Posts Tagged ‘Belgique’

RDC-Belgique : déboulonnage anticolonialiste à Ixelles

juillet 2, 2022

Cohérente avec les « regrets » du roi des Belges réitérés récemment à Kinshasa, la commune d’Ixelles a retiré de l’espace public la statue d’un colon particulièrement brutal…

© Damien Glez

En dépit des tenants d’une histoire affichée mais contextualisée, différentes versions de repentance infusent les démembrements locaux d’anciens colons, tout autant que l’esprit woke se diffuse dans l’opinion publique. Du côté de la Belgique, les autorités d’Ixelles –l’une des 19 communes bilingues de la région de Bruxelles-capitale– ont déboulonné, vendredi 30 juin, le monument commémoratif dédié au général Émile Storms. Située à la frontière du quartier africain de Matongé et du quartier européen, la copie en marbre du buste de bronze initial dérobé indique sur son socle : « Il fonda M’Pala (1883) et étendit la civilisation jusqu’au Tanganyika »…

Décédé en 1918, le sulfureux Émile Pierre Joseph Storms fut l’un des Belges chargés par le roi Léopold II de coloniser le Congo au XIXe siècle. Réputé pour sa brutalité, « Bwana Boma » (« Monsieur Forteresse ») commettra de nombreux pillages et exactions, tranchant notamment la tête d’un chef congolais, Lusinga Iwa Ngombe, dont il enverra le crâne en Belgique. Depuis 2018 et une enquête journalistique sur les restes humains présents dans les collections du musée royal de l’Afrique centrale, dans la ville flamande de Tervuren, des voix de la société civile réclamaient le déboulonnage de la statue d’Ixelles qui fut, le 13 juin 2000, aspergée de peinture rouge.

Personnalité de troisième rang

Le retrait de l’espace public du monument dédié à Émile Storms est un symbole fort, car il avait fait l’objet, en 1972, d’un classement au titre des monuments historiques. Décidée à déboulonner le buste dès 2020, la commune d’Ixelles devra attendre une décision de la Commission royale des monuments et sites et négocier un accueil de la sculpture au musée de Tervuren, afin de calmer les plus nostalgiques de l’ère coloniale qui tolèrent un déplacement de l’œuvre mieux que sa destruction.

Si le démontage du monument a été possible, c’est que, contrairement à d’autres personnages historiques dont certains actes peuvent être valorisés, l’homme lige de Léopold II n’a pas légué de face lumineuse à l’Histoire. Le bourgmestre d’Ixelles, Christos Doulkeridis, insiste : « C’est une personnalité vraiment de deuxième, troisième rang, un lieutenant-général qui n’était connu que pour ses actes barbares ». Il existe toujours, sur le sol belge, des centaines de statues de personnes qui ont joué un rôle dans le passé colonial…

En attendant d’autres batailles dans la guerre mémorielle, la concrétisation du retrait du buste d’Ixelles tombe à point nommé, le roi Philippe de Belgique ayant réitéré, le 8 juin dernier à Kinshasa, ses « plus profonds regrets pour les blessures » infligées à l’ex-Congo belge durant la période coloniale.

Avec Jeune Afrique

Damien Glez

Par Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

Belgique : restitution de la dent de Patrice Lumumba ce 20 juin

juin 18, 2022

L’unique dent restante de l’ancien Premier ministre congolais sera remise à ses trois enfants, François, Juliana et Roland Lumumba, lors d’une cérémonie au Palais d’Egmont à Bruxelles, en présence du Premier ministre belge, Alexander De Croo, ainsi que de son homologue congolais, Jean-Michel Sama Lukonde, représentant le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Auparavant, la famille Lumumba sera reçue par le roi Philippe au palais royal de Bruxelles.

Patrice Emery Lumumba

La dent de Patrice Lumumba a été saisie par la justice belge en 2016 chez la fille du policier belge, Gérard Soete, aujourd’hui décédé, qui était chargé de découper et de dissoudre dans l’acide, le corps du défunt Premier ministre, deux jours après son assassinat. Elle avait été saisie dans le cadre d’une enquête pour «crimes de guerre» ouverte en 2011 à Bruxelles.

Ainsi, lors de la cérémonie au palais d’Egmont, le chef du parquet fédéral belge, Frédéric Van Leeuw, remettra, dans l’intimité, à la famille Lumumba cette dent placée dans un écrin, avant la cérémonie solennelle autour d’un cercueil renfermant ce coffret, en présence d’autorités belges et congolaises. Interrogé le 16 juin par Radio France internationale, Frédéric Van Leeuw a précisé que la dent sera remise à la famille et non pas à l’État congolais. Aussi a-t-il expliqué, la dent de Lumumba n’a pas pu accompagner la récente mission royale en République démocratique du Congo (RDC), parce que c’est un dossier judiciaire et la décision de la remettre à la famille a été prise par un juge d’instruction. « C’est une décision importante de la juge d’instruction, sur demande de la famille. Je dois avouer que cette décision a été prise sous l’influence de ce qui s’est passé en 2020 avec le mouvement Black Lives Matter, après la mort de Georges Floyd. Il y a eu une demande de la famille Lumumba… On commémorait aussi les 60 ans de l’indépendance du Congo. C’était symbolique et compte tenu de l’aspect affectif que cette dent peut avoir, le juge d’instruction a accepté de la rendre. Il a chargé le procureur fédéral de la remettre à la famille et pas à l’État congolais », a déclaré Frédéric Van Leeuw à la RTBF.

Depuis sa saisie en 2016, la dent était gardée  dans un coffre-fort du parquet fédéral belge. « Vu la valeur et le respect dûs à ce qui reste finalement de la dépouille de Patrice Lumumba, il fallait que cette dent soit bien protégée. Et donc elle l’est dans un écrin qui a été fabriqué tout spécialement pour la protéger et elle se trouve dans un coffre du parquet fédéral effectivement, puisqu’on voulait éviter qu’elle soit simplement considérée comme une vulgaire pièce à conviction qui se trouverait au greffe du tribunal », a ajouté Frédéric Van Leeuw à RFI.

Trois jours de deuil national prévus en RDC

Balufu Bakupa-Kanyinda, désigné par la présidence congolaise pour diriger l’opération de restitution des restes de Patrice Lumumba et son retour en RDC, a déclaré, le 17 juin à Bruxelles, que cette dent sera placée dans un cercueil provenant de la RDC et qui sera exposé à l’ambassade à Bruxelles, où il restera deux jours pour un hommage ouvert au public dans la pure tradition congolaise. Le départ pour Kinshasa est prévu le 21 juin en soirée depuis l’aéroport militaire belge de Melsbroek, à bord d’un avion de la compagnie aérienne Congo Airways. Ce dernier arrivera le 22 juin dans la matinée à l’aéroport de N’Djili. Le cercueil effectuera ensuite un périple dans plusieurs provinces de la RDC, notamment à Onalua, le village natal de Patrice Lumumba, rebaptisé Lumumbaville en 2013, pour un deuil familial; à Kisangani, son fief, pour un deuil politique; et à Shilatembo, avant un retour à Kinshasa le 27 juin. Trois jours de deuil national sont prévus du 27 au 30 juin. Le cercueil sera exposé au Palais du peuple, siège du parlement congolais, avant d’être transporté à l’ancienne résidence de Patrice Lumumba et de passer une nuit à la Primature.

Le 30 juin, date du 62e anniversaire de l’indépendance de la RDC, aura lieu la cérémonie officielle de l’inhumation au mausolée construit pour accueillir la dépouille de Patrice Lumumba à l’Echangeur de Limite, dans la banlieue est de Kinshasa, a indiqué Balufu Bakupa-Kanyinda. Pour leur part, Maurice Mpolo et Joseph Okito ont été admis dans l’Ordre national des héros nationaux Kabila-Lumumba, le 14 juin à Kinshasa.

L’enquête judiciaire se poursuit

Né sous le nom d’Elias Okitasombo, Patrice Emery Lumumba avait été assassiné à l’âge de 35 ans, fusillé le 17 janvier 1961, en compagnie de deux de ses proches, l’ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, Maurice M’Polo, et l’ancien vice-président du Sénat, Joseph Okito. Son corps avait été dissous dans l’acide sulfurique sur place, à Shilatembo (dans l’actuelle province du Haut-Katanga, au sud-est du pays). Le policier belge Gérard Soete avait décidé de ramener avec lui quelques reliques comme  » des trophées de chasse « , selon le sociologue belge, Ludo De Witte, auteur d’un livre sur l’assassinat de Lumumba. Seule une dent attribuée à ce dernier avait été récupérée par le parquet fédéral belge.

Le fils aîné, François Lumumba, a déposé plainte en 2011 pour crimes de guerre, tortures et traitements inhumains, contre dix Belges considérés comme impliqués dans l’assassinat de Patrice Lumumba. Dans la plainte, « diverses administrations de l’État belge » sont accusées d’avoir « participé à un vaste complot en vue de l’élimination politique et physique de Patrice Lumumba ». A l’époque des faits, ces personnalités exerçaient des responsabilités politiques ou militaires aux côtés du président sécessioniste katangais, Moïse Tshombe, ou alors étaient diplomates, envoyées au Congo par le gouvernement belge.

Aujourd’hui, selon la presse belge, seules deux des dix personnes initialement visées par la plainte sont encore en vie. Il s’agit de l’ancien diplomate et homme d’affaires Etienne Davignon, 89 ans, et de l’ex-haut fonctionnaire Jacques Brassinne de la Buissière, 92 ans.

Frédéric Van Leeuw a indiqué à RFI que l’enquête continue, rappelant que lors de la commission parlementaire qui avait eu lieu en 2000, des auditions avaient eu lieu à huis clos et le juge d’instruction avait décidé, il y a quelques mois, de faire une perquisition au Parlement pour obtenir le contenu de ces auditions. « Actuellement, il y a un débat juridique qui se fait. Les pièces sont sous scellés. Nous avons soutenu, en tout cas en tant que parquet, qu’il n’était justifiable ni légalement ni moralement de garder secrètes les auditions qui ont été faites à huis clos il y a plus de vingt ans. Il y a un point de vue différent qui a été développé au niveau du Parlement et cette question-là doit être tranchée. Le dossier a été plaidé le 1er juin et l’arrêt de la Cour d’appel est prévu vers le 14 septembre »,  a déclaré le chef du parquet fédéral belge.

Pour ce dernier, l’instruction aboutira à un procès si, au moment où la juge estime que son dossier est clôturé et qu’elle ne peut pas aller plus loin, le parquet fédéral décide de poursuivre X ou Y dans ce dossier. « Donc je ne peux pas encore anticiper cela. La prochaine échéance sera l’arrêt de la Cour d’appel, le 5 septembre. Nous saurons alors si nous pouvons avoir accès aux PV. Là, les décisions de la juge seront différentes : soit il n’y aura pas d’accès, alors l’ensemble des devoirs d’enquête aura été épuisé, puisque toutes les personnes auront été interrogées une ou plusieurs fois. Soit il y aura accès et là, il faudra que les enquêteurs prennent connaissance de ces auditions, qu’ils puissent les étudier et faire les comparaisons nécessaires avec tous les autres éléments du dossier. Mais je pense que dans ce dossier, il faut aller le plus loin possible… Tout en sachant que c’est plus compliqué, après plus de 60 ans », a admis Frédéric Van Leeuw à la RTBF.

Avec Adiac-Congo par Patrick Ndungidi

RDC-Rwanda : Denis Mukwege demande à la Belgique d’agir

juin 12, 2022

12 juin 2022 à 17:48

« L’agression est claire » : le médecin congolais Denis Mukwege, prix Nobel de la paix 2018, a appelé dimanche 12 juin la Belgique à intervenir dans la crise entre la RDC et le Rwanda, accusé par Kinshasa de soutenir la rébellion du M23.

Le docteur Denis Mukwege à Paris, en 2016 © Bruno Levy pour JA

« L’agression du Rwanda à travers le M23 ce n’est pas une nouvelle chose », a déclaré le médecin devant la presse à Bukavu (Sud-Kivu, est de la RDC), juste avant la visite dans son hôpital de Panzi, à la périphérie de la ville, du roi des Belges et de son épouse, qui achèvent une visite de six jours en RDC.

« Cette visite royale est un acte de courage exceptionnel (…), nous rendre visite en ce moment, où le Congo est victime d’une énième agression, est un acte humanitaire fort », a-t-il estimé, alors que des combats violents étaient de nouveau signalés dans la province voisine du Nord-Kivu entre les forces gouvernementales et le M23 (« Mouvement du 23 mars »), ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 et réapparue en fin d’année dernière,

« L’agression est claire »

« La Belgique a une expertise sur le Congo (…), ce qui lui donne une certaine responsabilité », a estimé le Dr Mukwege, qui a reçu le prix Nobel de la paix pour son action en faveur des femmes victimes de viols. Contre « la violence qui se passe actuellement au Congo, la Belgique peut jouer un rôle très important », a-t-il dit, en rappelant qu’en 2012, quand le M23 avait « attaqué pour la première fois, le président des États-Unis d’alors, Barack Obama, avait appelé (…) le président rwandais pour lui demander d’arrêter ». « Une semaine après, ce mouvement s’était replié au Rwanda, donc cet appel téléphonique nous a donné la paix pendant dix ans », a-t-il ajouté.

« L’agression est claire, il faut la nommer, et la Belgique peut le faire », a insisté le docteur, selon qui « la Belgique peut porter un plaidoyer très fort auprès de l’Union européenne et au niveau des Nations unies ». Depuis le début de cette nouvelle crise entre les deux voisins, le Rwanda nie tout soutien au M23.

Par Jeune Afrique avec AFP

Belgique : la prostitution est désormais autorisée, première en Europe

juin 5, 2022

Si le proxénétisme est encore interdit dans le plat pays, les travailleuses du sexe peuvent librement travailler, indique « Ouest-France ».

La prostitution est desormais totalement legale en Belgique.
La prostitution est désormais totalement légale en Belgique.© MYRIAM TIRLER / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Une première en Europe. Depuis le 1er juin dernier, les travailleuses du sexe sont des « professionnelles » à part entière en Belgique, révèle Ouest-France. En effet, le Parlement belge avait voté en mars dernier une grande loi sur le droit pénal lié aux infractions sexuelles. Parmi les principales mesures, l’intégration de la notion de consentement, une définition légale du viol plus large mais surtout la dépénalisation totale de la prostitution. Objectif : faire évoluer le code pénal belge aux problématiques actuelles.

D’après la police belge, il y aurait 26 000 prostituées dans le pays. Or, jusqu’ici celles-ci travaillaient dans un cadre très flou. Et pour cause, leur activité bien qu’illégale était tolérée par les autorités. Dans le même temps, toutes ces femmes n’avaient pas forcément une activité régulière. Ainsi, selon l’Université catholique de Louvain, elles seraient moins de 6 000. Il y a fort à parier que cet éclaircissement législatif va rebattre les cartes. Selon le texte voté par les parlementaires en mars dernier, les prostituées peuvent désormais bénéficier des mêmes droits que tous les travailleurs belges. En outre, elles pourront accéder à l’ensemble de la protection sociale – de la maladie au chômage – au même titre que les salariés « classiques ». 

Dans la loi belge, il est cependant toujours interdit de faire du proxénétisme. D’autant que le but de la loi est de « couper l’herbe sous le pied » de ces individus profitant souvent de personnes fragiles physiquement et psychologiquement. En revanche, un banquier ou un assureur qui travaillerait avec une prostituée ne tombera plus sous le coup de la loi.

La Belgique, un pays en avance ?

À ce jour, Bruxelles est la seule capitale à avoir légalisé la pratique de la prostitution, au sein de l’Union européenne. Si des législations similaires existent dans d’autres pays européens, les conditions étant trop restrictives, les effets ne se sont jamais fait ressentir. En Allemagne, par exemple, pour être reconnue comme « prostituée », il faut un contrat de travail. Ce qui n’est pas toujours le cas.

Par ailleurs, ce n’est pas la première fois que la Belgique s’illustre sur une telle avancée sociétale. En 2002, c’était le deuxième pays au monde à rendre l’euthanasie possible. Un an plus tard, le mariage entre personnes de même sexe était légalisé. A contrario, le pays a durci en 2017 sa législation sur le cannabis. Jusqu’à cette date, les autorités permettaient aux habitants de détenir sans problème jusqu’à trois grammes de cannabis. 

Pour ce qui est de la prostitution, cette réforme était réclamée depuis de nombreuses années par les prostituées elles-mêmes. Leurs arguments : cela mettrait fin aux discriminations et permettrait de lutter efficacement contre la traite d’êtres humains. « L’histoire nous a montré que le seul outil pour lutter contre l’esclavage, ce sont les droits. Et en criminalisant, on crée une zone de non-droit », explique Daan Bauwens, directeur de l’organisation de représentation des travailleuses (et travailleurs) du sexe, à Ouest-France.

Avec Le Point avec AFP

Décès du chanteur belge Arno à l’âge de 72 ans

avril 23, 2022
Le chanteur sur scène, micro à la main, avec de l'éclairage derrière.

Le chanteur Arno en 2003 au Festival des Vieilles charrues en France. Photo: Getty Images/Fred Tanneau

Le chanteur Arno, figure belge de la scène rock, connu pour sa voix cassée mâtinée d’un accent flamand, sa chevelure en bataille et ses excès, est décédé samedi des suites d’un cancer, a annoncé son agent.

L’artiste de 72 ans, parfois comparé à Alain Bashung ou Tom Waits, de la même génération que lui, avait annoncé en février 2020 souffrir d’un cancer du pancréas.

Arno nous a quittés ce 23 avril. Il va nous manquer à tous et à toutes […] mais il sera toujours là grâce à la musique qui l’a fait tenir jusqu’au bout, a écrit son agent belge Filip De Groote dans un communiqué.

Né le 21 mai 1949 à Ostende, ville côtière flamande à laquelle il est resté très attaché et qu’il évoque dans ses chansons, Arno Hintjens avait débuté sa carrière au sein du groupe rock TC Matic dans les années 80, avec notamment la chanson Putain, putain — un titre repris récemment en duo avec un autre Belge, Stromae.Début du widget YouTube. Passer le widget?

https://www.youtube.com/embed/_RhX7mgp_AUFin du widget YouTube. Retour au début du widget?

C’est en solo qu’il s’était ensuite révélé à un plus large public, grâce à des chansons comme Les yeux de ma mère ou sa reprise des Filles du bord de mer d’un autre Belge, Adamo.

Tournée interrompue

L’annonce de sa maladie était intervenue alors qu’il se trouvait en pleine promotion d’un album (Santeboutique, sorti en septembre 2019). Il avait dû interrompre sa tournée pour subir une opération.

La pandémie de coronavirus et l’impossibilité de tenir des concerts ont ensuite reporté plusieurs fois tout au long de 2020 la perspective de remonter sur scène, même s’il a pu enregistrer un nouvel album (Vivre, avec le pianiste français Sofiane Pamart, sorti fin mai 2021).

À l’époque de la sortie de l’album, il avait été empêché de le promouvoir par une nouvelle hospitalisation pour un traitement par chimiothérapie.Début du widget YouTube. Passer le widget?

https://www.youtube.com/embed/tiF-0scv11QFin du widget YouTube. Retour au début du widget?

Il est finalement remonté sur scène en février 2022, programmant une demie douzaine de dates à Bruxelles et à Ostende, sa ville natale, après un premier rendez-vous en petit comité dans les studios de la radio publique flamande le 12 janvier.

Durant ses derniers spectacles, l’artiste, assis devant un micro, visage amaigri, faisait régulièrement allusion devant son public à son état de santé.

Le 21 février, dans son habituel costume noir de scène, il avait été reçu sous les ors du palais royal de Bruxelles pour un entretien avec le roi Philippe, qui avait salué une icône de la scène musicale belge.

Nous ne verrons plus sa silhouette dans le quartier Sainte-Catherine. Putain putain, il nous manque déjà, s’est désolé sur Twitter Philippe Close, le maire de Bruxelles, une ville dont il était citoyen d’honneur.

Avec Radio-Canada par Agence France-Presse

Une voiture fonce sur la foule d’un carnaval en Belgique

mars 20, 2022

Policiers et secouristes sur les lieux où un véhicule a foncé sur la foule. Photo : Getty Images/Kenzo Tribouillard

Une voiture a foncé sur une foule se rassemblant pour participer à un carnaval dimanche matin à Strépy-Bracquegnies dans le sud de la Belgique, tuant au moins six personnes et en blessant 26 autres, ont annoncé les autorités.

L’accident s’est produit vers 5 h (HAE). Une voiture roulant à grande vitesse a foncé sur la foule qui s’était rassemblée pour assister [au carnaval], a indiqué à l’agence de presse Belga Jacques Gobert, le maire de La Louvière, ville située non loin de la frontière française et dont dépend le village de Strépy-Bracquegnies.

Selon un communiqué du bureau du maire, un groupe dit de ramassage (des personnes se regroupant pour aller au carnaval) d’une centaine de personnes venait de quitter la salle omnisport pour remonter vers le centre du village lorsqu’un véhicule a foncé dans la foule.

Dans l’état actuel de l’enquête, on sait qu’un véhicule a foncé dans un groupe de ramassage et qu’on déplore six décès, 26 blessés à des stades divers. On craint pour la vie de 10 d’entre eux, a expliqué Damien Verheyen, substitut du procureur du Roi de Mons, lors d’une conférence de presse à La Louvière.

Des témoins et des proches des victimes ont été regroupés à proximité des lieux de l’incident. Photo : AFP via Getty Images/Kenzo Tribouillard

La voiture était occupée par deux personnes qui ont été interpellées, a-t-il ajouté, précisant qu’elles étaient originaires de La Louvière et nées respectivement en 1988 et 1990. Il a ajouté que la piste terroriste était exclue pour le moment.

Horrible nouvelle depuis Strépy-Bracquegnies, a déploré sur Twitter le premier ministre belge Alexander De Croo. Une communauté qui se rassemblait pour faire la fête a été frappée en plein cœur.

Mes pensées vont aux victimes et leurs proches. Tout mon soutien va aussi aux services d’urgence pour leur aide et l’assistance apportées, a ajouté M. De Croo, qui devait se rendre dans la journée sur place, accompagné du roi Philippe selon le bureau du premier ministre.

En Belgique, villes et villages organisent de nombreux défilés de rues pour le Carnaval, les plus connus à Binche et à Alost.

Comme celui de Binche, le carnaval de Strépy-Bracquegnies accueille des participants costumés, les Gilles, convoqués tôt pour participer au défilé.

Je marchais à côté, a raconté un témoin, Théo, à la télévision publique belge RTBF. Je me suis retourné et j’ai vu une voiture qui fonçait dans la troupe.

« Elle est arrivée très vite et n’a pas freiné. Elle a continué et elle a embarqué un Gille 100 mètres plus loin. Il y avait plein de gens à terre. »— Une citation de  Un témoin

Ce qui était censé être une fête conviviale a tourné au drame. Nous suivons la situation de près, a tweeté la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden. Mes sincères condoléances aux familles et amis des personnes décédées et blessées lors de l’incident survenu ce matin à Strépy.

En Allemagne voisine, le 24 février 2020 à Volkmarsen (Ouest), un homme avait foncé à dessein au volant de son véhicule sur la foule lors d’un défilé du carnaval, faisant quelque 90 blessés, dont des enfants. Il a été condamné en décembre dernier à la réclusion à perpétuité.

L’Allemagne avait été frappée par l’attaque djihadiste la plus meurtrière sur son sol, le 19 décembre 2016, lorsqu’un camion-bélier avait tué 12 personnes et fait des dizaines de blessés sur un marché de Noël de Berlin.

Le pays a connu plusieurs attaques similaires depuis, le plus souvent perpétrées par des déséquilibrés, comme en décembre 2020, quand un Allemand qui souffrirait de psychose a tué cinq personnes, dont un bébé, en fonçant avec sa voiture dans une rue piétonne dans la ville de Trèves (Sud-Ouest de l’Allemagne).

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse

Le Canada et plusieurs pays européens ferment leur espace aérien à la Russie

février 27, 2022

Le Canada, l’Allemagne, la Belgique, la Finlande et le Danemark ferment leur espace aérien aux avions russes. Photo : Reuters/Maxim Shemetov

Le ciel se rétrécit pour la Russie. Le Canada, l’Allemagne, l’Espagne, la Belgique, la Finlande et le Danemark ont annoncé dimanche la fermeture de leur espace aérien aux compagnies russes en représailles à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

En vigueur immédiatement, l’espace aérien canadien est fermé à tous les exploitants d’aéronefs russes, a indiqué à 9 h (HNE) sur Twitter le ministre canadien des Transports, Omar Alghabra. Nous tiendrons la Russie responsable de ses attaques non provoquées contre l’Ukraine.

Cette interdiction vise les avions et les exploitants d’avions russes pour trois mois, mais ne concerne pas d’éventuels vols humanitaires, a précisé le ministère des Transports, qui emboîte le pas à d’autres pays européens, dont la Finlande, qui a une frontière de plus de 1300 kilomètres avec la Russie.

Avec les nombreux pays ayant déjà fermé ou annoncé la fermeture de leur espace aérien comme la Pologne, la République tchèque et la Bulgarie, la Russie se retrouve avec une importante zone de non-survol en Europe, qui l’obligera à effectuer d’importants détours.

L’interdiction d’accès à l’espace aérien canadien ajoute son lot de complications. La principale compagnie aérienne russe, Aeroflot, franchit plusieurs fois par jour le ciel au-dessus du Canada pour ses vols aux États-Unis.

En revanche, Moscou a commencé à interdire le survol de son territoire à plusieurs pays.

Ces mesures viennent s’ajouter aux sanctions entreprises contre Moscou, dont l’exclusion de nombreuses banques russes de la plateforme interbancaire SWIFT.

Ce réseau interbancaire SWIFT a annoncé tard samedi se préparer à mettre en œuvre dans les prochains jours les nouvelles mesures décidées par les puissances occidentales.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters et La Presse canadienne

RDC-Décès inopiné de Bienvenu Sene Mongaba : Richard Ali pleure son mentor

février 3, 2022

Victime d’une crise cardiaque qui l’a emporté l’après-midi du 31 janvier dernier en Belgique, l’écrivain et éditeur, auteur du dictionnaire multilingue en kikongo, kiswahili, lingala, tshiluba, français et anglais, le « Sene Mongaba », connu pour son indéfectible engagement dans la promotion et la défense des langues africaines, était en passe de publier l’Anthologie du prochain Prix Zamenga aux Editions Mabiki.

Richard Ali et feu Bienvenu Sene Mongaba à la présentation du roman Et les portes sont des bouches (DR)

1- Richard Ali et feu Bienvenu Sene Mongaba à la présentation du roman « Et les portes sont des bouches »

La disparition subite de  Bienvenu Sene Mongaba porte un sérieux coup à la chaire « Langues nationales » du département de traduction et interprétariat de l’Université pédagogique nationale de Kinshasa (UPN), dont il était responsable. Mais encore, outre ses proches collaborateurs qui font le relais de sa maison d’édition, les Editions Mabiki à Kinshasa, Ange Manguanda et Edimon, l’écrivain Richard Ali A Mutu est à ce jour le plus affecté des précieux acteurs de l’univers littéraire de Kinshasa par le funeste événement. En effet, dès le lendemain, ce dernier a confié au Courrier de Kinshasa qu’il venait de « perdre quelqu’un de très, très proche ». Et d’affirmer avec grand regret : « Bienvenu est un mentor pour moi, je ne parle pas de lui au passé car il reste mon mentor. Il reste un maître à penser parce qu’il est mon tout premier éditeur et j’avais pris l’option de le garder comme l’unique éditeur de mes publications jusqu’à mon dernier roman, “Et les portes sont des bouches“ ».

Le jeune écrivain et chroniqueur littéraire a du reste informé de l’apport de Bienvenu Sene Mongaba dès ses débuts. «C’est avec lui que j’ai commencé mon aventure littéraire partant de la nouvelle “Le cauchemardesque de Tabu“ qu’il a éditée. Puis, c’est lui qui m’a poussé, m’a mis le pied à l’étrier pour me lancer dans l’aventure de l’écriture en langue congolaise. Ainsi, mon roman en lingala, “Ebamba, Kinshasa makambo“ est né grâce au coaching de Bienvenu. C’est lui qui m’a demandé de le faire et ce roman a été très bien accueilli », a reconnu Richard Ali.

Allusion faite ici au fait que cette œuvre en lingala lui a ouvert les portes du cercle restreint des trente-neuf écrivains subsahariens âgés de moins de 40 ans repris dans l’Anthologie Africa39 préfacée par Wole Sonyinka. Mais aussi au bon accueil dont il a bénéficié dans le milieu littéraire américain. À ce sujet, la Camerounaise Acèle Nadale, du magazine littéraire en ligne Afrolivresque.com, rapporte qu’en sus, ce texte a reçu les éloges intarissables du « magazine Asymptote Journal et de la Bibliothèque publique de Los Angeles ». Le roman de Richard Ali a connu un succès tel qu’il a été traduit en français et en anglais, paru sous le titre Mr Fix-it.

Un aîné, un mentor, un père et un enseignant

Bienvenu Sene Mongaba dans son bureau (DR)

DR 2- Bienvenu Sene Mongaba dans son bureau

Dès lors, il n’est pas étonnant d’entendre Richard Ali déclarer à propos de l’illustre disparu : « Je pleure à la fois un aîné, un mentor, un père et un enseignant. C’est quelqu’un qui m’a beaucoup appris au niveau mental afin de me libérer du colonialisme linguistique. C’est vraiment lui qui a fait ce travail sur moi ».

Par ailleurs, a-t-il ajouté regrettant le départ inopiné de son éditeur  : « Nous avions de longs moments d’échange et de débats car moi, je ne le voyais pas continuer à vivre en Europe. Je le voyais ici et le sentais tout le temps ici. Et, nous avions longuement parlé la veille de sa mort suite à une sollicitation de l’achat de mes droits pour l’édition en anglais de “Et les portes sont des bouches“. Nous avions échangé autour de cette bonne nouvelle et avions constitué un groupe de travail ensemble avec Blaise Ndala du Canada pour en parler. Le jour même, nous avions encore échangé en matinée. Et, à midi, nous avions parlé assez longuement, pendant près d’une heure sur ce dossier ».

Le « Sene Mongaba », seconde du dictionnaire multilingue paru en 2021 aux Editions Mabiki (Adiac)

DR 3 -Le « Sene Mongaba », seconde édition du dictionnaire multilingue paru en 2021 aux Editions Mabiki / Adiac

Lors de cette dernière discussion intervenue à moins de deux heures du triste sort, il était aussi question, a renchéri Richard Ali, « du projet d’édition de la dernière édition de l’Anthologie du Prix Zamenga »« De midi à pratiquement 13 h, je l’avais au téléphone via WhatsApp. Nous avons conclu l’appel avec la promesse qu’il me rappellerait aux environs de 15 h pour m’envoyer certains éléments. J’ai attendu de 15 jusqu’à 16 h, il n’était toujours pas en ligne. Blaise Ndala aussi était dans la même attente… J’ai résolu alors de travailler avec ma cheffe, la déléguée de Wallonie-Bruxelles, Kathryn Brahy, sur l’introduction de l’Anthologie que je devais rapidement envoyer à Bienvenu, il l’attendait impatiemment en sa qualité d’éditeur. Aux alentours de 18 h moins le quart, je rentre à mon bureau pour mettre le texte au propre. Quand les corrections prennent fin, je reçois un appel d’Edimon. Il s’enquiert de ma santé et me demande si je suis au courant de la nouvelle. À ma question de savoir de quoi il parle, il m’annonce : « Ton vieux, le vieux Sene est décédé ! ». Je suis sous le choc depuis hier, jusqu’à ce matin, je ne réalise pas que c’est arrivé ! J’ai du mal à le concevoir, à l’avaler, à réaliser que je n’aurai plus à bénéficier des conseils de Bienvenu », a-t-il conclu des larmes dans la voix.

Avec Adiac-Congo par Nioni Masela

RDC : la cérémonie de restitution des restes de Lumumba reportée à juin

janvier 6, 2022
Patrice Lumumba, ramené à Léopoldville, le 2 décembre 1960. © Rue des Archives

Le 17 janvier, la Belgique devait officiellement rendre aux proches de l’ancien Premier ministre l’une de ses dents, prélevée sur son corps après son assassinat, en 1961. Pour expliquer le report de la cérémonie, la présidence congolaise met en avant les mesures de restriction liées à la pandémie de Covid-19.

La cérémonie de restitution, par la Belgique, d’une « relique » de l’ex-Premier ministre congolais, Patrice Émery Lumumba, a été reportée à juin 2022, a annoncé la présidence congolaise le 5 janvier.

Héros de l’indépendance devenu le premier chef de gouvernement du Congo en juin 1960, Patrice Lumumba avait été renversé quelques mois plus tard lors d’un coup d’État. Il avait été exécuté, le 17 janvier 1961, par des séparatistes de la région du Katanga, avec l’appui de mercenaires de l’ancienne puissance coloniale belge.

La Belgique devait remettre au président Félix Tshisekedi une dent qu’un commissaire de police belge affirme avoir prélevée sur le corps de Lumumba lorsqu’il a contribué à le faire disparaître. Cette restitution devait avoir lieu le 21 juin 2021, mais la cérémonie et les hommages qui devaient l’accompagner avaient été une première fois reportés en raison d’une hausse « exponentielle » des cas de Covid-19. Ils avaient ensuite été fixés au 17 janvier 2022, jour du 61e anniversaire de la mort de Lumumba.

Dissous dans l’acide

« La cérémonie de restitution et de rapatriement des restes de l’ancien Premier ministre, Patrice Lumumba, est reportée à juin prochain, à une date proche des festivités de célébration de l’indépendance de la RDC, le 30 juin », a fait savoir un conseiller du président Tshisekedi. « Plusieurs raisons justifient ce report. La principale porte sur les restrictions qui s’appliquent dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 », a-t-il ajouté, promettant « une communication officielle dans les prochaines heures ».

En 2000, le commissaire de police belge Gérard Soete avait raconté avoir découpé et dissous dans de l’acide les corps de Lumumba et de deux de ses proches, Joseph Okito et Maurice Mpolo, assassinés en même temps que lui. Dans un documentaire diffusé sur la chaîne allemande ARD la même année, il avait précisé avoir conservé des dents de Lumumba et les avait montrées.

En septembre 2020, la justice belge avait répondu favorablement à la demande de la famille de Patrice Lumumba de lui restituer une dent attribuée au leader congolais et saisie chez la fille de Gérard Soete. En 2001, au terme d’une commission d’enquête parlementaire, la Belgique avait reconnu sa « responsabilité morale » dans la mort de Lumumba.

Par Jeune Afrique avec AFP

Bourse en microfinance pour Africains en Belgique 2022

décembre 16, 2021

Cette bourse d’études est destinée aux étudiants étrangers et africains pour étudier en Belgique.

1. Données sur la bourse 

Année de la bourse : 2022

Pays : Belgique

Organisme : plusieurs universités

Niveau d’étude : master

Spécialité de la bourse : microfinance

Montant de la bourse : 1.200€

Date limite pour postuler : 28 janvier 2022

2. Organisme d’accueil 

Nom de la bourse : bourses ARES

Organisme : plusieurs universités

3. Description de la bourse 

L’objectif du programme est de former des professionnels de la microfinance du Nord comme du Sud et de contribuer au renforcement des institutions de microfinance dans le monde, conformément aux plus hauts standards internationaux.

L’EMP offre une approche multidisciplinaire sur les questions de développement dans le secteur de la microfinance. Le programme combine des bases théoriques solides, des connaissances pratiques et un stage sur le terrain. L’admission est délivrée par le comité de gestion du programme européen de microfinance sur une commission d’évaluation des candidats.

4. Condition d’éligibilité

  • Les candidats au programme d’un an doivent déjà être titulaires d’un master – 300 ECTS – (ou d’un diplôme considéré comme équivalent par le jury) dans l’une des disciplines suivantes : coopération au développement, économie, agronomie, gestion ou finance.
  • Les candidats doivent avoir une expérience de terrain dans les pays en développement.
  • La maîtrise de l’anglais est requise.

5. Comment postuler à la bourse 

L’introduction d’une candidature de bourse doit se faire selon les modalités d’introduction et répondre aux critères de recevabilité. Postuler à une bourse de l’ARES est totalement gratuit. L’ARES ne porte aucun frais en compte à quelque étape du processus de candidature ou de sélection que ce soit. Votre dossier de candidature devra être soumis à l’ARES via la plateforme GIRAF.

Lien : https://bourses-etudes-africains.info/bourse-en-microfinance-pour-africains-en-belgique-2022/

Avec Adiac-Congo par Bourses africaines