Posts Tagged ‘Barrages’

Nouveau week-end de violences à Mayotte, envoi d’une unité du Raid

novembre 21, 2022
Nouveau week-end de violences a Mayotte, envoi d'une unite du Raid
Nouveau week-end de violences à Mayotte, envoi d’une unité du Raid© AFP/Gregoire MEROT

Les tensions entre jeunes de quartiers rivaux causées par le meurtre d’un jeune homme la semaine dernière ont persisté lundi à Mayotte, après un week-end de violences marqué par des attaques à la machette, des barrages et des incendies.

En soirée, les forces de l’ordre ont signalé de l’agitation au nord de l’agglomération de Mamoudzou, entre Kawéni et Majikavo, alors que des bandes des deux villages étaient déterminées à en découdre. Les élèves du secteur ont d’abord été confinés dans les collèges et lycées avant de rentrer à pied, faute de bus.

Le ramassage scolaire, arrêté depuis mercredi dernier dans l’île, devrait reprendre mardi mais ne desservira aucun des deux villages, a-t-on appris à l’issue d’une réunion entre le département et le syndicat des conducteurs de bus.

Le chef-lieu de Mayotte est secoué depuis une dizaine de jours par des conflits inter-quartiers qui ont fait un mort le 12 novembre, un jeune de 20 ans tué à la machette, et plusieurs blessés.

Le quartier de Kawéni, d’où était originaire la victime, s’est embrasé mercredi et jeudi derniers après l’attaque d’un bus scolaire. Samedi, 200 à 250 jeunes issus de ce quartier se sont réunis pour en découdre avec ceux du quartier de Doujani, plus au sud, selon la police.

Dimanche, un automobiliste a été poignardé à Mtsapéré Bonovo, un autre quartier de Mamoudzou, selon une source policière. « Son pronostic vital est engagé », a précisé une autre source policière.

« Traumatisé »

Les affrontements ont donné lieu à des « jets de projectiles » sur les forces de l’ordre, des « dégradations de véhicules et de commerces », des « coupures de tuyaux d’alimentation d’eau » et l’incendie d’une casse automobile, selon la première source.

« Des habitants se sont armés de barres de fer et machettes pour se défendre contre les bandes », a-t-elle ajouté.

Des barricades ont été dressées, selon l’autre source policière.

Il n’y a eu aucune interpellation.

À Mtaspéré Mro Handra, où les jeunes de Kawéni ont voulu tendre un piège à leurs rivaux de Doujani, Mustapha, 50 ans, ne veut pas croire ce qui s’est passé la veille.

« Je n’ai pas encore dormi, je suis traumatisé. Je n’ai jamais vu autant de violence et pourtant, je me suis déjà fait agresser tellement de fois », se désole-t-il, découvrant son dos pour laisser apparaître de nombreuses traces de coups de machette.

Les jeunes venus en découdre « étaient des dizaines, peut-être des centaines, avec des machettes », décrit-il.

« Ils ont mis le feu au garage, il y avait tout qui brûlait de partout, on étouffait, on ne voyait plus rien, on voyait juste que ça courait dans tous les sens, ça criait et puis les policiers qui tiraient leurs grenades », raconte-t-il encore.

Autour de lui, voitures calcinées, pierres et cartouches de gaz lacrymogène par centaines jonchent le sol, témoignant de la violence de la scène.

« Guerre civile »

« La différence avec d’habitude, c’est que les violences n’étaient pas à un endroit fixe, ce week-end, Mamoudzou brûlait de partout », raconte Abdel Aziz Sakhi, secrétaire zonal du syndicat Alternative police, qui était sur le terrain ce week-end.

Ainsi à Cavani, un bourg du sud de Mamoudzou.

« Les jeunes étaient une centaine à nous faire face, à frotter leurs machettes sur le sol pour montrer qu’ils voulaient en découdre avec nous. Ils ont attaqué, on a dû se replier… Ensuite, on n’a pas eu d’autre choix que de forcer le barrage, de foncer avec nos véhicules pour les disperser », livre le policier « complètement crevé ».

« Entre eux, il y a sûrement des blessés, voire des morts mais on ne peut pas le savoir, ils ne viennent pas nous voir pour nous le signaler », dit-il.

« C’est ingérable, ce n’est plus possible de subir comme ça. On n’est plus dans des violences urbaines mais dans de la guérilla », poursuit le syndicaliste, qui réclame le déploiement permanent d’une compagnie de CRS sur le territoire.

Une « dizaine de policiers » du Raid, l’unité d’intervention d’élite de la police, va être déployé d’ici à mardi à Mayotte, selon le ministère de l’Intérieur.

Le député Mansour Kamardine a déploré que l’archipel de l’océan Indien « bascule dans la guerre civile » et demandé au gouvernement de « franchir un saut quantitatif et qualitatif en matière de lutte contre l’insécurité ».

Avec Radio-Canada avec AFP

Canada-Québec: De nouveaux barrages pour remédier au manque d’électricité, propose la CAQ

septembre 6, 2022
François Legault lors d'un point de presse.

François Legault a annoncé à Bécancour son intention d’augmenter la production d’énergie propre au Québec. Photo : La Presse Canadienne/Jacques Boissinot

Pour pallier le manque d’électricité anticipé d’ici 2030 et réaliser sa promesse d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050, François Legault envisage la construction de nouveaux barrages hydroélectriques au Québec.

L’époque où François Legault, alors nouvellement premier ministre, proposait à son homologue ontarien Doug Ford les surplus d’électricité du Québec est loin derrière. La situation a changé, a insisté mardi le chef caquiste, qui a rappelé que l’électricité viendrait à manquer d’ici 2030.

Pour y remédier, le premier ministre sortant souhaiterait donner à Hydro-Québec le mandat d’étudier la possibilité de construire de nouveaux barrages en sol québécois. M. Legault ramène ici une idée déjà évoquée lors de son arrivée au pouvoir, à l’automne 2018.

Juste pour vous donner un ordre de grandeur, Hydro-Québec produit par année 200 térawattheures [TWh] d’électricité. […] On va en avoir besoin de 100 TWh de plus dans les prochaines années, a déclaré M. Legault.

« On prévoit que d’ici 2050, on va avoir besoin [de l’équivalent] d’un demi Hydro-Québec. »— Une citation de  François Legault, chef de la Coalition avenir Québec

Afin d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050, la Coalition avenir Québec (CAQ) sait qu’elle devra électrifier tous les secteurs d’activité de la province. Ça va nous prendre beaucoup d’électricité pour remplacer les hydrocarbures, a offert M. Legault.

En plus d’alimenter le Québec en entier, Hydro-Québec doit aussi acheminer de l’électricité vers les États voisins avec qui le gouvernement Legault a conclu des ententes.

Sous sa gouverne, le Québec a obtenu deux des plus importants contrats d’approvisionnement en électricité de son histoire, à savoir un projet de 30 milliards de dollars américains avec l’État de New York et la ligne Appalaches-Maine, qui doit permettre à la société d’État d’importer son énergie jusqu’au Massachusetts.

Si la construction de nouveaux barrages hydroélectriques se concrétise, le chef de la CAQ compte en raccourcir les échéanciers, qui sont pour l’instant évalués à une quinzaine d’années. L’élaboration de ces grands chantiers se fera en collaboration avec les communautés autochtones et inuit, a-t-il ajouté.

Questionné sur les lieux où pourraient être aménagées ces nouvelles installations, M. Legault a répondu qu’il reviendrait à Hydro-Québec d’évaluer les meilleurs endroits pour les accueillir. Selon le premier ministre sortant, Hydro-Québec considère déjà quelques alternatives.

La CAQ mise également sur l’efficacité énergétique pour augmenter sa production d’énergie propre. D’ici 2030, la formation politique estime pouvoir obtenir au moins 8 TWh en intensifiant ses efforts en la matière. Dans un prochain mandat, le parti ajouterait aussi 3000 mégawattheures (MW) d’électricité éolienne.

En parallèle de ces mesures, la CAQ promet d’injecter 40 millions de dollars pour financer le projet de la Vallée de la transition énergétique, qui réunit les villes de Trois-Rivières, Shawinigan et Bécancour, afin de favoriser le développement et la fabrication de batteries pour voitures électriques.

M. Legault s’engage en outre à faire passer de 6500 à 21 500 le nombre de bornes de recharge de niveau 2, et de 1000 à 2200 le nombre de bornes rapides pour les voitures électriques d’ici 2026. Dans son Plan pour une économie verte, présenté en 2020, le gouvernement Legault s’était fixé un objectif de 2500 bornes rapides d’ici 2030.

Un gouvernement Legault injecterait 50 millions de dollars pour l’augmentation de bornes de recharge d’un bout à l’autre de la province.

Radio-Canada par Valérie Boisclair