Posts Tagged ‘Bassin’

Jeux du Canada : un deuxième bassin verrait le jour à l’UQTR

octobre 25, 2021

« Je vous apprends que c’est officiel qu’on va avoir deux piscines » dans le dossier de candidature conjoint de Shawinigan et Trois-Rivières pour obtenir les Jeux du Canada en 2029 ou en 2033, a annoncé lundi matin le président du comité responsable de la candidature, Claude Villemure, à l’émission Toujours le matin.

Un 2e bassin devrait voir le jour du côté des installations de L'université du Québec à Trois-Rivières.

© Jef Fortier/Radio-Canada Un 2e bassin devrait voir le jour du côté des installations de L’université du Québec à Trois-Rivières.

Cette piscine de réchauffement d’une longueur de 25 mètres serait construite au Centre de l’activité physique et sportive de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). Celle-ci serait adjacente à la piscine de 50 mètres déjà existante et qui servirait de bassin de compétition.

On ne peut pas traverser la rue, il faut vraiment que je sois adjacent. Il faut que les athlètes qui s’échauffent puissent tout de suite entrer dans l’eau de la piscine de 50 mètres, c’est fait de cette façon-là», a expliqué M. Villemure. [Pour] nous, les coûts seraient moindre de rajouter la piscine sur une piscine qui est déjà existante.»

Des discussions avec l’UQTR avaient été entreprises avant l’arrivée du nouveau recteur Christian Blanchette. Claude Villemure est toutefois convaincu que le recteur, avec les subventions [disponibles], va être très enthousiaste à le faire».

Ces installations feraient partie du legs que les villes hôtesses doivent laisser selon les standards de l’organisation des Jeux du Canada. Un legs, c’est de montrer que les Jeux du Canada sont passés dans la région et ce legs-là, le comité veut qu’il soit à l’UQTR, parce qu’on vise aussi d’avoir les villages des athlètes à l’UQTR, ça aussi on est en train de négocier ça», a ajouté le président du comité pour la candidature conjointe de Shawinigan et Trois-Rivières.

D’autres installations dans la mire

Puisque les Jeux du Canada dépassent largement les activités qui ont cours dans une piscine, le comité étudie présentement d’autres sites qui pourraient accueillir des compétitions.

Les épreuves d’aviron pourraient se dérouler au bassin de Shawinigan, celles de voile au lac Saint-Pierre, de volleyball de plage probablement» sur le bord du lac à la Tortue sur l’ancienne Plage-Idéale et la majorité des sports intérieurs au Colisée Vidéotron, a énuméré Claude Villemure.

C’est d’ailleurs à cet endroit que pourraient se tenir les cérémonies d’ouverture ou de clôture des Jeux. Si Trois-Rivières accueille les cérémonies d’ouverture, Shawinigan accueillerait celles de clôture ou l’inverse, a précisé M. Villemure.

Le fait d’accueillir les Jeux du Canada ouvrirait ensuite la porte pour d’autres compétitions d’envergure. Si on fait ça, par exemple le bassin à l’UQTR, c’est toutes les compétitions après qu’on peut recevoir. Ça amène du monde, ça stimule l’économie, mais on est tellement au début du dossier», a-t-il poursuivi.

Le comité saura bientôt si le Québec est toujours dans la course, puisque la province doit encore accepter la candidature et est toujours en attente de la décision du Nouveau-Brunswick d’accueillir ou non les Jeux.

Claude Villemure assure que la candidature de Shawinigan et Trois-Rivières a reçu tous les appuis nécessaires jusqu’ici, autant du provincial que du fédéral.

Avec CBC/Radio-Canada

Bassin du Congo : une diversité animale riche mais menacée

juillet 5, 2021

Dans sa récente enquête sur la biodiversité du Bassin du Congo, l’Observatoire des forêts d’Afrique centrale note à la fois des progrès en matière de gestion des aires protégées et des menacées que représentent le braconnage et le trafic des espèces rares.

Une colonie de gorilles/DR

Les enquêteurs se sont préoccupés des cas des chimpanzés d’Elliot estimés entre 6000 à 9000, des chimpanzés d’Afrique centrale (environ 140000), des chimpanzés de l’est (181000 à 256000), des Bonobo (15000 à 20000) qui sont en danger d’extinction et surtout des gorilles de rivière (250 à 300), des gorilles des plaines occidentales (316000), des gorilles de l’est (3800), des gorilles de montagnes qui se trouvent en danger critique d’extinction.

En dépit des mesures de protection qui sont prises au niveau national et communautaire, ces espèces sont inscrites sur la liste rouge des agences de protection de la nature. Il faut savoir que les aires protégées jouent un rôle important dans la protection de ces grands singes, ainsi que de nombreuses autres espèces. Cette protection est toutefois très variable, selon les espèces ou sous-espèces considérées : par exemple, seulement 15% de l’aire de répartition du chimpanzé d’Afrique centrale ou du gorille des plaines occidentales sont officiellement protégées.

Ces espèces sont encore assez largement répandues, explique le rapport, mais elles subissent de fortes pressions et leur protection doit être améliorée. Or, plus de 98% de l’aire de répartition du gorille de montagne sont protégés. Cette espèce est endémique, répartie sur une zone très limitée, cernée par des terres agricoles et une très forte densité de population humaine.

D’après les experts, si la présence des aires protégées est nécessaire pour affecter officiellement des portions de territoires à la protection de la biodiversité, cela n’est pas toujours suffisant face au grand braconnage à l’arme de guerre…, surtout lorsque la gestion de ces aires protégées ne bénéficie pas des investissements voulus. La disparition des derniers rhinocéros blancs du nord du parc de la Garamba en constitue, ajoutent-ils, un exemple patent et que la mort du dernier individu mâle, en 2018, a annihilé tout espoir de sauver l’espèce.

« Une autre espèce animale d’importance majeure dans la dynamique forestière, est l’éléphant de forêts. Des inventaires fauniques réalisés par le Fonds mondial pour la nature (WWF) entre 2008 et 2016 ont révélé une chute de 66% de leurs populations. Leur protection nécessite à la fois une amélioration des réseaux d’aires protégées, l’identification de corridors de migration et l’amélioration de la connectivité forestière entres ces aires protégées », a-t-on appris du même document.

Le rapport intitulé « Dynamique des aires protégées en Afrique centrale : des enjeux écologiques au développement socio-économique », a également salué l’évolution des législations dans les dix pays de la sous-région, la maîtrise des activités de développement au sein des régions et la prise en compte des besoins des populations locale et autochtone.  

Avec Adiac-Congo par Fiacre Kombo

Au bord du Saint Laurent

septembre 28, 2010

Me voici debout
Dans la béate contemplation
De ton corps sans vertèbres
Mouvant dans l’estuaire
Aux cotés de ta Mauricie trifluvienne
Je t’ai apporté un bouquet de soleil
Venu de mon Afrique natale
En ce temps automnal
Où ton corps arc-en-ciel
Bénéfice de mon regard
Secrète les couleurs de ta nature mirifique
Loin du fleuve Congo de mes entrailles
Où mes pas dans le sein de ton territoire
Ont trouvé la permanence de mon établissement
Je suis surpris par la couleur de ta peau
Qui draine dans le ventre de ta chair
Les richesses de ta vie aquatique
Semblable au corps de mon Congo identique
Étendu dans le bassin de son nom
Tel un pont d’amitié et de liaison.

Bernard NKOUNKOU