Posts Tagged ‘Béji Caïd Essebsi’

Présidentielle en Tunisie: Essebsi et Marzouki à couteaux tirés

décembre 21, 2014

L’ex-Premier ministre et chef du principal parti tunisien Béji Caïd Essebsi serait arrivé dimanche en tête du second tour de la présidentielle, a annoncé son directeur de campagne, Mohsen Marzouk. Ce dernier a évoqué « une victoire » de son poulain. Mais le camp du président sortant Moncef Marzouki conteste cette annonce.

« Les indicateurs que nous avons (…) indiquent une victoire de Béji Caïd Essebsi », a déclaré M. Marzouk à la presse et devant des partisans réunis devant le siège de campagne du favori du scrutin.

M. Caïd Essebsi, 88 ans, a remercié, à la télévision nationale, les Tunisiens ayant pris part à ce scrutin. « L’avenir proche et lointain nous oblige à travailler ensemble pour la Tunisie », a-t-il lancé à l’adresse de son rival. Des centaines de ses partisans fêtaient sa « victoire » proclamée devant le siège de son QG de campagne.

Le camp du président tunisien sortant Moncef Marzouki a jugé « sans fondement » la revendication par Béji Caïd Essebsi. Le directeur de campagne de M. Marzouki, Adnène Mancer, a évoqué un écart « très serré », de « quelques milliers de voix » seulement.

M. Mancer a également fait état de « centaines de violations » commises par le camp adverse.

Résultat définitif lundi
Le vote s’est achevé dimanche à 18h00. Les résultats définitifs pourraient être connus dès lundi soir selon l’instance électorale (ISIE), qui a cependant jusqu’au 24 décembre pour annoncer l’identité du président pour les cinq prochaines années.

Dans la journée, la presse tunisienne a salué un jour « historique » qui devait achever de doter le pays d’institutions pérennes après les législatives. Le vainqueur deviendra le premier chef d’Etat tunisien élu librement depuis l’indépendance en 1956. Habib Bourguiba, le premier président, et Zine El Abidine Ben Ali, renversé en 2011, avaient constamment eu recours à la fraude ou au plébiscite.

Forte présence policière
Des dizaines de milliers de militaires et policiers ont été déployés pour assurer le bon déroulement du scrutin alors que la Tunisie est confrontée depuis la révolution de 2011 à de multiples attaques, notamment le long de la frontière avec l’Algérie, attribuées à la mouvance djihadiste.

Dans la nuit de samedi à dimanche, une unité a été attaquée par un « groupe armé » devant une école de la région de Kairouan (160 km au sud de Tunis) où du matériel destiné aux élections était stocké, mais les autorités se sont refusées à évoquer la piste djihadiste. Un assaillant a été tué et trois autres arrêtés, selon le ministère tunisien de la Défense.

Romandie.com

Présidentielle tunisienne : vers un second tour Essebsi – Marzouki

novembre 24, 2014

Dépouillement des bulletins de vote lors de la présidentielle tunisienne, le 23 novembre 2014.
Dépouillement des bulletins de vote lors de la présidentielle tunisienne, le 23 novembre 2014. © Fethi Belaid/AFP

Le premier tour de la présidentielle tunisienne s’est tenu dimanche avec un taux de participation d’environ 64 %. Selon les premières estimations à la sortie des urnes, Béji Caïd Essebsi devance Moncef Marzouki et les deux rivaux devront donc se départager lors d’un second tour prévu le 28 décembre.

Les résultats préliminaires du premier tour de  la présidentielle ne seront annoncés que le 26 novembre, mais les Tunisiens savent déjà que la seconde et dernière manche du scrutin se jouera le 28 décembre entre Béji Caïd Essebsi, fondateur de Nida Tounes, et le président sortant, Moncef Marzouki.

Diverses estimations à la sortie des urnes (voir ci-dessous) donnent un écart d’au minimum 10 points entre les deux candidats, soit deux fois plus que les pronostics des derniers sondages avant le vote (42,6% pour BCE contre 32,7 pour Marzouki, selon Sigma Conseil, par exemple).

La première élection présidentielle libre qu’a connu le pays depuis son indépendance est historique, mais elle aurait pu virer au fiasco, après une campagne électorale qui a tourné au pugilat verbal. Jusqu’en début d’après midi de dimanche, le taux de participation avoisinait les 18 %, et il a fallu que les partis, mais également l’Instance indépendante Supérieure des élections (Isie), battent le rappel des électeurs pour le faire monter à 64,4 % à la fin de la journée.

Confirmation des législatives

Les premiers résultats de la présidentielle confirment les orientations des législatives, les Tunisiens boudant Kamel Morjane et Mondher Zenaidi, figures politiques issues de l’ancien régime, mais aussi Ahmed Nejib Chebbi et Mustapha Ben Jaafar. L’avance de Béji Caïd Essebsi annonce sa probable victoire au second tour et exprime la volonté de l’électorat d’ancrer le pays dans une certaine modernité ou, à tout le moins, dans une rupture certaine avec l’époque de la troïka gouvernementale menée par les islamistes d’Ennahdha à partir d’octobre 2011.

Même s’il n’arrive qu’en seconde position, Moncef Marzouki ne fait pas un mauvais résultat. Il a conduit sa campagne tambour battant, et il a surtout su capter une part de l’électorat d’Ennahdha et des membres des Ligues de protection de la révolution (LPR). Une stratégie qui ne l’a pas empêché à l’annonce des sondages de sortie des urnes de se présenter comme le candidat naturel de la famille démocrate et d’appeler à un report des voix des autres candidats en sa faveur.

Hammami et Riahi à la manoeuvre

Hamma Hammami, porte parole du Front Populaire et Slim Riahi, fondateur de l’Union Patriotique Libre (UPL), arrivés respectivement en troisième et quatrième position, vont pouvoir négocier leurs voix contre des charges au sein du futur gouvernement et pourraient faire définitivement pencher la balance en faveur de Béji Caïd Essebsi. Mais quelles que soient les manœuvres des prochains jours, les Tunisiens sont avant tout fiers d’avoir accompli un pas de plus vers la démocratie. Nombre d’entre eux estiment qu’une nouvelle classe politique doit émerger, mais il leur faudra attendre encore début 2015 pour tourner officiellement la page de la transition avec l’installation d’un président et d’un gouvernement issus du suffrage universel.

________

  • 3C Etudes

Béji Caied Essebssi : 47,80 % ; Moncef Marzouki : 26,9% ; Hamma Hammami 10,2% ; Slim Riahi 5,4%.

  • Sigma Conseil

Béji Caied Essebssi : 42,7% ; Mohamed Moncef Marzouki : 32,6% ; Hamma Hammami : 9.50% ; Slim Riahi : 6,70%.

  • Institut Emrhod

Béji Caied Essebssi : 44,2% ; Moncef Marzouki : 31,2 % ; Hamma Hammami : 10,9% ; Slim Riahi : 10,8%.

Jeuneafrique.com par Frida Dahmani, à Tunis