Posts Tagged ‘bande de gaza’

Un avion de chasse F16 israélien s’écrase en mer, l’équipage sain et sauf

juillet 7, 2013

JERUSALEM – Un avion de chasse F16 israélien s’est écrasé en mer Méditerranée dimanche en raison d’une défaillance technique, mais les deux membres de l’équipage ont été récupérés sains et saufs, a indiqué un porte-parole de l’armée.

Un avion de combat F16 s’est écrasé aujourd’hui en mer après une avarie moteur, a déclaré ce porte-parole à l’AFP.

Selon des médias israéliens, il s’est écrasé au large de la bande de Gaza.

Le pilote et le co-pilote se sont éjectés et ils ont été transportés à l’hôpital, a précisé le porte-parole militaire.

A la suite de cet incident, le commandant de l’aviation israélienne, le général Amir Eshel, a ordonné que tous les avions F15 et F16 restent au sol jusqu’à plus ample information.

En novembre 2010, deux soldats de l’armée de l’air israélienne avaient été tués quand leur F16 s’étaient écrasé lors d’une mission d’entraînement dans le sud du pays.

Romandie.com avec (©AFP / 07 juillet 2013 17h45)

Israël pas impliqué dans le conflit en Syrie, chute d’un obus dans le Golan

mai 7, 2013

JERUSALEM – Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a affirmé mardi que son pays ne s’impliquait pas dans la guerre civile en Syrie mais continuerait à empêcher le transfert d’armes perfectionnées au Hezbollah chiite libanais, après des raids israéliens près de Damas.

Dans la matinée, un obus de mortier tiré à partir du territoire syrien a explosé dans la partie occupée par Israël du sud du plateau du Golan sans faire ni victime ni dégât, apparemment à la suite de combats entre armée et rebelles, a annoncé une porte-parole de l’armée israélienne.

Nous ne nous impliquons pas dans la guerre civile en Syrie, mais nous avons annoncé quels étaient nos intérêts, a indiqué M. Yaalon, dont les propos étaient retransmis par les radios israéliennes, lors d’une inspection près de la bande de Gaza.

Nous avons fixé des lignes rouges, parmi lesquelles le transfert d’armes perfectionnées à des organisations terroristes comme le Hezbollah et d’autres, ou d’armes chimiques, ou la violation de notre souveraineté le long de la frontière, a-t-il ajouté.

Israël a lancé vendredi et dimanche une série de raids dans la région de Damas, qui visaient selon des responsables israéliens des armes iraniennes destinées au Hezbollah, ce que Téhéran a démenti.

De son côté, le chef d’état-major de l’armée israélienne, le général Benny Gantz, a qualifié de réel défi la période actuelle, lors d’une cérémonie de remise de grades à des officiers supérieurs lundi soir à Tel Aviv.

Il apparaît clair qu’en voyant cette semaine, celle d’avant, celle d’il y a un mois, deux mois, un an, deux ans, nous voyons la nécessité pour Tsahal (l’armée) d’agir sur tous les fronts, de façon routinière ou dans l’urgence, aussi bien en période d’accalmie que pendant une guerre, a déclaré le général Gantz aux officiers.

A Gaza, la police du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir, a dispersé mardi à coups de matraques une manifestation organisée par le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP, gauche nationaliste) à Khan Younès pour protester contre les frappes israéliennes en Syrie, a constaté l’AFP. Au moins trois manifestants ont été blessés, selon un représentant du FPLP, Nasrallah Jarhoun.

L’ONU a indiqué mardi avoir protesté formellement auprès d’Israël après avoir constaté depuis une semaine une intensification des survols du Liban par l’armée de l’air israélienne.

Ces survols constituent une violation de la souveraineté du Liban et de la résolution 1701 des Nations unies, qui prévoyait un cessez-le-feu à la suite de l’incursion militaire israélienne au sud Liban en 2006, a estimé à New York le porte-parole de l’ONU Martin Nesirky.

A Damas, un responsable syrien a assuré que son pays riposterait à ces raids mais choisira le moment pour le faire, peut-être pas immédiatement.

Le ministre israélien de la Défense a averti que l’armée israélienne riposterait à tout tir syrien vers le Golan occupé en visant l’origine du tir.

Lundi, deux roquettes tirées de Syrie avaient explosé dans le même secteur du Golan, selon l’armée israélienne.

Depuis le début du conflit en Syrie il y a deux ans, la situation s’est tendue sur le Golan, mais les incidents –obus syriens tombant en secteur sous contrôle israélien et tirs de semonce israéliens– sont restés jusqu’à présent relativement limités.

Israël, officiellement en état de guerre avec la Syrie, occupe depuis 1967 quelque 1.200 km2 du plateau du Golan, qu’il a annexés, une décision que n’a jamais reconnue la communauté internationale, environ 510 km2 restant sous contrôle syrien.

Une force de l’ONU, la FNUOD (Force de l’observation du désengagement sur le Golan), est chargée depuis 1974 de faire respecter le cessez-le-feu. Quatre observateurs de la FNUOD ont été enlevés sur le plateau du Golan par un groupe armé, a indiqué mardi une porte-parole de l’ONU.

Romandie.com avec (©AFP / 07 mai 2013 20h34)

Le président palestinien accepte la démission du Premier ministre

avril 13, 2013

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a présenté samedi soir sa démission au président Mahmoud Abbas, qui l’a acceptée, a-t-on appris de sources officielles palestiniennes à Ramallah (Cisjordanie). Un sérieux désaccord opposait les deux hommes.

Le différend entre Mahmoud Abbas et Salam Fayyad porte sur la démission le 2 mars du ministre des Finances Nabil Qassis, acceptée par le Premier ministre mais refusée par le président.

Le Hamas dans la bande de Gaza a attribué la démission du Premier ministre à des « divergences internes au Fatah » de M. Abbas. Ce dernier a accepté la démission de Salam Fayyad et l’a chargé de rester à la tête du gouvernement sortant en attendant la formation du nouveau cabinet.

« Fayyad quitte le gouvernement après avoir criblé notre peuple de dettes, et le Fatah doit en assumer la responsabilité parce que c’est lui qui l’a imposé (Fayyad) depuis le début », a déclaré à l’AFP Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas à Gaza.

« Cet événement (démission) n’est pas lié au dossier de la réconciliation palestinienne », a ajouté le porte-parole. Il a réaffirmé que le Hamas est prêt à appliquer l’accord de réconciliation avec le Fatah.

Accord de réconciliation

Le Fatah et le Hamas ont signé le 27 avril 2011 au Caire un accord de réconciliation. Mais la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.

Les gouvernements occidentaux ont affiché un constant soutien à Salam Fayyad depuis son entrée en fonction en 2007. Ils le considèrent comme le véritable artisan des efforts visant à créer un Etat palestinien.

Romandie.com

Israël: Moshé Yaalon nommé ministre de la Défense

mars 17, 2013

JERUSALEM – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé dimanche la nomination de l’ancien chef d’état-major Moshé Yaalon au poste de ministre de la Défense, en remplacement d’Ehud Barak, selon un communiqué de son parti, le Likoud (droite).

Dans une période aussi cruciale pour la sécurité d’Israël, alors que toute notre région est en ébullition, il est important qu’à ce poste se trouve une personnalité très expérimentée comme Moshé Yaalon. Au nom de tous les citoyens du pays, je lui souhaite bonne chance, a déclaré M. Netanyahu.

Agé de 62 ans, Moshé Yaalon est considéré comme un partisan d’une ligne dure sur la colonisation –il s’est opposé au retrait israélien de Gaza en 2005– mais se montre plus circonspect sur le programme nucléaire iranien.

Je suis déterminé à mener avec responsabilité et conscience Tsahal (l’armée israélienne) et les forces de sécurité vers de nouveaux sommets afin de répondre aux défis de l’avenir, a-t-il écrit sur sa page Facebook peu après l’annonce de sa nomination.

L’ancien chef d’état-major a énuméré les défis auxquels Israël devrait faire face, citant notamment le programme nucléaire militaire iranien qui continue de constituer une menace pour Israël; les bouleversements dans le monde arabe; les menaces venant du Nord (le Liban) et de la bande de Gaza.

M. Netanyahu a par ailleurs nommé Danny Danon, un des jeune faucons du Likoud, au poste de vice-ministre de la Défense, selon les médias.

L’actuel ministre de l’Environnement, Gilad Erdan, lui aussi membre du Likoud, devient ministre des Communications et de la Défense passive.

Dans un communiqué, le Parti travailliste, principale force de l’opposition, a fustigé un gouvernement Netanyahu qui est un frère jumeau idéologique de l’administration sortante.

Une fois de plus, le Premier ministre a composé un gouvernement de droite derrière quelques feuilles de vigne avec l’espoir que les citoyens d’Israël et la communauté internationale se laisseront abuser par les éléments prétendument + centristes+ de la coaltion, a critiqué le secrétaire général des Travaillistes, Hilik Bar, qui a promis que son parti combattrait sans relâche dans l’opposition pour remplacer rapidement l’actuelle coalition.

Le Premier ministre a officiellement informé samedi le président Shimon Peres qu’il était parvenu à constituer un gouvernement juste avant le délai imparti et à quelques jours seulement de la visite historique de Barack Obama.

M. Netanyahu avait signé vendredi des accords de coalition avec Yesh Atid, un mouvement de défense des classes moyennes dirigé par un ex-journaliste vedette de la TV, Yaïr Lapid, et le Foyer juif de Naftali Bennett, parti nationaliste religieux très proche des colons.

Le Premier ministre sortant, reconduit en dépit d’une victoire étriquée lors des élections législatives du 22 janvier, avait obtenu un ultime délai du président Peres afin de présenter un nouveau cabinet avant le 16 mars.

Romandie.com avec (©AFP / 17 mars 2013 14h47)

Une roquette de Gaza est tombée en Israël

février 26, 2013

Une roquette tirée de la bande de Gaza a explosé mardi matin près d’Ashkelon (sud d’Israël), sans faire de blessé, a indiqué la police, soulignant qu’il s’agissait du premier tir depuis l’opération israélienne de novembre dans le territoire palestinien.

La roquette est tombée tôt dans la matinée près d’Ashkelon et a provoqué quelques dégâts sur une route, sans faire de victime, a précisé à l’AFP Micky Rosenfeld, porte-parole de la police. Il s’agit du premier tir de ce genre depuis la fin de l’opération ++ Pilier de Défense++, le 21 novembre, a-t-il souligné.

Selon la radio publique israélienne, citant des responsables militaires, il s’agit d’une roquette améliorée de type Grad M75, utilisée pour la première fois.

Un groupe armé issu du mouvement Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, a revendiqué le tir, affirmant qu’il s’agissait de représailles à la mort samedi d’un Palestinien détenu par Israël à la suite de tortures, selon l’Autorité palestinienne.

A titre de première riposte à l’assassinat du prisonnier héroïque Arafat Jaradat, nous revendiquons le tir d’une roquette Grad sur Ashkelon mardi à 06H00 (04H00 GMT), ont affirmé dans un communiqué les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, qui l’avaient salué comme un de leurs membres et promis de le venger.

Un porte-parole du Hamas, au pouvoir à Gaza, Sami Abou Zouhri, a néanmoins affirmé à l’AFP qu’il n’y avait pas de confirmation de tir de roquette du côté palestinien, ajoutant que l’occupant portait la responsabilité du meurtre d’Arafat Jaradat et de toutes les conséquences qui en découlent.

Ce décès a déclenché des affrontements en Cisjordanie entre manifestants palestiniens et militaires israéliens qui ont fait des dizaines de blessés palestiniens.

A la suite du tir de roquette, Israël a fermé le terminal de Kerem Shalom, seul point de transit pour les marchandises avec la bande de Gaza, et partiellement celui d’Erez, destiné aux personnes, a indiqué à l’AFP un responsable palestinien en charge de la coordination avec Israël, Maher Abou Al-Ouf.

Le président israélien Shimon Peres a pour sa part affirmé qu’Israël trouverait les moyens de répliquer de façon adéquat aux tirs de roquettes. L’Autorité palestinienne comprend que revenir à la violence constituerait une catastrophe c’est d’ailleurs ce que disent ses dirigeants, nous devons agir ensemble pour ramener le calme, a déclaré M. Peres à la radio publique.

Le coordinateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry s’est pour sa part déclaré dans un communiqué profondément troublé par la reprise des tirs indiscriminés de roquette à partir de Gaza, qui sont totalement inacceptables, relevant l’importance des efforts déployés par l’Egypte pour consolider la trêve conclue en novembre.

Israël et le Hamas ont conclu par l’intermédiaire de l’Egypte un cessez-le-feu entré en vigueur le 21 novembre.

Les hostilités entre l’armée israélienne et les groupes palestiniens de Gaza, du 14 au 21 novembre, ont coûté la vie à 177 Palestiniens, dont plus d’une centaine de civils, ainsi qu’à six Israéliens, quatre civils et deux militaires, selon les bilans des deux camps.

Romandie. com avec (©AFP / 26 février 2013 13h11)

Gaza explose de joie après la trêve

novembre 21, 2012
Crépitements d’armes à feu et cris de « victoire » saluaient ce soir dans la bande de Gaza l’entrée en vigueur de la trêve conclue entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas après huit jours d’hostilités meurtrières.

Des tirs de joie, des pétards et des chants de « Allah akbar (Dieu est grand), la résistance a triomphé », ont retenti à travers les rues du territoire palestinien, notamment par les haut-parleurs des mosquées.

Des milliers de Palestiniens, surtout de jeunes hommes, mais aussi quelques groupes de femmes, défilaient à bord de voitures pleines à craquer sur la principale avenue de Gaza, où l’assassinat il y a une semaine du chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, avait marqué le début de l’offensive israélienne.

Les combattants de la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, faisaient figure de vedettes des célébrations.

 
Lefigaro.fr avec AFP

Gaza: roquettes tirées depuis la trêve

novembre 21, 2012
Des activistes palestiniens ont tiré 12 roquettes sur Israël dans l’heure qui a suivi l’entrée en vigueur, ce soir à 20h, d‘un cessez-le-feu entre l’Etat juif et le Hamas dans la bande de Gaza, a annoncé le porte-parole de la police israélienne.

Selon ce dernier, Micky Rosenfeld, les 12 projectiles sont tombés sur des zones non ou peu habitées et n’ont provoqué aucune victime ou dégâts.

« Nous n’avons pas modifié notre système d’alerte et nous restons vigilants », a-t-il dit.
Une porte-parole de l’armée israélienne a, quant à elle, indiqué que le système anti-missile « Dôme de fer » avait permis d’intercepter une partie de ces roquettes.

Elle a ajouté que Tsahal avait cessé tous ses bombardements aériens sur Gaza après l’entrée en vigueur de la trêve.

A Gaza, des témoins ont fait état d’une explosion peu après 19h00 GMT. On ne signale pas de victime et la cause de la déflagration reste incertaine.

 
Lefigaro.fr avec AFP

Gaza: 2 journalistes du Hamas tués

novembre 20, 2012
Deux caméramans de la chaîne de télévision Al-Aqsa, du Hamas, ont été tués dans des raids aériens israéliens qui ont fait 20 morts aujourd’hui, selon un porte-parole de ce mouvement islamiste palestinien qui gouverne la bande de Gaza.

« Deux caméramans de la chaîne de télévision Al-Aqsa ont été tués: Mahmoud Komi et Hossam Salama », dans le quartier Nasser dans la ville de Gaza, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de la Santé, Ashraf Al-Qoudra. Il a précisé que les deux hommes sont morts dans une frappe aérienne qui a touché leur voiture clairement identifiée comme un véhicule de presse. 

Interrogée, l’armée israélienne s’est refusée à tout commentaire, confirmant seulement des raids aériens dans cette zone. « Nous avons attaqué deux cellules terroristes dans le nord de Gaza: l’une se trouvait près d’un entrepôt d’armes qui servait aussi de site de lancement de missiles », a affirmé une porte-parole de l’armée israélienne.

Trois autres personnes ont été tuées dans le quartier de Chejaïya, et une quatrième est morte dans une frappe aérienne qui a visé la ville de Beit Hanoun (nord), selon M. Qoudra. « Cela fait 20 (morts) au total aujourd’hui », a ajouté M. Qoudra, qui avait précédemment indiqué à l’AFP que six personnes étaient mortes dans un raid sur le quartier de Sabra.

Le service des ambulances du Hamas a par ailleurs annoncé la mort de deux enfants dans une autre frappe aérienne, dans le quartier de Zeitoun, toujours dans la ville de Gaza. « Deux enfants martyrs ont été transportés à l’hôpital Chifa (…), et deux autres enfants ont été blessés dans une frappe dans le quartier de Zeitoun », indique-t-il dans un communiqué.

Plus tôt, des médecins avaient fait état de la mort de six personnes dans des frappes aériennes à travers l’enclave palestinienne. Plus de 120 Palestiniens ont été tués et quelques 920 blessés depuis le début mercredi dernier de la nouvelle offensive israélienne sur la bande de Gaza.

 
Lefigaro.fr avec AFP

Les kibboutz israéliens sous le feu des roquettes

novembre 20, 2012

Le kibboutz Réïm en Israël est situé à environ 5 km de la bande de Gaza. V. WARTNER / 20 MINUTES

Réfugié au sous-sol d’un abri antimissile avec ses ordinateurs et ses statistiques, Ilan, 43 ans et trois enfants, dirige les opérations de secours du kibboutz. Depuis mercredi, les roquettes pleuvent aux environs de Réïm, un village collectiviste laïque. Bien que situé à un peu plus de 5 km à vol d’oiseau de la bande de Gaza, ce kibboutz n’est pas protégé par le « dôme de fer », le système israélien de défense conçu pour intercepter les tirs en provenance de l’enclave palestinienne.

« Rester ici, c’est un choix »


« Quand l’alerte est donnée, les habitants doivent se réfugier dans les bâtiments construits en béton armé. Il y en a un à proximité de chaque bloc d’habitations », explique-t-il. En théorie. Car en pratique, bien souvent, les quinze secondes nécessaires pour trouver un abri ne leur suffisent pas. Au mieux, ils trouveront un pas-de-porte, au pire, ils s’allongeront par terre, les mains sur la tête, en espérant que le missile s’écrasera plus loin. Un pan entier de mur d’une habitation a été soufflé par une roquette, un matin du début du mois de novembre.

« La dame qui était dans son lit au moment de l’alerte s’est levée et a eu le bon réflexe d’attendre dans le couloir. Ça lui a sauvé la vie », confie Jean-Olivier, un Franco-Israélien installé ici depuis quinze ans. Malgré quatre à cinq avertissements par jour, Jean-Olivier assure ne pas avoir peur. « Rester ici, c’est un choix », tranche-t-il. Sa femme Rotem ne veut pas entendre parler des roquettes. « Ce n’est pas plus dangereux d’être ici que de conduire en ville. Mourir sous une bombe, c’est comme à la loterie. » Dans ce kibboutz, d’où l’on peut entendre les prières de Gaza selon le vent, trois personnes sur quatre ont préféré rejoindre le nord du pays.

Jean-Olivier assure avoir du recul sur le conflit qui oppose Israël aux Palestiniens. « De l’autre côté, c’est vrai que la population civile morfle », reconnaît-il avant d’avouer que la défense de son territoire passe avant tout. « Pour autant, les bombes qu’on envoie là-bas sont ciblées sur des terroristes. Eux, ils nous arrosent au hasard. »
à Sdérot (Israël), William Molinié (texte) et Vincent Wartner (photo)

Une nouvelle roquette tombe près de Tel-Aviv

novembre 16, 2012

 Une nouvelle roquette tirée de la bande de Gaza est tombée vendredi en mer près de Tel-Aviv, Israël commençant à mobiliser 16.000 réservistes et se disant prêt à élargir son opération contre l’enclave palestinienne qui a fait 23 morts en trois jours.

Le président égyptien Mohamed Morsi, dont le pays jouait un rôle de médiateur dans le conflit israélo-palestinien sous l’ère de Hosni Moubarak, a dénoncé l’offensive israélienne comme « une agression flagrante contre l’humanité », en promettant que son pays « ne laisserait pas Gaza seule ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en pleine campagne électorale, avait accepté de suspendre son opération « Pilier de défense » lancée mercredi, le temps d’une brève visite à Gaza du Premier ministre égyptien Hicham Qandil, mais les deux camps se sont mutuellement accusé de ne pas respecter cette trêve.

En début d’après-midi, un nouveau raid israélien contre Gaza a fait un mort –portant à cinq le nombre de morts palestiniens vendredi.

En Israël, une roquette s’est abîmée au large de Tel-Aviv comme la veille, provoquant un début de panique sur la plage qui longe la côte de la métropole israélienne. Elle a chuté à 200 m du front de mer où est située l’ambassade des Etats-Unis. Jamais un projectile de Gaza n’était tombé aussi profondément en territoire israélien.

Lors d’une brève visite à Gaza, M. Qandil s’est engagé à oeuvrer en faveur d’une trêve pour mettre fin à la flambée de violences entre Israël et le Hamas qui a fait également trois morts israéliens depuis mercredi.

« Israël doit respecter ses engagements et les accords qu’il a signés », a souligné M. Qandil.

Plusieurs pays occidentaux, dont les Etats-Unis et l’Allemagne, avaient appelé l’Egypte, dirigée par les Frères musulmans, mouvement dont est issu le Hamas au pouvoir à Gaza, à exercer son influence pour calmer la situation.

280 roquettes tirées sur Israël

Depuis le lancement de l’opération « Pilier de défense », avec l’assassinat à Gaza d’Ahmad Jaabari, chef militaire du Hamas, 23 Palestiniens ont été tués et 235 blessés dans près de 500 raids aériens israéliens.

Dans le même temps, 280 roquettes ont été tirées de Gaza sur Israël, faisant trois morts jeudi, dont 131 ont été interceptées par le système anti-missile Iron Dome, selon l’armée israélienne.

Un responsable du Hamas a fait état dans la matinée de 130 frappes israéliennes depuis jeudi soir. Selon la police israélienne, plus de 50 roquettes ont été tirées de Gaza sur le sud d’Israël pendant la nuit.

L’armée a indiqué que 16.000 réservistes avaient commencé à être mobilisés.

« L’aviation a mené l’essentiel des missions et nous avons enregistré des succès significatifs. L’armée est désormais prête à élargir l’opération », a par ailleurs déclaré à la radio publique Moshé Yaalon, le ministre des Affaires stratégiques.

Sur le terrain, un journaliste de l’AFP a vu vendredi des transports de troupes blindés et des bulldozers se masser près de la barrière à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, où sont stationnés des chars depuis 48 heures.

Jeudi soir, deux roquettes tirées de Gaza étaient tombées pour la première fois dans la région de Tel-Aviv, marquant un nouveau palier dans la confrontation entre Israël et groupes armés palestiniens.

Manifestations de soutien au Hamas

Des manifestations de soutien au Hamas ont eu lieu en Cisjordanie, en Iran, au Caire et dans les camps palestiniens au Liban.

Le président russe Vladimir Poutine a assuré par téléphone à M. Morsi son soutien aux efforts du Caire pour faire cesser la violence.

L’Union européenne a affirmé que « les attaques à la roquette de la part du Hamas et d’autres groupes depuis Gaza ont provoqué la crise actuelle », tout en appelant Israël à une réponse « proportionnée ». La France s’est dite très « préoccupée ».

La haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Navi Pillay, a appelé à éviter une escalade.

La Tunisie a annoncé que son ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem se rendrait samedi à Gaza.

Au Liban, le mouvement chiite Hezbollah, qu’une guerre dévastatrice a opposé en 2006 à Israël, s’est félicité des frappes sur Tel-Aviv, parlant d’un développement « significatif » dans le conflit avec l’Etat hébreu.

Jaabari est le plus important chef militaire palestinien à avoir été tué par une frappe israélienne depuis la fin de la dévastatrice offensive « Plomb durci » (décembre 2008-janvier 2009).

AFP par Maï YAGHI et Sara HUSSEIN