Posts Tagged ‘brasilia’

Brésil: manifestations pour et contre Bolsonaro

juin 7, 2020

 

Des Brésiliens sont descendus dans la rue dimanche à Sao Paulo et Brasília pour manifester pour ou contre le président d’extrême droite Jair Bolsonaro, critiqué notamment pour sa gestion de l’épidémie de coronavirus.

Des milliers de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi à Sao Paulo, arborant des banderoles en défense de la démocratie, contre le racisme et la politique du président brésilien. De nombreux manifestants portaient des vêtements et des masques noirs.

Gabriela Vitoria, 18 ans, qui n’avait jamais participé à une manifestation, s’est mobilisée parce que «Bolsonaro est contre tout». «Il ne veut pas des noirs, des gays, des femmes, il ne pense qu’aux riches. Nous traversons une pandémie et il veut tout ouvrir, sans regarder les bons exemples des autres pays.»

Sur l’avenue Paulista, à environ six kilomètres de là, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées avec des drapeaux brésiliens pour exprimer leur soutien à Jair Bolsonaro et demander la fin des mesures de confinement mises en place par les autorités locales pour freiner la pandémie. «La maladie existe, mais ce n’est pas comme on nous dit. Il est temps d’ouvrir le commerce», a déclaré une manifestante qui a refusé de donner son nom.

Les autorités régionales ont demandé que les événements soient organisés à distance afin d’éviter les confrontations, alors que des heurts avaient eu lieu dimanche dernier entre des supporteurs d’équipes de football marchant «contre le fascisme» et des soutiens de Bolsonaro qui circulaient dans les rues pour dénoncer le confinement.

Mêmes scènes à Brasília

À Brasília, plusieurs centaines de personnes ont marché dans la matinée contre le chef de l’État. «Tous pour la démocratie», «Contre le racisme et le fascisme» proclamaient des pancartes. «Recule fasciste, recule, le pouvoir du peuple est dans les rues», ont chanté les manifestants.

Parallèlement, un groupe plus restreint de manifestants favorables au président s’est également rassemblé dans la capitale. Les partisans du président d’extrême-droite, qui minimise l’épidémie de Covid-19, ont l’habitude de manifester le week-end, en présence du chef de l’État, pour demander la fin des restrictions et attaquer les représentants du Congrès et de la Cour suprême.

Le pays de 210 millions d’habitants a enregistré plus 670.000 cas de coronavirus et 35.900 morts, un nombre que bien des spécialistes considèrent comme largement sous-évalué, faute de tests en nombre suffisant.

Par Le Figaro avec AFP

 

Brésil: réélue, Rousseff appelle au dialogue

octobre 26, 2014

Brasilia – La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, réélue dimanche pour un mandat de quatre ans, a appelé à la paix, à l’union et au dialogue et a assuré qu’elle tendrait la main à ses opposants pour changer le pays.

Mes premiers mots sont un appel à la paix et à l’union, a déclaré Mme Rousseff à Brasilia après avoir été déclarée vainqueur face au social-démocrate Aecio Neves avec 51,6% des voix après dépouillement de 99% des bulletins.

La présidente que je suis est disposée au dialogue et ce sera mon premier engagement de ce second mandat, a-t-elle ajouté, s’engageant aussi à promouvoir une réforme politique et à combattre la corruption avec des peines plus dures.

Dans son premier discours après la proclamation de sa victoire, Mme Rousseff, qui est apparue vêtue de blanc, a été plusieurs fois interrompue par les cris émus des militants.

Elle a commencé par saluer son mentor politique, l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva (2003-2010), militant numéro un des causes du peuple et du Brésil, selon elle, puis tous les Brésiliens et toutes les Brésiliennes sans exception.

Cette ex-guérillera de 66 ans, torturée sous la dictature et membre du Parti des travailleurs (PT, gauche), a estimé que la dureté de la campagne électorale n’avait pas entraîné une division du pays.

Je ne crois pas du fond de mon coeur que ces élections aient divisé le pays en deux. Je comprends qu’elles ont mobilisé des idées et émotions parfois contradictoires mais à la recherche d’un but commun, une vie meilleure pour le pays, a dit la présidente à l’issue de cette campagne considérée comme la plus agressive et la plus virulente depuis le rétablissement de la démocratie au Brésil en 1985.

J’ai été réélue pour mener les grands changements que le Brésil exige, dont une profonde réforme politique et un combat plus rigoureux contre la corruption, a-t-elle ajouté.

Le système politique brésilien, avec un Parlement fragmenté en 28 partis, oblige souvent le parti au pouvoir à négocier des alliances en échange de postes publics.

La première des réformes doit être la réforme politique. Mon engagement est d’encourager cette réforme qui est de la responsabilité constitutionnelle du Congrès et qui doit mobiliser la société à travers une consultation populaire, un plébiscite, a dit Mme Rousseff.

Une consultation populaire sur ce thème a été repoussée l’an dernier au Parlement.

Mme Rousseff a déclaré qu’elle comptait promouvoir des actions localisées dans l’économie pour reprendre notre rythme de croissance en garantissant notre niveau élevé d’emploi et la valorisation des salaires et qu’elle continuerait à combattre avec rigueur l’inflation.

Romandie.com avec(©AFP / 27 octobre 2014 02h19)

Brésil/présidentielle: La lutte continue et sera victorieuse

octobre 5, 2014

Brasilia – La présidente brésilienne de gauche Dilma Rousseff, qui a remporté dimanche le premier tour de l’élection présidentielle, a assuré que la lutte continue et sera victorieuse au second tour le 26 octobre, où elle affrontera le social-démocrate Aecio Neves.

La lutte continue, une lutte qui sera victorieuse parce que c’est la lutte du peuple brésilien. Cette lutte est la lutte des bâtisseurs de l’avenir qui ne laisseront jamais le Brésil revenir en arrière, a déclaré l’ancienne guérillera à Brasilia.

Sous les cris de ses militants Un, deux, trois, Dilma encore une fois !, elle a remercié le peuple brésilien qui m’a honorée de sa confiance en me donnant la victoire au premier tour.

Je me sens comme si j’avais reçu un message comme quoi je dois aller de l’avant dans cette lutte avec chacun d’entre vous, pour changer le Brésil, a-t-elle ajouté.

La présidente Dilma Rousseff, 66 ans, a remporté 41,55% des voix, devant Aecio Neves, le candidat du Parti social-démocrate brésilien (PSDB) qui en a obtenu 33,59%.

Au terme d’une spectaculaire remontée dans la dernière ligne droite de la campagne, il a éliminé l’ex-favorite Marina Silva (21,29%), candidate surprise de cette élection.

Marina Silva n’a pas révélé dimanche pour qui elle appellerait à voter.

Le peuple brésilien demande plus de progrès et dit qu’il voit dans le projet que je représente la plus légitime et la plus fiable force de changement. C’est une responsabilité que nous, qui défendons ce projet, devons assumer face à l’histoire, a-t-elle dit.

Les sondages ont montré que les Brésiliens, qui en 2013 ont manifesté dans les rues contre la corruption et pour de meilleurs services publics, exigent des changements. C’est aussi le message qu’a endossé l’opposition.

Romandie.com avec(©AFP / 06 octobre 2014 04h09)

Brésil/Mondial: augmentation des salaires de la police fédérale pour éviter la grève

juin 3, 2014

Brasilia – La police fédérale de Brasilia a annoncé avoir accepté un accord avec le gouvernement par lequel elle s’engage à ne pas faire grève pendant le Mondial de football qui commence le 12 juin, en échange d’une augmentation de salaire de 15,8%.

Les policiers ont également obtenu dans l’accord passé lundi soir une amnistie pour leur grève de 2012.

Mardi soir, ce sont les professeurs des écoles municipales de Sao Paulo qui ont mis fin à 42 jours de grève. Selon les syndicats, la mairie a accepté une augmentation de 15,38% des salaires, payable en trois fois à partir de mai 2015.

La fin du mouvement des agents fédéraux dans tout le pays dépend maintenant d’assemblées des policiers dans chacun des États, prévues au cours des prochains jours, selon le syndicat de la police fédérale.

La PF est notamment en charge de la sécurité des frontières et des aéroports.

Le 7 mai, les agents de la Police fédérale brésilienne (PF) avaient cessé pour 24 heures leurs activités dans plusieurs États du pays pour réclamer de meilleurs salaires et plans de carrière. Ils menaçaient de croiser les bras pendant la compétition ce qui était une source d’inquiétude pour Brasilia.

Vendredi, le ministre de la Justice, José Eduardo Cardozo, avait déclaré que même en cas de grève de la PF, le plan de sécurité de la Coupe du monde ne serait pas affecté, car le gouvernement a des alternatives.

Le 20 mai, la police civile avait aussi appelé à la grève avant le Mondial et le 17 avril une grève de la police militaire à Salvador de Bahia (nord-est), l’une des 12 villes hôtes du Mondial, avait pris fin après une vague de pillages et 39 meurtres en moins de 48 heures.

Le principal dirigeant de la grève, Marco Prisco, président de l’Association des policiers et pompiers de Bahia mais aussi conseiller municipal du Parti de la sociale démocratie (PSDB), formation d’opposition au gouvernement local du Parti des travailleurs (PT-au pouvoir), a été arrêté.

Quelque 157.000 policiers et militaires assureront la sécurité lors du Mondial (du 12 juin au 13 juillet).

Les Forces armées vont déployer 57.000 hommes dont 21.000 seront placés en alerte pour des opérations urgentes.

Romandie.com avec(©AFP / 04 juin 2014 00h31)

La présidente du Brésil annule le voyage de l’équipe pour préparer sa visite aux USA

septembre 5, 2013

BRASILIA – La présidente brésilienne Dilma Rousseff a annulé le voyage de l’équipe qui devait préparer sa visite aux Etats-Unis le 23 octobre alors que Brasilia attend des explications de Washington sur un cas d’espionnage présumé américain au Brésil, a indiqué jeudi la présidence.

Oui, le voyage a été annulé, s’est limité à dire à l’AFP une porte-parole de la présidence sans donner de détails sur les raisons de cette annulation du déplacement aux Etats-Unis de l’équipe de diplomates et agents de sécurité ni sur un éventuel report de ce voyage.

Cette première visite d’Etat de la présidente brésilienne à Washington le 23 octobre, à l’invitation de Barack Obama, était prévue depuis plusieurs mois.

Mme Rousseff veut une rétractation du gouvernement des Etats-Unis après les accusations selon lesquelles des communications de la présidente ont été interceptées par les services secrets américains, a ajouté la porte-parole.

Le présidente brésilienne se trouve actuellement à Saint-Petersbourg où elle participe au sommet du G20 et selon la porte-parole, il n’est pas encore confirmé que celle-ci rencontre son homologue américain Barack Obama en marge du sommet.

Il n’y a encore rien de prévu mais il y a encore le temps d’ici à demain, vendredi, dernier jour du G20, a souligné la porte-parole.

Lundi, Brasilia a demandé des explications officielles et par écrit au plus tôt à Washington, après que la chaîne de télévision TV Globo eut dénoncé la veille que les services secrets auraient surveillé les communications de Dilma Rousseff et de ses proches collaborateurs. Il a qualifié l’affaire d’inacceptable.

En juillet, Brasilia avait déjà fait une démarche similaire après que le quotidien O Globo eut révélé que le Brésil faisait partie d’un réseau de 16 bases d’espionnage des services secrets américains. Le Brésil avait ensuite indiqué ne pas être satisfait des explications fournies par les Etats-Unis, selon lesquels il s’agissait d’un moyen de lutter contre le terrorisme et les communications de personnes n’avaient pas été interceptées.

Ces accusations proviennent de documents des services secrets américains (NSA) détenus par l’ex-informaticien du renseignement américain Edward Snowden. Ce dernier est inculpé d’espionnage aux Etats-Unis pour avoir révélé l’ampleur de la surveillance électronique américaine dans le monde. Il est actuellement réfugié en Russie.

Snowden a cédé les documents au journaliste américain Glenn Greenwald qui vit actuellement au Brésil.

Romandie.com avec (©AFP / 05 septembre 2013 16h01)