Posts Tagged ‘Brazzaville’

Congo-Bacongo : le fils de Mvouba traité d’Ukrainien ya pamba pamba par les habitants

juillet 2, 2022

Les populations de Bacongo réputées être intransigeantes avec les députés ne laissent pas respirer les 21 candidats qui briguent les deux sièges à pourvoir dans cette circonscription électorale. C’est le fils du président du parlement Vadim Osdet Mvouba qui est le centre de leurs critiques et blagues. Parachuté par son père et le PCT, lui qui n’a jamais vécu dans cet arrondissement est traité d’Ukrainien. Il s’agit là pour les populations de le réduire en rien au moment où les Russes interviennent en Ukraine.

Vadim Osdet Mvouba dont la mère serait Russe est bizarrement traité d’Ukrainien à Bacongo, où les habitants sont contre sa candidature. «  Comment un Ukrainien peut nous représenter au parlement ? » s’indignent les habitants de cet arrondissement des sapeurs qui craignent que son père Isidore Mvouba triche et le donne victorieux.

À Bacongo, les populations refusent d’admettre que Vadim Osdet Mvouba est moitié Russe, pour eux ça serait trop lui donner des points et préfère lui attribuer la nationalité ukrainienne. Le fils de Mvouba est parmi les 21 candidats qui concourent pour les deux sièges de Bacongo.

Dans ses sorties, on peut facilement entendre les habitants lancer des insultes contre lui : «  Ukrainien ya pamba pamba ! Yénda ku Ukraine na Zelensky ! Bika Bacongo yéto ! »(Pauvre ukrainien! Va en Ukraine chez Zelensky! Laisse-nous Bacongo). Plusieurs dignitaires du régime ont laissé leurs enfants postuler pour des sièges de députés ou conseillers municipaux et cela agace la population qui voit une volonté de grand remplacement.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo-Bacongo 2 : Vadim Osdet Mvouba offre la connexion internet gratuite aux campusards de Tcheulima

juillet 2, 2022

Le candidat du Parti congolais du travail (PCT) dans la deuxième circonscription électorale de Bacongo, Vadim Osdet Mvouba, multiplie des contacts de proximité. Après les vendeurs dans les marchés, il a officiellement lancé, le 1er juillet, la connexion du campus Tcheulima à la fibre optique.

1-Vadim Mvouba lançant la connexion

Après avoir réhabilité le circuit électrique et la bâche d’eau, assaini le campus Tcheulima, le candidat Vadim Mvouba vient d’offrir de l’Internet gratuit aux étudiants de cette résidence de l’Université Marien-Ngouabi. « En vous écoutant, il fallait que je réagisse favorablement à votre requête, parce que vous incarnez par nature l’avenir de ce pays. Comme un arbre qui s’ouvre sur le monde, il nous faut vous offrir une couverture internet illimitée. Grâce à l’internet, on peut se former en ligne, grâce à internet on peut effectuer des recherches, on peut se constituer en réseaux », a-t-il rappelé.

Prêchant l’unité nationale, le candidat du PCT a appelé les étudiants à voter pour lui le 10 juillet. « Le 10 juillet, j’aurai sans doute besoin de votre soutien, j’aurai besoin de vos voix. Il me faut porter vos rêves, vos espoirs, vos expériences à l’hémicycle qui est le temple de la démocratie par excellence. La seule chose que je vous demanderai c’est de voter utile, voter pour le progrès, voter pour la modernisation de notre beau pays », a exhorté Vadim Osdet Mvouba.

Il a, par ailleurs, pris l’engagement de mettre en place un fonds de soutien au campus Tcheulima pour intégrer le tissu social afin de matérialiser le rêve des étudiants. « Tous les trois mois, le  jeune que je suis, dans la mesure du possible, viendrai abonder ce fonds parce que vos problèmes sont mes problèmes », a-t-il promis.

Le président du comité de gestion des étudiants du campus, Borgia Elenga, s’est félicité de ce geste d’autant plus que la connexion internet permettra aux étudiants de mener des recherches. « Nous avons des étudiants finalistes qui vont bientôt présenter leurs thèses. C’est un outil très important actuellement, parce qu’elle nous permettra de faire nos recherches, d’être connectés avec le reste du monde. En retour, nous lui promettons la victoire parce que nous devons respecter la loi de la nature : nous avons reçu, nous devons aussi donner. Rendez-vous le dimanche 10 juillet dans les urnes », a-t-il rassuré.

2- Le candidat du PCT offrant des parasols dans les marchés/Adiac

Notons que le 30 juin, le candidat de PCT à Bacongo 2 a distribué des parasols aux vendeurs du marché de la « Main bleue ». Vadim Mvouba a, à cette occasion, eu des échanges directs avec ses potentiels électeurs qui ont promis de voter pour lui. « Aujourd’hui, il fallait à tout prix passer par les veines pour toucher le cœur de Bacongo dans le cadre d’une campagne de proximité. Il nous faut être en phase avec les réalités locales et le seul moyen d’y parvenir, c’est d’être en immersion dans le Bacongo profond pour comprendre les véritables problèmes qui minent cette population. Il fallait donc ce contact direct », déclarait-il à l’issue de sa ronde.

Avec Adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama

Congo: Décès de Monsieur Henry ELENDE

juin 26, 2022

Athlète congolais, Henri ELENDE fut parmi les meilleurs sportifs congolais. Il était le Porte drapeau du Congo au jeux Olympiques de Tokyo 64. ll fut aussi ministre des sports (hauts commissaires aux sports) en 1972 ( CAN 72, CARA ) et enfin Directeur général des sports sous le président Pascal Lissouba.

Henri ELENDE

Avec Brazzanews

Congo-Brazzaville : Il piège le vagin de sa femme et son amant caveur voit sa langue se déchirer

mai 31, 2022
 Brazzaville : Il piège le vagin de sa femme et son amant caveur voit sa langue se déchirer

Un coureur de jupons qui sortait avec une femme mariée vit les moments difficiles depuis qu’une infection bizarre a apparu sur sa langue. La veille, il a léché abondamment le vagin d’une femme avec laquelle il entretient une liaison sentimentale. Il s’avère que l’époux de la femme qui la soupçonne d’infidélité a fait recours aux fétiches pour punir tous ses amants.

Une tragédie sexuelle dans une parcelle de la rue Bacongo à Poto Poto où un homme vit des moments difficiles depuis qu’une infection bizarre s’est déclarée sur sa langue. Apeuré, il a avoué avoir eu des rapports sexuels avec une femme mariée qui serait une voisine du quartier.

Selon des témoignages, le mari de cette femme l’aurait depuis des semaines piégé suite aux soupçons sur son infidélité. Et tout homme qui la pénétrerait verra infecté ses parties intimes, les caveurs eux leur langue. C’est le cas de Jérémie qui ne sait pas à quel saint se vouer.

Jérémie admet avoir cavé longtemps sa maîtresse la veille lors de leur rencontre dans un hôtel à Diata. Et c’est le matin qu’il a senti un changement drôle sur sa langue avant qu’il ne se mire et mesure le danger.

Au Congo, nombreux sont ces hommes mariés qui piègent traditionnellement leurs épouses infidèles et les dégâts sont légions. Leurs amants se retrouvent avec des pénis qui ne se lèvent plus ou infectés.

A Jérémie, on l’a conseillé de demander pardon à l’époux de sa maîtresse pour une guérison rapide. Sa langue ne cesse de se déchirer.

Avec Lecongolais.fr

Congo-Bacongo: ne buvant que de l’eau minérale, la caniche d’une parisienne kidnappée par les voisins

mai 16, 2022
 Bacongo: ne buvant que de l’eau minérale, la caniche d’une parisienne kidnappée par les voisins

Dans le deuxième ar­ron­dis­se­ment de Braz­za­ville où al­ler en France ou y avoir un membre de sa fa­mille est l’évan­gile, une congo­laise de la dia­spora dite pa­ri­sienne en va­cances est dans tous ses états. Son chien de race Ca­niche qu’il a ra­mené de France a été kid­nappé par les jeunes du quar­tier qui ne sup­por­taient plus son or­gueil. Elle consi­dé­rait son chien plus que sa fa­mille et les voi­sins et les der­nières courses de l’ani­mal faites au centre-ville ont poussé à bout le voi­si­nage en com­pli­cité avec la fa­mille de la pa­ri­sienne. La Ca­niche est por­tée dis­pa­rue.

Bien avant d’al­ler en France il y a six ans, Ly­die Ma­longa ne gé­rait même pas leur chien au nom de Tou­pas qui se nour­ris­sait dans les pou­belles du quar­tier. Et cela, les voi­sins le lui ont rap­pelé après qu’elle a mon­tré à tout le monde que sa Ca­niche ve­nue de France était plus im­por­tante.

C’était son pre­mier re­tour au pays après six ans en France, et comme toute bonne pa­ri­sienne de Ba­congo, il fal­lait mar­quer la dif­fé­rence. Sa fa­mille a été déjà sur­prise de la voir sor­tir de l’aé­ro­port de Maya Maya chien dans les bras. Pour les uns c’était du ma­ta­lana in­utile, pour les autres, une évo­lu­tion après un sé­jour en Eu­rope.

Les pre­miers jours de son sé­jour dans le quar­tier les langues vont com­men­cer à se dé­lier après avoir constaté que la Ca­niche ne bu­vait que de l’eau mi­né­rale et se nour­ris­sait des courses faites dans les su­per­mar­chés du centre-ville de Braz­za­ville.

Ly­die Ma­longa osait même en­traî­ner sa Ca­niche dans la sa­po­lo­gie avec des vê­te­ments de marque quand elle traî­nait dans les ter­rasses de Ba­congo. «  C’est elle-même qui a poussé les gens à haïr son chien » com­mente le voi­si­nage.

Per­sonne en tout cas dans le quar­tier ne com­pa­tit avec la pa­ri­sienne qui pleure la dis­pa­ri­tion de son chien. Les gens se de­mandent même comme peut-on se plaindre au­tant pour un simple chien fut-il pa­ri­sien ?

Quelques jeunes du quar­tier en com­pli­cité avec les membres de la fa­mille de la pa­ri­sienne ont or­ga­nisé le kid­nap­ping de la Ca­niche em­por­tés par la haine. Alors que la pa­ri­sienne pre­nait sa douche, le chien a été en­levé et per­sonne ne veut dire quoique ce soit à pro­pos. Il a été de­man­der à la pa­ri­sienne d’ou­blier et de pas­ser à autre chose, ce n’est qu’un chien après tout.

Ly­die Ma­longa, a quitté le do­mi­cile fa­mi­lial avant son re­tour en France et a pro­mis de cou­per les liens avec sa fa­mille et le quar­tier si sa Ca­niche n’ap­pa­rais­sait pas. Mais per­sonne ne la prend au sé­rieux et bien au contraire elle est vic­time des mo­que­ries.

Avec Lecongolais.fr

Congo-Commémoration : l’UDH-Yuki s’est souvenue de Guy-Brice Parfait Kolelas

mars 22, 2022

L’Union des démocrates humanistes-Yuki (UDH-Yuki) a célébré, le 21 mars à Brazzaville, l’an 1 de la disparition de son président fondateur, Guy-Brice Parfait Kolélas. Une commémoration couplée à la levée du deuil porté en sa mémoire.

Une vue des participants à la cérémonie

Une messe d’action de grâce a été dite, pour l’occasion, en la paroisse Saint-Pierre Claver de Bacongo pour marquer l’événement.  Dans son homélie tirée des saintes écritures, le curé de la paroisse, le père Jean de Dieu Mpassi, officiant le culte, a salué la mémoire de Guy-Brice Parfait Kolélas, la pertinence de son jugement et sa foi en Dieu et en l’homme. « Il portait en lui quelque chose d’invincible, l’ambition d’une fraternité qui devait habiter chaque homme politique », a-t-il dit.

Par contre, dans son mot de circonstance, le secrétaire général de l’UDH-Yuki, Cyr Rodrigue Mayanda, a rappelé les qualités de l’homme.  « Un humaniste pacifique, altruiste qui s’oubliait pour penser aux autres, un personnage qui s’était détaché de tout bien matériel car vanité des vanités, à l’image de son père Bernard Bakana Kolélas ». Il a rappelé le dernier message de l’illustre disparu, le 20 mars 2021 depuis son lit d’hôpital et en pleine agonie,  à savoir « Battez-vous », forme de testament légué aux militants et sympathisants de ce parti.

Cyr Rodrigue Mayanda a rappelé les aspirations du président fondateur. « Toute sa vie durant, il a donné à sa famille tant biologique que politique et surtout à son pays le Congo, un nouveau visage, un visage humain à travers sa vision et son projet de société  » Le plan parfait pour le redressement du Congo  » », a-t-il indiqué.

 Projet de société qui, selon lui, avait pour ambition de réformer en profondeur le Congo et qui avait, entre autres, des piliers comme la décentralisation intégrale consistant en une refonte de l’organisation territoriale et administrative du pays pour une meilleure efficacité socioéconomique, financière et politique; un meilleur brassage des richesses et diverses cultures du Congo afin de juguler le lancinant problème d’ethnocentrisme et de tribalisme.

Quelques dirigeants de l’opposition et de la société civile ont rehaussé de leur présence cette cérémonie au nombre desquels Clément Mierassa du PSDC, Jean-Jacques Yhombi- Opango du RDD, Claudine Munari du MUST, Michel Mampouya du PSVR, Hellot Matson Mampouya de la DRD, Joe Washington Ebina de la société civile.

Avec Adiac-Congo par Jean Jacques Koubemba

Congo-Disparition : dernier hommage de la République à Jean-Joseph William Otta

mars 16, 2022

La République reconnaissante a rendu, le 15 mars au Palais des congrès de Brazzaville, un dernier hommage à l’ancien secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean Joseph William Otta, décédé le 1er janvier dernier à Paris, en France, à l’âge de 77 ans.

Le Premier ministre s’inclinant devant la mémoire de William Otta/DR

C’est le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso, qui s’est, au nom du président de la République, incliné devant la mémoire de l’illustre disparu, déposant une gerbe de fleurs, peu avant son inhumation au cimetière du centre-ville de Brazzaville où il reposera pour l’éternité. La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement et des représentants des institutions du pays ainsi que les membres de la famille biologique de Jean-Joseph William Otta.  

Ancien député de Kellé, dans le département de la Cuvette-Ouest, il a occupé plusieurs fonctions administratives et politiques au Congo, dont celles de secrétaire d’Etat à la Coopération dans le gouvernement de transition de 1992. William Otta fut également directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale et secrétaire général de la mairie de Brazzaville. Il est président fondateur du Parti du peuple.

L’ancien ministre, Grégoire Lefouoba, à qui revenait la charge de prononcer l’oraison funèbre, a salué la mémoire d’un homme plein d’humanisme. « Ce corps sans vie…est une légende pour ceux qui l’ont connu. Il laissera dans notre mémoire sa gentillesse, son sens du partage, sa capacité à se mettre en cause, son amour pour sa contrée, son respect de l’intelligence… », a-t-il déclaré.

Des témoignages

Bonaventure Mbaya, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports : « Pour des gens comme nous, le vieux William Otta était un aîné qui nous a aussi encadrés pendant que nous étions jeunes. Nous étions des jeunes ministres mais eux les aînés, ils se sont occupés de nous ».

Serge Michel Odzocki, ancien ministre des Sports et de la Jeunesse : « Avant d’être un homme public, c’est d’abord un parent. Le souvenir que je garde de lui c’était un homme intègre qui avait son franc-parler. Il était très ouvert ».

Avec Adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama

RDC-Vie des partis : l’UDH-Yuki se réconcilie

mars 12, 2022

Après plusieurs mois de dissensions entre la frange dirigée par le premier vice-président, Pascal Ngouanou, et celle du député Joseph Badiabio, dues à l’interprétation plus ou moins controversée des textes fondamentaux du parti, les deux ailes de l’UDH-Yuki ont fini par enterrer la hache de guerre et se réconcilier à l’issue de l’assemblée générale tenue le 12 mars, au siège du parti, à Brazzaville.

L’Assemblée générale

« A l’étape actuelle, il est évident que nos efforts devraient se focaliser avant tout sur les élections législatives couplées aux locales et préparer par la suite, en toute responsabilité, le congrès du parti dans les délais raisonnables. Point n’est besoin de vous rappeler que toute scission du parti consécutive à nos égocentrismes serait très difficile à assumer à terme », a dit le député Joseph Badiabio, invitant les membres de l’UDH-Yuki au ressaisissement.

Il a souligné que cette réconciliation initiée par sa frange ne devrait pas susciter du triomphalisme pour les uns et une affliction pour les autres. « Nous devrons tous apprendre de nos erreurs pour repartir du bon pied et regarder désormais ensemble dans la même direction », a-t-il ajouté.

Le député a saisi cette opportunité pour lancer un appel à tous les responsables, militants et sympathisants à se surpasser et à œuvrer pour le seul combat collectif en adéquation avec le message testamentaire du président Guy-Brice Parfait Kolélas. « Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise », a renchéri Joseph Badiabio.

De son côté, le premier vice-président de l’UDH-Yuki, Pascal Ngouanou, a salué la date du 12 mars qui, selon lui, restera marquée en lettres d’or dans les annales de l’histoire de cette formation politique. Une date qui marque la fin des soubresauts qui ont conduit le parti au bord de l’implosion.

« Heureusement que nous nous sommes ressaisis, que nous avons placé l’intérêt supérieur du parti au-dessus de nos petits intérêts personnels et égoïstes. Nous avons fait preuve d’oubli de soi, de fidélité au parti et à notre regretté président Guy-Brice Parfait Kolélas », a-t-il signifié.

 Pascal Ngouanou a félicité Joseph Badiabio qui n’a ménagé aucun effort et a fait preuve de beaucoup de détermination, de patience et de persuasion pour parvenir à ce dénouement. « Qu’il trouve ici l’expression de notre sincère gratitude », a-t-il dit, s’adressant à ce dernier. Pour relever ces défis, a-t-il fait savoir, il faut de l’ordre, de la discipline de chaque instant et beaucoup de rigueur dans le comportement politique de chacun des membres. Il a enfin rappelé à tous les participants les nombreux défis qui les attendent et qui exigent d’eux beaucoup de travail et de clairvoyance.

Avec Adiac-Congo par Jean Jacques Koubemba

Congo-Plateau des 15 ans : grâce à ses 8 gars Facebook, Naomie reçoit 500000 frs chaque mois

mars 8, 2022

Dans la rue Nko au plateau des 15 ans (Moungali), à Brazzaville, Naomie qui loue un studio moderne à 50.000 frs se vante d’avoir un salaire mensuel fixe de 500.000 frs bien qu’elle soit sans emploi. Son bailleur est très content de cette locataire qui paie toujours en avance le loyer et qui lui offre parfois des petits cadeaux. En réalité Naomie gère 8 hommes Facebook et transférés sur Whatsapp qui lui envoie chacun 100 euros ( 65000 frs ) chaque mois. Elle vit mieux qu’un enseignant et plusieurs militaires.

Au Congo, nombreuses sont les filles qui ont fait des réseaux sociaux leur objectif principal pour décrocher le jackpot en amour. Elles sont toujours stressées quand la connexion déconne et ne peuvent se passer de leurs téléphones.

C’est le cas de Naomie, âgée de 25 ans qui a quitté le toit familiale de Kinsoudi pour vivre en indépendante au plateau des 15 ans où elle loue un studio moderne à 50000 frs. Grâce à sa beauté et photos qu’elle poste souvent sur son profil Facebook que des hommes du monde entier tentent leur chance.

De tous es dragueurs universels 8 d’origine du Congo Brazzaville dont 1 de Kinshasa sont devenus des titulaires de Naomie. Elle avoue avoir déjà passé des bons moments physiquement avec 4 d’entre eux.

Le premier à voir physiquement est le Kinois qui a atterri d’abord à Brazzaville avant de rejoindre Kinshasa en provenance de la France. C’est dans son studio que les deux amoureux ont passé quelques jours à l’arrivée comme au départ de l’homme au Congo. Très amoureux et tendre, le Kinois a ramené un ordinateur portable, un Samsung dernier modèle et d’autres cadeaux à Naomie qui en a fait son titulaire principale. «Mon Kinois a pésa a tala té ! » confie la fille.

Le deuxième homme a profité de Naomie est un vieux Congolais vivant en Allemagne avec lequel elle a passé un séjour de rêve, visitant la partie nord du pays. A son retour, le vieux Congolais lui a laissé la somme de 500 euros.

Le troisième est un autre Congolais de Pointe-Noire vivant en France qui l’a fait venir sur les terres des Vili. Les deux ont passé une semaine ensemble avant que Naomie revienne sur Brazzaville le sac plein des cadeaux.

C’est à Dakar au Sénégal que Naomie a voyagé pour faire la rencontre de son quatrième gars Facebook. Pendant deux semaines, le couple a profité des merveilles du pays de la Téranga. Naomie est rentrée avec une grossesse qu’elle a évacué pour éviter de compromettre son avenir amoureux. Elle attend pour Juin le cinquième de ses gars vivant en France et originaire du Congo aussi.

A l’instar de Naomie, plusieurs filles au Congo mènent cette vie de facilité qui leur procure de l’argent, mais leur expose aussi à certains pervers qui exigent d’elles des images et vidéos intimes et toutes sortes de pratiques sexuelles.

«  Tous nos gars d’Europe se plaignent de leurs femmes devenues insupportables et impolies et nous essayons de les apporter de la douceur qu’ils n’obtiennent pas dans leurs foyers pour les mariés. » reconnaît Naomie qui est consciente des risques de ce poker menteur.

Avec son salaire fixe de 500000 frs, elle affirme avoir déjà acheté une parcelle à Pointe-Noire en dehors de s’occuper de ses parents. Avec cet argent, elle peut désormais mener une vie décente loin de la folie selon son témoignage. « J’évite d’être surprise par l’argent e je me contrôle, car cette vie n’est pas éternelle, un jour je dois arrêter avec »

Avec Sacer-Infos par Stany Frank

Congo-Diaspora: Hardos Massamba rend hommage au Cardinal Émile Biayenda

mars 5, 2022

Avec Hardos Massamba