Posts Tagged ‘Base’

Syrie: hausse des attaques de drones contre une base russe

août 24, 2018

Des rebelles et jihadistes en Syrie ont multiplié ces deux derniers mois les attaques de drones contre la principale base militaire russe dans le pays en guerre, mais celles-ci ont quasiment été toutes mises en échec, selon une ONG et des responsables russes.

Sur cette base, l’aéroport militaire de Hmeimim situé dans la province de Lattaquié (nord-ouest), sont stationnées des forces russes intervenues fin 2015 dans le conflit syrien au côté du régime de Bachar al-Assad, alors en mauvaise passe face aux rebelles et jihadistes.

« Ces derniers temps, les attaques de drone contre Hmeimim ont augmenté », même si elles ne représentent pas une réelle menace, a indiqué vendredi le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, qui a fait état de 18 « attaques » depuis le début juillet.

« La majorité des drones sont abattus par la défense aérienne russe ou syrienne », a-t-il dit à l’AFP, indiquant que ces appareils étaient envoyés par des jihadistes ou des rebelles islamistes de la province voisine d’Idleb.

Ultime grand bastion insurgé en Syrie, Idleb est dominée par Hayat Tahrir al-Cham, organisation jihadiste formée par l’ex-branche locale d’Al-Qaïda, mais elle accueille aussi une multitude de groupes rebelles.

Au total depuis janvier, l’OSDH a comptabilisé 23 « attaques au drone » contre Hmeimim. En janvier, dix drones chargés d’explosifs avaient visé la base, sans faire de victimes ou de dégâts selon l’armée russe.

Jeudi à Moscou, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a accusé des « terroristes », allusion aux rebelles et jihadistes, d’envoyer ces engins. « Les attaques de drones sont devenues régulières contre la base de Hmeimim. Nos défenses antiaériennes ont abattu 45 appareils de ce type ».

A la mi-août, un porte-parole de l’armée russe, le général Igor Konachenkov, a évoqué cette hausse. « Au cours du mois précédent, nous avons observé une hausse des tentatives d’attaques par des drones. Notre taux d’élimination est de 100% ».

Le pouvoir syrien et son allié russe pourraient lancer prochainement une offensive pour reconquérir certains secteurs périphériques de la province d’Idleb, notamment la région de Jisr al-Choughour.

« Les Russes sont convaincus que les drones (…) sont envoyés des alentours de Jisr al-Choughour », selon Sam Heller, analyste à l’International Crisis Group.

Depuis l’intervention russe, le régime a accumulé les victoires, jusqu’à reprendre près de deux tiers du territoire.

La guerre en Syrie a démarré en 2011 après la répression de manifestations prodémocratie par le régime. Elle s’est complexifiée avec l’implication de puissances étrangères et de groupes jihadistes et a fait plus de 350.000 morts.

Romandie.com avec(©AFP / (24 août 2018 13h57)                                                        

Les Américains construisent la partie polonaise de leur bouclier antimissile, Poutine proteste

mai 13, 2016

Redzikowo (Pologne) – Washington et Varsovie ont lancé vendredi la construction d’une base faisant partie du système antimissile américain en Europe, s’attirant immédiatement une mise en garde du président russe Vladimir Poutine.

Tant le secrétaire adjoint à la Défense américain Bob Work que le ministre polonais de la Défense Antoni Macierewicz ont affirmé à Redzikowo près de Slupsk dans le nord de la Pologne que leur base, similaire à celle de Deveselu en Roumanie, devenue officiellement opérationnelle jeudi, aurait un rôle purement défensif, devant servir à intercepter des missiles balistiques pouvant venir du Proche-Orient et surtout d’Iran.

Mais, pratiquement au même moment, M. Poutine a affirmé que son pays prendrait des mesures pour faire face aux menaces posées par le déploiement d’éléments du bouclier antimissile américain.

Il a néanmoins souligné, lors d’une réunion avec des responsables du complexe militaro-industriel russe, que Moscou ne se lancerait pas dans une nouvelle course aux armements.

La base militaire de Redzikowo, où le site de future base américaine n’est pour le moment qu’un vaste pré vide, doit abriter 24 missiles intercepteurs de type SM-3. A terme ces installations sont destinées à être intégrées dans le projet plus large de bouclier antimissile de l’Otan, comprenant des navires américains basés en Espagne et un radar en Turquie, et dirigé depuis Ramstein en Allemagne.

Située à quelque 250 km de l’enclave russe de Kaliningrad, elle doit devenir opérationnelle en 2018 et devrait aussi être à terme équipée de défenses anti-aériennes, et c’est cela qui risque d’être perçu par les Russes comme un pas de plus dans l’encerclement de leur territoire.

M. Work a souligné par ailleurs qu’au moment du sommet de l’Otan à Varsovie en juillet prochain, on attend que les leaders de l’Alliance pourront annoncer la capacité opérationnelle initiale du système de défense de l’Otan contre les missiles balistiques.

Le président polonais Andrzej Duda et son chef de la diplomatie Witold Waszczykowski ont participé à la cérémonie.

Selon ce dernier, la base de Redzikowo renforcera la sécurité de son pays, car, malgré l’adhésion à l’Otan en 1999, il n’y avait sur le territoire de la Pologne aucune installation signifiante de l’Alliance, ni même américaine. Si bien que pendant des années, nous étions une sorte de membre de deuxième catégorie.

La Russie s’oppose à ces bases, a-t-il expliqué, justement parce qu’elle voudrait que l’Europe orientale et du centre, devenue en 1999 une partie de l’Otan, reste une zone grise de sécurité, et qui serait, en absence des forces de l’Otan, une zone tampon où elle pourrait mener son jeu politique.

La politique de l’Otan en Europe a changé après l’annexion de la Crimée par la Russie et la rébellion séparatiste en Ukraine, que l’Occident accuse de Moscou de soutenir.

En mars dernier, le Pentagone avait annoncé que l’année prochaine il commencera des rotations régulières en Europe de l’Est d’une brigade blindée comptant environ 4200 soldats.

Romandie.com avec(©AFP / 13 mai 2016 16h48)

La Russie établit une deuxième base aérienne en Syrie

décembre 3, 2015

La Russie, alliée du régime syrien de Bachar al-Assad, est en train d’installer une base aérienne militaire dans le centre de la Syrie, la deuxième après celle de Lattaquié, dans le nord-ouest. L’aéroport d’al-Chayirat est situé à 40 km au sud-est de Homs.

Cette province est le théâtre de combats entre les forces pro-régime et les djihadistes de l’Etat islamique (EI). « Les travaux d’aménagement dans la base syrienne d’al-Chayirat seront bientôt finis. Elle deviendra une base militaire russe », a indiqué jeudi une source militaire syrienne sous couvert de l’anonymat.

« Des conseillers russes sont arrivés depuis des semaines sur la base d’al-Chayirat », a ajouté cette source militaire précisant que la base devrait être opérationnelle avant fin décembre.

Le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, une ONG bénéficiant en Syrie d’un réseau de correspondants, a confirmé l’établissement de cette base. « Les Russes sont en train d’aménager de nouvelles pistes d’atterrissage et de sécuriser le périmètre (de l’aéroport) pour l’utiliser dans un avenir proche pour leurs opérations à l’est de Homs et dans d’autres régions, dont l’est de Qalamoun, près de la frontière libanaise où l’EI est présent », a-t-il déclaré.

Depuis le début de sa campagne aérienne en Syrie fin septembre, la Russie utilise la base militaire de Hmeimim, à Lattaquié, dans l’ouest de la Syrie. Moscou utilise en outre l’aéroport d’al-Tiyas, à l’est de Homs, comme base pour ses hélicoptères pour mener des raids contre des positions de l’EI autour de la cité antique de Palmyre entre les mains du groupe, toujours selon l’OSDH.

A 3 km de Palmyre
Jeudi, les forces loyales au régime poursuivaient leur avancée à l’est et au sud-est de Homs, précisément aux alentours de Palmyre et du village d’Al-Qaryataïne, contrôlés par l’Etat islamique.

Selon M. Abdel Rahmane, « les forces du régime sont désormais à 3 km de Palmyre et avancent sur les fronts sud et ouest sous une couverture aérienne russe ». « Des combats violents se poursuivent autour de la ville », a-t-il ajouté.

Les forces du régime sont aussi aux portes d’Al-Qaryataïne, après une avancée rapide lors des dernières 72 heures, a ajouté la source militaire, faisant état de combats « violents » et de plus de 40 raids aériens russes et syriens dans et aux alentours du village.

Romandie.com