Posts Tagged ‘avions’

Catastrophe évitée après la dispute en plein ciel de deux pilotes irakiens

juillet 26, 2018

Les 150 passagers ont bien failli ne jamais arriver à Bagdad, à cause d’une dispute entre pilote et co-pilote / © AFP/Archives / SABAH ARAR

L’avion d’Iraqi Airways a décollé sans encombre de Machhad en Iran. Mais ses 150 passagers ont bien failli ne jamais arriver à Bagdad, à cause d’une dispute entre pilote et co-pilote, apparemment… pour un plateau-repas!

Médias et réseaux sociaux irakiens se sont immédiatement saisis de l’affaire, avec horreur ou ironie, poussant la compagnie nationale à se fendre d’un communiqué d’explication.

« Ce sont des pilotes ou des chauffeurs de minibus? », faisait mine de s’interroger une internaute, en référence à ces conducteurs connus pour rouler à toute allure et qui sont le cauchemar des autres automobilistes.

« Le ministère des Transports a ouvert une enquête avec les deux pilotes qui se sont disputés en vol », a indiqué Iraqi Airways mercredi soir dans un communiqué qui ne précise pas quand l’incident a eu lieu.

La compagnie ne donne pas non plus la raison de la discorde sur ce vol qui avait à son bord 157 passagers ainsi que les membres d’équipage.

Mais dans une lettre adressée à sa hiérarchie consultée par l’AFP, le co-pilote affirme que, alors que l’avion était en vol, « le ton est monté avec le pilote parce qu’il refusait qu’une hôtesse m’amène un plateau-repas sous prétexte que je ne lui en avais pas demandé l’autorisation ».

Après avoir pris son propre repas, poursuit-il, le pilote « a utilisé un vocabulaire inapproprié » puis l’a « frappé et insulté, ce qui a provoqué la venue d’un membre de la sécurité ».

Les deux hommes ont cependant réussi à faire atterrir l’avion mais une fois l’appareil posé à Bagdad, « le pilote a de nouveau porté coups et insultes ». Face à cela, plaide-t-il, « j’ai dû me défendre ».

Iraqi Airlines indique avoir suspendu les deux hommes et promet qu’ils « ne pourront échapper aux sanctions les plus dures (…) comme l’interdiction de voler à vie ».

Romandie.com avec(©AFP / 26 juillet 2018 14h49)

Les accidents d’avions les plus meurtriers en Russie depuis 2000

février 11, 2018

Des policiers près du lieu du crash d’un avion militaire russe dans la mer Noire près de Sotchi, dans le sud de la Russie, le 27 décembre 2016 / © AFP/Archives / VASILY MAXIMOV

Voici un rappel des accidents d’avion les plus meurtriers intervenus depuis 2000 en Russie, après qu’un avion de ligne russe transportant 71 personnes s’est écrasé dimanche peu après son décollage de l’aéroport Domodedovo de Moscou.

– 2016 –

Le 25 décembre, 92 morts dans la chute en mer Noire d’un avion militaire russe peu après son décollage d’Adler, au sud de la station balnéaire de Sotchi. Le Tupolev Tu-154 effectuait un vol de routine à destination de la base aérienne russe de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie. Parmi les victimes figuraient plus de 60 membres des choeurs de l’Armée Rouge.

Le 19 mars, 62 morts lors du crash à l’atterrissage d’un Boeing 737-800 de la compagnie émiratie flydubai à l’aéroport de Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie. L’avion en était à sa seconde tentative d’atterrissage dans de mauvaises conditions de visibilité quand il s’est écrasé.

– 2013 –

Le 17 novembre, 50 morts dans le crash d’un Boeing 737 de la compagnie russe Tatarstan, en provenance de Moscou, à l’aéroport de Kazan, dans la république russe du Tatarstan (Volga). L’avion était entré en service en 1990 et avait été exploité par sept compagnies au total, mais une erreur de pilotage est évoquée par les autorités russes.

– 2010 –

Le 10 avril, 96 morts dont le président polonais Lech Kaczynski et des hauts responsables politiques et militaires polonais se rendant aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de Katyn, lorsqu’un Tupolev-154 s’écrase en tentant d’atterrir près de Smolensk (ouest de la Russie). Le crash est attribué aux mauvaises conditions météorologiques ainsi qu’à des erreurs des pilotes polonais et des contrôleurs aériens russes.

– 2008 –

Le 14 septembre, 88 morts lorsqu’un Boeing-737-500 de la compagnie Aeroflot s’écrase dans l’Oural russe peu avant d’atterrir à Perm. L’agence fédérale russe du transport aérien annonce onze jours après l’accident la suspension de l’exploitation des Boeing de ce type en raison des difficultés de navigation rencontrées par les pilotes.

– 2006 –

Le 9 juillet, 125 morts dans l’accident à l’atterrissage d’un Airbus A310 de la compagnie aérienne russe Sibir à Irkoutsk (Sibérie). L’hypothèse d’une panne du système hydraulique de commande des freins de l’Airbus est évoquée.

Le 3 mai, 113 morts dans la chute en mer Noire d’un Airbus A320 de la compagnie arménienne Armavia peu avant l’atterrissage à l’aéroport de Sotchi (sud de la Russie) dans des conditions météorologiques mauvaises.

– 2001 –

Le 3 juillet, 145 morts lors de la chute d’un TU-154 de la compagnie VladivostokAvia près d’Irkoutsk (Sibérie orientale) à la suite d’une erreur de pilotage.

Romandie.com avec(©AFP / 11 février 2018 16h27)

2017, année la plus sûre pour le transport aérien (études)

janvier 2, 2018

Washington (Pays-Bas) – L’année 2017 a été la plus sûre pour le transport aérien mondial depuis 1946 et l’établissement de statistiques sur les accidents d’avions, ont indiqué deux agences spécialisées dans ce type de catastrophes dans leurs rapports publiés lundi.

Avec un total de dix accidents impliquant des avions de transport de passagers civils, qui ont fait 44 morts, 2017 « est l’année la plus sûre de tous les temps tant par le nombre d’accidents qu’en termes de victimes », indique l’Aviation Safety Network (ASN), un site spécialisé dans ce type de catastrophes, rappelant qu’en 2016 il y avait eu un total de 16 accidents pour 303 victimes.

Les statistiques de l’ASN publiées lundi ne concernent toutefois que les appareils commerciaux civils de transport de passagers et de fret homologués pour transporter au moins 14 passagers ou plus. L’accident du 7 juin dernier impliquant un avion de transport militaire de l’armée birmane qui a fait 122 morts n’est ainsi pas inclus dans ces statistiques.

L’accident le plus meurtrier pour un avion de transport civil est celui qui a fait 12 morts au Costa Rica le 31 décembre, le dernier jour de l’année considérée.

Cinq des accidents recensés concernaient des avions de transport de fret et cinq des avions de transport de passagers. L’ASN précise que, selon ses chiffres provisoires, il y a eu 36,8 millions de vols en 2017, ce qui aboutit à un ratio d’un accident d’avion mortel pour 7,360 millions de vols de transport de passagers.

Si l’ensemble des accidents incluant les appareils militaires et les vols non commerciaux sont pris en compte, le nombre de victimes grimpe à 230 avec un total de 24 accidents, indique-t-on de même source, ce qui en fait toujours l’année la plus sûre dans l’histoire de l’aviation, selon l’ASN.

Aviation Safety Network fait partie de la Flight Safety Foundation (Fondation pour la sécurité du transport aérien), une association à but non lucratif qui depuis 1947 oeuvre à l’amélioration de la sécurité du transport aérien.

– Année ‘exceptionnelle

« L’année écoulée a encore été exceptionnelle pour la sécurité dans l’aviation civile », a par ailleurs souligné Adrian Young, chercheur de l’agence néerlandaise To70, spécialisée dans l’aviation, qui a publié une autre étude concentrée sur les appareils de plus de 5,7 tonnes transportant des passagers.

L’avion reste donc le moyen de transport le plus sûr: la probabilité de mourir dans un accident d’un avion commercial est désormais d' »une chance sur 16 millions », selon M. Young, alors que le trafic aérien a grimpé de 3% en 2017 par rapport à 2016.

Le rapport de l’agence To70, présente en Europe, Australie, Asie et Amérique Latine, a toutefois souligné que malgré les « bonnes nouvelles », le taux d’accidents mortels extrêmement bas de cette année doit être considéré comme un « coup de chance ».

« Statistiquement, sur plus de trente millions de vols, il y a peu de différence entre deux ou dix accidents », a souligné Adrian Young, pour qui les nombreux appareils électroniques dans les valises des voyageurs sont sources d’inquiétude à cause du risque d’inflammation ou d’explosion des batteries lithium-ion.

Romandie.com avec (©AFP / 02 janvier 2018 13h04)

Les avions Joon d’Air France s’envolent pour barrer le ciel à la concurrence

novembre 30, 2017

Un Airbus A320 de Joon, la nouvelle filiale d’Air France, qui lance vendredi ses premiers vols, le 30 novembre 2017 à Roissy / © AFP / ERIC PIERMONT

Joon, la nouvelle filiale d’Air France, lancera vendredi ses premiers vols avec pour mission de reconquérir les lignes confisquées à sa maison mère par ses concurrents du Golfe ou low-cost, dans un esprit d’innovation et à des coûts réduits.

Cette nouvelle compagnie, qui se veut ni classique ni low-cost, voit le jour dans un contexte de concurrence de plus en plus vive et un paysage aérien en plein bouleversement. Les low-cost ont ainsi débarqué sur le long-courrier, y compris à Paris avec Norwegian depuis l’été 2016 et Level – la low-cost long-courrier d’IAG (International Airlines Group, maison mère d’Iberia et de British Airways) – à partir de l’été 2018.

A partir de vendredi, Joon desservira en moyen-courrier Barcelone, Berlin, Porto et Lisbonne, des destinations auxquelles viendront s’ajouter au printemps Istanbul, Naples, Oslo et Rome.

En mars, démarreront les opérations long-courrier avec Fortaleza au Brésil, Mahé aux Seychelles, Le Caire, Le Cap et Téhéran.

Les tarifs sont « attractifs » selon la direction, sans être au niveau des ultra low-cost comme Ryanair. Une multitude d’options sont proposées – bagage en soute, repas, divertissement… – permettant de dégager des revenus annexes, une part croissante du chiffre d’affaires de nombreuses compagnies aériennes.

Joon « permet d’exploiter un certain nombre de lignes très fortement concurrencées avec des coûts d’exploitation plus faibles que ceux d’Air France », a expliqué le directeur général d’Air France, Franck Terner.

L’idée d’une nouvelle compagnie créée de toute pièce avait été lancée il y a un an par le PDG du groupe Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, dans le cadre de son plan stratégique Trust Together destiné à permettre à Air France de reprendre l’offensive face à la concurrence.

Ce plan passe également par le renforcement des alliances avec d’autres compagnies et des prises de participations.

– ‘Réenchanter le voyage aérien’ –

Aujourd’hui, selon M. Terner, « Air France va plutôt bien » mais « pour autant Air France doit encore travailler dans tous les domaines. Sur ses produits, continuer sa montée en gamme » et « continuer à travailler inlassablement sur les coûts parce que si Air France va bien, Air France n’est pas au niveau de ses compétiteurs ».

Pour regagner le terrain perdu face à la concurrence – 10% des lignes long-courrier et 20% des lignes moyen-courrier sont considérées comme ultra-déficitaires – Joon a recruté du personnel de bord (120 hôtesses et stewards) à un coût inférieur de 40% comparé à celui d’Air France et demandé des efforts de productivité à tous les pilotes.

Basés à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, les avions de Joon doivent aussi permettre d’alimenter le « hub » (plateforme de connexion) d’Air France.

La filiale d’Air France a vu le jour à l’issue d’âpres négociations avec les syndicats, qui ont obtenu que sa flotte soit limitée à 28 appareils, 10 sur le long-courrier et 18 sur le moyen-courrier.

Une taille relativement modeste finalement considérée par la direction comme un atout car elle lui donne l’agilité nécessaire pour servir de « laboratoire d’innovation » pour tester de « nouveaux produits, de nouvelles expériences clients » ou encore « des simplifications de process pour gagner en ponctualité ou en coûts d’opérations », selon Jean-Michel Mathieu, directeur général de Joon.

Pour Hugo Azerad, expert en transport aérien au sein du cabinet de conseil A.T. Kearney, Joon est une « zone d’expérimentation où on peut incuber de nouvelles idées » mais aussi le moyen de « réenchanter le voyage aérien », galvaudé par le low-cost.

Mais pour l’expert, l’autre challenge sera d’être en « mode start up et de le rester » en gardant toujours une longueur d’avance pour « maintenir la différenciation ».

« On s’est mis en ordre de marche pour pouvoir, en rythme de croisière, toujours innover », explique M. Mathieu.

Et si l’idée des couchettes en soute un temps évoquée reste encore au stade du concept, il promet « d’autres projets » pour « toujours plus d’innovations ».

Romandie.com avec(©AFP / 30 novembre 2017 15h30)

Syrie: des avions de la base frappée par les États-Unis ont mené des raids (OSDH)

avril 7, 2017

Beyrouth – Deux avions militaires ont décollé de la base aérienne syrienne frappée vendredi par les Etats-Unis et ont mené des raids dans les environs, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les appareils « ont décollé depuis la base d’Al-Chaayrate, qui est de nouveau en partie en service, et ont frappé des cibles près de Palmyre » dans le centre de la Syrie, selon l’OSDH.

Le directeur de l’Observatoire, Rami Abdel Rahmane, n’était pas en mesure d’indiquer si les avions étaient syriens ou russes, mais il a assuré qu’ils avaient visé des zones contrôlées par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) dans la province centrale de Homs.

Réagissant à une attaque chimique présumée imputée au régime syrien qui a fait 86 morts mardi dans la localité rebelle de Khan Cheikhoun, au nord-ouest de la Syrie, les Etats-Unis ont tiré tôt vendredi 59 missiles de croisière Tomahawk vers la base d’Al-Chaayrate depuis deux navires américains en Méditerranée.

Les services de renseignement des Etats-Unis avaient établi que les avions syriens ayant mené l’attaque étaient partis de cette base, connue comme un lieu de stockage d’armes chimiques avant 2013, selon le Pentagone.

Une source militaire syrienne avait indiqué à l’AFP que l’armée avait eu vent de l’action américaine et avait « pris des précautions » notamment en déplaçant des avions de la base aérienne visée.

Selon le Pentagone, environ 20 avions ont été détruit mais la piste est restée intacte.

Romandie.com avec(©AFP / 07 avril 2017 21h50)

Québec: 1 mort, 3 blessés dans une collision aérienne au-dessus des Promenades Saint-Bruno

mars 17, 2017

États-Unis/Blocage du décret Trump: les ressortissants des 7 pays de nouveau admis dans les avions

février 4, 2017

Doha – La compagnie Qatar Airways a annoncé samedi, après le blocage par un juge fédéral américain du décret anti-immigration de Donald Trump, qu’elle transporterait vers les Etats-Unis les ressortissants des sept pays interdits ces derniers jours d’entrée aux Etats-Unis.

En Egypte, un responsable à l’aéroport du Caire a indiqué que les compagnies aériennes avaient reçu un avis de l’aéroport JFK à New York sur l’arrêt de l’application du décret du président américain qui interdit l’entrée des Etats-Unis aux ressortissants d’Irak, d’Iran, de Libye, de Somalie, du Soudan, de Syrie et du Yémen, ainsi qu’à tous les réfugiés.

L’avis concerne tous les passagers en possession d’un visa d’immigration ou de tourisme, qu’ils prennent un vol direct vers les Etats-Unis ou transitent par un autre aéroport, a ajouté ce responsable à l’aéroport du Caire sous le couvert de l’anonymat.

Sur son site, Qatar Airways indique qu’elle va se conformer aux nouvelles directives, du moment que les passagers possèdent un visa en règle.

« Les ressortissants des sept pays, ainsi que tous les réfugiés en possession d’un visa en règle ou d’une résidence permanente (green card) seront autorisés à se rendre aux Etats-Unis », ajoute la compagnie.

Le juge fédéral de Seattle a bloqué vendredi le décret de M. Trump qui avait suscité de vives protestations internationales et la condamnation des organisations de défense des droits de l’Homme. De nombreux ressortissants des sept pays visés ont été retenus ces derniers jours dans les aéroports américains à leur arrivée ou empêchés d’embarquer au départ d’autres pays.

Qatar Airways qui dessert au moins 15 villes américaines dont New York, Atlanta et Chicago, s’était dans un premier temps conformé à l’interdiction.

A Téhéran, une agence de voyage a conseillé aux Iraniens qui souhaitaient se rendre aux Etats-Unis de le faire le plus vite possible.

« A tous ceux qui ont un visa, d’immigration ou autre, (…) prenez un avion pour n’importe quelle ville (des Etats-Unis) ce soir », a affirmé le conseiller de cette agence sous le couvert de l’anonymat. La décision du juge fédéral peut « être rejetée en appel », a-t-il prévenu, conseillant aux Iraniens de ne signer aucun document s’ils étaient empêchés d’entrer sur le sol américain à leur arrivée à l’aéroport.

La Maison Blanche a promis de répliquer au blocage en affirmant que le ministre de la Justice entendait « déposer une injonction d’urgence pour » faire appliquer le décret et annuler la décision du juge fédéral.

Romandie.com avec(©AFP / 04 février 2017 13h06)      

Les bombes mortelles sur les enfants innocents

octobre 30, 2016

 

Larguées avec furie du haut des avions

Les bombes mortelles de la coalition

Sont tombées sur les écoles des enfants

Détruisant impitoyablement les bâtiments

 

Dans la fragmentation de la détonation

Au regard du champignon de poussière

Montrant ses volutes de victoire de malheur

Leurs auteurs tordaient la langue de justification

 

Devant ce triste et douloureux constat

Dans l’amoncellement mortel des amas

Des cris de colère et des larmes coulèrent

Pour dénoncer cette action de punition amère

 

Enfants, partis pour l’instruction et l’épanouissement

Ils ne reviendront plus jamais ces pauvres innocents

Auprès de leurs parents désormais inconsolables

Pour la perte chère de leur précieux trésor irremplaçable.

 

Bernard NKOUNKOU

 

Galaxy Note 7 banni des avions aux Etats-Unis et par Air Canada

octobre 15, 2016

Les autorités américaines interdisent depuis samedi 18h00 (heure en Suisse) les smartphones Galaxy Note 7 de Samsung dans les avions au départ ou à destination des Etats-Unis, ainsi que sur les vols domestiques. Ces téléphones présentent un risque d’explosion.

La compagnie aérienne Air Canada a également annoncé qu’elle interdit totalement ces smartphones de Samsung à bord des avions commerciaux. Cela en raison de risques d’incendie.

« Les voyageurs ne seront pas autorisés à monter à bord des avions d’Air Canada, d’Air Canada Rouge et d’Air Canada Express avec un Galaxy Note 7 de Samsung sur eux ou dans leurs bagages enregistrés », a précisé le plus important transporteur aérien du Canada dans un communiqué.

Pour éviter les potentiels « désagréments » causés par cette interdiction, la compagnie a mis en place une politique pour permettre aux voyageurs de prendre un autre vol sans « pénalité ». Les contrevenants s’exposent à des amendes et à des poursuites.

Eventuelles poursuites judiciaires
Quelques heures plus tôt, les autorités américaines avaient annoncé l’interdiction de ces mêmes smartphones dans les avions au départ ou à destination des Etats-Unis, ainsi que sur les vols domestiques. Les passagers récalcitrants s’exposeront à la confiscation de leurs appareils, ainsi qu’à des amendes, voire des poursuites judiciaires, précise le ministère des Transports (DOT) dans un communiqué.

Deux mois après le lancement de son Note 7, Samsung a arrêté cette semaine la production et les ventes de cet appareil, censé être un de ses nouveaux produits vedettes, en raison de défauts susceptibles de provoquer une explosion. Il a également enjoint tous les propriétaires de cette « phablette » à cesser immédiatement de s’en servir.

Sécurité avant tout
« Nous reconnaissons qu’interdire ces téléphones dans les avions va gêner certains passagers, mais la sécurité de tous ceux qui sont à bord d’un avion doit avoir la priorité », a commenté le ministre américain des Transports, Anthony Foxx.

Concrètement, les propriétaires d’un Note 7 ne pourront désormais plus le transporter sur eux ou dans leurs bagages en soute ou en cabine. Le smartphone ne peut plus non plus être expédié par fret aérien. Les compagnies aériennes devront aussi refuser d’embarquer les passagers qui refuseront de se séparer de leur téléphone.

Les autorités américaines ont réitéré leurs appels à retourner les appareils incriminés à leur fabricant. « Le risque d’incendie (…) est simplement trop grand pour que qui que ce soit prenne le risque et ne réponde pas au rappel officiel » de l’appareil mis en place par Samsung, a indiqué Elliot Faye, le président de l’agence américaine de sécurité des consommateurs (CPSC), également cité dans le communiqué.

Romandie.com avec(ats / 15.10.2016 17h28)

L’Iran confirme vouloir 114 Airbus, s’intéresse aussi à Boeing

janvier 24, 2016

L’Iran prévoit d’acheter 114 avions à Airbus d’ici à un mois ou deux et envisage d’autres opérations, ont indiqué dimanche les autorités iraniennes, une semaine après la levée des sanctions économiques et financières qui pesaient sur le pays.

La République islamique pourrait avoir besoin d’un total de 500 nouveaux appareils à moyen terme sur les trois ans à venir, a indiqué le député Mahdi Hashemi, président de la Commission parlementaire du développement. Il s’exprimait lors de la première grande réunion post-sanctions qui se tenait à Téhéran, le Sommet CAPA Aviation.

Le gouvernement iranien dit depuis longtemps qu’il doit rafraîchir sa flotte vieillissante, qui a beaucoup souffert de la pénurie de pièces de rechange en raison des sanctions commerciales imposées par les Etats-Unis et les pays occidentaux.

Ces sanctions ont été levées il y a une semaine maintenant, après constat de la mise en oeuvre par Téhéran de l’accord de juillet 2015 encadrant son programme nucléaire.

Le gouvernement iranien discutera des modalités du contrat avec Airbus ces prochains jours, a précisé le ministre iranien des transports Abbas Akhoondi aux journalistes.

Le président iranien Hassan Rohani est attendu à Paris mercredi dans le cadre d’une tournée en France et en Italie qui était prévue en novembre. Mais l’événement avait été reporté en raison des attentats de Paris et Saint-Denis.

Intérêt pour des A380
L’Iran est également intéressé par les avions de l’américain Boeing, a indiqué le ministre des transports. L’Iran voudrait acheter plus de 100 Boeing a ensuite précisé à Reuters le vice-ministre des transports Asghar Fakhrieh Kashan à Reuters.

En ce qui concerne Airbus, l’Iran a conclu un accord provisoire pour acheter huit exemplaires de l’A380, le très gros porteur de l’avionneur européen, livrables à partir de 2019, a détaillé à Reuters le vice-ministre des transports.

L’achat de 16 A350 est également prévu, a déclaré Asghar Fakhrieh Kashan, en marge de la conférence de Téhéran. L’Iran est aussi intéressé par des avions régionaux et notamment par le MRJ de Mitsubishi et les séries C du canadien Bombardier, a dit le vice-ministre.

Les compagnies aériennes iraniennes privées parlent aussi au brésilien Embraer et au russe Soukhoï.

Avec des propositions
Selon le député Mahdi Hashemi, la commande à Airbus pourrait être passée d’ici à deux mois. Le ministre iranien des transports avait annoncé dès le 16 janvier que l’Iran avait décidé d’acheter 114 avions civils à l’avionneur européen juste avant l’annonce officielle de la levée des sanctions internationales contre la République islamique.

Le député Hashemi a aussi appelé les investisseurs internationaux et les compagnies aériennes à se présenter à Téhéran. « Venez avec vos propositions », a-t-il dit. « Nous voudrions avoir de nouveaux contrats et les honorer immédiatement et rattraper les pertes liées au passé dont nous avons souffert. »

Romandie.com