a 12 ans.

M. Obama a aussi appelé à trouver la force de faire face aux menaces qui persistent, même si elles sont peut-être différentes d’il y a 12 ans. Tant que certains voudront s’en prendre à nos concitoyens, nous resterons vigilants et défendrons notre pays, a-t-il assuré.

Un peu plus de 12 heures après avoir prononcé un discours solennel sur la Syrie, dans lequel il a accepté de laisser une chance à la diplomatie avant de déclencher d’éventuelles frappes contre le régime de Bachar al-Assad pour le punir d’avoir lancé une attaque meurtrière aux armes chimiques, M. Obama a aussi appelé à avoir la sagesse de savoir que si la force est parfois nécessaire, la force à elle seule ne peut pas construire le monde auquel nous aspirons.

Avant d’aller au Pentagone, M. Obama, accompagné de son vice-président Joe Biden et de leurs épouses respectives, avait observé un moment de recueillement sur la pelouse de la Maison Blanche à 08H46 (12H46 GMT), l’heure à laquelle le premier avion détourné s’était écrasé contre l’une des tours jumelles du World Trade Center à New York.

Dans cette ville, les proches des victimes se sont une nouvelle fois rassemblés à Ground Zero. L’ancien maire de la ville Rudolph Giuliani a essuyé une larme alors que la cérémonie de commémoration a débuté, là aussi avec un moment de silence à 08H46.

Romandie.com avec (©AFP / 11 septembre 2013 16h14)

Pakistan: 11 étudiantes tuées dans un attentat visant leur bus

juin 15, 2013

QUETTA (Pakistan) – Au moins 11 étudiantes ont été tuées samedi dans un attentat à la bombe visant l’autobus d’une université pour femmes dans le sud-ouest du Pakistan, une région où les talibans et autres insurgés islamistes opposés à l’éducation des femmes sont très actifs, a annoncé la police.

La bombe avait été dissimulée dans l’autobus à Quetta, le chef-lieu de la province du Baloutchistan, a déclaré à l’AFP Zubair Mahmood, le chef de la police de la ville, après l’attentat dans lequel environ 20 personnes ont également été blessées.

L’engin a explosé alors que le bus quittait l’université, les personnes tuées sont toutes des étudiantes, a précisé l’officier. Nous enquêtons pour savoir si la bombe était ou non commandée à distance, a-t-il ajouté.

Nombre d’étudiantes parmi les blessés sont dans un état critique, grièvement brûlées dans l’incendie qui a ravagé le bus après l’explosion, selon Fayyaz Sumbal, un autre officier de la police de Quetta.

L’attaque n’a pas encore été revendiquée mais plus de 6.000 personnes ont péri en six ans dans tout le Pakistan dans une vague d’attentats –suicide pour la plupart– perpétrés par les talibans alliés à Al-Qaïda ou par des groupes liés à ces insurgés islamistes. Ils reprochent à Islamabad son alliance avec les Etats-Unis dans leur guerre contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington.

Romandie.com avec (©AFP / 15 juin 2013 13h22)

Aucun reste humain retrouvé sur le site des attentats du 11 septembre

mai 1, 2013
  • Le 11 septembre 2001, lors des attentats du World Trade Center, à New York.,  BIGGART / SIPA

    20minutes.fr/20minutes.fr – Le 11 septembre 2001, lors des attentats du World Trade Center, à New York., BIGGART / SIPA

ETATS-UNIS – Aucun reste humain n’a été retrouvé à New York sur le site des attentats du 11 septembre 2001…

Aucun reste humain n’a été trouvé mardi lors des recherches lancées près du site des attentats du 11-Septembre, après la découverte la semaine dernière d’un morceau d’avion coincé entre deux immeubles, a-t-on appris mercredi auprès des services du médecin légiste de New York.

«Rien n’a été trouvé», a confirmé la porte-parole Ellen Borakove des services du médecin légiste de New York. Le morceau d’avion, provenant d’un des deux Boeing précipités contre les tours jumelles du World Trade Center le 11 septembre 2001, a lui été extrait du passage étroit où il avait été découvert vendredi dernier, et envoyé temporairement dans un entrepôt à Brooklyn. Un décision sera prise sur sa destination finale, selon la police.

Cette partie du mécanisme des volets d’une aile, d’environ 1,5 m de long, 90 cm de large et 43 cm d’épaisseur, pesait 115 kilos, selon la police. Elle a été découverte par hasard par un métreur, dans un passage étroit à l’arrière de deux immeubles, à trois rues du site du World Trade Center dans le sud de Manhattan. Après sa découverte, les services du médecin légiste ont décidé d’examiner le passage, jonché de détritus, et très difficile d’accès, à la recherche d’éventuels restes humains.

Les attentats du 11-Septembre de New York ont fait 2.753 morts. En dépit de la collecte de plus de 21.800 restes humains, aucune trace n’a jamais été retrouvée de 1.118 des victimes.

20minutes.fr

L’Ouragan Sandy commence à balayer la côte est des États-Unis

octobre 29, 2012

NEW YORK/REHOBOTH BEACH, Delaware (Reuters) – Accompagné de vents violents et de pluies battantes, l’ouragan Sandy, l’un des plus importants à avoir jamais frappé les Etats-Unis, a commencé lundi à balayer la côte est du pays, entraînant l’immobilisation des transports, l’évacuation des zones sujettes à inondations et interrompant la campagne présidentielle américaine.

Wall Street a été fermée lundi pour la première fois depuis les attentats du 11 septembre 2001 et le restera mardi.

Près de 60 millions de personnes se trouvent sur la trajectoire de Sandy, qui a déjà tué 66 personnes dans les Caraïbes et dont les vents soufflent à près de 800 km à la ronde.

Même si Sandy ne possède pas la même puissance que l’ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005, la perturbation en intensité.

A 21h00 GMT, le centre de la dépression, qui s’étale sur une largeur de 1.600 km, se trouvait à 45 km à l’est-sud-est de Cape May, dans le New Jersey et à environ 65 km au sud d’Atlantic City, également dans le Jersey. Sandy se déplace à une vitesse de 45 km/h avec des vents atteignant 150 km/h.

Selon le Centre national des ouragans (NHC), Sandy se dirige rapidement vers le New Jersey et le Delaware. Les vents périphériques rendent déjà la situation dangereuse sur les côtes.

Les météorologues du NHC estiment que l’ouragan, qui devrait ensuite s’enfoncer vers Philadelphie et la Pennsylvanie, pourrait être la plus grave perturbation atmosphérique de l’histoire des Etats-Unis.

Sandy risque de provoquer de graves inondations et des coupures d’électricité, d’endommager des bâtiments et d’abattre des arbres. Les météorologues préviennent que les vagues qu’il soulève représentent un danger « mortel ».

« Il y aura sans aucun doute des morts causées par l’intensité de cette tempête, par les inondations, par la montée de la marée, par les vagues. Plus les citoyens agiront de façon responsable, moins il y aura de morts », a déclaré à la presse le gouverneur du Maryland, Martin O’Malley.

Au large de la Caroline du Nord, les Gardes-côtes des Etats-Unis (USCG) ont secouru 14 des 16 membres d’équipage qui avaient dû abandonner la réplique de la célèbre frégate « Bounty » à la suite d’une avarie de moteur et alors que le trois-mâts se trouvait sur la trajectoire de l’ouragan.

Plus d’un million de foyers étaient privés d’électricité en début de soirée et des millions de plus pourraient subir des coupures de courant dans les heures à venir.

Selon une entreprise spécialisée dans la prévision des catastrophes, le montant final des pertes économiques provoquées par l’ouragan pourrait atteindre 20 milliards de dollars, la moitié seulement de cette somme étant couverte par des assurances.

INSTITUTIONS PARALYSÉES

Dix Etats américains ont déclaré l’état d’urgence et le président Barack Obama a annulé un meeting électoral prévu à Orlando (Floride) pour rentrer en début de soirée à Washington afin de suivre l’évolution de la situation.

S’adressant à ses concitoyens, le président a exhorté les habitants de la côte Est se trouvant sur la trajectoire de l’ouragan à obéir aux consignes d’évacuation et les a assurés que le gouvernement était prêt à agir.

Renonçant à ses plans de campagne pour regagner Washington, le président des Etats-Unis a voulu montrer aux électeurs, à huit jours du scrutin du 6 novembre, que ses devoirs de chef d’Etat arrivaient en tête de ses priorités dans un contexte de crise nationale imminente, reléguant au second plan la course à la présidentielle.

Son adversaire républicain, Mitt Romney, a également annulé des rassemblements dans le Wisconsin, l’Iowa et en Floride.

Le maire de New York, Michaël Bloomberg, a ordonné l’arrêt des transports publics et l’évacuation de près de 375.000 personnes des zones côtières les plus basses de la métropole. Lundi, l’eau atteignait déjà le niveau de la digue mise en place à Battery Park City, l’un des quartiers évacués, à Manhattan.

A Rehoboth Beach, une station balnéaire du Delaware, en plein sur la trajectoire de Sandy, les rues étaient inondées. Le niveau de l’eau y atteignait environ un mètre de haut.

Les marchés boursiers américains, dont le New York Stock Exchange (Nyse) et le Nasdaq, ont fermé de manière préventive pour la première fois en 27 ans et resteront clos mardi. Leur réouverture prévue mercredi dépendra de l’évolution de l’ouragan.

Les Nations unies, les théâtres de Broadway et les casinos du New Jersey ont également fermé leurs portes.

La plupart des compagnies aériennes ont annulé leurs vols dans la région, ponts et tunnels ont été fermés et l’entreprise ferroviaire publique Amtrak a pratiquement suspendu tous ses services sur la côte Est.

A Washington, la Cour suprême, l’une des rares institutions de la région qui continuaient à fonctionner, a renoncé à siéger mardi. Le gouvernement a demandé à ses employés, hors services d’urgence, de rester chez eux.

COUPURES DE COURANT

La perturbation conjugue les caractéristiques d’un cyclone tropical et d’une tempête hivernale, et dispose donc de tous les ingrédients pour se transformer en « super tempête ».

Mais à cette combinaison de deux tempêtes s’ajoute une troisième perturbation provenant du Canada qui va maintenir sur place la tempête existante, amplifiant les effets des inondations sur le continent, expliquent les météorologues.

Dans les Etats situés sur la trajectoire prévisible de Sandy, des habitants ont envahi les magasins à la recherche de groupes électrogènes, de lampes de poche, de piles, et de nourriture.

Le groupe énergétique Phillips 66 a fermé dans le New Jersey sa raffinerie de pétrole de Baiway, la deuxième plus importante de la côte Est, ainsi que trois autres sites.

Au total, la dépression devrait perturber la production de deux raffineries sur trois dans l’Est des Etats-Unis.

Colonial Pipeline, numéro un américain des oléoducs, continue d’acheminer essence et diesel à partir des raffineries du golfe du Mexique jusqu’à Linden, le terminal pétrolier du port de New York. Mais le transport pourrait cesser lorsque les effets de l’ouragan commenceront à se faire sentir.

On s’attend que les sites nucléaires de Salem et Hope Creek, gérés par Public Service Enterprise Groupe (PSEG) et qui sont sur le passage de l’ouragan, soient fermés.

Reuters par Trotta et Tom Hals