Posts Tagged ‘Bilombo Samba’

Marie-Léontine Tsibinda, une hirondelle qui fait le printemps

mai 14, 2014

Le 31 Décembre 1977, Léopold Sedar Senghor, écrit, après avoir lu Les Feux de la planète ceci à Tati-Loutard : « Je trouve que la plus grande grandeur du Congo est dans la poésie de ses poètes». La critique Arlette Chemain, qui nous donne à lire cet extrait dans la préface qu’elle consacre aux œuvres complètes de Jean-Baptiste Tati-Loutard, ajoute ce commentaire éloquent: «phrase deux fois redondante coulée dans un double alexandrin qui dit toute la considération pour le confrère apprécié.» Ce détour par Senghor situe bien le Congo dans le champ littéraire africain. Comme le Sénégal, le Congo est une patrie incontournable de l’Afrique littéraire. La différence entre les deux pays réside en ceci: la place des femmes écrivains. Alors que le Sénégal exhibe la subtile Aminata Sow Fall, la «sulfureuse» Ken Bugul, la caustique Fatou Diome, Khady Hane ou encore feue Mariama Bâ, auteur d’une Si longue lettre, le Congo-Brazzaville tout en recelant des figures féminines historiques mémorables (Kimpa vita, la Reine Galifourou, etc) peine à aligner de grandes plumes. Constat que le professeur Mukala Kadima Nzuji met en exergue dans le supplément littéraire des Dépêches de Brazzaville du 13 Mars 2009. Voici ce qu’il écrit «Il ne se passe pas un jour, sans que la littérature congolaise ne reçoive diverses distinctions honorifiques: Médaille de Vermeil de l’Académie française, Grand prix littéraire de l’Afrique noire, prix Simba, Renaudot, prix des cinq continents, etc. Peut-être demain s’offrira-t-elle le Nobel ! Toujours est-il qu’au cours de cette première décennie du vingt-unième siècle, la littérature congolaise fait preuve d’une exceptionnelle vitalité et d’une grande maturité. C’est qu’elle a su trouver sa voie, creuser son propre sillon, se dévoiler au monde à partir d’une réflexion personnelle sur ce qu’elle est elle-même en tant que discours et en tant que projet sur ce qu’elle est en droit d’apporter à l’humanité. Elle s’est assuré une visibilité remarquable sur le plan international. Elle a reçu ses lettres de noblesse au sein de ce que Goethe appelle la «littérature mondiale. Mais depuis quelque temps, une question préoccupe tous les observateurs de la vie littéraire congolaise : où sont les femmes ?».

A cette question, Marie-Léontine, la seule congolaise a avoir obtenu un statut national et reconnu hors des frontières apporte une réponse, sa réponse dans une interview accordée à Jean-Marie Volet de la revue Plurielles : «En 1955 U Tam’si ouvre le bal poétique avec son recueil Le Mauvais sang (makila mabe en langue nationale) et une question fondamentale qui a dominé toute son œuvre : comment vivre ? Je pense que la poésie congolaise s’est bâtie autour de cette question qu’elle soit écrite par un Tati Loutard, Maxime Ndebeka, Dominique Ngoie Ngalla, Makouta Mboukou, Eugène NGoma, Diop Kegni, Philippe Makita, Bilombo Samba ou Matondo Kubu Ture sans oublier la génération de nouveaux poètes qui vivent en Europe, (en exil forcé ou voulu) [..] La femme que je suis n’est entrée dans le bal littéraire qu’en 1980, presque trente ans plus tard. Je suis arrivée dans ce monde où l’homme régnait en maître, et j’ai été saluée par mes «grands frères», avec bonheur, parce que ma poésie a été discutée, critiquée sans complaisance et acceptée.»

De la mer au Mayombe

Née à Girard dans le Kouilou, Marie–Léontine Tsbibinda, titulaire d’une maîtrise d’anglais, ancienne bibliothécaire au Centre culturel américain de Brazzaville, ancienne comédienne dans la troupe Rocado Zulu de Sony Labou Tansi réside au Canada, après avoir quitté son pays natal en 1999. Nouvelliste (Prix Unesco-Aschberg en 1996 pour Les pagnes Mouillés), elle est l’auteur de cinq recueils de poèmes. Une poésie simple, directe, qui est parfois un dialogue avec son aîné Tati-Loutard. A ce dernier qui dès 1968 donne à lire Les poèmes de la Mer, l’expression du passé/présent de l’homme congolais à partir d’un paysage privilégié : la mer, Marie- Léontine Tsibinda oppose les poèmes de la terre (1980) célébrant souvent un paysage d’enfance et lieu de mémoire de l’histoire congolaise : la forêt du Mayombe. En témoigne cet extrait de Mayombe, ma tombe que l’on peut lire dans Moi, Congo sorte de «palabre plurielle» réalisée en 2000 en collaboration avec le poète Bilombo Samba :

« Mayombe, ma tombe Mvoungouti ah !

Comment crier comment cracher Cette brûlure

Cette déchirure ?

Une nuit un instant

Et se fige la lumière

Combien pleurent encore ces morts Ferraille contre terre

Ferraille contre chair

Ferraille dans la chair

Mayombe, ma terre »

Prolifique, Marie- Léontine Tshibinda explore plusieurs genres littéraires. Elle vient de publier au Canada aux éditions l’Interligne, La porcelaine de Chine, une pièce de théâtre conçue comme un huis clos entre Bazey, épouse trahie, s’acharnant sur sa bonne Maya, qui, elle, se venge à son tour sur la porcelaine de chine de Madame, et puis Bissy, mari volage, veule. Tout un drame qui se déroule sur un arrière-fond d’un passé violent : la guerre. Il s’agit d’une pièce qui donne à voir trois personnages qui, (comme l’indique la quatrième de couverture) «entretiennent chacun à leur façon un passé regretté et depuis longtemps ruiné, et cherchant la fuite vers un avenir promoteur improbable. La porcelaine de Chine – symbole d’une gloire ancienne, de la ruine actuelle et de l’éclatement de toutes les illusions personnelles, familiales, professionnelles et sociales- est, de scène en scène, progressivement réduite en miettes. Seules deux assiettes résisteront et serviront à l’ultime repas, annonciateur d’une possible reconstruction». Introduit par une préface du romancier et dramaturge Guy Menga, La porcelaine de Chine servie par une langue sobre, un ton juste confirme le talent littéraire de Marie-Léontine Tsibinda et l’installe encore une fois, comme pionnière dans l’écriture théâtrale au Congo : genre littéraire, qui jusqu’à présent était l’apanage des hommes. C’est d’ailleurs à mon sens au théâtre qu’elle excelle. Qu’à cela ne tienne, Marie-Léontine Tsibinda est à l’heure actuelle une figure essentielle non seulement de la scène littéraire congolaise, mais aussi une passeuse émérite, qui a su avec l’anthologie Moi, Congo ou les rêveurs de la souveraineté(conçue avec son compagnon Jean-Blaise Bilombo Samba) fédérer les écrivains, intellectuels et artistes congolais autour du rôle de la culture dans un pays en guerre.

Vers une sororité littéraire au Congo

Il y a dans une telle démarche une foi en l’Homme, qui ne peut que susciter une admiration. Pour Marie-Léontine Tsibinda, « l’âge d’or est peut-être pour demain même si le monde s’effondre sous le soleil accablant des indépendances et que l’état honteux dresse ses moignons. L’art doit être au service du monde et de son devenir. Les hommes et les femmes que nous sommes doivent porter des rêves qui, hors la nuit, bâtiront un autre espoir». Le lecteur averti reconnaîtra dans ces propos, à première vue grandiloquents, la dimension ludique au cœur de tout un collage paratextuel, où l’on rencontre tour à tour, le ghanéen Ayi kwei Armah, les congolais Sony Labou Tansi et Jean-Blaise Bilombo Samba, l’ivoirien Ahmadou Kourouma, sans oublier le nigérian Chinua Achebe. Gageons donc avec la poétesse et dramaturge congolaise que demain sera un autre jour, puisque son pays compte dorénavant deux jeunes plumes féminines prometteuses : Liss Kiyindou, Ralphanie Mwana Kongo, qui progressivement s’installent (en tous cas à Paris) dans l’espace littéraire africain.

Par Boniface Mongo-Mboussa