Posts Tagged ‘Bastonnade’

Congo: Un colonel franc-maçon de la DGSP tapé par les amis judoka de son fils qu’il a voulu sacrifier

mars 29, 2022

Le Colonel Oko de la sécurité présidentielle vient de faire les frais de son appartenance à la Grande Loge maçonnique du Congo qui lui a exigé en sacrifice son propre fils. Mais il a oublié un petit détail, celui du sport pratiqué par son fils qui est basé sur la solidarité et l’entraide. Une fois que les hommes de Dieu ont détecté la provenance des menaces mystiques pesant sur le fils du colonel Oko, ses amis Judoka n’ont pas hésité à se faire justice en assurant une bastonnade très punitive au franc-maçon qui a renoncé finalement au sacrifice.

Un club amateur de Judo par le biais de ses membres a sauvé de justesse la vie d’un des leurs en appliquant la violence. Le Judoka Aimé Oko, très apprécié par ses collègues a été victime d’une tentative de sacrifice par son propre père qui est colonel au sein de la Direction générale de la sécurité présidentielle.

Ayant adhéré à la Grande Loge du Congo que dirige JDO et Sassou dans l’unique but de bénéficier des promotions professionnelles, le colonel Oko à l’instar de tous les membres de cette secte a l’obligation de faire des sacrifices humains. Et cette fois-ci, le gibier a livré n’était entre autre que son propre fils Aimé.

Quand son fils a commencé à sentir des menaces mystiques, sa mère, séparée de son père et qui est une fervente chrétienne s’est vite dirigée vers les hommes de Dieu pour sauver son fils. Tous les serviteurs de Dieu ont mis en cause une seule personne, à savoir son propre père.

Excédés par ce comportement irresponsable et inhumain du colonel Oko, les amis Judoka de son fils Aimé se sont rendu à son domicile à Nkombo pour se faire justice préventive qui s’est avérée très salutaire. Au nombre de six, ils ont passé à tabac le colonel qui n’a eu la vie sauve grâce à sa promesse de ne plus sacrifier son fils et surtout de renoncer à toutes représailles.

Depuis lors, Aimé son fils a quitté le domicile de son père au profit de celui de sa mère à Ouenzé où il tente de renouer avec sa vie de toujours. A Nkombo, le colonel Oko dont tous les voisins connaissent les visées maçonniques sort désormais très tôt et rentre tard de peur d’être l’objet du songui songui.

Avec Sacer-infos.com

Congo-P/Noire : un Libanais au nom de Abdil Tarek bien tapé par deux lesbiennes pour mauvais payeur

juin 12, 2021

Il avait contacté les deux filles pour un trio afin de réaliser ses fantasmes avec deux filles noires. Un baptême pour ses premiers pas à Pointe-Noire au Congo où il est venu chercher la vie. Mais comme la majorité des Libanais, il a peu d’estime pour les Noirs et s’est cru en terrain conquis en refusant de payer la somme accordée au départ. La lesbienne qui joue le rôle de l’époux a appliqué ses qualités d’homme et a bien tapé le pauvre Libanais qui a dû débourser finalement le double du montant accordé.

Il s’appelle Abdil Tarek Fayoud, migrant Libanais venu se chercher au Congo en provenance du Liban, un pays en faillite, à la merci du Hezbollah et de la mafia. Habitué au Liban à mépriser la race noire comme 99 % des Libanais, il a néanmoins voulu réaliser ses fantasmes de coucher avec deux lesbiennes africaines.

C’est un travailleur Congolais, employé par les Libanais qui lui a servi de commissionnaire auprès de ce couple des lesbiennes habitant le quartier Mouyondzi. Les deux filles n’ont pas hésité à accepter très alléchant transmis par le commissionnaire Congolais, du reste de la même ethnie qu’elles.

La rencontre a été fixé dans un hôtel discret à la base, les filles ayant refusé de se rendre au domicile du Libanais à cause des précédents. Après plus de 4 heures d’échanges de plaisir mutuel, le sujet Libanais qui s’est dit insatisfait a voulu revoir à la baisse le tarif accordé. Ce qui a énervé les lesbiennes : «  Je t’ai laissé baisé ma femme et tu veux tergiverser, fais attention à toi et ne me pousse pas à devenir folle » lui a averti celle qui joue le rôle du mari.

De l’incompréhension et la tête dure du Libanais s’en sont suivis les coups de tête et points de la lesbienne. Le pauvre Libanais a été pris en sandwich par les deux filles qui ont une force inexplicable.

Finalement le migrant Libanais a voulu calmer le jeu pour éviter de subir le pire en acceptant le diktat des lesbiennes soutenues par le réceptionniste de l’hôtel. Il a payé le double du montant accordé pour avoir tenté de jouer au malin.

Avec Sacer-Infos par Stany Frank