Posts Tagged ‘Bosso’

30 militaires nigériens et deux soldats nigérians tués dans des combats avec Boko Haram

juin 4, 2016

Niamey – Au moins 30 militaires nigériens et deux soldats nigérians ont été tués lors d’une attaque massive lancée par le groupe islamiste nigérian Boko Haram à Bosso, une localité du Niger proche de la frontière avec le Nigeria, a annoncé samedi le ministère nigérien de la Défense.

Le vendredi 4 juin 2016 aux environs de 18H50 (17H50 GMT), des centaines d’assaillants du groupe terroriste Boko Haram ont attaqué le poste militaire de reconnaissance de Bosso, selon un communiqué du ministère nigérien de la Défense transmis à l’AFP.

Le ministère donne un bilan de trente militaires nigériens et deux militaires nigérians tués. 67 militaires nigériens et nigérians blessés.

Du coté de Boko Haram, plusieurs morts et blessés ont été emportés, poursuit le texte sans fournir de chiffres sur les pertes adverses.

La contre-attaque menée tôt ce matin par nos forces de défense et de sécurité a permis de reprendre toutes les positions dans la ville de Bosso. La situation est sous contrôle et le calme est revenu dans cette localité, ajoute le communiqué.

Le ministère nigérien a également annoncé un ratissage en cours mobilisant tous les moyens terrestres et aériens.

Depuis février 2015, le Niger est en proie à d’incessants assauts de Boko Haram dans la région du Lac Tchad, dans le sud-est du pays, proche des bastions des insurgés islamistes dans le nord-est du Nigeria.

Romandie.com avec(©AFP / 04 juin 2016 14h26)

Attaques au Niger: 109 combattants de Boko Haram, quatre militaires et un civil tués

février 6, 2015

Niamey – Cent neuf combattants de Boko Haram, quatre militaires et un civil ont été tués lors des premières attaques d’envergure du groupe islamiste armé nigérian vendredi au Niger, a annoncé le ministre nigérien de la Défense Mahamadou Karidjo.

Les attaques, survenues dans les villes de Bosso et Diffa, dans le sud du Niger à la frontière avec le Nigeria, ont également fait 17 blessés parmi les forces de sécurité nigériennes, tandis que deux militaires sont portés disparus, a déclaré le ministre sur la télévision publique.

Aucun bilan n’a été fourni concernant les troupes tchadiennes, qui ont appuyé les troupes nigériennes pour neutraliser les assaillants qui avaient réussi à s’infiltrer à Bosso, selon Mahamadou Karidjo.

Le commandant des forces tchadiennes déployées au Niger face à Boko Haram, le général Yaya Daoud, a été blessé par balle à Bosso, selon une source sécuritaire tchadienne.

A Diffa, les forces de sécurité nigériennes ont bloqué l’avancée des assaillants au niveau d’un pont et les ont repoussés en leur infligeant de lourdes pertes, a poursuivi le ministre de la Défense nigérien.

En ce moment, le calme est revenu dans les deux localités. La situation est sous contrôle, a affirmé M. Karidjo, ajoutant que des opérations de ratissage étaient en cours.

Des tirs sporadiques ont été encore entendus en fin d’après-midi aux alentours de Bosso, a indiqué une source humanitaire à l’AFP.

Les attaques de Boko Haram menées vendredi matin à Bosso et Diffa étaient les premières actions d’envergure du groupe islamiste nigérian au Niger.

Cette offensive islamiste a eu lieu alors que le Parlement du Niger devrait approuver lundi un engagement de ses troupes au Nigeria pour combattre Boko Haram, au côté des armées tchadienne et camerounaise.

Le pont attaqué près de Diffa est stratégique parce qu’il relie le Niger au Nigeria, deux pays séparés par une rivière frontalière, la Komadougou Yobé. Son contrôle est essentiel pour le transport de troupes et de véhicules des armées tchadienne et nigérienne.

Romandie.com avec(©AFP / 06 février 2015 21h41)

Première attaque de Boko Haram au Niger, à la frontière nigériane

février 6, 2015

Niamey – Des combattants de Boko Haram ont attaqué vendredi la bourgade nigérienne de Bosso (sud-est), à la frontière avec le Nigeria, première incursion violente au Niger du groupe islamiste armé nigérian, selon une source officielle et un témoin.

Les combats ont débuté vers 09H00 (08H00 GMT), a déclaré Yacouba Soumana Gaoh, le gouverneur de Diffa (sud-est), la capitale régionale. Tout est rentré dans l’ordre, a-t-il affirmé vers 13H00 (12H00 GMT) à l’AFP.

Le bilan humain des violences est pour l’instant inconnu.

On entendait les bruits des armes aux quatre coins de la ville, souvent très près de nos fenêtres. Il y avait des bruits d’armes lourdes et d’armes légères qui ont fait trembler nos maisons, a raconté un habitant par téléphone à l’AFP.

C’était comme une course-poursuite à travers la ville. Alors que les combats s’approchaient des habitations, on entendait +Alahou Akbar+ (Allah est grand). On a entendu un avion survoler la ville, a poursuivi cet habitant sous couvert d’anonymat.

On a même aperçu de la fumée s’échapper du côté de la mairie et de la préfecture, d’où des tirs intenses ont été entendus, a-t-il narré en haoussa. Ca s’est calmé maintenant, mais nous restons chez nous.

L’armée tchadienne, positionnée à Bosso depuis lundi, et l’armée nigérienne étaient à l’oeuvre contre les combattants de Boko Haram, a indiqué une source humanitaire à l’AFP, pour qui les islamistes auraient un temps pris la municipalité, avant d’être repoussés vers le Nigeria.

D’après le gouverneur, seules les troupes nigériennes se sont battues, les soldats tchadiens se trouvant hors de Bosso.

C’est la première attaque d’envergure de Boko Haram sur le territoire nigérien. Le Parlement du Niger doit se prononcer lundi sur un engagement de ses troupes au Nigeria pour combattre les islamistes.

Romandie.com avec(©AFP / 06 février 2015 13h24)