Posts Tagged ‘Bienvenu Mabilemono’

La conférence internationale sur le Congo aura bien lieu et personne n’y sera exclue

mars 28, 2018

 

Personne, je dis bien personne, ne nous arrêtera et la conférence internationale sur le Congo aura bien lieu.

Je sais tout ce qui se dit contre moi par ces gens-là. Ils me critiquent parce que je travaille en symbiose avec Mon Frère Modeste Boukadia sur la conférence internationale pour le Congo.

Ces gens-là peuvent dire ce qu’ils veulent, moi, je ne suis pas un opportuniste ou un rêveur et encore moins un suiveur moutonnier, incapable d’agir et de réfléchir par moi-même.

Franchement, moi, je n’ai vraiment pas de temps à perdre à répondre aux attaques de ces gens-là. Et d’ailleurs j’ai conseillé à Mon Frère Modeste Boukadia d’adopter la même attitude.

Le véritable problème avec ces gens-là, c’est que ce ne sont pas des visionnaires. Ce sont des rêveurs et de gros opportunistes. Il y a très peu de place à la réflexion et, quand bien même ils essayent de réfléchir, la réflexion est trop lente chez eux si bien que la critique est systématique. Et, lorsqu’ils s’aperçoivent que finalement l’idée qu’ils ont critiquées et combattues parfois avec véhémence a pris corps, eh bien ils n’hésitent pas à se comporter comme des envahisseurs, prêts à tout, et tous les coups sont permis…

Je le répète, moi, je sais qui est qui, aussi bien au sein de la diaspora et l’opposition intérieure et extérieure qu’au sein du camp du pouvoir en place.

Aujourd’hui, tous ces gens-là nous critiquent mais je sais que demain, ces mêmes gens-là, se comporteront comme des envahisseurs. Et, croyez-moi, je sais de quoi je parle.

Lorsque nous avions initié l’aventure J3M, ces gens-là étaient également sceptiques comme ils le sont aujourd’hui avec l’idée de la conférence internationale. Je sais ce que ces gens-là me disaient au sujet de J3M mais au final, lorsque la mayonnaise avait pris, je n’étais pas surpris de voir ces gens-là se comporter comme des envahisseurs…

Nous travaillons d’arrache pied et nous savons où nous en sommes. Une chose est certaine, que ces gens-là montent ou descendent, la conférence internationale aura bien lieu et personne n’y sera exclue.

Je ne doute pas que ces gens-là finiront bientôt par nous rejoindre et qu’ils soient ici rassurés : je le répète, personne ne sera exclue. Denis Sassou Nguesso sait qu’il devra s’y plier. Il n’aura pas de choix…

En tout cas, nous sommes très sereins.

 

Le 28 mars 2018

Avec Congonewsbzv.fr par Bienvenu MABILEMONO

Lumière sur des artisans de la déstabilisation politique au Congo Brazzaville

octobre 26, 2016

 

Ces dernières années la paix, la sécurité et la stabilité politique sont régulièrement mises à l’épreuve en République du Congo. Aujourd’hui, les autorités du pays ont réussi à identifier un réseau des principaux artisans de cette déstabilisation qui opèrent depuis l’étranger, de connivence avec des acteurs politiques locaux, membres de l’opposition.

 

Emeutes sociales
Emeutes sociales

A la tête du réseau mis à nu par le gouvernement congolais se trouveraient un ancien gendarme français dénommé Robert Montoya, et le franco-mauritanien Ibrahima Diawadoh N’Jim, conseiller à Matignon. Les deux hommes agiraient en qualité de « cerveaux » dans diverses opérations à l’origine des troubles sociaux sur le territoire congolais.

Un bon nombre d’autres individus, subalternes au sein de ce réseau, jouent en grande partie des rôles d’exécutants, en menant des agitations et des violences sociales de toutes sortes, ainsi que des campagnes de dénigrement médiatiques sur l’Internet et les réseaux sociaux.

Il s’agit essentiellement des hommes de main tels que : Jean De Dieu Mossigué, Edo Nganga, L.M. Akagnaki, Alain Mabanckou, Albert Mbela, Bienvenu Mabilemono, le Colonel Moussounda, etc.

Il est pathétique de voir ici, des personnalités telles que le sieur Ibrahima Diawadoh, s’ingénier à monter des cabbales destinées à troubler l’ordre public sur le sol africain, en usant de leurs privilèges en Occident, alors qu’elles pourraient servir des causes plus justes.

Ainsi, Ibrahima Diawadoh pourrait très utilement, eu égard à sa position politique en France, œuvrer et plaider auprès des instances étrangères, la cause de ses confrères noirs mauritaniens, marginalisés dans leur propre pays et tenus à l’écart de toutes responsabilités à l’échelon national.

M. Diawadoh pourrait en outre, jouer un rôle tout à fait noble dans la lutte contre la montée des djihadistes dans le Sahel.

SOURCE : https://blogs.mediapart.fr

 

France/Congo: Aux médisants et aigris de la diaspora

août 5, 2016

 

Aux médisants et aigris: Bienvenue Mabilemono, Pascal Malanda, Aimé Césaire Miakassissa et autres

Suite à la conférence de presse tenue le vendredi 29 juillet 2016 à Brazzaville au siège de la CODEHA à Bacongo certains apprentis politiciens ont pris le plaisir de taper sans raison comme de coutume sur Guy Brice Parfait KOLELAS alors que le message de ce dernier a été salué par ceux qui savent ce que c’est que la politique. Oui Parfait kolelas était attendu et il a été entendu par le peuple qui a compris ses positions et sa grandeur d’esprit.

Au cours de cette conférence de presse PAKO a montré aux yeux du monde sa sagesse raffinée et sa parfaite connaissance de la situation politique qui prévaut actuellement dans notre pays. Il a dit ce que les militants qui le soutiennent ainsi que les démocrates congolais voulaient entendre. Mais comme Jésus CHRIST qui n’a jamais fait l’unanimité, comme MOISE, comme GANDHI et bien d’autres personnes qui ont marqué l’histoire de l’humanité, Parfait KOLELAS aussi ne fera jamais l’unanimité et il y aura toujours des gens qui liront et interpréteront toujours à travers les propos qu’il tiendra. Les uns faute d’assimiler et surtout de comprendre la profondeur intellectuelle mais aussi politique et philosophique de ses propos, les autres tout simplement parce qu’ils ont dressé un mur entre eux et Parfait KOLELAS et ils refuseront toujours de comprendre mais surtout d’adhérer aux stratégies pourtant salvatrices de celui qui est en position de débloquer la crise politique que connait notre pays. C’est donc a cette deuxième catégorie de personnes que je réponds ici.

D’abord il y a un certain Bienvenu MABILEMONO qui serait un ancien enfant de troupe(AET) et qui se serait converti en politicien depuis peu. Il a écrit un pamphlet contre Parfait KOLELAS dans le journal Afrique Education contrôlé par l’ancien candidat André OKOMBI SALISSA. Pour ce politicien dont les faits d’armes politiques ne sont connus de personnes si ce n’est écrire de temps en temps des pamphlets sur X et Y, Parfait KOLELAS devrait être écarté de l’opposition parce qu’il aurait trahi. Dire ce genre des choses c’est faire preuve d’une cécité politique sans commune mesure car il oublie que quand on parle réellement de l’opposition au CONGO, on voit tout d’abord Parfait KOLELAS. Il n’y a pas d’opposition digne au CONGO sans parfait KOLELAS. Il est le seul homme politique qui peut faire plier SASSOU parce qu’il contrôle plus de la moitié de la capitale politique. Si demain il faut faire descendre SASSOU le mouvement ne se fera pas à MAKOUA ni à SIBITI mais à Brazzaville et tous ceux qui font de la vraie politique le savent.

Je tiens à signaler à cet ancien AET que c’est au moment où Parfait KOLELAS a rejoint l’opposition que le peuple congolais a commencé à croire à une alternance politique dans notre pays. Bien avant, quand Parfait KOLELAS était au gouvernement, les meeting de l’opposition étaient clairsemés et on pouvait facilement compter le nombre des personnes qui y participaient. Parfait KOLELAS est l’homme politique le plus populaire du pays et peut constituer à lui tout seul une opposition.

Dans le même ordre des égarés politiques qui ne comprennent rien de la politique, il y a un certain Aimé CESAIRE MIAKASSISSA qui a écrit des ragots sur le site MWINDA. org. Ce dernier parle de la faute politique de Parfait KOLELAS parce que ce dernier a demandé la grâce présidentielle pour libérer le général MOKOKO. Je me rappelle d’un échange que j’ai eu avec mon grand frère Patrick Eric Mampouya, soutien du général MOKOKO qui m’avait interpellé inbox pour que je demande à Parfait KOLELAS de réagir sur l’arrestation de MOKOKO. Il connait la réponse que je lui avais donné. Moi même j’avais fais un post dans lequel je soutenais MOKOKO et je demandais sa libération. Mais entre ceux qui soutiennent MOKOKO et qui ne font rien pour lui sortir du trou où il se trouve et Parfait KOLELAS, il y a une grande différence.

Parfait kolelas sait que le problème est politique et non judiciaire. Il connait la réalité politique et comment se passent et s’arrangent certaines affaires dans notre pays, soit nous disons que notre justice est impartiale alors on la laisse juger MOKOKO et on fait respecter le jugement soit on dit que cette justice n’est pas impartiale et on trouve une solution politique pour libérer MOKOKO. Mais on ne peut demander quelque chose et son contraire. Alors je pose la question de savoir qui est réellement le président du CONGO, Aimé Césaire MIAKASSISSA ou SASSOU ? la politique c’est pas une science fiction.

Nous avons une réalité devant nous et pour résoudre la crise politique que connait notre pays, il faut bien composer avec SASSOU. Il faut être un ignorant en politique pour dire qu’en demandant une grâce présidentielle à SASSOU NGUESSO, on reconnait son pouvoir. Président de fait ou pas, on utilise quand même le mot président. Faisons de la politique sans passions.

A Pascal MALANDA qui ne comprend pas l’expression utilisée par Parfait KOLELAS lorsqu’il a évoqué le sens du vent. Le chiffon qu’il a publié sur CONGO liberty montre la haine qu’il a toujours animé envers Parfait KOLELAS. Pour ce politicien sortie de l’École de POUTINE : je suis plus que surpris par ce genre de résonnement qui frise le ridicule. Fixer le cap contre vent et marées, quelle expression, quelle facilité, quelle légèreté politique. non on ne peut pas dire ça. C’est trop bête comme argument pour vous quelque soit les morts, les sacrifices humains, les dégâts.

Parfait KOLELAS devrait donc résister face à Sassou jusqu’à ce que Sassou parte et ce quelque soit le prix humains à payer. Non lorsqu’on est un bon marin, il faut observer le sens du vent avant de s’engager dans l’océan pour ne pas se faire emporter par ce vent. Lorsqu’on est un capitaine du bateau et que l’on est responsable de la vie des milliers des gens, on étudie le sens du vent avant de définir la trajectoire à prendre tout en sachant ou est la destination finale.

Pour Pascal Malanda, PAKO attendait si Sassou devrait lui donner un poste de ministre ou pas. Comment peut on dire ça alors que tout le monde sait que Parfait KOLELAS tout en étant ministre s’est opposé au changement de la constitution et a quitté le gouvernement par la suite. Qui ne sait pas dans notre pays que Parfait KOLELAS a refusé le poste de Premier ministre que lui proposait SASSOU NGUESSO en échange de son soutien au changement de la constitution ? qui ne sait pas PAKO a refusé les milliards que lui proposait Sassou Nguesso  pour qu’il quitte l’opposition et soutienne le changement de la constitution?

Non le seul poste qui vaille pour parfait KOLELAS est celui du Président de la république et nous allons nous battre démocratiquement pour qu’il en soit ainsi.

D’autres pensent par contre que PAKO est en coalition avec SASSOU NGUESSO parce qu’il est libre de ses mouvements alors que les autres sont traqués et emprisonnés. A ceux là je dis tout simplement qu’ils n’ont encore rien compris de la réalité politique de notre pays. A ceux là je pose la question de savoir pourquoi le président SASSOU NGUESSO avait refusé l’atterrissage à l’aéroport international de MAYA MAYA en l’an 2000 de l’avion qui transportait le feu Bernard BAKANA KOLELAS alors que celui ci venait se constituer prisonnier après sa condamnation par contumace?. N’est pas kolelas qui le veut. Les vrais politiciens de tout bord savent pourquoi on ne peut arrêter parfait KOLELAS . Et d’ailleurs pourquoi nombreux qui sont pourtant à l’opposition pensent que l’on devrait aussi arrêter Parfait kolelas?

Non ce n’est pas parce qu’on est traqué et emprisonné que l’on devient un vrai opposant. En RDC Etienne TSHISEKEDI n’a jamais été arrêté par Joseph KABILA et pourtant il est son principal opposant. Au CONGO Parfait KOLELAS est le principal opposant au pouvoir et ça c’est la vérité. Il n’est pas arrêté parce qu’il est tout simplement un poids lourd.

Oui PAKO est à l’opposition mon cher frère Donald Ngouma De Mangoubia à qui je réponds en passant.loin de moi l’idée de te considérer comme un médisant car je connais le combat que tu mènes sur la place de Paris. Je voudrai tout simplement te dire que PAKO est à l’opposition et je dirai même qu’il est l’opposition. La seule différence entre vous et lui c’est que lui il est un acteur politique qui est sur le terrain, qui voit se qui se passe, qui connait les tenant et aboutissant de beaucoup des choses, qui a derrière lui un peuple qu’il doit protéger, guider et orienter. Les positions de Parfait KOLELAS sont celles qui permettront d’aller de l’avant dans le bon sens. C’est bien de dire et crier que SASSOU doit partir, qu’il n’est pas président de la république mais c’est aussi bien d’avoir les moyens de sa politique. Tout parait simple mais la réalité est une autre chose si non sassou serait parti il y a longtemps.

Je ne suis pas de la société civile comme les cadres de ORICE que je respecte en passant, ni un combattant ni un activiste mais je suis un politicien et soutien de Parfait KOLELAS. J’assume mes propos et je suis prêt à répondre à qui que ce soit.

J’ai dis.
HENRI BLAISE NZONZA
Président de l’Association des Amis de Parfait KOLELAS (APAKO)

Congo: Les révélations de Bienvenu Mabilemono contre Denis Sassou Nguesso

mai 12, 2016

Denis Sassou Nguesso n’a jamais été un homme d’honneur. Quand on connaît son parcours, on ne peut pas se permettre de dire que Denis Sassou Nguesso est un homme d’honneur.

Savez-vous pourquoi Marien Ngouabi était resté commandant alors qu’il était le commandant en chef des armées et le Président de la République ? Il nommait d’autres, comme Joachim Yhombi Opangault, au grade de colonel alors qu’il était lui-même commandant.

Marien Ngouabi avait été nommé commandant par le Président Massamba-Débat et parce qu’il était un homme d’honneur, il ne concevait pas qu’un militaire, un vrai, puisse se nommer lui-même à un grade.

Et qu’a fait l’officier de réserve Denis Sassou Nguesso une fois devenu Président de la République ? Eh bien, il s’est auto-proclamé « Général d’armée ». Et Dieu sait que ce n’est pas sans en avoir été vivement déconseillé par certains officiers dignes de ce nom, car le grade, quel qu’il soit, est une question d’honneur pour un militaire.

Mais comme il y a toujours des vils lécheurs de bottes, des hommes du déshonneur comme lui-même, à l’instar de Norbert Dabira, Denis Sassou Nguesso s’est auto-proclamé « Général d’armée » (et en récompense pour son soutien Dabira sera fait lui aussi Général, surtout Sassou était également l’amant de sa sœur). Où est donc le Denis Sassou Nguesso honneur ?

Lorsqu’on est un homme complexé et un tricheur-né comme c’est le cas de Denis Sassou Nguesso, on ne peut pas être un homme d’honneur. Et pour cause, à 75 ans (car en vérité il est né en 1941), il ne se gène pas de bomber le torse face à des petits enfants de 25, 30 ans en conseil des ministres. Où est donc le Denis Sassou Nguesso honneur ?

Pour bien éclairer le monde entier sur le vrai visage de ce piètre personnage, je ferai bientôt une interview très très détaillée sur la face cachée de son parcours et je ferai toute la lumière, y compris sur l’épisode de mars 1977. Il n’est pas exclus que j’écrive même un livre sur ce sujet. Je parlerai des épurations de 1973 organisées par ce piètre militaire afin d’écarter les meilleurs, les vrais, les bons militaires de l’armée (au motif farfelu d’affairisme). Comme chacun peut l’imaginer aisément, ce sont surtout les fils du Pool qui ont payé le lourd tribu (hormis quelques rares officiers du nord comme BILISSOR, les officiers du Pool ont été les plus nombreux à avoir été épurés de l’armée et chacun peut imaginer qui était à la manœuvre)

Je parlerai de la peur bleue qu’avait Sassou d’Apanga (La Masse), un militaire, un vrai, un homme d’honneur, un brave fils de la Cuvette. J’expliquerai comment Sassou l’avait fait tuer par un soi-disant fou. Je parlerai d’OKondza, le seul officier congolais a avoir obtenu la médaille de guerre décernée par la France ; il s’agit là encore d’un digne fils de la Cuvette-Ouest. Je parlerai des raisons (les causes profondes) qui avaient conduit Yhombi, Anga, Sassou et autres à assassiner Ngouabi. Je parlerai de la réunion secrète au cours de laquelle il avait décidé de placer Yhombi à la tête du CMP (ils étaient 3, à savoir Sassou, Yhombi et Ebaka, et s’étaient retrouvés chez Sassou)

J’expliquerai comment Aboya, Engobo et autres avaient failli allumer Sassou pendant les obsèques de Ngouabi, le suspectant de ne pas vouloir respecter cet accord passé avec Yhombi et Ebaka (Yhombi et sa bande avaient très pris le fait que ce soit Sassou et non Yhombi, qui avait reçu le président tchadien Félix Malloum lors des obsèques de Ngouabi) J’expliquerai comment Yhombi a joué de la fibre tribale pour détourner Marie Noélle, qui est devenue son épouse et qui n’était autre que la copine de David Mountsaka

Je parlerai des personnes qui avaient dirigé les pelotons d’exécution du Caporal-Chef Ontsou, du Président Massamba-Débat…, sur ordre de Joachim Yhombi Opangault et Denis Sassou Nguesso.  Je parlerai des vraies raisons de la colère et la démission du Colonel Gaston Eyabo contre Sassou et Yhombi suite à cette exécution précitée de Ontsou alors qu’il devait être attendu sur procès-verbal par la commission dirigée par ce dernier. Je parlerai du rôle de Bonaventure Engobo (un très proche de Diawara) qui a toujours nagé dans des eaux troubles depuis les années 70, passant tour à tour chez Diawara, Ngouabi, Yhombi et Sassou

J’expliquerai le plan B qui était prévu au cas où le 18 mars 1977 l’assassinat de Marien Ngouabi venait à échouer (j’expliquerai pourquoi Yhombi se trouvait dans son village et où il était censé aller se réfugier au cas où ça tournait mal le 18 mars et j’expliquerai les raisons de la présence d’un chauffeur français qui était resté posté devant la paierie de France non loin du fameux hôtel le Mistral)

J’expliquerai comment Henri Lopes alors ministre des finances avait alerté Joachim Yhombi Opangault alors Président de la République sur ses abus et le rôle joué par le capitaine Melengué pour vider le Trésor Public alors que les salaires, les pensions des rétaités et les bourses des étudiants n’étaient plus payés.

J’expliquerai comment Yhombi avait laissé une grosse dette auprès de magasins diplomatiques à Moscou après son passage au poste d’attaché militaire à l’ambassade du Congo à Moscou sous l’ère Massamba-Débat. C’est à cela qu’il (Joachim Yhombi Opangault) doit sa triste réputation de « champagnard ». Et j’expliquerai comment s’y était-il pris pour contourner ses problèmes financiers (à chaque fin du mois il sortait avec un bulletin nul) dus au fait qu’il devait rembourser une partie de cette dette (l’autre partie ayant été remboursée par Ngouabi qui l’avait fait revenir au pays après son arrivée au pouvoir) en mettant un place un système mafieux de prêts pour spolier les militaires avec la complicité de l’intendant payeur général, le capitaine Kindou et l’homme d’affaires Juton.

J’expliquerai comment Joachim Yhombi Opangault avait fait couler le CMRC.

J’expliquerai pourquoi Sassou avait gardé une dent tenace contre Pierre Anga, surtout après le saut maintien (saut para qui avait été organisé par Ngouabi sur instance d’Anga, en 1974, et qui avait mis à nu l’inaptitude de Sassou, lequel se fracassa au sol et amené d’urgence à l’hôpital militaire puis envoyé d’urgence en RDA ex-(Allemagne de l’est) pour y être soigné durant 6 longs mois, laissant l’intérim de la direction du corps à Jacques Yvon Ndolou).

J’expliquerai comment Sassou avait échappé par deux fois aux pièges que lui avait tendus Joachim Yhombi Opangault pour l’évincer du CMP (d’abord lors d’un conseil de ministres tenu à Impfondo où sur les conseils avisés de personnes que je connais bien, Sassou avait refusé de s’y rendre, puis lors d’une réunion du CMP à Brazzaville où il sera cette fois-là sauvé par Louis Sylvain Goma. Ce jour-là, son petit Florent Ntsiba pleurait presque dans la salle. Sasou le gros trouillard qui bombe le torse aujourd’hui en se prenant pour un dur à cuir, s’y rendra last-minute et la peur au ventre accompagné d’Akouala et Mazaombé)

J’expliquerai quel était le plan B en cas d’échec de son coup d’état du 5 février 1979 contre Yhombi.

Bref, je ferai toute la lumière sur le parcours de ce piètre personnage qu’est Denis Sassou Nguesso et qui veut se prendre aujourd’hui pour un dieu.

Par Bienvenu MABILEMONO

Congo: #jesuislePool

avril 25, 2016

Moi Bienvenu MABILEMONO, #jesuislePool et je salue le courage et la force de conviction du Général Blanchard Guy OKOI 

Bienvenu MABILEMONO, #jesuislePool en hommage aux victimes du terrorisme d’Etat du vieux dictateur sanguinaire et corrompu Denis Sassou Nguesso contre le peuple du Pool, en particulier dans les localités de Goma Tsé Tsé, Kinkala, Mayama, Vinza, Nsouélé, Bwambouri et Mindouli.
 
Je tiens à le dire à la face du monde : l’armée terroriste des barbares du clan d’Oyo, avec sa tête le vieux dictateur sanguinaire et corrompu Denis Sassou Nguesso, est en train de vouloir exterminer une partie du peuple congolais, à savoir le peuple du Pool.
Ces bombardements à très grande échelle qui ont cours dans le Pool depuis début avril relèvent d’une opération préméditée et savamment planifiée en vue de l’extermination du peuple du Pool jugé indomptable et surtout trop hostile au vieux dictateur sanguinaire et corrompu Denis Sassou Nguesso.
N’eut été le courage et la force de conviction du Général Blanchard Guy OKOI, qui a pesé de tout son poids pour exiger, contre l’avis du vieux dictateur sanguinaire et corrompu, que toutes les personnes âgées soient préalablement déplacées avant le déclenchement de cette opération, alertant dans le même temps l’ensemble des populations, nous serions aujourd’hui ni plus ni moins face à un véritable génocide d’Etat dans cette région du Pool.
C’est donc le Général Blanchard Guy OKOI, un fils du nord et de surcroît un Mbochi (ethnie au pouvoir), qui, en retardant le déclenchement de cette opération contre la volonté du vieux dictateur sanguinaire et corrompu Denis Sassou Nguesso et des fondamentalistes d’Oyo, a permis d’en réduire les dégâts.
Je salue ici le courage et la force de conviction du Général Blanchard Guy OKOIqui, ce digne fils du nord, qui, par cet acte de d’Amour et de courage, a fait clairement le choix de quitter le poste de Chef d’Etat-Major de l’armée terroriste des frères Mbochi barbares et fondamentalistes du clan d’Oyo.
Voilà donc un fils du nord et de surcroît un Mbochi, qui s’oppose à ses propres frères Mbochi quand des filles et des fils du Pool comme Émilienne Raoul née Matingou, Adélaïde Moungani (ex-Diawara et ex-Moundelé-Ngolo), Théodorine Kolelas, Landry Kolelas, Hellot Matson Mampouya, Général Prosper Nkonta, Isidore Mvouba, Thierry Moungala (de mère Moutsila), Claude Alphonse Silou, Jean Lounana Kouta, Louis Bakabadio, … ferment leur gueule sans broncher.
Bienvenu MABILEMONO 

Congo: Bienvenu Mabilemono fait des révélations sur Sassou Nguesso

mars 18, 2015

Témoin ou héritier de l’histoire, Bienvenu Mabilemono dresse le portrait politique de Sassou Nguesso

Par Brazzanews.net