Posts Tagged ‘Brazzaville’

Congo: Princesse Mouangassa renoue le contact avec sa base

décembre 9, 2022

La candidate du Parti congolais du travail (PCT), Princesse Gaëtane Line Mouangassa qui a siégé pendant plus d’un mois à l’Assemblée nationale au compte de la troisième circonscription électorale de Makelékelé, premier arrondissement de Brazzaville, avant d’y être retirée par la Cour constitutionnelle, a fait le 9 décembre à Brazzaville une déclaration dans laquelle elle a rassuré sa base de sa volonté de poursuivre le combat politique.

Princesse Gaëtane Line Mouangassa

« Après l’incident qui s’était produit dont vous connaissez les péripéties et l’aboutissement, je viens aujourd’hui pour vous rassurer que le combat politique continue. Notre parti, le Parti congolais du travail peut toujours compter sur moi pour les futures batailles politiques », a-t-elle déclaré avant de remercier la direction politique de son parti de l’avoir choisie pour le scrutin législatif de juillet dernier comme candidate dans cette circonscription électorale.

Par ailleurs, Princesse Mouangassa a remercié la population de cette partie de la ville capitale pour la confiance qu’elle lui avait faite en l’élisant en qualité de député. « Je n’ai pas décroché pour parler comme les sportifs. Je compte sur votre soutien. Je serai toujours à votre écoute pour d’éventuels conseils afin que nous puissions apporter des correctifs nécessaires à notre marche politique commune », a-t-elle renchéri.

En outre, l’oratrice s’est engagée à poursuivre ses actions s’inscrivant dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des populations des quartiers de sa circonscription électorale.  « Vos doléances demeurent mes priorités. Ensemble, nous allons bâtir nos quartiers », a-t-elle précisé.

Elle a mis à profit cette occasion pour tordre le cou à une fausse information qui a entamé sa personnalité. « Une femme ayant les traits physiques approximatifs aux miens avait posté sur les réseaux sociaux des vidéos attentatoires. Tout le monde avait pensé que c’était moi. Cette affaire est dans les mains des juges », a-t-elle conclu.

Avec Adiac-Congo par Roger Ngombé

Congo: Barthélémy Ngatsono rebondit chez les Diablotins !

décembre 8, 2022

L’ancien sélectionneur des Diables Rouges du Congo A’ Barthélémy Ngatsono aurait déjà trouvé un nouveau club après un court temps passé à Kinshasa. Il entraînera désormais le nonuple vainqueur de la Coupe du Congo, le Club Sportif Multidisciplinaire (CSM) Diables Noirs.

Deux semaines seulement après avoir été limogé par le Daring Club Motema Pembe (DCMP) de Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC) Barthélémy Ngatsono serait déjà de retour à la tête d’un nouveau club.

L’ancien sélectionneur des Diables Rouges du Congo de football et ex entraîneur de l’Etoile du Congo (club de première division congolaise) a été sollicité du côté Club Sportif Multidisciplinaire (CSM) Diables Noirs.

Il remplace à ce poste Clément Massamba et conduira les destinées du seul représentant congolais engagé en coupes africaines. Il aura pour adjoint Dahn Nsonde, ancien entraineur des Jaune et Noir.

Le club congolais jouera la phase de groupes de la Coupe de la Confédération CAF prévue du 12 février au 2 avril 2023. C’est un challenge de taille qui se présente à Barthélémy Ngatsono et sera forcement attendu aux résultats.

Rappelons que le Comité de direction du Daring Club Motema Pembe de Kinshasa avait pris la décision de mettre fin à sa collaboration avec le coach brazzavillois pour insuffisance de résultats en championnat.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-Art graphique : la septième édition de « Bilili BD » se tient à Brazzaville

décembre 8, 2022

Placée sur le thème « Transmédia », la septième édition du festival international de bande dessinée du Congo « Bilili BD » a officiellement levé ses rideaux le 6 décembre, à l’Institut français du Congo (IFC) de Brazzaville, en présence d’artistes nationaux et internationaux ainsi que de quelques autorités de la place.

1- Les visiteurs explorant les stands après le lancement officiel de la 7e édition du festival Bilili BD /Adiac

Année après année, le festival Bilili BD est heureux de faire son bout de chemin en se réinventant à chaque édition. « L’IFC de Brazzaville a le plaisir, pour la septième année consécutive, d’accueillir , du 6 au 10 décembre, le festival Bilili. Formidable outil de promotion des arts graphiques, il est devenu au fil des ans un rendez-vous incontournable pour promouvoir les auteurs, créateurs, éditeurs d’Afrique centrale et d’ailleurs. Grâce à la pérennité du festival et à la confiance accordée des partenaires, Bilili réaffirme sa capacité à attirer de plus en plus de visiteurs. Je salue donc la détermination, l’enthousiasme et l’engagement renouvelés chaque année de la directrice du festival, Joëlle Epée », a déclaré Régis Ségala, directeur délégué de l’IFC.

 « Bilili a sept ans. On ne sait pas combien d’années on continuera à fêter de nouvelles éditions. J’aimerai tellement être comme le festival d’Angoulême où on dépasse quarante ans car c’est tellement gratifiant d’avoir un an de plus. Et je suis encore extrêmement reconnaissante envers toutes les personnes de bonne volonté qui me suivent dans cette envie de laisser autre chose que juste des mots et de belles vidéos ; de laisser une mémoire graphique qui rayonnera à partir du Congo vers le reste du monde », a indiqué, pour sa part , la promotrice Joëlle Epée Mandengue. 

C’est donc dans cet esprit d’introspection et de perspectives que la septième édition s’articulera principalement autour des discussions sur le transmédia. Ce terme désigne un processus ou un mode de création dans lequel les éléments d’une fiction sont dispersés sur diverses plateformes médiatiques, dans le but de créer une expérience de divertissement coordonnée et unifiée. Il s’agira, entre autres, de décortiquer comment est-ce qu’un auteur de bande dessinée (BD) s’émancipe des planches et explore d’autres façons de faire de cette BD.

2- Une vue de l’exposition de bande dessinée « Scènes BD africaine »/Adiac

Ainsi, de la BD qui intègre le langage des signes comme « Henri et Bintou » d’Afiri Studio, à la BD uniquement lisible avec un casque de réalité virtuelle, en passant par la BD muette de Wilfrid Lupano ou encore celle lisible uniquement sur des plateformes dédiées en ligne, la BD se décloisonne, se réinvente et s’adapte aux nouveaux médias pour conquérir sans cesse le grand public. « Il y a plusieurs façons de présenter la bande dessinée, même de travailler pour créer des images. D’où les ateliers en intelligence artificielle où les participants vont apprendre des logiciels qui permettent de générer des images juste en tapant du texte », a détaillée Joëlle Epée Mandengue.

Dans cet élan d’émancipation, Bilili BD accueille cette année les artistes de plusieurs pays : Congo, République démocratique du Congo, Cameroun, Centrafrique, Gabon, Zimbabwe, Martinique, France, Belgique, Espagne, Suisse, etc. Parmi les invités, on compte également de grandes maisons d’édition de BD qui tiennent des tables rondes et exposent leurs œuvres dans le hall de l’IFC où le public peut également découvrir l’exposition « Scènes BD africaine » qui était initiée à l’occasion d’Africa 2020. A côté de cela, la septième édition de ce rendez-vous c’est autant de rencontres professionnelles, conférences, ateliers, ventes-dédicaces, projections de films d’animation, spectacles vivants, concours de BD et de cosplay.

Notons que toutes les activités détaillées de cette septième édition de Bilili BD sont à retrouver sur la page Facebook du festival où la participation et la retransmission se font en ligne, en direct. Outre l’IFC, la salle CanalOlympia et le siège de la délégation de l’Union européenne abritent certaines activités du festival.

Avec Adiac-Congo par Merveille Atipo

Congo-Nkombo: son épouse de 24 ans le surprend avec un autre homme dans leur lit

novembre 28, 2022

C’est la mode actuelle au Congo, des hommes mariés qui sont aussi des femmes d’autres hommes. A peine dotée et à ses 24 ans d’âge, une jeune fille regrette amèrement avoir donné sa beauté à un homme qui s’est avéré n’être qu’un double SIM. L’homme qui travaille dans un cabinet ministériel a été surpris par sa femme avec un autre homme dans son lit. Un PD qui a voulu se cacher derrière le mariage normal.

Les homosexuels ne veulent pas s’assumer au Congo et optent pour se marier en faisant de leurs épouses des rideaux d’ornement. Ils sont plus concentrés avec leurs partenaires PD qui leurs donnent de l’argent des postes importants. Une culture imposée au pays par la Franc-maçonnerie.

C’est le cas de Régis T, une jeune de 32 ans qui a pu gagner le cœur de Rancia (24ans ) en la faisant rêver d’une vie de couple heureux. Le jeune homme a organisé une dot de grande envergure qui a marqué leurs proches avant que le couple ne s’installe à Nkombo dans la banlieue nord de Brazzaville, apparemment devenue le QG des PD du pays.

Mais très vite la jeune épouse va remarquer le peu d’intérêt sexuel de son homme envers elle, justifié chaque jour par la fatigue et le stress. Elle ignorait tout simplement que son époux était la femme d’un autre homme qui adorait son anus.

Le samedi 26 novembre dernier, au retour d’une visite familiale, Rancia n’a pas cru à ce qu’elle venait de voir. Son époux en position de cheval entrain de se faire défoncer par un autre homme dans leur lit conjugal.

La pauvre s’est réfugiée chez une amie, incapable de se remettre de ce drame et regrette le jour où elle a dit oui à ce jeune qu’elle croyait vraiment être un Homme. «  Régis n’est qu’un double Sim ! »

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo: Vers la réhabilitation des campus de l’Université Marien Ngouabi

novembre 26, 2022

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, Edith Delphine Emmanuel Adouki, a annoncé ce mercredi 23 novembre, à Brazzaville, l’amélioration des conditions de vie des étudiants de l’Université Marien Ngouabi (UMNG) dans les campus. 

Les gérants des campus de l’Université Marien Ngouabi (UMNG) ont eu un échange avec la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, Delphine Edith Emmanuel, ce mercredi 23 novembre à Brazzaville. 

Au centre des discussions qui ont rythmé cet entretien, les différentes problématiques auxquelles les étudiants de ces résidences universitaires sont confrontés. 

L’UMNG, qui regroupe cinq campus universitaires, recense d’innombrables problèmes. On peut citer la difficulté d’accès aux services de base comme l’eau potable, les installations sanitaires et d’hygiène de base qui nécessitent que des solutions urgentes soient trouvées. 

À cela, il faut ajouter entre autres l’insuffisance d’éclairage dans les logements, l’insuffisance de literies, la vétusté des sanitaires, l’insécurité et le manque de matériel de salubrité. 

Face à ces manquements, le gouvernement a réaffirmé son engagement à apporter des améliorations conséquentes au cadre de vie des étudiants de la plus ancienne université de notre pays, par le truchement de la ministre que le processus de réhabilitation de l’ensemble des campus de l’UMNG est amorcé et que plusieurs échéances à venir participeront à moderniser cette établissement.

« Tous les campus doivent avoir le même confort que celui de l’Université Denis Sassou Nguesso », a-t-elle déclaré. 

Cette annonce a été faite dans un contexte qui reste marqué par les manifestations des étudiants de l’UMNG qui réclamaient le paiement chronologique de leurs arriérés de bourse.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-Brazzaville : accusé à tort d’être un franc-maçon il renie sa famille

novembre 25, 2022
 Brazzaville : accusé à tort d’être un franc-maçon il renie sa famille

L’appartenance à la secte maçonnique est devenue l’accusation principale aux personnes qui réussissent dans une famille. C’est le cas de Christian M qui a pris la décision de couper tous les liens avec sa famille, après avoir été accusé à tort d’être responsable de la mort d’un de ses neveux. Lui, qui voue une haine pour la franc-maçonnerie a été accusé d’en être membre à cause des petits moyens financiers dont il dispose.

La colère de Christian M a créé en lui cet esprit de séparation définitive avec celle qu’il croyait être sa famille. Tout allait bien pourtant jusqu’à ce qu’il trouve enfin du travail comme cadre dans une société privée basée à Brazzaville.

Avec son salaire, il va organiser sa vie en y mettant de l’ordre. Très vite il acquiert une parcelle et y construit une villa avec une annexe pour les locataires. Quelques mois plus tard, il s’offre une voiture et se présente auprès de sa belle-famille pour officialiser sa relation sentimentale.

Tout de suite, sa propre famille lui prête des idées et commence à lier son organisation sociale à la Franc-maçonnerie bien qu’il continue toujours de fréquenter son église de réveil. Certains iront jusqu’à le traiter d’homosexuel qui livrerait ses fesses à une autorité politique pour de l’argent.

Mais tout va se précipiter avec le décès de l’un de ses neveux par accident de la circulation. Étant donné que c’est lui qui avait préparé sa rentrée scolaire, il est tout de suite pointé du doigt. On lui interdit de se présenter à la veillée mortuaire au risque de sacrifier d’autres membres de la famille. C’est un pasteur qui l’aurait désigné coupable.

Christian M qui ne se reproche de rien, a pris la difficile décision de rompre tous les liens avec sa famille pour ne plus être pointé du doigt aux malheurs qui surviendront. Il a préféré s’isoler avec sa femme et son fils avec beaucoup de chagrin.

Avec Le Congolais.fr

SOS : le célèbre artiste Congolais ZAO, Zoba Casimir est dans un état critique

novembre 13, 2022

Musicien âgé de 69 ans, ZAO, Zoba Casimir a marqué la musique congolaise à tous les niveaux, avec ses titres comme Ancien Combattant, La Guerre Mondiale. Il se trouve dans un état critique suite à un AVC.

L’homme est victime d’un AVC (Accident Vasculaire Cérébrale), depuis deux mois déjà à Brazzaville où il réside. L’artiste nécessite un suivi spécial et surtout des soins appropriés qu’il ne peut s’offrir financièrement et en appelle à la bonne volonté de ses mélomanes.

L’artiste est domicilié dans la rue Bergère, non loin du petit marché Commission, à Bacongo. Pour tout renseignement veuillez joindre ce contact : (+242) 06.666.25.77 )

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-Brazzaville/Scandale : un jeune étudiant tabasse un responsable de la SNPC qui lui a demandé ses fesses pour un stage

novembre 7, 2022
 Scandale : un jeune étudiant tabasse un responsable de la SNPC qui lui a demandé ses fesses pour un stage

A la recherche d’un stage payant à la société nationale de pétrole du Congo, un jeune étudiant de 23 ans a été l’objet d’une proposition indécente d’un responsable de la dite entreprise. Selon ce responsable la condition principale pour se voir accorder un stage pour le jeune était de se faire sauter l’anus par lui. Ecœuré de l’entendre, le jeune n’a pas réfléchi deux fois avant de s’en prendre violemment au responsable poussant à l’intervention des autres employés.

Malgré la situation difficile que vit le Congo et ses populations, il y a des jeunes qui n’entendent pas se lancer dans la dépravation des mœurs pour obtenir un bénéfice professionnel ou financier?

Étudiant en économie à l’université Marien Ngouabi, Armel N était à la recherche d’un stage payant dans les sociétés de Brazzaville. Un ami lui a conseillé d’aller vers un responsable à la SNPC qui pouvait l’aider à obtenir gain de cause. Après plusieurs coups de fil passés, il a enfin obtenu un rendez-vous à la direction de cette société au centre-ville.

Mais une fois en face de celui qui était appelé à lui facilité l’obtention d’un stage payant, le jeune étudiant a été écœuré de s’enquérir des conditions à remplir pour en bénéficier. Après des belles creuses paroles dans lesquelles il citait les exemples des personnes qu’il aurait aidé à décrocher un stage et même un emploi à la SNPC, il a demandé au jeune de consentir à avoir des relations homosexuelles avec lui.

Pour lui, cette condition à remplir était normale et que beaucoup d’employés qui roulent carrosse dans les rues de Brazzaville sont passés par là et le ciel n’est pas tombé. Le jeune étudiant a été emporté par la rage et s’est balancé sur le responsable qu’il a commencé à tabasser.

Les cris de détresse du responsable ont poussé d’autres employés à venir à son secours. Détenu par la police, le jeune étudiant a relaté les faits avec une telle colère que le chef de l’intervention l’a relâché au bout de quelques minutes. « Donc, c’est que vous exigez aux enfants des gens ici pour un stage ? » s’est étonné le policier.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Brazzaville/Scandale maçonnique au Parlement : deux députés surpris dans les toilettes entrain de se piper

novembre 3, 2022
 Scandale maçonnique au Parlement : deux députés surpris dans les toilettes entrain de se piper

Deux députés congolais fraîchement réélus auraient été surpris dans les toilettes du nouveau siège de l’assemblée nationale dans une position indigne de l’homosexualité. Des menaces auraient été proférées envers ce curieux afin qu’il garde silence. Des pratiques maçonniques adossées à l’homosexualité pratiquées dans la représentation du peuple par des personnes sensées prônées les valeurs bantoues qui incarnent le Congo.

Un employé de l’assemblée nationale congolaise aurait réalisé finalement que tout ce qui se dit dans la rue sur certains députés est bel et bien vrai. De ses propres yeux selon son témoignage très glaçant, il aurait vu dans les toilettes de l’imposant bâtiment deux députés entrain de se piper mutuellement. Une désacralisation honteuse du parlement que dirige un maître fraudeur au nom de Mvouba Isidore.

En cette journée, de mercredi, l’ambiance est normale dans l’enceinte du parlement où les députés viennent passer du temps et attendre approuver toutes les propositions des lois qui viennent directement d’en haut. Les quelques parlementaires de l’opposition réelle se sentent perdus dans cet hémicycle que contrôle totalement le PCT.

Fraîchement élus ou réélus 99 % des députés du pouvoir ne proposent rien et n’interviennent juste pour voter oui. Ils ont été pour la plupart nommés par le pouvoir auquel ils sont aveuglement redevables. Alors les locaux de l’assemblée nationale leurs servent désormais de baisodrome homosexuelle.

« Le plus triste dans cette affaire est que l’un des députés est jeune et l’autre un bon vieux!» relate cet employé qui sait désormais travailler dans un endroit maléfique. Selon son récit, les deux amoureux étaient tellement plongés dans le goût qu’ils se sont rendu compte de sa présence après ses cris d’étonnement: «Oyo boniama nini ?»

Pantalon du costume légèrement rabaissé, le plus jeune se faisait tranquillement piper par le vieux député qui avait même les yeux fermés. Une scène honteuse qui aurait poussé l’employé de manifester son indignation auprès des deux homosexuels. Il lui aurait été exigé de fermer sa bouche au risque de subir des représailles. Mais l’employé qui est un parent d’un puissant député les aurait envoyé se faire balader avec les menaces à deux balles.

Il s’agirait de deux députés de la ville de Brazzaville élus dans les quartiers nord de la ville et membres du PCT.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Brazzaville/Moukondo : une famille refuse la dot d’un cadre des finances soupçonné être un détourneur des fonds publics

octobre 31, 2022
 Moukondo : une famille refuse la dot d’un cadre des finances soupçonné être un détourneur des fonds publics

Ce père de famille ne transige pas avec le manque des valeurs chez une personne et très jalouse de la dignité de sa famille. Il a opposé son refus catégorique à la dot de sa fille par un homme connu pour être un grand voleur de l’argent public. « Pour rien au monde ma fille n’épousera un voleur et je ne suis pas prêt à être un receleur des biens du peuple » a coupé court cet homme face aux pressions de certains membres de sa famille.

Il y a encore des Congolais de valeurs qui ne se vendent pas pour des miettes des voleurs. C’est le cas de Monsieur Ossebi, un retraité des impôts dont la fille devrait être dotée par un cadre des finances. Une humiliation que ce dernier n’oubliera jamais de sa vie.

Après une période de relation sentimentale, un cadre des finances a voulu officialiser les choses avec celle qu’il pensait faire sa troisième femme. Une fille de 27 ans sans enfant et fonctionnaire au ministère de la santé. Après avoir envoyé la lettre de demande aux parents de sa conjointe, il a été invité à se présenter accompagné de sa famille pour une communication importante de sa belle-famille.

C’est au quartier Moukondo du quatrième arrondissement de Brazzaville qu’il s’est ramené avec ses parents et quelques proches. Monsieur Ossebi qui a aussi invité pour la circonstance quelques membres de sa famille a remercié ses hôtes d’avoir répondu à son invitation avant de larguer ses missiles de croisière qui ont causé des dégâts inoubliables au prétendant de sa fille.

Il a dit avoir bel et bien reçu la lettre de demande de la main du fiancé de sa fille et après l’avoir examinée avec les siens, la décision de la rencontre a été prise pour clarifier les choses.

Monsieur Ossebi après cette brève introduction a remonté son parcours scolaire et professionnel rempli de loyauté, dignité et surtout d’éthique. Toujours dans son allocution, il a expliqué comment il a élevé et scolarisé ses enfants sans le moindre argent externe à son salaire. Tous ses biens immobiliers ont aussi été acquis grâce à la sueur de son front et est fière d’avoir servi le Congo dans les impôts sans être trompé dans les magouilles.

Pour lui, il était imaginaire que sa fille qui a été élevée sur des valeurs puisse se mettre en couple avec une personne qui n’en possède pas et qui est connue pour être un voleur des fonds publics. «  Cher fils, j’entends souvent que vous vantez vos biens ici et là…J’aimerais juste vous rappeler qu’avec votre salaire, il vous est impossible d’amasser tous ses biens ! ..Brazzaville est petite et on se connaît tous… Vos pratiques arrivent dans nos oreilles sans le moindre effort…En un mot, vous volez l’argent du Congo et c’est à cause de vous que certains compatriotes sont dans le malheur »

Une douche froide que le prétendant n’a su digérer devant sa famille et ses proches et a proférer des menaces contre Monsieur Ossebi avant d’être prié de quitter la concession. La famille Ossebi a fait savoir à leur fille qu’elle ne répondra pas de ce qui pourrait advenir si elle insistait sur sa relation avec ce voleur.

Avec Le Congolais.fr