Posts Tagged ‘bébés’

Afghanistan : quelle nationalité pour les bébés nés en vol ?

août 29, 2021

Plusieurs Afghanes enceintes, tentant de fuir leur pays, ont donné naissance à leur bébé dans un avion les transportant en Europe ou aux États-Unis.

Le point aerien entre Kaboul et Paris a permis d'evacuer pres de 3 000 personnes entre l'Afghanistan et la France.
Le point aérien entre Kaboul et Paris a permis d’évacuer près de 3 000 personnes entre l’Afghanistan et la France.© HANDOUT / Etat Major des Armées / AFP

Depuis la prise de pouvoir des talibans à Kaboul, de nombreux Afghans tentent à tout prix de fuir leur pays. L’armée française a mis en place un pont aérien, suspendu ce dimanche 29 août, pour exfiltrer les ressortissants depuis l’aéroport de la capitale. En tout, près de 3 000 personnes ont été évacuées par l’armée française. Durant ces opérations d’évacuation, menées par une cinquantaine de pays en tout, des Afghanes ont mis au monde des bébés, au sein même de l’avion. La question se pose de la nationalité de ces enfants nés dans des circonstances extraordinaires.

Les naissances dans les avions restent un événement très rare. En effet, prendre l’avion au-delà d’un certain stade de grossesse n’est pas conseillé, voire interdit par certaines compagnies aériennes. Cela dit, en cas d’accouchement en vol, la loi de l’État en question prévaut. En France, la nationalité du nouveau-né dépendra de celle de ses parents. Il ne suffit pas d’être né dans un avion français pour obtenir la nationalité française, un des deux parents doit également être Français. Aux États-Unis, le droit du sol prévaut mais la législation prévoit que le bébé ne devient Américain que si l’appareil volait au-dessus du territoire national. Si l’accouchement a eu lieu au-dessus de l’océan, le bébé aura donc la nationalité de ses parents.

La légende des billets gratuits

D’après l’article 3 de la Convention sur la réduction des cas d’apatridie, la nationalité de l’enfant dépend du pays dans lequel l’avion (ou du navire le cas échéant) est enregistré. Comme le rappelle Slate, la France a signé ce texte sans le ratifier. Ces dernières semaines, plusieurs histoires d’accouchement dans les airs ont été rapportés dans la presse. Une petite fille Afghane, née dans un avion en direction de l’Allemagne, a d’ailleurs reçu un prénom bien particulier. Ses parents l’ont prénommée « Reach », du nom de l’avion de l’armée américaine qui les a transportés depuis Kaboul.

Une légende urbaine prétend que les bébés nés dans un avion auront droit à des billets gratuits. En réalité, les compagnies aériennes fonctionnent au cas par cas. Il reste très rare d’obtenir un tel cadeau de naissance ! En 2015, Air France a offert à un bébé né entre Dakar et Paris… une peluche. Deux ans plus tard, un bébé né entre l’Arabie Saoudite et l’Inde a eu plus de chance : Jet Airways lui a offert des voyages illimités et infinis. Malheureusement, la compagnie aérienne a fermé deux ans plus tard. Autre légende urbaine : les commandants de bord ne deviennent pas automatiquement parent d’un bébé né dans leur appareil.

Par Le Point avec AFP

France: moins de 2% des bébés nés en 2018 ont une mère de moins de 20 ans

septembre 12, 2019

 

Quelque 12.000 des 759.000 enfants nés en France en 2018 (1,5%) ont une mère âgée de moins de 20 ans, révèle jeudi une étude de l’Insee qui pointe un recul des «maternités précoces» depuis ces dernières années.

Depuis 2010, moins de 2% des mères ont un enfant avant l’année de leurs 20 ans, indique cette étude annuelle sur les naissances. En particulier en 2018, en métropole, où 8900 bébés sont nés de mères nées après 1998, soit 1,2% du total des naissances. En incluant les départements d’outre-mer, ils étaient 11.700 (1,5% des naissances). Les maternités précoces (définies ici comme les naissances de mères avant l’année de leurs 20 ans) «n’ont jamais été aussi peu nombreuses», poursuit l’Insee. En 1973, elles étaient autour de 60.000 et représentaient 7% des naissances. Depuis les années 1970-1980, et les lois autorisant la contraception médicalisée et l’avortement, cette proportion n’a ensuite jamais cessé de diminuer.

Les naissances précoces sont plus fréquentes dans les départements d’outre-mer, qui comptent une importante population de jeunes femmes. Elles représentent 10,2% des naissances en Guyane, 9,9% à Mayotte, 5,7% à La Réunion, 3,8% en Martinique et 3,1% en Guadeloupe. En métropole, la région des Hauts-de-France dépasse la moyenne nationale avec 2,3% de bébés nés d’une mère âgée de moins de 20 ans.

D’après les statistiques de l’Insee, les femmes nées en Roumanie, aux Comores, en Haïti et en Côte-d’Ivoire sont les plus représentées parmi les femmes de moins de 20 ans ayant accouché en 2018. Les femmes nées au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) et en Chine ont la plus faible proportion des naissances précoces. Plus de neuf naissances précoces sur dix (96%) ont lieu hors mariage, contre six sur dix pour l’ensemble des naissances. Si les naissances de mères nées après 1998 étaient peu fréquentes en 2018, celles de pères du même âge l’étaient encore davantage. L’an passé, 2600 bébés sont nés d’un père de moins de 20 ans, soit 0,3% des naissances.

La part des naissances précoces en France est légèrement inférieure à la moyenne européenne, 2% selon les chiffres de 2017. Le Royaume-Uni est le seul pays de l’ouest de l’Europe où cette part est supérieure à la moyenne. Quatre pays de l’est de l’Europe ont des proportions de naissances précoces importantes: la Bulgarie (8,3%), la Roumanie (8,3%), la Slovaquie (5,1%) et la Hongrie (4,8%), dues aux difficultés d’accès à la contraception, souligne l’Insee.

Par Le Figaro.fr avec AFP

États-Unis: deux adultes et 3 bébés poignardés dans une crèche à New York

septembre 21, 2018

Washington – Deux adultes et trois nourrissons ont été blessés à l’arme blanche tôt vendredi dans une garderie d’enfants clandestine à New York, a rapporté la police.

Une femme de 52 ans travaillant dans cette crèche a été arrêtée après l’attaque.

Elle a été retrouvée dans le sous-sol du bâtiment après s’être entaillé les poignets, a précisé à l’AFP un porte-parole de la police new-yorkaise.

La garderie d’enfants à la clientèle d’origine asiatique fonctionnait de façon illégale dans le quartier du Queens, n’étant pas enregistrée auprès des services sociaux, a-t-il précisé sous le couvert d’anonymat.

L’employée est suspectée d’avoir attaqué vers 03H30 du matin trois bébés, deux filles et un garçon. Une des fillettes est gravement touchée, les deux autres bébés le sont plus légèrement.

Les deux adultes blessés sont une salariée de la crèche et le père de l’un des enfants qui était présent à cette heure nocturne.

(©AFP / 21 septembre 2018 12h10)                                                        

Libye: trois bébés morts, une centaine de disparus dans un naufrage

juin 29, 2018

Des migrants emmenés dans une base navale à Tripoli après avoir été secourus en mer au large de la Libye, le 24 juin 2018 / © AFP / MAHMUD TURKIA

Les corps de trois bébés ont été repêchés et une centaine de personnes sont portées disparues après le naufrage vendredi d’une embarcation de migrants au large de la Libye, ont indiqué des rescapés et des garde-côtes.

Quelque 120 migrants, en majorité africains, étaient à bord d’un canot pneumatique au moment du naufrage survenu à six kilomètres des côtes libyennes, ont indiqué à l’AFP des rescapés conduits dans la région d’Al-Hmidiya, à 25 km à l’est de la capitale Tripoli.

Au total, 16 migrants ont été secourus et sont tous de jeunes hommes, a constaté le correspondant de l’AFP.

L’embarcation avait quitté avant l’aube la ville côtière libyenne de Garaboulli, à quelque 50 km à l’est de Tripoli, ont raconté des rescapés à l’AFP.

Quelques heures plus tard, une explosion s’est produite à bord du canot et le moteur a pris feu. L’embarcation a commencé à prendre l’eau et les migrants ont tenté de s’agripper à une partie de l’embarcation ou à des bidons de carburant tombés à l’eau.

Selon les garde-côtes, ils ont été aperçus par des pêcheurs qui ont alerté la marine.

D’après les témoignages, de nombreuses familles marocaines étaient à bord, ainsi que des Yéménites. Parmi les disparus figurent deux bébés et trois enfants de 4 à 12 ans, ainsi que 10 à 15 femmes.

La marine libyenne a secouru des centaines de migrants depuis un peu plus de dix jours.

Le 18 juin, cinq corps de migrants ont été récupérés et plus d’une centaine de personnes secourues après le naufrage de leur embarcation au large de la Libye.

Et le 24 juin, près de 1.000 migrants, qui étaient en difficulté à bord de canots pneumatiques, ont été secourus au large de la Libye alors qu’ils tentaient de traverser la Méditerranée pour atteindre l’Europe.

La Libye est un pays de destination et de transit vers les côtes européennes pour des milliers de migrants africains.

Des centaines d’entre eux meurent tous les ans en traversant dans des conditions extrêmes la Méditerranée vers l’Italie, depuis les côtes libyennes, profitant de l’instabilité politique de ce pays.

Romandie.com avec(©AFP / 29 juin 2018 15h31)

Niger: 44 migrants dont des bébés retrouvés morts dans le désert (humanitaire)

juin 1, 2017

Niamey – Au moins 44 migrants, parmi lesquels des bébés, ont été retrouvés morts en plein désert dans la région d’Agadez, dans le nord du Niger, alors qu’ils tentaient de se rendre en Libye voisine puis probablement en Europe, ont annoncé jeudi à l’AFP des sources locale et humanitaire.

« Le nombre de migrants morts dans le désert pour l’instant est de 44 », a déclaré à l’AFP le maire d’Agadez, Rhissa Feltou, sans préciser les circonstances du drame. La Croix-Rouge, dont une équipe est sur le terrain pour « récolter des informations précises », a aussi fait état d' »au moins 44 migrants morts ».

Selon une source sécuritaire interrogée par l’AFP, « ces migrants subsahariens, dont des bébés et de femmes, sont morts de soif car leur véhicule est tombé en panne ».

Agadez représente une plate tournante du trafic d’êtres humains voulant gagner l’Europe et, pour pour lutter contre les trafiquants, Niamey a voté en 2015 une loi très sévère rendant leurs crimes passibles de peines pouvant aller jusqu’à 30 ans de prison.

Le trafic a diminué mais, début mai, huit migrants nigériens dont cinq enfants avaient été retrouvés morts dans le désert nigérien alors qu’ils tentaient de se rendre en Algérie voisine, devenue une destination privilégiée pour les migrants subsahariens.

A la mi-mai, ce sont quarante migrants ouest-africains, abandonnés par leur passeur sur leur route pour l’Europe via la Libye, qui avaient été secourus par l’armée en plein désert du nord du Niger. Ces clandestins, dont des femmes, étaient des ressortissants de la Gambie, du Nigeria, de la Guinée, du Sénégal et du Niger.

L’Italie et l’Allemagne ont récemment réclamé l’ouverture d’une mission de l’UE à la frontière nigéro-libyenne pour lutter contre l’immigration clandestine vers l’Europe, selon une lettre adressée à la Commission européenne.

Entre janvier et mi-avril, l’Italie a vu arriver 42.500 personnes par la mer dont « 97% ont embarqué en Libye », mentionne cette lettre dont l’AFP a obtenu une copie.

Romandie.com avec(©AFP / 01 juin 2017 12h55)                                            

États-Unis: Une infirmière du Texas suspectée d’avoir tué jusqu’à 60 bébés

mai 26, 2017

Une infirmière emprisonnée pour le meurtre d’un nourrisson au Texas dans les années 1980 a été inculpée d’un deuxième meurtre et pourrait avoir tué au total jusqu’à 60 bébés, ont annoncé les autorités américaines. / © AFP/Archives / BRENDAN SMIALOWSKI

Une infirmière emprisonnée pour le meurtre d’un nourrisson au Texas dans les années 1980 a été inculpée d’un deuxième meurtre et pourrait avoir tué au total jusqu’à 60 bébés, ont annoncé les autorités américaines.

Genene Jones, 66 ans, « est le mal incarné et la justice veillera à ce qu’elle réponde de ses crimes », a promis dans un communiqué publié jeudi Nico LaHood, le procureur du comté texan de Bexar.

« Notre bureau fera tout pour retrouver chaque enfant dont la vie a été prise par les actes de Jones », a-t-il ajouté.

Genene Jones purge actuellement deux peines de réclusion, de 99 et 60 ans, pour deux crimes commis en 1984 sur des bébés alors qu’elle travaillait en milieu hospitalier.

Elle avait tué une fillette de 15 mois, Chelsea McClellan, en lui administrant un décontractant musculaire. Et elle avait injecté de l’héparine, un médicament anticoagulant, à un nourrisson de quatre semaines, Rolando Santos, qui lui avait survécu.

Jeudi l’ancienne infirmière a été inculpée par un grand jury du meurtre en 1981 d’un bébé de 11 mois, Joshua Sawyer. Elle est accusée de lui avoir injecté une dose fatale d’un produit anti-épilepsie.

« Jones est suspectée d’avoir tué jusqu’à 60 bébés », a affirmé dans son communiqué le procureur LaHood.

En raison d’une loi de remise de peine en vigueur à l’époque de ses premières condamnations, l’ancienne soignante actuellement doit sortir en mars 2018 de sa prison, située entre Austin et Dallas.

Elle sera auparavant transférée dans le comté plus au sud de Bexar, où elle sera à nouveau traduite en justice. Elle encourt une autre sentence de 99 ans de réclusion.

Romandie.com avec(©AFP / 26 mai 2017 21h40)                

Au Nigeria, des enfants et des bébés meurent dans les geôles de Giwa

mai 11, 2016

Des fossoyeurs du cimetière de Gwange, à Maïduguri, dont certains ont témoigné à l’AFP en février 2016 avoir enterré des dépouilles en provenance de la prison militaire de Giwa convoyées en bennes à ordures.

Des fossoyeurs du cimetière de Gwange, à Maïduguri, dont certains ont témoigné à l’AFP en février 2016 avoir enterré des dépouilles en provenance de la prison militaire de Giwa convoyées en bennes à ordures. Crédits : PIUS UTOMI EKPEI/AFP
Amnesty International (AI) a demandé, mercredi 11 mai, aux autorités nigérianes de fermer un centre de détention réservé aux membres présumés du groupe islamiste Boko Haram après la mort en détention de 149 personnes, dont des enfants et des bébés.

L’ONG de défense des droits humains a déjà dénoncé, par le passé, le traitement « inhumain » réservé aux détenus des casernes de Giwa, à Maïduguri, dans le nord-est du Nigeria.

Dans un nouveau rapport publié mercredi, Amnesty décompte le décès d’au moins 149 personnes dans ce centre de détention, dont 12 enfants, presque tous de moins de 5 ans, le plus jeune ayant 5 mois, depuis janvier .

Arrestations en masse

« La découverte de la mort de bébés et de jeunes enfants dans des conditions atroces, alors qu’ils se trouvaient dans un centre de détention militaire, est à la fois poignant et horrifiant, a déclaré Netsanet Belay, le directeur Afrique d’Amnesty. Nous avons déjà dénoncé à plusieurs reprises le taux de mortalité alarmant parmi les détenus des casernes de Giwa. Ces nouvelles révélations démontrent que cet endroit est associé à la mort, autant pour les adultes que pour les enfants. Il ne peut y avoir ni excuses ni délais. Le centre de détention des casernes de Giwa doit fermer immédiatement, et tous les détenus doivent être libérés ou remis aux autorités civiles. »

Selon ce nouveau rapport d’Amnesty, élaboré avec des témoignages d’anciens détenus, la faim, les maladies telles que la varicelle et la diarrhée, la déshydratation ou les suites de blessures sont les causes de ces décès.

En mars, le centre comptait environ 1 200 personnes, dont 120 enfants. Malgré les critiques plusieurs fois formulées aux autorités par l’ONG, les conditions de détention dans ce centre surpeuplé ont empiré, notamment à cause de l’insurrection armée en cours contre Boko Haram qui a entraîné des arrestations en masse. « Il y a beaucoup d’enfants avec nous dans les cellules, âgés de 1 mois à 1 an. Les cellules sont est tellement bondées qu’on ne peut pas se tourner en dormant », décrit une femme.

L’armée nigériane n’a pas nié détenir des enfants et a même annoncé, le 12 février, avoir relâché 275 détenus, dont 50 enfants, tous soupçonnés de « terrorisme ou d’insurrection ».

Amnesty pointe également le manque de procès, pour les suspects, et le fait qu’aucun d’entre eux n’aient accès à un avocat pendant leur détention, ce qui représente une violation des lois nigérianes et internationales.

Des corps dans des bennes à ordures

Par ailleurs, des fossoyeurs de Gwange, le plus grand cimetière de Maïduguri, avaient déjà rapporté à l’AFP, en février, avoir enterré sur place des civils morts dans les casernes de Giwa. Selon ce nouveau rapport d’AI, ces dépouilles ont été transportées dans des bennes à ordures, « deux ou trois fois par semaine ».

Amnesty avait déjà dénoncé l’exécution, par l’armée, de plus de 600 détenus qui avaient fui Giwa en mars 2014 après une attaque de Boko Haram. En juin 2015, l’organisation avait considéré que certains commandants de l’armée nigériane étaient passibles de « crimes de guerre » et de « crimes contre l’humanité » dans la lutte contre Boko Haram.

Le président nigérian, Muhammadu Buhari, avait promis de se pencher sur ces accusations et assuré que son gouvernement « ne tolérerait pas l’impunité et les violations des droits humains ». Mais, selon Amnesty, « aucune mesure n’a été prise pour l’instant afin de mettre en place des enquêtes indépendantes, impartiales et efficaces ou de lancer des poursuites pour les crimes commis ».

Lemonde.fr avec AFP

Sept corps de bébés retrouvés dans un appartement en Allemagne

novembre 13, 2015

La police allemande a indiqué vendredi avoir retrouvé à Wallenfels, en Bavière, les restes de « probablement » sept bébés dans un appartement. Une expertise médico-légale des corps est en cours.

« Vers 16h00 jeudi, un habitante de Wallenfels a découvert la dépouille d’un nourrisson et a appelé les services d’urgence. Les forces de police appelées (sur les lieux) ont découvert dans une pièce plusieurs corps de nourrissons. La police criminelle et le procureur de Coburg partent du principe qu’il y a probablement sept morts », a-t-elle souligné dans un communiqué.

« La précédente habitante des lieux à Wallenfels, une femme de 45 ans, n’a pas encore pu être appréhendée et interrogée », selon la même source.

Une expertise médico-légale des corps est en cours depuis l’aube pour déterminer les dates et causes des décès. Elle risque de prendre du temps en raison du « mauvais état » de certains des corps.

« Aucun résultat n’est à attendre avant le début de la semaine à venir », selon la police et le parquet.

Plusieurs cas d’homicides
Les enquêteurs avaient dans un premier temps annoncé jeudi soir la découverte de « plusieurs corps de nourrissons » dans l’après-midi, la presse locale évoquant deux dépouilles.

L’Allemagne a connu plusieurs cas d’homicides multiples de bébés par leur mère ces dernières années.

En octobre 2013, également en Bavière, deux corps de bébés avaient été découverts à l’occasion de travaux de construction. L’enquête avait révélé qu’ils étaient nés dans les années 1980 mais leur mère avait été acquittée, l’homicide étant prescrit.

En 2011, une Allemande avait reconnu être à l’origine de la mort de sa fille et de ses deux fils en septembre 2004, juin 2006 et mars 2009. Les décès avaient été classés dans un premier temps comme « mort subite du nourrisson » mais la police avait déclenché une enquête après le troisième cas.

En 2000, une Allemande de 28 ans a été condamnée à Chemnitz (est) à 13 ans et demi de prison pour avoir tué trois de ses nouveau-nés et congelé ensuite leurs cadavres.

Romandie.com

Canicule: les vêtements mouillés, une solution à proscrire chez les nourrissons

juillet 1, 2015

REUTERS/United Photos

REUTERS/United Photos

Baigner son enfant permet d’éviter les boutons de sudation qui irritent la peau.

Avec des températures extérieures dépassant les 30°C, comment rafraîchir son enfant? Certains parents choisissent parfois de vêtir leur bébé d’un vêtement mouillé. Une solution que Nathalie Gelbert, pédiatre, déconseille vivement.

Le thermomètre ne cesse de grimper et devrait avoisiner les 40°C dans les jours à venir. Les plus petits sont souvent les plus affectés par ces épisodes de chaleur. De fait, leur corps est plus sensible aux variations de température. Comment repérer que son bébé est déshydraté, et quels réflexes adopter? Tour d’horizon des solutions et des réactions à proscrire avec la pédiatre Nathalie Gelbert.

Quels sont les signes qui doivent interpeller les parents?

Un bébé est particulièrement sensible aux variations de température car son corps contient plus d’eau qu’un adulte. Par conséquent, il est nécessaire d’être particulièrement vigilant. D’autant plus que les plus petits ne transpirent pas. Nous constatons deux phases. La première est comportementale: le nourrisson s’agite, devient rouge et pleure. Il manifeste généralement son envie de s’hydrater en réalisant des mouvements de bouche, ce qui doit constituer un premier indicateur. La seconde phase est plus grave pour l’état de santé du bébé. Ses lèvres sont sèches, ses urines faibles: il se déshydrate. Il devient alors somnolent. La chaleur est particulièrement dangereuse, elle peut parfois être responsable de convulsions.

Quels conseils préconisez-vous en période de canicule?

Le premier réflexe est de donner de l’eau à son enfant, et de lui donner le sein régulièrement. Le lait permet en effet d’apporter des calories. Il est difficile d’évaluer la température idéale pour un bébé, puisque le corps humain s’adapte. Pour autant, nous recommandons de placer un thermomètre dans la chambre. Pour que le bébé se sente bien, il est nécessaire de conserver une maison fraîche avec un ventilateur ou la climatisation, mais également de réaliser des courants d’air. Ensuite, la canicule implique de changer ses habitudes. A ce titre, nous rappelons vivement aux parents d’éviter de sortir aux heures de grande chaleur, c’est-à-dire entre 11h et 16h. S’ils se déplacent, ils doivent faire particulièrement attention à refroidir leur voiture en mettant la clim’ au préalable. La température idéale doit être aux alentours de 25°C. Lors de longs trajets, les parents doivent impérativement prévoir des pauses, car les enfants, plus grands, transpirent beaucoup dans leur siège auto.

Le linge et les vêtements mouillés sont parfois utilisés pour rafraîchir, est-ce judicieux?

Cette pratique n’a pas été validée et le risque est délétère. Généralement, nous ne la recommandons pas car la différence de température entre le vêtement et le corps du nourrisson peut provoquer un choc thermique. Pour rafraîchir son enfant, il est bien mieux de passer un gant de toilette humide sur le corps ou de recourir à un brumisateur. Baigner son bébé constitue une alternative: elle permet de rafraîchir son petit et d’éviter les boutons de sudation qui irritent la peau.

Lexpress.fr propos recueillis par Pauline Chateau,

Népal: Israël va évacuer en priorité 25 bébés de mères porteuses

avril 26, 2015

Jérusalem – Israël va évacuer en priorité 25 bébés nés de mères porteuses et leurs parents adoptifs, pour la plupart homosexuels, depuis le Népal où un violent séisme a ravagé le pays, ont annoncé dimanche les autorités israéliennes.

Il y a actuellement à Katmandou 25 nourrissons nés de mères qui les ont portés pour le compte d’Israéliens venus les récupérer au Népal, a expliqué le ministère des Affaires étrangères. Quatre d’entre eux sont des prématurés nécessitant des services médicaux qu’ils risquent de ne pas trouver après le tremblement de terre, a dit le ministère.

Les Affaires étrangères évaluent à 600 ou 700 le nombre d’Israéliens se trouvant au Népal, la grande majorité d’entre eux étant des randonneurs. Aucun d’entre eux n’aurait été tué.

Les 25 bébés et les Israéliens qui s’occupent d’eux seront les premiers à monter dans l’avion pour être ramenés en Israël, a dit à l’AFP Sabine Hadad, une porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Les Affaires étrangères se sont montrées prudentes quant à l’imminence de ces départs, qui peuvent être retardés pour des raisons médicales ou des considérations légales népalaises, ont-elles dit. Mais les autorités israéliennes feront tout pour amener ces bébés en Israël, a dit un porte-parole du ministère, Paul Hirschson.

Trois de ces bébés devaient partir vers Israël dimanche soir avec huit accompagnateurs, a-t-il dit.

Sur les 25 enfants concernés, 15 ont vu le jour par l’entremise de Tammuz, une société israélienne prodiguant les services de mères porteuses, a dit à l’AFP son responsable commercial Roy Youldous.

La plupart des clients de Tammuz sont des hommes homosexuels, a-t-il expliqué.

En vertu de la loi israélienne, seuls les couples hétérosexuels ont le droit d’avoir des enfants de mères porteuses.

Les homosexuels ou les personnes seules se tournent parfois vers la gestation pour autrui dans des pays en voie de développement, une pratique très controversée dénoncée par ses détracteurs comme l’exploitation de la misère. D’autres Israéliens, autorisés à recourir à des mères porteuses, renoncent à le faire en Israël à cause du prix ou de la complexité des procédures.

En dehors des États-Unis, où les prix découragent également les candidats, le Népal est pratiquement la seule destination possible, malgré les conditions qu’il impose, comme l’exigence que les mères porteuses ne soient pas Népalaises, dit Roy Youldous.

Actuellement, 52 parents israéliens, futurs parents ou leurs proches se trouvent au Népal dans l’attente d’avoir un bébé par l’entremise de Tammuz, a-t-il encore précisé.

Quatre-vingt femmes, toutes Indiennes, attendent des bébés pour Tammuz, a-t-il expliqué, assurant que les mères porteuses sont suivies par un travailleur social.

La clientèle de Tammuz est aussi australienne, brésilienne ou britannique, selon M. Youldous.

Noa Roth, une femme célibataire, vient d’avoir il y a trois jours sa première petite fille par ce moyen, a dit sa sœur Tamar Rotem à l’AFP.

Tamar Rotem a expliqué ne pas avoir eu de nouvelles de sa soeur depuis le séisme et s’inquiéter pour le bébé né prématurément et nécessitant des soins particuliers.

Elle pense que sa sœur et le bébé passent la nuit dans une abri de fortune dressé à l’extérieur de l’hôpital de Katmandou.

Nous ne savons pas s’ils ont des médecins ou une équipe médicale à leurs côtés, a-t-elle dit, nous ne savons pas si on nourrit les prématurés. Nous sommes très inquiets.

Ces bébés sont en danger de mort, s’est-elle alarmée.

Romandie.com avec(©AFP / 26 avril 2015 19h43)