Posts Tagged ‘Bactérie’

Escherichia-coli : les règles de congélation pour éviter la bactérie

juin 21, 2011

Se régaler toute l’année de la ratatouille ou des tartes aux prunes cuisinées cet été, c’est possible. Il suffit de respecter les quelques règles de base de la congélation.

1. Quels récipients utiliser?

Tous les emballages doivent être parfaitement propres. Jetez donc ceux d’origine, manipulés par de nombreuses personnes. Puis emballez les aliments dans des sachets ou des boîtes en polyéthylène spécial congélation (type Tupperware) ou des barquettes en aluminium, à placer eux-mêmes dans des sachets. Certains plastiques fins ou le verre peuvent être endommagés par le froid intense. Sachez aussi que l’eau, présente dans les ingrédients, augmente de volume quand elle gèle : ne remplissez pas complètement les récipients pour éviter qu’ils se fendent.

Comment préparer ce que je veux congeler ?

Faites d’abord blanchir les légumes afin d’éliminer toute bactérie, de stopper l’action des enzymes et de réduire le temps de cuisson ultérieur. Evitez de saler les plats cuisinés: le sel abaisse le point de congélation et favorise l’oxydation.

Dégraissez au maximum les viandes, car les graisses rancissent rapidement. Les sauces devront être liées à la fécule et non à la farine, qui forme de petits grumeaux sous l’effet du froid. Pour la même raison, remplacez une partie de la farine des gâteaux par de la fécule. Quant aux soupes, évitez d’y ajouter dés de pommes de terre, vermicelles ou riz, qui deviennent floconneux; ou de la crème et des jaunes d’oeufs, qui se dissocient.

Enfin, ne placez jamais au congélateur des aliments encore tièdes, car ils favoriseraient la formation de givre.

Topsanté.fr

Enfants hospitalisés: la viande suspecte vient de trois pays

juin 16, 2011

Sept enfants ont été contaminés par une bactérie E. coli en mangeant de la viande surgelée vendue dans des magasins Lidl. Le fabricant précise que la viande suspecte provient d’Allemagne, de Belgique et des Pays-Bas.

Six enfants du Nord-Pas-de-Calais étaient hospitalisés jeudi matin au CHU de Lille après avoir été intoxiqués par un type rare de bactérie E. coli. Leur état est jugé «sérieux» mais «stable» par les médecins, selon une responsable de l’hôpital, précisant que leur vie n’était pas menacée. Un septième enfant, également hospitalisé, a pu rentrer chez lui mercredi après-midi.

Les six petits malades, âgés de 20 mois à 8 ans, ont été pris en charge en réanimation pédiatrique après avoir été victimes de «diarrhées sanglantes importantes» apparemment liées à la consommation de steaks hachés surgelés de la marque «Steaks Country» vendus dans des magasins Lidl, a annoncé l’Agence régionale de santé (ARS).

La viande suspecte provient d’Allemagne
Alors que la société SEB (Société Economique Bragarde), qui fabrique les steaks hachés suspects, a d’abord expliqué que la viande suspecte provenait d’Allemagne, elle a par la suite expliqué que les lots incriminés venaient aussi de Belgique et des Pays-Bas. «Il y a plusieurs fournisseurs» a déclaré Guy Lamorlette, le PDG de l’entreprise, en ajoutant qu’il n’était pas en mesure d’en donner les noms de ces derniers. «La viande, il faut attendre les résultats d’analyses pour dire qu’elle est contaminée», a-t-il insisté. «Rien ne permet d’établir un quelconque lien avec l’épidémie qui a sévi en Allemagne», a-t-il assuré.

Des examens réalisés au CHU de Lille, dont les résultats devaient être communiqués jeudi dans la matinée, doivent confirmer que la bactérie en cause n’est pas de même souche que celle qui sévit outre-Rhin.

Les bactéries E. coli sont régulièrement responsables de ce que l’on surnomme «la maladie du hamburger». Il s’agit en réalité d’un «syndrome hémolytique et urémique» (SHU) qui peut conduire à une insuffisance rénale aiguë et à une baisse des plaquettes, notamment chez le jeune enfant. La bactérie responsable de la contamination dans le Nord relève d’un «type rare» d’E. Coli qui produit des toxines dangereuses appelées «shigatoxines». La toxi-infection alimentaire dont les cinq enfants ont été victimes «peut être très grave», mais «elle a été prise à temps», précise le Dr Joëlle Perrin, conseiller médical du directeur général de l’ARS.

70 à 100 cas par an en France
Les bactéries E. coli sont naturellement présentes dans l’intestin des bovins. Lors de l’abattage, il arrive que la viande soit contaminée. Or la bactérie peut survivre et se transmettre à l’homme si la viande, notamment le steak haché, n’est pas suffisamment cuite – elle meurt à 65°C. C’est pourquoi l’ARS recommande de cuire à cœur les steaks hachés surgelés, sans les laisser décongeler au préalable. Il est aussi conseillé de consommer la viande hachée achetée chez le boucher dans la journée.

La société SEB a annoncé le rappel de tous les lots concernés, dans un communiqué diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi. Il s’agit de boîtes de 1 kg (10 steaks de 100g) avec une date limite de consommation aux 10, 11 et 12 mai 2012. Les autorités recommandent aux personnes ayant acheté ces steaks «de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente».

L’ARS recommande par ailleurs de consulter un médecin si l’on constate des troubles digestifs – diarrhées souvent avec du sang, maux de ventre voire vomissements – dans un délai de 10 jours après consommation de ces steaks suspects.

En France, 70 à 100 cas de contamination par une bactérie E. Coli sont signalés chaque année, avec un taux de mortalité inférieur à 1%.

Pauline Fréour Figaro. fr avec agences

Les graines germées sont à l’origine de l’épidémie d’E.coli

juin 10, 2011

BERLIN (Reuters) – Les graines germées sont la cause la plus probable de l’épidémie mortelle provoquée par la bactérie Escherichia coli (E. coli), ont déclaré vendredi les autorités allemandes sur la foi de nouvelles données.

« Ce sont les graines germées », a déclaré Reinhard Burger, le patron de l’institut Robert-Koch, l’autorité fédérale de contrôle des maladies. « Les personnes qui ont consommé des graines germées sont neuf fois plus exposées au risque de diarrhées hémorragiques que les autres. »

« L’épidémie n’est pas terminée », a-t-il ajouté.

Les autorités sanitaires allemandes ont par ailleurs levé leurs réserves à la consommation de concombres, de tomates et de salades.

Apparue début mai, la contamination a affecté près de 3.000 personnes. Trente cas mortels ont été signalés, 29 en Allemagne et un en Suède, selon les derniers bilans disponibles.

Les experts fédéraux qui tentent de déterminer l’origine de la contamination ont procédé à un millier d’analyses d’échantillons centrées sur ces graines germées. Aucune analyse n’a été positive mais les études épidémiologiques et les enquêtes de traçabilité permettent néanmoins d’identifier les graines germées comme étant la source de l’épidémie.

FERME BIO

« Il est très satisfaisant de présenter cette découverte aujourd’hui, d’être en mesure d’isoler la cause et la source de l’infection », a ajouté Reinhard Burger.

Il s’est félicité de « l’intense coopération » entre les autorités sanitaires et les autorités de surveillance de la sûreté des produits alimentaires.

L’enquête s’est centrée sur une ferme bio du Land de Basse-Saxe, qui a été fermée le week-end dernier.

La souche particulièrement virulente de la bactérie Escherichia coli en cause dans cette flambée épidémique peut provoquer des hémorragies intestinales.

Elle se traduit par des diarrhées banales ou sanglantes dans les cas les plus graves, des maux de tête et de vives douleurs abdominales mais peut également être associée à des problèmes rénaux plus graves, connus sous le nom de syndrome hémolytique et urémique (SHU).

Sur les 3.000 cas à ce jour observés, plus d’un quart ont conduit à un SHU.

Illustration de la virulence de la bactérie, nombre de malades sont de jeunes adultes qui devraient théoriquement être plus résistants que d’autres catégories de population.

Reuters Brian Rohan