Posts Tagged ‘autriche’

Damian Warner réalise le 100 m le plus rapide de l’histoire du décathlon

mai 26, 2019

 

© Jason O’Brien
 

Le Canadien Damian Warner a pulvérisé samedi le record mondial sur 100 m pour un décathlonien, à l’Hypo Meeting de Gotzis, en Autriche.

Warner a couru la distance en 10,12 secondes, avec un facteur vent de +0,9  m/s. C’est aussi lui qui détenait le précédent record (10,15 s) depuis 2017.

À titre comparatif, le sprinteur canadien Andre De Grasse a réalisé plus tôt cette semaine son meilleur chrono en deux ans sur 100 m, en 10,09 s (+0,2 m/s).

Chez les spécialistes du 100 m, le record (9,58 s) est toujours détenu par le Jamaïcain Usain Bolt depuis les Championnats du monde de Berlin en 2009.

Il mène au classement après la première journée de compétition avec 4596 points. L’événement prend fin dimanche.

L’Ontarien de 29 ans a remporté les trois dernières éditions de l’Hypo-Meeting, en plus de gagner celle de 2013.

Warner avait récolté la médaille de bronze du décathlon aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

CBC/Radio-Canada

Autriche: il monte dans le train avec son cheval

août 22, 2018

Vienne – Un passager est monté à bord d’un train autrichien accompagné d’un cheval, selon des photos prises par des voyageurs et relayées sur les réseaux sociaux par la compagnie nationale de chemins de fer ÖBB.

Les images montrent un jeune homme coiffé d’un chapeau à large bord tenant par la bride un cheval bai, sur la plateforme d’entrée d’une voiture de voyageurs, parmi des passagers hilares.

Elles ont été prises en gare de Bad Mitterndorf (centre), sur une ligne des Alpes autrichiennes, a indiqué l’ÖBB, qui dans un premier temps avait évoqué la localité voisine de Bad Goisern.

Le couple insolite a été identifié par le médias autrichiens: le cheval, une jument nommée Frieda, était conduite par un certain Benni.

L’ÖBB a précisé que le cavalier et sa monture ont été immédiatement priés de sortir du train par le conducteur, qui a refusé de démarrer tant qu’ils étaient à bord. Ils avaient auparavant essayé d’embarquer dans deux autres trains.

La compagnie a pris la chose avec humour, multipliant sur Twitter les jeux de mots équins. Elle a toutefois précisé souhaiter que cet incident ne se répète pas.

Seuls les animaux « de petite taille et sans dangerosité » sont autorisés à bord des trains autrichiens, les chiens devant notamment être munis d’une muselière et d’un ticket, a rappelé l’ÖBB.

Romanmdie.com avec(©AFP / 22 août 2018 16h04)                                                        

Autriche: la venue de Poutine au mariage d’une ministre sème le trouble

août 17, 2018

Vienne – La venue attendue samedi du président russe Vladimir Poutine au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Karin Kneissl (apparentée FPÖ, extrême droite), sème le trouble en Autriche, en pleine présidence tournante de l’UE par ce pays.

« Comment la présidence autrichienne de l’UE peut-elle jouer comme elle le prétend un rôle d’intermédiaire honnête (entre les 28 et Moscou) si la ministre des Affaires étrangères et le chancelier se placent aussi clairement d’un côté? » s’est interrogé vendredi le ténor social-démocrate (SPÖ, opposition) Andreas Schieder.

« Il s’agit d’une provocation de dimension européenne », a ajouté l’eurodéputée SPÖ Evelyn Reger, dénonçant une « honte pour l’image de l’Autriche ».

Le parti Vert (opposition) a pour sa part demandé la « démission immédiate » de la ministre, soulignant que « Vladimir Poutine est l’adversaire le plus agressif de l’UE en matière de politique étrangère ».

Karin Kneissl, 53 ans, nommée à la tête de la diplomatie autrichienne par le parti d’extrême droite FPÖ, dont elle n’est formellement pas membre, doit épouser samedi l’homme d’affaires Wolfgang Meilinger dans un village viticole des environs de Graz, dans le sud-est de l’Autriche.

Le Kremlin avait confirmé mercredi que M. Poutine avait accepté d’assister à ce mariage, avant une rencontre programmée plus tard dans la soirée avec la chancelière allemande Angela Merkel près de Berlin.

D’abord désignée comme un « événement privé » par le ministère autrichien, la venue du président russe, qui doit mobiliser plusieurs centaines de policiers, a entre-temps été requalifiée en « visite de travail » par Vienne. Aucun rendez-vous avec la presse n’est prévu à ce stade.

Outre le président russe, le chancelier conservateur Sebastian Kurz et le vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache sont attendus au mariage. Le FPÖ a noué en 2016 un accord de coopération avec le parti Russie unie de M. Poutine.

Cette venue a été vivement dénoncée par Kiev, qui a estimé qu’elle excluait désormais l’Autriche du processus du Minsk sur l’Ukraine.

Le ministère autrichien des Affaires étrangères a assuré que cette visite « ne changerait rien au positionnement de l’Autriche en matière de politique étrangère ».

« Poutine ne vient pas parce qu’il serait un proche ami de la ministre des Affaires étrangères, mais par pur calcul politique » pour affaiblir l’UE, a cependant estimé le quotidien populaire Kronen Zeitung, le tabloïd Österreich n’hésitant pas à évoquer une « affaire d’Etat ».

Selon ce quotidien, M. Poutine doit venir à la noce accompagné d’une troupe de chanteurs cosaques.

Le FPÖ a formé en décembre une coalition de gouvernement avec l’ÖVP de M. Kurz, autour d’un programme anti-immigration.

La venue de M. Poutine a semé le trouble jusqu’au sein du parti conservateur, dont un dirigeant, Othmar Karas, a jugé « totalement incompréhensible la logique et la finalité » de l’invitation.

L’extrême droite autrichienne a approuvé l’annexion de la Crimée par la Russie, et le FPÖ est partisan de l’abrogation des sanctions européennes liées au conflit ukrainien.

Le président russe est régulièrement accusé de chercher à diviser les Vingt-Huit, notamment en cultivant ses liens avec les partis populistes de plusieurs pays européens.

Romandie.com avec(©AFP / 17 août 2018 13h31)                                                        

Autriche: il n’agit « pas comme un gay », l’asile refusé à un Afghan

août 15, 2018

Vienne – Les autorités autrichiennes ont rejeté la demande d’asile d’un Afghan se disant homosexuel, car il n' »agissait » ou ne « s’habillait » pas comme une personne gay, selon l’hebdomadaire Falter.

Un fonctionnaire de Basse-Autriche (Etat du nord) a estimé que cet Afghan de 18 ans n’encourait pas de représailles dans son pays en raison de son orientation sexuelle, détaille le média autrichien.

« Ni la façon dont vous marchez, ni la manière dont vous agissez ou vous êtes habillé ne révèlent que vous pouvez être homosexuel », a écrit le responsable dans son rapport justifiant le rejet de la demande d’asile.

Le responsable a également souligné un « potentiel d’agression » chez l’homme auquel on « ne s’attendrait pas de la part d’un homosexuel », car l’adolescent s’était battu avec d’autres personnes du centre d’hébergement où il logeait.

Le jeune Afghan avait apparemment peu d’amis et aimait passer du temps seul ou accompagné de petits groupes, ce qui a amené, selon l’hebdomadaire, le fonctionnaire à s’interroger : « les homosexuels ne sont-ils pas plus sociables ? « .

L’Afghan a raconté avoir pris conscience de sa sexualité à l’âge de 12 ans, mais le responsable a trouvé que cela était « plutôt précoce », et donc peu probable, particulièrement dans une société comme l’Afghanistan où « il n’existe pas de stimulation sexuelle publique à travers la mode et la publicité ».

L’homme, arrivé seul en Autriche lorsqu’il était mineur, a fait appel de cette décision, d’après Falter.

Le ministère de l’Intérieur a expliqué mercredi qu’il ne pouvait pas commenter ce cas spécifique, mais qu’il ne reflétait pas la (plus large) réalité ». Quelque 120.000 demandes d’asile ont été traitées en Autriche ces deux dernières années.

« Les demandeurs d’asile doivent justifier les raisons de leur fuite. Il n’y a pas de règles concernant les preuves mais les autorités doivent montrer si et pourquoi une demande d’asile est infondée », ajoute le ministère dans un communiqué.

« Il est très important de prendre des mesures pour sensibiliser (les responsables)… Ce cas se distingue par son intensité, mais il y a régulièrement des déclarations, questions, idées et hypothèses (émises) sur la manière dont la personne devrait se comporter », a pour sa part déclaré à l’AFP Marty Huber, du groupe Queer Base qui soutient quelque 400 demandeurs d’asile LGBT.

En Afghanistan, l’homosexualité est considérée comme un comportement sexuel déviant, interdit par l’islam.

Romandie.com avec(©AFP / 15 août 2018 13h24)                                                        

Autriche: Démission du chancelier social-démocrate Werner Faymann

mai 9, 2016

Le chancelier autrichien Werner Faymann, également dirigeant du parti social-démocrate SPÖ, a démissionné lundi de toutes ses fonctions deux semaines après la débâcle de son parti au premier tour de l’élection présidentielle.

« Il a démissionné de toutes ses fonctions », a dit Anja Richter, porte-parole de la Chancellerie à l’AFP. Le candidat d’extrême droite Norbert Hofer est arrivé en tête le 24 avril du premier tour de l’élection présidentielle qui a vu l’élimination du candidat SPÖ.

Pour la première fois, les partis social-démocrate et conservateur (ÖVP), qui gouvernent au sein d’une grande coalition depuis 2008, ont été éliminés de la phase finale du scrutin dont le deuxième tour se déroulera la 22 mai.

Configuration inédite
Cette configuration inédite depuis la Seconde Guerre mondiale a provoqué un séisme au sein de ces deux formations et notamment chez les sociaux-démocrates où la légitimité de M. Faymann était depuis des jours remise en question.

Une réunion des instances du parti devait se dérouler en milieu d’après-midi. Le candidat du parti d’extrême droite FPÖ, Norbert Hofer, a obtenu 36,4% des voix, réalisant le meilleur résultat de cette formation depuis la guerre à une élection nationale en Autriche.

Un écologiste, Alexander Van der Bellen, s’est hissé pour la première fois au second tour avec 20,4% des suffrages. Le candidat social-démocrate Rudolf Hundstorfer (SPÖ) et le conservateur Andreas Khol (ÖVP) ont été éliminés avec 11,2% des voix seulement chacun.

Romandie.com

L’Autriche veut saisir la maison natale d’Hitler

avril 9, 2016

L’Autriche a l’intention de saisir la maison natale d’Adolf Hitler afin de mettre un terme à une bataille judiciaire et d’empêcher qu’elle ne devienne un lieu de pèlerinage nazi. La maison où Hitler est né le 20 avril 1889 est située dans la ville de Braunau am Inn.

« Nous avons conclu au cours de ces dernières années que l’expropriation était le seul moyen d’éviter que le bâtiment soit utilisé par (des sympathisants) nazis », a déclaré le porte-parole du ministère autrichien de l’Intérieur, Karl-Heinz Grundboeck. Le ministère étudie les bases constitutionnelles de l’affaire et « prendra les mesures appropriées », a-t-il encore précisé.

On peut lire devant la maison sur une dalle en pierre: « Pour la paix, la liberté et la démocratie. Plus jamais de fascisme: des millions de morts nous avertissent ».

La grande maison à la façade jaune est vide depuis 2011, date à laquelle le gouvernement autrichien a été mêlé à une bataille judiciaire avec la propriétaire du bâtiment. Chaque année, au moment de l’anniversaire d’Adolf Hitler, des antifascistes manifestent devant la maison natale du 15, rue Salzburger Vorstadt.
Romandie.com

Le président iranien Rohani annule sa visite en Autriche pour raisons de sécurité

mars 29, 2016

Vienne – Le président iranien Hassan Rohani a annulé pour raisons de sécurité une visite prévue mercredi et jeudi en Autriche, a indiqué mardi la présidence autrichienne.

Le déplacement du dirigeant iranien et de la délégation qui devait l’accompagner est reporté par la présidence iranienne pour des raisons de sécurité dont la nature n’est pas précisée, selon le communiqué diffusé à Vienne.

Un message sur le site internet du gouvernement iranien a confirmé ce report décidé d’un commun accord et assuré que la visite aurait lieu en temps voulu, sans donner de date.

Le ministère autrichien de l’Intérieur a indiqué qu’il n’y avait eu aucun indice concret d’une menace sur la sécurité à l’occasion de cette visite, pour laquelle les mesures de protection habituelle avaient été prévues

Après Rome et Paris en janvier, il s’agissait du second déplacement du président iranien en Europe depuis la levée des sanctions économiques contre Téhéran. Celle-ci a été permise par l’accord nucléaire historique signé en juillet dernier dans la capitale autrichienne.

Hassan Rohani devait arriver mercredi matin et rencontrer dans la foulée son homologue autrichien Heinz Fischer puis le chancelier social-démocrate Werner Faymann jeudi.

Une part importante de la visite était aussi consacrée aux échanges économiques entre les deux pays alors que les entreprises autrichiennes, à l’instar des autres pays de l’Union européenne, entendent profiter de la levée des sanctions économiques occidentales liées au programme nucléaire iranien pour faire leur retour dans le pays.

De nombreux points de friction demeurent néanmoins entre Téhéran et les diplomaties occidentales, liés notamment à de récents tirs d’essai de missile ou au soutien de l’Iran au président syrien Bachar al-Assad.

Romandie.com avec(©AFP / 29 mars 2016 19h19)

Schengen: l’Autriche menace la Grèce d’une exclusion provisoire, Berlin proteste

janvier 23, 2016

Berlin – La ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner, a menacé samedi la Grèce d’une exclusion provisoire de Schengen si Athènes ne renforce pas ses contrôles aux frontières face à l’afflux de migrants, hypothèse qualifiée de pseudo-solution par le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier.

Si le gouvernement d’Athènes n’entreprend pas enfin plus pour la sécurité des frontières extérieures de l’UE, alors nous devrons parler de façon ouverte d’une exclusion provisoire de la Grèce de l’espace (de libre circulation) Schengen, a déclaré Mme Mikl-Leitner à l’édition dominicale du journal Die Welt, selon des propos diffusés samedi.

Des pseudo-solutions comme l’exclusion d’Etats hors de l’espace Schengen ne font rien avancer, surtout, elles ne réduisent pas le flux des migrants et divisent l’Europe, a réagi le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, dans un entretien aux journaux du groupe de presse Funke-Mediengruppe.

Pour Mme Mikl-Leitner, lorsqu’un Etat (de l’espace) Schengen ne remplit pas durablement ses obligations et n’accepte l’aide qu’à reculons, alors il n’y a aucune interdiction d’y réfléchir. A ses yeux, l’idée que la frontière gréco-turque ne puisse pas être contrôlée est un mythe.

La patience de nombreux Européens a atteint ses limites (…) On a beaucoup parlé, maintenant, il faut agir. Il s’agit de protéger la stabilité, l’ordre et la sécurité en Europe, a encore insisté Mme Mikl-Leitner.

Il n’y aura pas de solution à la crise des réfugiés si la solidarité disparaît, a commenté M. Steinmeier.

Nous devons au contraire tirer dans le même sens et concentrer toutes nos forces pour lutter contre les causes qui poussent les réfugiés à fuir, pour renforcer les frontières extérieures de l’UE et parvenir à une répartition juste (des demandeurs d’asile) au sein de l’Europe, a-t-il ajouté.

La Grèce, qui fait face à une grave crise économique et doit se serrer la ceinture, est accusée depuis des mois de ne pas suffisamment protéger ses frontières qui sont également des frontières extérieures de l’Union européenne.

Des centaines de milliers de migrants sont arrivés sur les îles grecques en provenance des côtes turques. Ils tentent ensuite de poursuivre leur odyssée vers d’autres pays européens, en particulier l’Allemagne.

La présidence du Conseil de l’UE avait écarté en décembre l’hypothèse d’une exclusion de la Grèce de l’espace Schengen.

Il n’est pas juridiquement possible d’exclure un Etat de la zone Schengen, avait assuré le ministre luxembourgeois de l’Immigration, Jean Asselborn, dont le pays assurait alors la présidence du Conseil.

Ce scénario d’une suspension ou d’une exclusion de la Grèce de cette zone de libre circulation avait été évoqué dans plusieurs médias.

La porte-parole du Premier ministre grec Alexis Tsipras avait toutefois démenti être menacée par l’UE d’une sortie de cet espace.

Romandie.com avec(©AFP / 23 janvier 2016 15h16)

L’Autriche s’attend à accueillir samedi 10 000 migrants

septembre 5, 2015

Jusqu’à 10 000 migrants devraient arriver samedi en Autriche après avoir été conduits dans des bus par la Hongrie, a annoncé le ministère autrichien de l’Intérieur. Environ 4000 personnes ont déjà traversé la frontière pendant la nuit et dans la matinée.

Une centaine de bus ont été affrétés tôt samedi par le gouvernement hongrois, pour prendre en charge les migrants massés dans la principale gare de la capitale, ainsi que quelque 1200 migrants qui avaient entrepris de rallier l’Autriche à pied depuis Budapest.

« Je me tiens à la frontière avec la Hongrie et je regarde. Le flux (de personnes) se poursuit », a dit le chef de la police du Burgenland (est de la Hongrie), Hans Peter Doskozil, à l’agence de presse autrichienne APA. « Nous attendons entre 17 ou 18 bus » pour les emmener à Vienne et peut-être aussi en Allemagne.

Le gouvernement hongrois avait annoncé vendredi soir qu’il allait organiser le transfert de milliers de réfugiés vers la frontière autrichienne. Il avait toutefois précisé que cette mesure ne concernait pas les migrants qui se trouvaient déjà dans des centres de rétention.

« Situation d’urgence »
Les premiers cars ont pris la route peu après minuit et sont arrivés vers 03h00 du matin à la frontière, ont constaté des journalistes de Reuters et de l’AFP.

Outre de la nourriture et des installations médicales, l’Autriche a débloqué 600 lits dans le secteur de Nickelsdorf pour l’hébergement des nouveaux venus, et des capacités ont également été mobilisées dans les régions avoisinantes, a indiqué un porte-parole de la police autrichienne, Werner Fasching. Les migrants qui le veulent pourront déposer à leur arrivée une demande d’asile en Autriche.

Le chancelier autrichien Werner Faymann a indiqué vendredi soir que Vienne et Berlin avaient donné leur feu vert à cette opération. « Compte tenu de la situation d’urgence à la frontière hongroise, l’Autriche et l’Allemagne ont accepté dans ce cas précis que les réfugiés poursuivent leur voyage dans leurs pays », a-t-il dit.

Marches et évasions
Un cortège de quelque 500 migrants avait quitté Budapest à pied vendredi, empruntant l’autoroute en direction de Vienne. Des centaines d’autres se sont échappés d’un centre d’accueil et d’un train bloqué depuis deux jours par la police, pour tenter de gagner l’Autriche ou l’Allemagne.

A Roszke, près de la frontière serbe, environ 300 migrants ont fui leur centre de rétention. La police s’est lancée à la poursuite des fuyards et a dû interrompre le trafic sur une autoroute de la région. La plupart d’entre eux ont été rattrapés, a-t-elle dit, mais d’autres ont encore réussi à franchir les cordons de sécurité en fin de journée.

La Hongrie est membre de l’espace Schengen, dans lequel la liberté de circulation est garantie, mais les demandeurs d’asile doivent normalement rester dans le pays d’entrée en attendant l’examen de leur demande.

Romandie.com

Romandie.com

Autriche : des citoyens veulent chercher les migrants bloqués en Hongrie

septembre 4, 2015

Vienne – Quelque 2.000 personnes avaient souscrit vendredi matin sur le réseau social Facebook à une initiative citoyenne proposant de former un convoi de voitures particulières pour chercher, à partir de dimanche, des milliers de migrants bloqués en Hongrie.

Les temps des appels à l’Union européenne et aux responsables politiques est révolu, nous devons désormais agir, soulignent les animateurs de la page Convoi Budapest-Vienne, qui comptait 2.000 participants virtuels vendredi matin.

Un premier convoi doit partir dimanche matin de Vienne pour conduire autant de réfugiés que possible de Budapest à Vienne et de là, si possible, en Allemagne.

Les organisateurs précisent réagir à la décision des autorités hongroises de suspendre cette semaine les liaisons ferroviaires à destination de l’Europe de l’Ouest, y compris pour les migrants disposant de billets valables.

Quatre militants autrichiens soupçonnés d’avoir voulu conduire des migrants en Autriche ont par ailleurs été interpellés vendredi à Budapest, un délit passible de 5 ans de prison en Hongrie.

A la suite d’une intervention de son homologue autrichien, Sebastian Kurz, le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, a assuré que ces militants seraient relâchés sans délai.

Ces personnes vont être relâchées. Nous nous trouvons dans une situation très difficile, nous n’avons pas besoin que des gens viennent s’amuser à envenimer la situation, a-t-il déclaré depuis Bruxelles.

Le ministère autrichien de l’Intérieur avait pour sa part rappelé jeudi que l’aide gratuite à l’immigration illégale constituait une infraction passible au maximum de 5.000 euros d’amende dans ce pays.

L’initiative Convoi Budapest-Vienne, qui cite en exemple le précédent d’un train de migrants affrété la semaine dernière par la compagnie nationale autrichienne de chemins de fer ÖBB, assure prévoir une assistance juridique pour les participants.

Plusieurs milliers de migrants souhaitant rejoindre les pays riches d’Europe de l’Ouest, à commencer par l’Allemagne, restaient bloqués vendredi matin dans des gares de Hongrie, notamment à Budapest-Keleti. Certains ont entrepris à la mi-journée de rejoindre à pied la frontière autrichienne.

Romandie.com (©AFP / 04 septembre 2015 14h29)