Posts Tagged ‘Bordée’

Canada-Québec: Bordée potentielle de neige

janvier 31, 2022

Février débutera en lion : une bonne bordée est sur les radars et touchera une large portion du sud du Québec

Une perturbation originaire du sud des États-Unis remonte actuellement vers nos latitudes. Gorgée d’humidité, elle pourrait laisser de bonnes quantités de neige dans son sillage, et ce, sur l’ensemble des régions affectées.

Fournis par MétéoMédia

Modus operandi

Le passage de ce système dépressionnaire se déroulerait en deux actes. Les précipitations solides devraient donc tomber sur une période de trois jours à l’échelle de la province, entre mercredi et vendredi.

Le premier serait issu d’une fusion avec une autre perturbation en provenance de l’Ouest canadien, et balaiera le Québec au cours de la journée de mercredi.

Une deuxième impulsion devrait ensuite prendre le relais, jeudi. C’est surtout cette dernière qui sera à surveiller, puisque c’est elle qui risque de laisser les plus grandes quantités de neige dans son sillage.

Bordée possible

De manière générale, le sud du Québec, notamment les secteurs les plus près de la frontière américaine, risque d’être particulièrement touché. Les plus fortes accumulations sont prévues dans cette région, à l’heure actuelle.

L’Estrie pourrait d’ailleurs obtenir sa première bordée de la saison. Montréal est aussi dans la liste des régions qui pourraient obtenir une bordée.

Bon à savoir : on parle d’une bordée lorsqu’au moins quinze centimètres de neige sont attendus.

D’après les prévisions actuelles, jusqu’à 30 cm pourraient s’accumuler sur certaines régions.

© Fournis par MétéoMédia

Toutefois, il est difficile de prévoir les quantités exactes de neige qui tomberont sur le Québec, pour l’instant. Il faudra garder un œil sur cette perturbation.

Avec MétéoMédia

Canada-Québec/Bordée : 15+ cm de neige attendus

novembre 21, 2021

Un système dépressionnaire assez costaud en provenance de l’Ouest canadien fera son entrée sur le Québec dès dimanche soir.

Le nord-ouest de la province sera la première région touchée, avant que le système ne continue sa course le long de la vallée du Saint-Laurent. Le sud et le centre seront affectés dès la nuit de dimanche à lundi avec un mélange de pluie et de neige.

© Fournis par MétéoMédia

Fidèle à ses habitudes, l’est du Québec est le dernier sur la liste. Toutefois, ce cas est particulier : le système dépressionnaire devrait se reformer une nouvelle fois et, alimenté par une rivière atmosphérique, gagner en puissance au fur et à mesure de sa progression vers l’est.

Bordée à l’horizon

Les secteurs les plus gâtés par la neige seront l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec, allant jusqu’à la baie James. Une vingtaine de centimètres pourraient effectivement tomber sur ces secteurs.

Des flocons sont tout de même attendus sur une large portion du nord et du centre de la province, surtout sur la rive-nord du fleuve Saint-Laurent. À titre d’exemple, le Saguenay-Lac-Saint-Jean pourrait également obtenir quelques centimètres, de même que les Hautes-Laurentides.

© Fournis par MétéoMédia

Le sud et le centre devraient surtout avoir droit à des précipitations liquides. Les quantités attendues sont relativement faibles pour ces deux régions, oscillant autour du 10 millimètres d’après les prévisions actuelles.

Des rafales allant jusqu’à 60 km/h devraient décoiffer une bonne portion de l’Abitibi-Témiscamingue. La visibilité risque donc d’être réduite dès lundi matin, en raison de la neige fraîchement tombée. La prudence sera de mise sur les routes.

Beaucoup moins de neige qu’à l’habitude

L’ensemble du Québec enregistre un déficit de neige important en ce moment. Les secteurs les plus touchés sont ceux situés au nord du Québec méridional, qui ont généralement droit à leurs premières accumulations assez tôt dans la saison.

© Fournis par MétéoMédia

C’est notamment le cas de l’Abitibi-Témiscamingue, qui observe une quarantaine de centimètres de neige, en moyenne, en date du 20 novembre. La tempête des prochains jours risque de lui permettre de rattraper un peu de retard, sans le combler complètement.

Un scénario similaire se joue dans l’est du Québec, où le déficit se creuse de plus en plus.

Avec  MétéoMédia 

Canada-Québec/Mauricie: Une première bordée de neige sur la région

novembre 23, 2020

La Tuque — Les citoyens se sont réveillés avec un décor hivernal, lundi matin, alors que quelques centimètres de neige se sont abattus sur la région. Les accumulations ont varié d’un bout à l’autre de la région entre 9 et 15 centimètres.

undefined© FRANÇOIS GERVAIS undefined

C’est au nord que les citoyens ont pelleté la plus grande quantité de neige, alors que la Haute-Mauricie a reçu une quinzaine de centimètres. À Shawinigan, il est tombé entre 10 et 15 centimètres selon les secteurs et un peu moins de 10 centimètres à Trois-Rivières.

«D’avoir une dizaine de centimètres n’a rien d’exceptionnel (à ce temps-ci de l’année)», affirme Alexandre Parent, météorologue chez Environnement Canada.

La région reçoit habituellement entre 20 et 30 centimètres de neige durant le mois de novembre. À Trois-Rivières, à la fin du mois il reste en moyenne une couverture de 7 centimètres de neige au sol.

«Il ne restera possiblement pas ça à la fin du mois. Il restera probablement uniquement une trace. On risque même de demeurer sous ce que l’on a en moyenne pour un mois de novembre en termes d’accumulation et de neige au sol», note M. Parent.

© FRANÇOIS GERVAIS

Selon ce dernier, il y a peu de chance que la neige du début de semaine soit là pour rester dans le secteur de Trois-Rivières, mais c’est possible dans les secteurs plus au nord.

Au ministère des Transports (MTQ), c’était un coup d’envoi pour cette première bordée significative. Les 150 camions du MTQ ont été déployés sur le terrain dès dimanche.

«Les équipes du ministère étaient à pied d’œuvre avant le début des précipitations dimanche soir. Elles ont travaillé toute la nuit et fait leur parcours en continu pour limiter les accumulations de neige. Il y a eu par la suite les activités d’épandage de fondant», confirme Roxanne Pellerin, porte-parole régionale du MTQ.

«C’est une expertise qu’on a au ministère. Ça revient chaque année et on est toujours très prêt. Il y a une certaine fébrilité avant la première tempête, c’est certain, mais il y a toute une préparation de fait en amont. C’est important de mentionner que chaque tempête est différente. C’est complexe l’entretien hivernal parce qu’on travaille avec de l’anticipation et des prévisions. Il faut s’adapter très rapidement sur le terrain surtout dans une tempête comme celle-ci où ça peut changer de neige à eau à pluie verglaçante», ajoute-t-elle.

Le MTQ entretient plus de 3000 kilomètres de route en Mauricie et au Centre-du-Québec. Près de 30 millions de dollars sont dépensés annuellement pour l’entretien hivernal.

Les citoyens auront une semaine de répit au niveau des précipitations selon Environnement Canada, mais ils devront conjuguer avec des températures plus froides pouvant aller jusqu’à -12 mardi. Par ailleurs, le mercure sera à la hausse à compter du milieu de semaine. Vendredi, les experts prévoient même une température de 7 degrés partout dans la région.

«Ce sera surtout un mode d’averse, des précipitations de façon intermittente, mais il n’y aura pas vraiment d’accumulation. Ce sera une semaine assez tranquille, même en incluant le prochain week-end. Le prochain système d’importance à surveiller semble être probablement pour le début de la semaine prochaine», a conclu Alexandre Parent, météorologue chez Environnement Canada.

Avec Le Nouvelliste par  Audrey Tremblay

Canada-Québec: Une bordée de neige en mai !?

avril 22, 2020
Alors que nous arrivons à la fin de la première moitié du printemps, il faudra malheureusement encore garder ses bottes, sa pelle et ses mitaines près de la porte d’entrée, particulièrement pour l’est du Québec et surtout la Côte-Nord, où une dernière bordée de neige arrivera le 3 mai.

© Fournis par MétéoMédia

Effectivement, cette bordée très segmentée entraînera une accumulation de 15 cm pour la région de Sept-Îles. Les deux autres bordées à venir prochainement se situent d’abord dans la nuit de dimanche à lundi, lorsqu’un système provenant du sud des États-Unis frôlera le Québec laissera une potentielle bordée sur la province. La deuxième bordée devrait arriver lors de la dernière journée d’avril sur les secteurs plus à l’Est et il y a également une possibilité de courte accumulation pour les Laurentides et l’Abitibi. Si ces deux bordées arrivent, la moyenne de 3 d’avril sera battue.

© Fournis par MétéoMédia
En date du 22 avril, 28 bordées de neige sont tombées sur la province depuis octobre et 3 autres sont annoncées pour la dernière semaine du mois et en début mai. Bien qu’il ne soit pas rare d’avoir de la neige au printemps, on peut qualifier cette bordée de mai plutôt tardive si on se base sur les dernières années. D’ailleurs, pour cette année, elle arrive plus tard que la date moyenne pour une dernière bordée qui est le 25 avril.

© Fournis par MétéoMédia
Rappelons qu’en termes de neige cumulée depuis le début de la saison, seules les villes de Gaspé, Sept-Îles et Val-d’Or ont enregistré soit autant que leur normale des sept mois cumulés, soit plus. D’un autre côté, la ville de Sherbrooke a connu une accumulation de neige de 64 % moins élevée par rapport à sa normale.

Avec MétéoMédia

Canada-Québec/Bordée tardive : ne rangez pas vos pelles tout de suite

avril 14, 2020
Avril 2020 a été généreux en ce qui concerne la neige. Ne rangez pas vos pelles, la bordée est encore possible au cours des prochains jours.

© Fournis par MétéoMédia

On se souviendra d’avril 2020 pour les chutes de neige plutôt fréquentes. Évidemment, ce ne sont pas toutes les régions qui ont droit à des accumulations dignes de mention, mais le décor d’hiver semble vouloir perdurer au Québec. En considérant les prévisions pour la prochaine semaine, un tapis blanc demeure encore possible, même pour les secteurs plus au sud.

© Fournis par MétéoMédia
Certaines régions ont été gâtées cette année en ce qui concerne la neige. La région de Charlevoix a été littéralement ensevelie avec une dernière livraison de 30 à 60 cm cette semaine. Dans ce secteur, on compte encore 159 cm de neige au sol. Le Saguenay, la Gaspésie et la Côte-Nord conservent encore un bon tapis neigeux.

© Fournis par MétéoMédia
En moyenne au Québec, la dernière bordée survient le 25 avril. Il y a quatre ans, nous avions eu droit à une livraison de neige le 15 mai ! Cette année, il n’est pas impossible que nous ayons droit à une bordée après le 25 avril.

© Fournis par MétéoMédia
Au cours des prochains jours, un dôme d’air froid couvrira le Québec. Le régime de températures combiné à de l’instabilité pourrait être favorable aux chutes de neige printanières. Les minimums seront nettement sous les normales de saison durant plusieurs jours.

© Fournis par MétéoMédia
Les maximums seront aussi sous la normale d’ici la fin du mois dans le sud de la province.

© Fournis par MétéoMédia
Avec MétéoMédia

Bordée impressionnante et étonnante de neige

février 13, 2017

 

Le rendez-vous de la chute de neige annoncé par la météo a été un cadeau encombrant déposé à chaque porte, chaque fenêtre, chaque balcon, chaque escalier, chaque route et portes de bureau.

Depuis la baie de ma fenêtre, à 21h00, je la voyais traverser, en file indienne, la lumière éclatante du lampadaire debout en bordure de la route jouxtant le trottoir. Encore timide et candide, de par son élan, elle redoublait de vigueur quand un travailleur fut dissuadé de rentrer son engin. Le bruit de la machine qui me parvenait aux oreilles disparaissait dans le silence total du risque d’accident.

Soudain, le téléphone sonne. Il est 22h20. C’est un appel d’ami. Surpris car toute la journée il n’avait pas appelé. Or il était parti à Montréal. Il commence à me raconter son retour sur l’autoroute.

  • « J’ai rencontré plusieurs sorties de route. Des accidents. Certains en collision frontale. D’autres à la renverse dans un mini ravin. Le spectacle est à l’effroi et à la prudence pour ne pas tomber dans le piège. J’ai encore une bonne distance à parcourir avant d’arriver dans ma ville de résidence».

Face à moult accidents de circulation, il a pris la résolution de rouler doucement. Mais son cœur n’est pas tranquille. Il regrette d’être sorti en ce mauvais temps et pourtant annoncé à la télévision. De s’être entêté de prendre le volant.

Dans la peur accrue qui réduit la visibilité par endroits, et de la neige qui s’amoncelle sur la chaussée, il récite mentalement ses prières pour arriver sain et sauf à destination.

Sur l’autoroute, des policiers et des véhicules de remorquage travaillent pour dégager les accidentés, pour avertir les autres usagers de faire attention. De ralentir à leur approche pour ne pas tomber dans un quelconque accrochage.

Au lieu de continuer de circuler sur l’autoroute, dès la première bifurcation, il rentre sur les voies secondaires afin d’éviter les accidents. Malgré cette précaution de prudence, il rentre sur toutes les routes où un ensablement de neige jonche l’asphalte.

Son arrivée à domicile est un grand soulagement qui le pousse à renoncer désormais de prendre la route en cas de prévision de mauvaise météo.

La lumière apporte sa clarté qui, pénètre furtivement dans la chambre, malgré le chauffage qui fonctionne à plein régime. Une sensation de fraîcheur frappe à la fenêtre.

Dehors, des engins s’activent très tôt pour faciliter la circulation. Se débarrasser de cette bordée de 10cm aux dimensions étonnantes ayant envahi mon balcon de plus de 100cm, par entassement.

Dès le premier tour de clé, à la porte, un ban de neige m’attendait. Souriante dans sa robe blanche. Elle est debout. Pure et innocente. Elle est bonne à caresser. Mais je ne peux la laisser m’empêcher de sortir. Un coup de balai me pousse de la jeter loin de ma proximité. Les marches d’escalier sont bosselées par de rubans de neige.

A la télévision, les informations du matin sont axées sur la tempête de neige. La priorité est aux conseils des usagers de la route. Aux travailleurs. Aux écoliers. D’être prudents.

Une journaliste, à bord d’un hélicoptère, commente les images des accidents. Des sorties de route. La plus dangereuse est un véhicule de transport de lait qui s’est renversé en contre-bas, penché sur le flanc gauche. Heureusement le chauffeur est sorti indemne.

La fin de chute est maintenant au ralenti comme une traînée de poudre.

 

Bernard NKOUNKOU