Posts Tagged ‘Bilan’

Congo/IDC-FROCAD Pointe-Noire: Bilan des évènements des 20 et 21 octobre 2015

novembre 8, 2015
Cliquez à l'intérieur pour agrandir!

Cliquez à l’intérieur pour agrandir!

Cliquez à l'intérieur pour agrandir!

Cliquez à l’intérieur pour agrandir!

Cliquez à l'intérieur pour agrandir!

Cliquez à l’intérieur pour agrandir!

Congo: Reportage sur le Référendum sur l’ensemble du territoire à 12h00

octobre 25, 2015
Bilan à mi parcours du référendum anticonstitutionnel : Politiquement mort, techniquement mort, illégalement consacré, illégitimement consacré.
Premier constat, c’est un état de siège qui ne dit pas son nom. D’Impfondo à Ouesso en passant par Owando, Gamboma, Djambala dans la partie Nord, de Brazzaville à Pointe Noire en passant par Dolisie des militaires armés et autres supplétifs sont positionnés devant les rares  »bureaux de votes ». Quelques rares personées âgées se sont déplacées.
Talangai : Ecoles de la liberté, Neto et Gamakosso, faute de votants, des recrutements se font moyennant 3.000 à 5.000 CFA pour faire voter des mineurs et quelques badauds sans cartes d’électeurs, ni noms sur la liste.
Epena dans la Likouala : l’école dénommée Yeginta, le superviseur faute de votants passe son temps à prendre sa bière dans les parcelles de quelques parents.
Owando: Faute de votants en a mobilisé les femmes de l’association sans isoloirs  »Egondza » qui se retrouvent dans un hôtel de la place moyennant 5.000 CFA.
En définitif, le mot d’ordre de  »rester chez soi  » est un succès absolu.
Bref quelques illustrations de la réussite de la  »Désobéissance citoyenne et pacifique dans la partie Nord.
Brazzaville sud est morte. Pas de votants, succès à 99%. (Des détails seront donnés par des amis qui y sont, sinon dans les heures qui suivent)
La partie Sud du Congo, la Bouendza le vote n’a presque pas eu lieu. Idem dans la Lekoumou. 90% du Niari idem. Le Kouilou, principalement à Pointe Noire, nos partisans sont restés chez eux, consigne respectée à 90%.
Premiers enseignements:
– Selon des sources proches du pouvoir, en dépit de l’enrôlement des  »votants », des intimidations dans les villages, le taux véritable sera de 5%.
– Le peuple vient de dire NON. Ce référendum organisé dans un état de siège de fait est nul et de nul effet. Il était déjà illégal, il vient de démontrer son caractère illégitime, en conséquence dès la  »proclamation  », le pouvoir devient illégitime, parce que, tant sur le plan national que international il ne sera pas reconnu.
– Une légitimité populaire vient de naitre, celle des  »Forces Politiques et Sociales Opposées au changement de la Constitution » sous l’instigation de IDC-FROCAD ainsi que tous les acteurs de la société civile.
– En cette mi journée, nous saluons la bravoure et le patriotisme du peuple congolais ainsi que la Diaspora qui dans une mobilisation sans précédent est entrain d’écrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays, en faisant échec au  »référendum familial ».
Une pensée pour les Ministres Guy Parfait Kolelas, André Okombi Salissa, Pascal Tsaty Mabiala, Michel Mampouya, Maitre Bouboutou, Madame Munari, Blanchard Oba, Marion Madzimba, Jean Gouabi, Paul Marie Mpouele, Mabio Mavoungou, Guy Romain Kifouissa, Mierassa et tant d’autres sous la menace des projets les plus machiavéliques.
Une pensée pour nos frère et soeurs, tombés et blessé depuis Pointe Noire et Brazzaville.
 »Ils ont des armes, nous l’amour de notre patrie ». Que Dieu bénisse le Congo.
Par Guy Mafimba

Le dalaï lama fête ses 80 ans dans son fief du nord de l’Inde

juin 21, 2015

Le dalaï lama fête dimanche ses 80 ans. Des prières sont organisées pour lui souhaiter longue vie à Dharamsala, capitale des Tibétains en exil dans le nord de l’Inde. Mais le bilan de sa lutte pour l’indépendance du Tibet est maigre.

Le chef spirituel des Tibétains en exil est né un 6 juillet, mais son anniversaire officiel, basé sur le calendrier lunaire tibétain, tombe ce dimanche. Il a participé aux célébrations à Dharamsala, où vivent des milliers de réfugiés tibétains.

Le prix Nobel de la paix s’est adressé à ses compagnons d’exil et quelques personnalités indiennes dans cette ville du nord de l’Inde. Il y vit depuis sa fuite du Tibet en 1959, après un soulèvement avorté contre le régime chinois.

« C’est un grand rassemblement qui a lieu ici avec 8000 personnes et des dignitaires du monde entier qui sont venus participer à cette journée de célébration », a déclaré à l’AFP Tsering Wangchuk, porte-parole du gouvernement en exil.

Il a précisé que le dalaï lama avait évoqué dans son discours la question de la responsabilité universelle et de la compassion. Après son discours, le dalaï lama a déjeuné avec le public, qui a pu suivre un spectacle de danses traditionnelles ainsi qu’une prière spéciale pour le chef spirituel bouddhiste.

La question de la succession
Au-delà des prières organisées dimanche, cet anniversaire soulève la question de son bilan. Le Parti communiste chinois et ses émissaires ont tenu pas moins de neuf cycles de discussions entre 2002 et 2010 avec le gouvernement tibétain en exil, sans aucun résultat notable.

Se pose également la question de l’avenir du mouvement pro-tibétain, après la disparition de cette figure unificatrice. « Que se passera-t-il après sa mort’ Les Tibétains de l’intérieur et de l’extérieur de la Chine chercheront-ils à lui trouver un successeur? Ce sont les deux grandes questions », selon Jayadeva Ranade, spécialiste de la Chine basé à New Delhi.

Officiellement en retrait de l’action politique depuis 2011, le dalaï lama appelle aujourd’hui à davantage d’autonomie pour le Tibet plutôt qu’à une indépendance formelle. Pékin, dont il reste la bête noire, l’accuse néanmoins toujours de lutter pour l’indépendance du Tibet.

Vivre jusqu’à 113 ans’
Le dalaï lama est « un exemple puissant de ce que la compassion signifie, il est une source d’inspiration qui nous encourage à parler en faveur de la liberté et de la dignité de tous les êtres humains », avait déclaré Barack Obama en le recevant à la Maison Blanche en février dernier.

Le dalaï lama a quant à lui dit à plusieurs reprises qu’il pourrait ne plus y avoir de dalaï lama après lui, envisageant de ne pas se réincarner. L’an dernier, il a néanmoins assuré dans une interview à un journal allemand qu’il se verrait bien vivre jusqu’à 113 ans, repoussant la question de sa succession.

Romandie.com

Népal: Violentes répliques, le bilan continue de s’alourdir

avril 26, 2015

De violentes répliques ont secoué dimanche le Népal et sa capitale Katmandou, déjà très durement éprouvés, au lendemain du séisme dévastateur qui a fait plus de 2400 morts. La communauté internationale accélère pour sa part son assistance au pays himalayen.

La réplique la plus forte a atteint la magnitude 6,7 dans une zone située au nord-ouest de Katmandou, non loin de la frontière chinoise, selon l’Institut américain de géophysique (USGS).

Selon le centre national des opérations d’urgence népalais, le tremblement de terre de magnitude 7,8 a fait 2430 morts et plus de 6000 blessés au Népal même, le plus meurtrier depuis 80 ans, selon un bilan encore provisoire dimanche soir.

En Inde, les autorités ont fait état de 67 morts, en majorité dans l’Etat oriental du Bihar. Dix-huit personnes ont trouvé la mort au Tibet, selon la presse officielle chinoise. Le tremblement de terre a aussi touché le Bangladesh.

Effondrement d’une tour
« Nous avons dépêché des hélicoptères dans les zones reculées. Nous fouillons les décombres des immeubles effondrés pour voir s’il y a des survivants », a déclaré le porte-parole de la police nationale, Kamal Singh Bam.

A Katmandou, des centaines d’immeubles ont été rasés et une partie de la ville est privée d’électricité. Le choc a provoqué l’effondrement de la tour historique de Dharhara, l’une des attractions touristiques majeures de la capitale, où environ 150 personnes devaient se trouver au moment du séisme, selon la police.

Une trentaine de corps ont été extraits des ruines ainsi qu’une vingtaine de blessés, a dit un responsable de la police locale, Bishwa Raj Pokharel.

Mobilisation internationale
Les Etats-Unis ont annoncé l’envoi d’une équipe de secouristes et promis le déblocage immédiat d’une aide d’un million de dollars pour « répondre aux besoins urgents ». L’Inde a de son côté envoyé des avions militaires avec du matériel médical et des équipes de sauveteurs à bord.

Deux avions russes transportant des sauveteurs devaient quitter la Russie dimanche, selon le ministère des Situations d’urgence. Des experts de l’Union européenne sont en train de se rendre dans les zones affectées.

Berlin, Londres, Paris et Madrid ont aussi promis leur aide, la Norvège annonçant pour sa part le déblocage de 3,5 millions d’euros (environ 3,4 millions de francs suisses). Enfin, six membres du Corps suisse d’aide humanitaire se sont envolés dimanche matin pour le Népal.

Le FMI s’est dit prêt à envoyer une équipe au Népal « dans les plus brefs délais afin d’aider le gouvernement à évaluer la situation macroéconomique et à déterminer les besoins financiers », en coordination avec la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement (BAD) notamment.

Inquiétude de la Croix-Rouge
Les hôpitaux de ce pays de 28 millions d’habitants ont été rapidement saturés. Par ailleurs, les répliques sismiques ont conduit les responsables des structures de soins à ordonner des évacuations de patients, regroupés dans des tentes dressées à l’extérieur.

La Croix-Rouge s’inquiète du sort des villageois des zones rurales isolées proches de la zone de l’épicentre.

Romandie.com

Glissement de terrain aux Etats-Unis: le bilan s’alourdit à 14 morts

mars 24, 2014

ARLINGTON (Etats-Unis) – Le bilan du gigantesque glissement de terrain qui a dévasté ce week-end un village de l’Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis, s’est alourdi à 14 morts, après la découverte de six nouveaux corps, a annoncé lundi le bureau du shérif.

Le nombre de personnes portées disparues est toujours de 108 personnes, a précisé le shérif Ty Trenary dans un communiqué.

Les équipes de secours et de recherches ont localisé six nouveaux corps, portant le nombre total de personnes décédées à 14, écrit le shérif sur le site internet du comté de Snohomish. Le nombre de personnes disparues reste inchangé, tant que les corps n’auront pas été identifiés.

Un précédent bilan faisait état de 8 morts et 108 personnes portées disparues.

Samedi, un pan entier d’une colline surplombant la communauté rurale d’Oso, au nord-est de Seattle, s’est effondré sur une rivière voisine, entraînant une coulée de boue dévastatrice.

Romandie.com avec(©AFP / 25 mars 2014 01h16)

Niger : au moins 23 morts dans les attentats d’Arlit et d’Agadez

mai 23, 2013
Patrouille de soldats nigériens le 27 septembre 2010 entre Agadez et Arlit. Patrouille de soldats nigériens le 27 septembre 2010 entre Agadez et Arlit. © AFP

Selon un premier bilan officiel, 23 personnes – 18 militaires, quatre kamikazes et un civil – ont été tuées dans une attaque à la voiture piégée contre une caserne militaire à Agadez, jeudi 23 mai au petit matin. Un cinquième assaillant retient en otages de jeunes élèves officiers dans un local.

Publié à 9h36, mis à jour à 14h51.

C’est un coup dur pour l’armée nigérienne engagée au Mali voisin. Jeudi matin, vers 5h30 du matin, un 4×4 bourré d’explosifs a sauté devant une caserne militaire d’Agadez, dans le nord du Niger. D’après un premier bilan officiel, 18 militaires nigériens, un civil et quatre kamikazes ont été tués lors de cette attaque. La caserne abritait de jeunes militaires en formation, légèrement équipés, ce qui explique ce très lourd bilan côté nigérien. Selon les autorités, un cinquième kamikaze retient des élèves officiers en otages dans un local.

D’après une source proche du Premier ministre, des éléments de l’armée française sont arrivés sur place. Contacté par Jeune Afrique, le ministère français de la Défense a refusé de confirmer l’information, sans toutefois la démentir.

Le ministre nigérien de la Défense Mahamadou Karidjo est également arrivé à Agadez. Il a affirmé que les jihadistes étaient des « peaux rouges », terme utilisé pour désigner des membres des communautés touarègue ou arabe. De son côté, une source gouvenrnementale affirme que les auteurs de l’attaque étaient venus de Libye.

Attentat-suicide contre un site d’Areva

Pratiquement en même temps que l’attaque d’Agadez, aux environs de 5h30 du matin, un autre 4×4 piégé a explosé à Arlit, sur le site de la mine de la Somaïr (Société des mines de l’Aïr), exploitée par le groupe français Areva. D’après un communiqué de la compagnie française, « 13 collaborateurs ont été blessés » et « pris en charge par les services de secours locaux ». Selon un employé de la société, le kamikaze serait mort dans l’explosion. « Un homme en treillis militaire conduisant un véhicule 4×4 bourré d’explosifs s’est confondu aux travailleurs de la Somaïr. Il a pu faire exploser sa charge devant la centrale électrique de l’usine de traitement d’uranium », a également affirmé cet employé.

Les forces de sécurité nigériennes ont renforcé les dispositifs de sécurité sur les sites d’Areva. L’armée est par ailleurs en train de ratisser la zone.

Cette double attaque terroriste sanglante a été revendiquée à la mi-journée par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), un des groupes islamistes armés qui contrôlait le Nord-Mali avant l’intervention militaire franco-africaine. « Grâce à Allah, nous avons effectué deux opérations contre les ennemis de l’islam au Niger », a déclaré à l’AFP Abu Walid Sahraoui, porte-parole du Mujao. « Nous avons attaqué la France et le Niger pour sa coopération avec la France dans la guerre contre la charia », a-t-il ajouté, tout en menacant d’autres actions contre la France et ses alliés africains.

Le Mujao, composé en grande partie d’Africains subsahariens (contrairement à ses alliés d’Aqmi ou d’Ansar Eddine), a revendiqué plusieurs attentats-suicides ces derniers mois, dont plusieurs à Gao, la plus grande ville du nord malien.

Jeuneafrique.com par  Benjamin Roger

« Tentative de déstabilisation » au Tchad : plusieurs morts et une quinzaine de blessés

mai 2, 2013
Idriss Déby Itno est au pouvoir depuis 1990. Idriss Déby Itno est au pouvoir depuis 1990. © AFP

Selon une source policière citée par l’AFP, la « tentative de déstabilisation » que le régime tchadien assure avoir déjoué, mercredi 1er mai, a fait « plusieurs morts et une quinzaine de blessés ».

« Une fusillade qui a fait plusieurs morts et une quinzaine de blessés a éclaté entre les conspirateurs et les forces de l’ordre venues les arrêter mercredi près d’une église du quartier d’Atrone, dans la banlieue est de N’Djamena », a expliqué une source policière à l’AFP ce jeudi. Aucun bilan officiel n’était cependant encore disponible, certaines sources faisant état de six morts, d’autres de huit, dont trois membres des forces de sécurité.

La veille au soir, un communiqué du gouvernement tchadien affirmait qu’une tentative de coup d’État avait eu lieu durant la journée. « Ce jour 1er mai, un groupuscule d’individus mal intentionnés a cherché à mener une action de déstabilisation contre les institutions de la république », indiquait le texte, affirmant que les membres du « groupuscule (…) conspiraient depuis plus de quatre mois pour remettre en cause la paix chèrement acquise ».

« Les forces de défense (…) ont fini par les neutraliser et les mettre totalement hors d’état de nuire », poursuivait le communiqué, soulignant que « les principaux auteurs arrêtés ont été confiés au Procureur de la république pour les besoins de l’enquête ».

Jeuneafrique.com avce AFP

Algérie: fin de l’opération de l’armée sur le site gazier

janvier 17, 2013

Algérie: fin de l'opération de l'armée sur le site gazier Algérie: fin de l’opération de l’armée sur le site gazier © AFP

L’assaut mené par les forces spéciales de l’armée algérienne pour libérer les otages d’un groupe islamiste depuis mercredi sur un site gazier du centre-est de l’Algérie, a pris fin jeudi soir, selon la préfecture régionale citée par l’agence nationale APS.

Aucun bilan sur cette opération n’a été donné de source officielle.

Des centaines de travailleurs algériens et une quarantaine d’étrangers avaient été pris en otages mercredi par un groupe lié à Al-Qaïda sur le site d’In Aménas, dans le centre-est de l’Algérie.

Le ministre de la Communication Mohamed Saïd avait annoncé deux heures plus tôt (vers 18H00 GMT) que plusieurs personnes avaient été tuées lors de l’opération et de nombreux otages libérés.

Selon le ministre, cette attaque est l’oeuvre d’une « multinationale terroriste qui vise à impliquer » l’Algérie dans le conflit malien, « déstabiliser » l’Etat algérien, et « détruire son économie » qui tire son financement des recettes des hydrocarbures.

Le groupe ayant revendiqué la prise d’otage a indiqué notamment dans un communiqué qu’il agissait en représailles à l’intervention contre les islamistes armés au Mali par l’armée française, dont les avions ont été autorisés par l’Algérie à survoler son territoire.

Le ministre a également indiqué que le gouvernement algérien était en « contact permanent » avec les pays dont des ressortissants étaient entre les mains des ravisseurs, pour les « tenir informés » de l’évolution de la situation.

Plusieurs grandes puissances, dont des ressortissants se trouvaient sur le site, ont critiqué l’opération de l’armée algérienne ou exprimé leur vive inquiétude.

Jeuneafrique.com avec AFP

Embuscade au Kenya: 26 policiers tués

novembre 11, 2012
26 policiers ont été tués hier dans une embuscade dans le nord du Kenya alors qu’ils poursuivaient des voleurs de bétail, selon un nouveau bilan. Le précédent bilan était de 11 policiers tués dans la fusillade, mais « de nouveaux corps ont été retrouvés et le total (des tués) est désormais de 29 », dont 26 policiers et trois de leurs agresseurs, a indiqué à l’AFP une source policière sous couvert d’anonymat.

« Sur les 18 corps retrouvés ce (dimanche) après-midi, 15 sont ceux de policiers », a ajouté cette source policière. Le caractère reculé de la région où s’est déroulée la fusillade, sur le territoire de la localité de Baragoi, dans le nord aride du pays, explique que 18 corps, sur un total de 29 tués, n’aient été retrouvés que 24 heures après les faits, selon cette source.

Dans cette région quasiment sans infrastructure, peuplée en majorité d’éleveurs nomades, les vols de bétail et règlements de compte entre communautés nomades rivales font chaque année des dizaines de morts, mais c’est la première fois que des policiers en nombre aussi important sont victimes de ces violences. En l’occurrence, les policiers avaient été envoyés à la poursuite de voleurs de bétail présumés, après l’échéance d’un ultimatum donné pour qu’ils restituent des bêtes.

Lefigaro.fr avec AFP

Le numérique ne passera pas par Milan Kundera

juillet 20, 2012
 Devant les mécènes de la Bibliothèque nationale, en juin dernier, Milan Kundera a expliqué pourquoi il s’opposait à la numérisation de ses oeuvres.

Milan Kundera restera fidèle au papier, envers et contre tous. « Il me semble que le temps qui, impitoyablement, poursuit sa marche, commence à mettre les livres en danger », a expliqué l’auteur de La Plaisanterie lors de la remise du prix de la BnF 2012 pour l’ensemble de son oeuvre, le 11 juin. C’est son ami Alain Finkielkraut qui a récemment lu, au micro de France Culture, des extraits de son discours prononcé en petit comité: « C’est à cause de cette angoisse que, depuis plusieurs années déjà, j’ajoute à tous mes contrats, partout, une clause stipulant que mes romans ne peuvent être publiés que sous la forme traditionnelle du livre. Pour qu’on les lise uniquement sur papier, non sur un écran ». Selon Pierre Assouline dans son blog La République des livres, le discours de Kundera « vaut par son côté pathétique, dans l’acception la plus noble du terme, et crépusculaire ». 

Un discours qui ressemble trait pour trait à celui de Frédéric Beigbeder. Invité sur Europe 1 en septembre 2011, il promettait sa « main dans la gueule » à qui se procurerait un fichier numérique de son dernier ouvrage, Premier bilan avant l’apocalypse. « Si le livre numérique réussit, ça signifie la fermeture des librairies, des bibliothèques, la disparition de beaucoup de métiers comme celui d’éditeur, la signature d’autographes, plein de choses très agréables », avait-il expliqué lors d’une rencontre avec François Bon pour LEXPRESS.fr. Et de conclure : « Il faut se battre pour retarder le moment de la disparition du livre ». 

Par LEXPRESS.fr