Posts Tagged ‘Bill de Blasio’

La stratégie du confinement à New York et au Danemark

mars 23, 2020

Le maire de New York appelle à un confinement national

Le maire de New York, épicentre de l’épidémie de coronavirus aux États-Unis, a appelé lundi à généraliser à l’ensemble du pays les mesures de confinement coercitives adoptées dans les États les plus touchés, et réclamé à nouveau une aide d’urgence du gouvernement fédéral.

«Il faut que ces mesures de confinement (fermant les activités non essentielles et obligeant les gens à rester chez eux, ndlr), qu’ont prises New York et la Californie, soient partout», a déclaré le maire Bill de Blasio sur CNN.

«Ce ne sera pas pour toujours, mais on a deux-trois mois difficiles devant nous», a-t-il ajouté, alors que des millions d’Américain vivent désormais sous régime de confinement plus ou moins coercitif, mais que Donald Trump a refusé d’imposer une telle mesure à l’ensemble des États-Unis.

Le Danemark prolonge le confinement jusqu’au 13 avril

Le Danemark a annoncé lundi la prolongation jusqu’au 13 avril des mesures de confinement imposées le 11 mars dernier sur le tout le territoire afin de lutter contre la diffusion du coronavirus.

Tous les restaurants, cafés, salles de sport, universités et écoles du pays sont fermés, les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits

Par Le Figaro avec AFP

États-Unis: New York maintient le marathon prévu dimanche après l’attentat (maire)

novembre 1, 2017

New York – Le maire de New York a annoncé mercredi que le marathon prévu dimanche dans la ville endeuillée par son premier attentat meurtrier depuis le 11 septembre 2001 est maintenu et que la sécurité y sera renforcée.

« Nous allons de l’avant et attendons avec impatience le marathon de dimanche. Il se déroulera comme prévu. (…) Il sera protégé, comme il l’est toujours, et nous allons prendre des mesures de sécurité supplémentaires », a déclaré Bill de Blasio lors d’une conférence de presse des autorités new-yorkaises au lendemain de l’attentat qui a fait 8 morts et une dizaine de blessés.

Plus de 50.000 coureurs doivent participer à cette course, l’un des marathons les plus prestigieux, qui attire des participants venus des quatre coins des États-Unis et du monde entier.

Sayfullo Saipov, un Ouzbek de 29 ans, a foncé mardi au volant d’une camionnette-bélier sur des cyclistes et des piétons dans un quartier huppé et touristique de New York. Il est, selon les autorités, lié au groupe État islamique et s’est radicalisé aux États-Unis.

(©AFP / 01 novembre 2017 16h37)                                            

États-Unis: le maire de New York veut enlever une plaque honorant Pétain

août 17, 2017

Une plaque en granit posée en 1931 en hommage au maréchal Pétain, le 17 août 2017 à New York / © AFP / CATHERINE TRIOMPHE

En pleine polémique sur le déboulonnage de statues confédérées devenues symboles de racisme, le maire de New York Bill de Blasio a décidé de se débarrasser d’un hommage méconnu au maréchal Pétain situé au cœur du quartier financier.

Aucune date pour l’enlèvement de cette plaque en granit, posée en 1931 en l’honneur de celui qui était alors le vainqueur de la bataille de Verdun, n’a pas encore été fixée.

Mais le maire démocrate Bill de Blasio a annoncé que, dans le cadre d’un réexamen annoncé mercredi des symboles de la ville qui pourraient évoquer le racisme ou la haine, les jours de cette plaque situé dans une section de Broadway connue sous le nom de « Canyon des héros » étaient comptés.

« La plaque commémorative pour le collaborateur nazi Philippe Pétain du Canyon des héros sera une des premières à être enlevée », a-t-il tweeté.

La plaque en granit, qui fait partie de plusieurs centaines de plaques commémoratives gravées dans cette section de la pointe sud de Manhattan, est datée d’octobre 1931: soit avant le début de la Seconde guerre mondiale qui devait faire du maréchal Pétain, héros de la Première guerre mondiale, le symbole de la collaboration des autorités françaises avec l’occupant nazi.

Ces plaques rendent hommage aux invités d’honneur des défilés traditionnellement organisés dans cette partie de Manhattan pour rendre hommage aux héros du moment, défilés caractérisés par la pluie de confettis déversée sur la foule.

Les personnalités honorées dans ce « canyon » sont extrêmement hétérogènes: de Nelson Mandela aux « femmes des forces armées », en passant par Althea Gibson, championne de Wimbledon ou le pape Jean-Paul II.

Le dernier défilé organisé dans le « canyon des héros » remonte à juillet 2015, qui célébrait l’équipe américaine féminine de football devenue championne du monde.

Depuis les violences de Charlottesville le weekend dernier, lors d’un rassemblement de suprémacistes blancs qui ont attaqué des contre-manifestants, entraînant la mort d’une femme de 32 ans, la polémique sur l’enlèvement des monuments en hommage aux responsables sudistes, particulièrement nombreux dans le sud des Etats-Unis, ne cesse d’enfler.

Plusieurs villes, dont Baltimore, en ont enlevés plusieurs cette semaine. New York, comme la plupart des villes du nord du pays, n’en compte que très peu et l’examen demandé par le maire risque d’avoir raison des derniers.

Deux bustes des généraux Robert Lee et Stonewall Jackson situé sur le campus de l’université publique du Bronx doivent être déboulonnées dans les prochains jours, et deux plaques honorant le général Lee dans une église de Brooklyn ont été dévissées mercredi.
Romandie.com avec(©AFP / 17 août 2017 19h26)                

Le maire de New York apostrophé par des recrues de la police

décembre 29, 2014

Les tensions restaient perceptibles lundi entre la police et Bill de Blasio, le maire de New York. Ce dernier a été sifflé lors d’une cérémonie de prestation de serment, alors que les obsèques du deuxième policier récemment assassiné sont prévues le week-end prochain.

« Vous allez rencontrer toutes sortes de problèmes, des problèmes que vous n’avez pas créés », a déclaré le maire lundi. Il s’est exprimé devant les 900 cadets, dont une douzaine lui tournaient à nouveau le dos. « C’est vous qui les avez créés ! », lui a rétorqué l’un d’eux. Une intervention applaudie par une partie de l’assistance.

Et en dépit de l’éloge qu’il a rendu à « la meilleure police du monde », saluant le « choix héroïque » et la « force intérieure » des nouvelles recrues, les applaudissements ont été maigres et au mieux polis. Ils ont été beaucoup moins chaleureux que ceux destinés au chef de la police Bill Bratton qui a ensuite pris la parole.

Comme il l’avait fait récemment, M. Bratton a continué à défendre Bill de Blasio. Il a salué sa « passion » pour sa police, en des temps « très difficiles ».

L’entourage de M. de Blasio a tenu à souligner que ce n’était pas la première fois qu’un maire était sifflé dans ce genre de cérémonie. Et comme il le fait depuis une semaine, M. de Blasio n’a répondu à aucune question de la presse.

Veillée de prière
Les obsèques du deuxième policier assassiné par un déséquilibré noir affirmant voulant venger la mort de deux Noirs tués cet été par la police, auront lieu ce week-end. Son enterrement est prévu dimanche, au lendemain d’une veillée de prière.

Le meurtre des deux policiers est survenu après des semaines de manifestations contre les violences policières et de tensions raciales. Cet acte a choqué les New-Yorkais et fait éclater au grand jour les tensions entre la police et M. de Blasio. Ainsi, lors des obsèques du premier policier, plusieurs milliers de ses collègues avaient déjà tourné le dos au maire de New York.

Trop « bienveillant »
M. de Blasio a été accusé par certains policiers de ne pas assez les soutenir et d’être trop bienveillant envers les manifestants qui ont protesté à répétition à New York après la mort d’Eric Garner à New York et Mike Brown à Ferguson.

L’ancien maire républicain de New York, Rudolf Giuliani a estimé dimanche que M. de Blasio devait purement et simplement « présenter des excuses à la police de New York ».

Romandie.com

Des siècles de racisme aux Etats-Unis, selon le maire de New York

décembre 7, 2014

Washington – Le maire démocrate de New York a estimé dimanche que les bavures policières récentes aux États-Unis prenaient leurs racines dans des siècles de racisme dans le pays.

Le problème est systémique et nous devons parler franchement des dynamiques raciales de notre histoire, a dit Bill de Blasio sur la chaîne ABC. Notre police nous protège, et pourtant nous constatons des problèmes depuis des décennies, il y a une histoire de siècles de racisme qui expliquent cette réalité.

On peut dépasser cela, et à New York, une nouvelle formation pour l’ensemble des policiers va faire la différence, a-t-il souligné.

Le maire de New York, qui est blanc et dont l’épouse et les enfants sont noirs, a été critiqué par un syndicat de policiers de New York après avoir expliqué qu’il avait éduqué son fils, Dante, en l’avertissant des dangers potentiels en cas d’interaction avec la police.

C’est différent avec un enfant blanc, c’est la réalité de ce pays, a justifié dimanche Bill de Blasio.

Avec Dante, mon fils, très tôt nous lui avons dit: +écoute, si un policier t’interpelle, fais tout ce qu’il te demande, ne fais pas de gestes brusques, n’essaie pas de prendre ton portable+. Car nous savions, hélas, que ces gestes ont plus de risques d’être mal interprétés pour un jeune homme de couleur, a insisté le maire.

On ne peut pas ignorer le fait qu’il y a un problème, après les incidents du Missouri, de Cleveland dans l’Ohio, et à New York en l’espace de quelques semaines, a martelé Bill de Blasio.

Des manifestations ont lieu depuis mercredi à New York et dans plusieurs grandes villes américaines en réaction au non-lieu accordé à un policier blanc qui avait interpellé un homme noir à Staten Island, à New York, en le serrant au cou, ce qui a conduit à sa mort par asphyxie. La scène, en juillet, a été entièrement filmée.

La décision de ne pas poursuivre le policier a surpris une grande partie de la classe politique, démocrates comme républicains.

La décision est difficile à comprendre, a estimé dimanche l’ancien président républicain George W. Bush, qui a qualifié la vidéo de l’altercation de très troublante.

Nous avons beaucoup progressé sur les questions raciales, mais ces incidents montrent qu’il faut en faire plus, a ajouté George W. Bush, sur la chaîne CNN.

D’autres affaires à New York, Ferguson (Missouri), et Cleveland (Ohio) ont relancé le débat sur le racisme dans la police et l’équité du système judiciaire.

Romandie.com avec(©AFP / 07 décembre 2014 16h38)

Bill de Blasio, élu maire de New York

novembre 6, 2013

NEW YORK – Le démocrate Bill de Blasio a été élu facilement mardi maire de New York, pour remplacer le milliardaire Michael Bloomberg.

Bill de Blasio, un Italo-américain de 52 ans marié à une Afro-américaine, aux idées solidement ancrées à gauche, a écrasé son adversaire républicain Joe Lhota, selon des résultats préliminaires donnés par les médias américains.

Merci New York City, a tweeté son équipe de campagne, peu après la clôture des bureaux de vote, avec une photo de M. de Blasio, de sa femme Chirlane et de leurs deux enfants métis.

M. de Blasio, personnalité décontractée qui a promis un changement fondamental après 12 ans d’un Bloomberg pro-business, jugé peu enclin à l’empathie, prendra ses fonctions le 1er janvier.

Romandie.com avec(©AFP / 06 novembre 2013 03h33