Posts Tagged ‘aung san suu kyi’

Birmanie: test électoral pour le gouvernement d’Aung San Suu Kyi

avril 1, 2017

Rangoun – Les Birmans votaient samedi pour des législatives partielles, un premier test pour le gouvernement d’Aung San Suu Kyi qui peine à relancer le pays et à apaiser les tensions ethniques après un an au pouvoir.

L’euphorie qui a entouré en 2015 la large victoire électorale de cette icône de la démocratie, ancienne dissidente et prix Nobel de la paix, s’est dissipée tandis que son gouvernement s’efforce de réaliser les réformes promises.

Seuls 19 sièges de députés sont en jeu, et ces élections ne devraient donc pas menacer la prééminence du parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD). Mais elles permettront de juger le sentiment du public envers le gouvernement après un an de règne mouvementé.

Le mécontentement est particulièrement fort dans les régions du pays habitées par des minorités ethniques, où beaucoup considèrent qu’Aung San Suu Kyi collabore trop étroitement avec les militaires qui ont dirigé le pays pendant 50 ans et contrôlent encore des leviers importants du gouvernement.

Mais le NLD a toujours du soutien dans le pays, et les premiers résultats le montraient samedi sur le point de remporter cinq des sièges en jeu dans la capitale économique, Rangoun.

« D’après nos informations, nous avons gagné cinq sièges à Rangoun », a déclaré à la presse le gouverneur de la ville, Phyo Min Thein, au quartier général du NLD.

En début de journée, des centaines d’électeurs ont fait la queue devant les bureaux de vote de la ville.

Chit Min, un habitant de Dagon Seikkan, une banlieue de Rangoun, a déclaré à l’AFP que beaucoup de ses amis avaient décidé de ne pas voter cette fois-ci.

« Mais je suis sûr que la NLD va de nouveau gagner », a-t-il dit.

La plupart des sièges à pourvoir étaient ceux laissé vacants par des députés passés à des postes ministériels dans le gouvernement civil. D’autres sont des sièges de régions reculées où les violences avaient empêché le vote en 2015.

Le parti pourrait notamment être mis en difficulté dans l’Etat Shan, dans le nord, où des dizaines de milliers de personnes ont été déplacées par une recrudescence des affrontements entre l’armée et des insurgés issus de minorités ethniques.

L’élite politique et économique birmane, dont le NLD et l’armée, est depuis longtemps dominée par l’ethnie majoritaire Bamar, et régulièrement accusée de vouloir écraser les cultures des minorités locales.

Ces tensions génèrent régulièrement des violences, comme dans l’état de Rakhine, sur la côte ouest, à nouveau déchiré depuis octobre dernier et l’émergence d’une nouvelle rébellion de la minorité musulmane Rohingya, réprimée dans le sang par l’armée.

Quelque 75.000 Rohingyas ont depuis fui ces violences militaires, que des enquêteurs de l’ONU ont qualifiées de possibles crimes contre l’humanité.

Cette crise pose un épineux problème à Aung San Suu Kyi, confrontée d’un côté à une forte pression internationale lui demandant de défendre et protéger les Rohingyas, et de l’autre à un fort sentiment anti musulmans dans son pays.

Romandie.com avec(©AFP / 01 avril 2017 18h30)

Obama a félicité le nouveau président birman et Aung San Suu Kyi

avril 6, 2016

Washington – Le président des Etats-Unis Barack Obama a félicité mercredi par téléphone le nouveau président birman Htin Kyaw ainsi qu’Aung San Suu Kyi, de facto chef du nouveau gouvernement, saluant une étape historique dans la démocratisation de ce pays d’Asie du Sud-Est.

Lors de sa discussion avec la lauréate du prix Nobel de la paix, M. Obama a en particulier salué ses efforts, sur de nombreuses années et au prix de sacrifices personnels, pour parvenir à une transition pacifique et promouvoir la réconciliation nationale, a indiqué la Maison Blanche.

Le président des Etats-Unis a aussi souligné l’engagement des Etats-Unis à soutenir le peuple et le gouvernement de Birmanie dans leurs efforts vers un avenir prospère et pacifique.

Htin Kyaw a prêté serment il y a une semaine, marquant le début d’une nouvelle ère pour ce pays qui a subi des décennies de domination militaire. Cette passation de pouvoir est le dernier acte d’une longue transition politique qui a commencé après les législatives du 8 novembre 2015, le premier scrutin libre depuis un quart de siècle.

Aung San Suu Kyi, qui n’a pas réussi à faire changer la Constitution pour devenir présidente, a pris la tête d’un super ministère comprenant notamment les Affaires étrangères, l’Education, l’Energie et les relations avec la présidence.

La nouvelle chef de la diplomatie a reçu mardi, pour sa première rencontre officielle, son homologue chinois Wang Yi.

La Chine reste le premier partenaire économique de la Birmanie, malgré l’ouverture au reste du monde depuis l’autodissolution de la junte en 2011. En juin 2015, Aung San Suu Kyi, alors cantonnée dans l’opposition, avait surpris en réalisant une visite historique en Chine à l’invitation du Parti communiste chinois, vue comme un tournant dans les relations entre les deux pays.

Romandie.com avec(©AFP / 06 avril 2016 21h50)

Angelina Jolie en Birmanie à l’invitation d’Aung San Suu Kyi

juillet 29, 2015

L’actrice américaine Angelina Jolie, critique du traitement de la minorité musulmane des Rohingyas par les autorités birmanes, est arrivée en Birmanie mercredi pour un voyage humanitaire. Elle répond à l’invitation de l’opposante Aung San Suu Kyi.

« J’ai hâte de rencontrer des gens, dont des groupes de femmes, la société civile, des déplacés et des jeunes, pour apprendre directement d’eux leurs inquiétudes et leurs espoirs pour leur avenir dans le pays », a-t-elle déclaré. Son itinéraire n’est pas connu pour des raisons de sécurité, mais il est très probable que l’Etat Rakhine, où vivent les Rohingyas, en fera partie.

L’actrice est envoyée spéciale pour l’agence des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Cette première visite a lieu suite à l’invitation de l’opposante Aung San Suu Kyi, dont le parti est grand favori des législatives du 8 novembre.

Critiques
L’actrice a déjà effectué des dizaines de visites dans des camps de réfugiés en Asie. Particulièrement touchée par la situation des Rohingyas, une minorité birmane musulmane persécutée, elle avait critiqué ouvertement le gouvernement thaïlandais en 2009, en suggérant qu’il ne faisait pas assez pour les aider. Elle était alors en visite dans un camp de réfugiés à la frontière entre la Birmanie et la Thaïlande.

Un nombre croissant de célébrités américaines ont dernièrement voyagé en Birmanie comme le couple Beyoncé et Jay-Z en décembre dernier. Ces visites contrastent avec les années d’isolement sous le gouvernement de la junte militaire, autodissoute en 2011.

Romandie.com

Le président chinois a reçu l’opposante birmane Aung San Suu Kyi

juin 11, 2015

L’opposante birmane et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi a été reçue jeudi par le président chinois, au 2e jour de sa visite en Chine. L’audience accordée par M. Xi Jinping est un signal fort adressé aux élites issues du régime militaire en Birmanie.

Arrivée la veille à Pékin, l’opposante birmane effectue jusqu’à dimanche sa première visite en Chine. Cette invitation au plus haut niveau marque un tournant majeur dans les relations entre la Chine et la Birmanie.

« Nous espérons qu’avec cette visite, vous pourrez comprendre en profondeur la Chine et le Parti communiste chinois », lui a déclaré le président Xi. « J’espère que vous et votre (parti) Ligue nationale pour la démocratie allez continuer de jouer un rôle constructif et à guider activement le peuple birman », a ajouté le dirigeant chinois.

Cette rencontre avec le chef de la deuxième puissance mondiale équivaut à un adoubement et à une nouvelle consécration internationale pour la dirigeante de l’opposition birmane, selon les analystes. La Chine populaire a apporté en effet un soutien quasi constant à la junte militaire sous laquelle l’opposante birmane a passé quelque 20 ans en prison ou en résidence surveillée.

Invitation d’opposants rarissimes

Mais le parti d’Aun San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), est donné désormais comme le grand favori des élections législatives prévues à la fin de l’année. Les élites issues du régime militaire en Birmanie s’opposent à la modification d’une clause de la Constitution empêchant Aun San Suu Kyi, en raison de son mariage avec un étranger, de se présenter à l’élection présidentielle.

Un projet de réforme de la Constitution birmane a été publié ce jeudi. S’il prévoit de réduire symboliquement le poids de l’armée au Parlement, les modifications continuent toutefois de barrer la voie de la présidence à l’opposante birmane.

Les invitations d’opposants, et tout particulièrement à ce niveau, sont rarissimes en Chine. En effet, Pékin craint traditionnellement d’écorner par là un dogme de sa diplomatie, la « non-ingérence dans les affaires intérieures » d’autres pays.

Cessez-le-feu le même jour
Jeudi matin, Mme Suu Kyi a visité le monastère bouddhiste de Ling Guang. Elle devait se rendre ensuite en province, notamment à Shanghai et au Yunnan, province frontalière de la Birmanie, a indiqué jeudi le Quotidien de la jeunesse de Pékin.

Depuis la fin du régime militaire en 2011, les relations de la Chine avec la Birmanie achoppent sur des problèmes commerciaux et des tensions à la frontière, liées aux conflits entre le gouvernement central birman et les minorités ethniques du pays.

Jeudi, des rebelles d’une ethnie chinoise en conflit avec le pouvoir central en Birmanie, ont annoncé un cessez-le-feu. Le porte-parole des rebelles a cependant précisé qu’ils tiendraient leurs positions et riposteraient en cas d’attaque de l’armée.

Romandie.com

Aung San Suu Kyi et le pape François: syntonie fondamentale

octobre 28, 2013

CITE DU VATICAN – Le pape François et la Birmane Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la Paix, ont exprimé leur syntonie fondamentale sur la paix et la démocratie lors d’un entretien lundi, a indiqué le Vatican.

L’entretien, qui a duré vingt minutes dans la bibliothèque du palais pontifical, a permis au pape argentin d’exprimer son appréciation pour l’engagement non violent de l’opposante en faveur de la paix et de la démocratie, qui correspond aussi à ses propres priorités, a expliqué le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi.

Mme Suu Kyi, figure historique de l’opposition non-violente à la junte militaire birmane, dissoute en 2011, a été applaudie avant son entrée dans la bibliothèque par des personnels de la télévision du Vatican.

Le pape a déclaré qu’il priait pour la Birmanie, pour le dialogue interreligieux dans ce pays. Il a aussi assuré que l’Eglise était au service de tous sans discrimination en Birmanie, a ajouté le porte-parole devant des journalistes.

Evoquant ensuite l’entretien lors d’une conférence de presse avec la ministre italienne des Affaires étrangères Emma Bonino, Mme Suu Kyi a indiqué qu’ils avaient évoqué la peur et la haine génératrices de violences.

Le Saint-père m’a dit que les émotions comme la haine et la peur diminuent la vie et la valeur des personnes, a relevé la dirigeante d’opposition, qui est revenue devant la presse sur les troubles interreligieux dans son pays: Je condamne toute forme de violence et de haine mais pas un peuple en particulier. Tout cela survient en raison de la peur, a-t-elle dit.

Des violences antimusulmanes ont fait plusieurs morts dans l’Etat Rakhine (ouest) début octobre. Il avait été le théâtre en 2012 de deux vagues d’affrontements entre des Rakhines bouddhistes et des Rohingyas musulmans.

Cette première rencontre entre Mme Suu Kyi et le nouveau pape intervient dans le cadre d’une tournée européenne de celle qui est secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), principal parti de l’opposition birmane.

Aung San Suu Kyi est l’une des personnalités les plus respectées de l’Asie, dans un pays où les catholiques restent très minoritaires (1% environ de la population) et où les divisions ethniques restent fortes.

Le Vatican et la Birmanie n’ont pas de relations diplomatiques.

Le catholicisme a été implanté au XIXe siècle par les missionnaires, surtout dans des régions reculées du nord-est.

Le pape veut relancer la mission catholique aux périphéries, et une des priorités de l’Eglise est l’Asie, continent où le catholicisme est minoritaire mais dynamique et en expansion.

François désire, a rappelé le père Lombardi, se rendre dans les prochaines années en Asie, même si aucun projet concret n’a encore été rendu public.

Romandie.com avec(©AFP / 28 octobre 2013 17h00)

Le président birman bientôt en visite officielle aux Etats-Unis

mai 13, 2013

RANGOUN – Le président birman Thein Sein se rendra à Washington dans un avenir proche pour une visite bilatérale historique, a annoncé la télévision d’Etat lundi soir, point d’orgue du soutien américain aux réformes politiques menées depuis deux ans par l’ancien général.

La télévision publique a annoncé ce voyage sans évoquer de dates précises, confirmant une information obtenue par l’AFP début mai de source parlementaire américaine. Un responsable birman a confirmé à l’AFP avoir été informé de ce voyage sans en préciser la date.

Thein Sein deviendra ainsi le premier dirigeant du pays asiatique, longtemps banni de la communauté internationale pour ses violations des droits de l’Homme, à se rendre en visite à Washington depuis Ne Win en 1966. Le chef de la junte alors au pouvoir y avait été invité par le président Lyndon Johnson.

Thein Sein devrait rencontrer Barack Obama à la Maison Blanche, signe de la volonté des Etats-Unis de soutenir ardemment un processus politique entamé en mars 2011 avec l’auto-dissolution de la junte, et qui a conduit notamment à l’élection de l’opposante Aung San Suu Kyi au parlement.

Autre étape dans la normalisation des relations bilatérales, Washington a récemment mis un terme à son embargo de 1996 sur les visas accordés aux Birmans accusés d’avoir fait obstacle à la démocratie.

Romandie.com avec (©AFP / 13 mai 2013 18h08)

Exclu Closer: Carla Bruni-Sarkozy à nouveau enceinte à 44 ans !

juin 28, 2012

Exclusivité Closer / On pensait qu’elle avait du mal à perdre les derniers kilos de sa grossesse, mais non, Carla Bruni-Sarkozy nous prépare seulement un autre bébé ! L’ancienne Première Dame de France attend donc son troisième enfant à 44 ans. Une nouvelle grossesse tardive qui l’oblige à rester prudente mais qui la rend folle de joie.

Depuis de nombreuses semaines, on se demandait pourquoi elle ne parvenait pas à perdre ses rondeurs, à retrouver cette allure élancée à laquelle elle nous avait tant habitués. On restait interloqués par ses vêtements larges, un peu informes, par son nouveau goût pour les tenues de jogging, devenues son streetwear favori. Vous nous l’aviez d’ailleurs fait remarquer dans notre sondage sur le no-look de la chanteuse. Mais comment aurait-on pu imaginer l’inimaginable ? Car vous l’avez bien compris : Carla Bruni-Sarkozy est à nouveau enceinte. Et cela, alors que la petite Giulia vient juste de fêter ses huit mois, le 19 juin dernier…

Une grossesse qui tient du miracle, ou plutôt d’un merveilleux hasard pour le couple Sarkozy. Car, comme toute quadra, l’ex-Première Dame qui fêtera ses 45 ans à la fin de l’année avait des probabilités plutôt faibles de mettre en route aussi vite un nouveau bébé, d’autant qu’elle a allaité sa petite fille durant plusieurs mois. Mais ces chances existaient néanmoins. La preuve…

Et son petit ventre arrondi -pour la bonne cause-, Carla ne peut aujourd’hui plus le masquer. A l’évidence, elle ne souhaite d’ailleurs pas le faire, comme lors de la projection du documentaire de Bernard-Henri Lévy à Saint-Germain-des-Prés, le 5 juin dernier. Aujourd’hui encore, Carla Bruni-Sarkozy et Nicolas Sarkozy ont pris leur petit déjeuner dans un grand hôtel parisien avec l’opposante birmane Aung San Suu Kyi. L’occasion de voir l’ancienne top model épanouie dans ses vêtements amples.

Cette prochaine naissance, Carla Bruni-Sarkozy veut la protéger de toutes ses forces. Car cette grossesse est, comme la précédente, une grossesse tardive, et donc à risque. Elle s’est donc imposée un repos absolu, d’autant que cette nouvelle grossesse la fatigue beaucoup, ce qui est compréhensible, dans ce contexte de deux maternités si rapprochées. Le programme est simple : cocooning en famille ! L’ex-Première Dame allège autant que possible son agenda. Plus d’obligations ni de contraintes, c’est le bon côté d’avoir quitté l’Elysée. Au moment de l’investiture de François Hollande, nous nous demandions ce que le couple Sarkozy allait bien pouvoir faire après avoir quitté l’Elysée… Maintenant nous le savons : pouponner, pardi !

Closer.fr

PHOTOS Valérie Trierweiler fait profil bas à l’Élysée

juin 27, 2012

Tiens, une revenante !

 
PHOTOS Valérie Trierweiler fait profil bas à l’Élysée 
  • PHOTOS Valérie Trierweiler fait profil bas à l’Élysée

Valérie Trierweiler était aux premières loges pour assister à la visite de la Birmane Aung San Suu Kyi hier dans le palais de l’Élysée. Mais la compagne de François Hollande est restée très en retrait.

En bonne place pour assister à la visite d’Aung San Suu Kyi à l’Élysée hier, Valérie Trierweiler a préféré éviter de trop se montrer. Alors que son compagnon François Hollande a pris le temps de se laisser photographier aux côtés de l’opposante birmane, la journaliste de Paris Match a tout fait pour contourner la cour d’honneur du palais présidentiel… et les photographes qui s’y trouvaient. Elle n’apparaît donc sur aucun cliché à proximité d’Aung San Suu Kyi.

À la rédac’, on adore jouer à Où est Charlie, alors ça n’a pas été trop difficile d’apprendre les règles de Où est Valérie. En cherchant bien, on la voit faire un brin de causette avec Agnès Varda, la réalisatrice de 84 ans à l’étrange chevelure. Valérie Trierweiler a bien veillé à ne jamais s’approcher du perron pour ne pas être aperçue. Depuis son tweet de soutien, elle a surtout cherché à se faire oublier. À l’exception d’une apparition lors d’une exposition, la première compagne n’avait jusque là fait aucune apparition publique.

François Hollande dans la lumière, Valérie Trierweiler dans l’ombre. Elle semble s’être inclinée devant le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui lui avait demandé de s’en tenir à « un rôle discret ». Comme si l’impétueuse journaliste, qui se dit indépendante, s’était assagie et courbée face à sa fonction de première dame. Un moyen de retrouver la confiance de François Hollande, furieux qu’elle s’en prenne ainsi à Ségolène Royal, la mère de ses quatre enfants ? Hier, la première dame ne voulait clairement pas être au premier rang.

Voici.fr par J.M.