Posts Tagged ‘Blessure’

Un prêtre a été poignardé à son domicile

juillet 31, 2016

Les médias belges rapportent l’agression chez lui d’un prêtre, poignardé par un homme à l’identité encore inconnue.

storybild(photo: Paroisse de Lanaken)

 

Un prêtre de 65 ans a été agressé chez lui, dimanche matin, par un demandeur d’asile, rapporte le site de Sudinfo, qui cite VTM. L’individu avait sonné à la porte de Jos Vanderlee afin de lui demander de pouvoir prendre une douche ainsi que d’avoir un peu d’argent. Face au refus du prêtre, le suspect l’a alors poignardé.

Blessée aux mains, la victime a été transportée à l’hôpital mais ses jours ne sont pas en danger.

L’incident s’est déroulé à Lanaken, dans la province du Limbourg. Le suspect s’est présenté comme un demandeur d’asile aux Pays-Bas.

Une enquête est en cours.

 

20minutes.ch

Eva Longoria se blesse en faisant du pole-dance

juillet 30, 2011

Le méchant coup de barre

Eva Longoria se blesse en faisant du pole-dance Eva Longoria s’est blessée à un entrainement de pole-dance. De l’or en barre.

Voilà plusieurs semaines, maintenant qu’Eva Longoria prend des cours particuliers de pole-dance au Los Angeles’S Factor gym.

Seulement voilà, apprivoiser une barre de pole-dance, voltiger autour de l’engin avec grâce et sex-appeal, c’est un métier. Et il semblerait qu’Eva ne le maîtrise pas encore très bien comme le prouve cette photo qu’elle a postée sur son compte Twitter. On y voit Eva montrant ses blessures de guerre sur l’intérieur d’un avant-bras et au dessus du coude sur l’autre. Des traces qui ressemblent à des brûlures et des contusions. lors forcément, vous vous demandez pourquoi Eva prend des cours de pole dance ? Pour Eduardo ? Pour postuler au Pink Paradise ?

Eh bien pas du tout. En réalité la huitième saison de Desperate Housewives sera « chaude » chez les Solis. Eva a pris des leçons pour rendre crédible les scènes de pole-dance qu’elle va devoir tourner. « Mes blessures après le pole-dance. Attendez de voir l’épisode de Desperate Housewives ! Hilarant ! Ça valait la peine ! », a-t-elle écrit.

Déjà en 2009, elle avait prouvé au monde entier qu’elle maîtrisait plus les codes-barres des magasins que les barres de danse. Elle avait raconté au journaliste George Lopez que pour faire plaisir à Tony Parker, avec qui elle était alors mariée, elle s’était procurée une barre de pole-dance pour épicer leur Saint Valentin : « J’essayais de faire une danse sexy raconte t-elle mais en voulant tourner, je suis tombée » On en connaît un qui a du avoir une de ces barres… de rire.

Voici.fr par A.R.

Kenya: au moins 28 blessés dans une explosion au centre-ville de Nairobi

juin 5, 2011

Au moins 28 personnes ont été blessées dimanche dans une explosion d’origine indéterminée dans le centre-ville de Nairobi, a-t-on appris de source officielle.

L’explosion, apparemment d’assez forte puissance, a eu lieu en fin de matinée à Kiniryaga road, une rue populaire du centre-ville de la capitale kényane où se trouvent de nombreux magasins de pièces automobiles et garages pour véhicules d’occasion, a constaté un photographe de l’AFP.

Plusieurs voitures ont été endommagées, tandis que de nombreux débris, ainsi que visiblement les restes d’un mur écroulé, jonchaient la chaussée autour de laquelle s’affairaient secouristes et policiers.

Une station d’essence, d’où s’est élevé pendant un moment un large panache de fumée noire, a également été partiellement détruite.

Interrogés sur place, plusieurs responsables policiers se sont refusés à faire tout commentaire sur l’origine de l’explosion, accidentelle ou criminelle.

Le Premier ministre Raila Odinga s’est rendu sur place en début d’après-midi et a fait état dans une brève déclaration à la presse d’au moins 28 blessés.

En décembre 2010, trois personnes avaient été tuées à Nairobi dans un attentat à la grenade contre un bus assurant la liaison avec la capitale ougandaise Kampala, et que la police avait lié aux islamistes somaliens shebab.

L’incident avait eu lieu à quelques centaines de mètres de l’explosion de ce dimanche, dans une rue voisine généralement très fréquentée où stationnent chaque jour de nombreux mini-bus.

Les islamistes shebab, qui contrôlent une grande partie de la Somalie, ont à plusieurs reprises menacé de frapper le Kenya accusé de soutenir le fragile gouvernement de transition somalien (TFG) qu’ils combattent.

En août 1998, des attaques-suicide menées par Al-Qaïda contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es-Salaam (Tanzanie) avaient fait 224 morts.

Jeuneafrique.com avec AFP

Le départ de Saleh en Arabie sonne-t-il la fin de son parcours?

juin 5, 2011

DUBAI (Reuters) – Chaque minute que passe le président Ali Abdallah Saleh en dehors du Yémen marque un pas de plus vers la fin de son règne de près de trente-trois ans à la tête d’un pays secoué par cinq mois de révolte populaire.

Blessé par un tir de roquette sur le palais présidentiel vendredi à Sanaa, Saleh est en Arabie saoudite depuis samedi pour y recevoir un traitement médical.

Les informations restent trop parcellaires ou contradictoires pour mesurer la portée exacte de l’événement.

On ignore ainsi le degré de gravité de ses blessures, on ne sait pas si ses fils ou neveux, qui commandent la garde républicaine et contrôlent les agences de renseignement et de sécurité du pays, font partie des 35 personnes de l’entourage du chef de l’Etat qui ont atterri samedi à Ryad.

« Tout ce que l’on sait, c’est que le moment est très dangereux », résume à Sanaa l’analyste politique Sali Seif Hassan.

Deux scénarios sont à envisager, ajoute-t-il.

Le premier est que les proches du président se précipiteront pour combler le vide laissé par Saleh à la tête de l’Etat, ce qui conduira à de nouveaux combats entre forces loyalistes et milices tribales et renforcera le risque de guerre civile.

Le deuxième est que l’Arabie saoudite a peut-être obtenu un accord qui permettra à Saleh de renoncer au pouvoir tout en sauvant la face.

L’issue de la crise dépend en grande partie de la manière dont le puissant voisin saoudien prendra position dans les heures et les jours qui viennent.

LE RÔLE CRUCIAL DE RYAD

Premier bailleur de fonds du Yémen, Ryad finance le gouvernement de Saleh, approvisionne l’armée et subventionne les hôpitaux.

Le premier exportateur mondial de pétrole partage une frontière de 1.500 km avec le Yémen et soutenait jusque récemment le régime du président Saleh afin de lutter contre Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

Quand il est devenu clair, en avril, que les manifestants antigouvernementaux ne renonceraient pas à leur exigence d’un départ du chef de l’Etat, Ryad et ses voisins du Golfe ont mis au point un plan de sortie de crise. Mais Saleh a refusé à trois reprises de le signer.

Pourtant, l’Arabie saoudite, qui finance également des tribus pour combattre Al Qaïda, n’a toujours pas pris la décision capitale de couper les fonds, sans doute par crainte de laisser le pouvoir vacant, avec l’incertitude qui en découle.

Khalid al Dakhil, analyste saoudien, est persuadé que Saleh ne se serait pas rendu en Arabie saoudite s’il n’avait pas eu l’intention de chercher une sortie.

« Le président du parlement, le Premier ministre et le président sont ici, donc dans les faits, tout le gouvernement est là », souligne Dakhil. « Cela facilitera un arrangement. »

TENTATIVE D’ASSASSINAT

Comme Saleh, le Premier ministre, les présidents des deux chambres du parlement et deux vice-premier ministres ont été blessés dans l’attaque à la roquette, remarquable de précision.

Tous étaient réunis dans une mosquée à l’intérieur du complexe présidentiel et seule une information fournie par une personne à l’intérieur a pu aider à les localiser, estiment les analystes de la société d’analyse géopolitique Stratfor.

En d’autres termes, il s’agit d’une tentative d’assassinat.

« Ce n’est pas l’oeuvre des tribus, mais des militaires, soutenus par des membres du régime présumés proches de Saleh », affirment-ils.

« Pour cette raison, Stratfor soupçonne que l’opposant le plus redoutable au sein de l’armée, le général Ali Mohsen al Ahmar, qui a été très discret au cours des derniers jours et suscite un grand respect au sein de la vieille garde, soit impliqué dans cette apparente tentative de coup d’Etat. »

Ali Mohsen, avec d’autres généraux, a rallié l’opposition à Saleh le 21 mars, après la mort de 52 manifestants abattus par des tireurs sur une place de Sanaa.

La réaction au départ en Arabie de Saleh, celle des généraux renégats, des tribus et des manifestants antigouvernementaux, pourrait jouer un rôle déterminant dans la suite des événements.

En l’absence de violence, l’Arabie saoudite pourrait se convaincre qu’un départ définitif du chef de l’Etat serait le meilleur moyen pour le Yémen de retrouver un semblant de calme et de stabilité.

Par Reed Stevenson | Reuters

Egypte: 10 blessés dans l’attaque d’un poste de police au Caire

juin 4, 2011

Dix personnes ont été blessées vendredi soir dans l’attaque d’un poste de police du centre du Caire après le décès d’un homme suite à une altercation avec un policier, a indiqué le ministère de la Santé.

« La majorité des blessures sont superficielles », a affirmé Abdelhamid Abaza, un responsable du ministère cité par l’agence officielle Mena dans la nuit de vendredi à samedi.

Le calme était revenu samedi matin autour du poste de police, aux environs duquel des blindés de la police militaire ont été postés, selon la télévision d’Etat.

La police égyptienne avait fait usage vendredi soir de gaz lacrymogène contre des dizaines de personnes qui avaient attaqué le poste de police d’Ezbekiya, dans le centre du Caire, lançant des pierres et brûlant une voiture de police, après le décès d’un chauffeur de bus.

Ce dernier avait eu jeudi une altercation avec un policier et avait été battu par des personnes qui assistaient à la scène et entendaient défendre le policier.

Blessé et hospitalisé, le chauffeur est décédé vendredi. Sa famille a alors rassemblé des partisans, notamment place Tahrir où étaient réunis des manifestants dans la journée, avant de se diriger vers le poste de police du quartier d’Ezbekiya.

Jeuneafrique.com avec AFP