Posts Tagged ‘Brazzaville’

Commémoration : la ville de Verquin honore la mémoire des soldats africains morts pour libérer la France

octobre 30, 2020

Pendant que Brazzaville vivait au rythme des travaux du colloque international « De Gaulle et Brazzaville, une mémoire partagée entre la France, le Congo et l’Afrique », Verquin dans le Haut de France, en souvenir de Brazzaville, honorait les combattants africains pour la liberté du monde.

Verquin en France lors de l'hommage rendu aux combattants africains morts pour la France

Photo : Verquin en France lors de l’hommage rendu aux combattants africains morts pour la France Crédit photo : Verquin Seja

Mardi 27 octobre dernier, a été commémoré le 80e anniversaire du Manifeste de Brazzaville. Cet événement a donné lieu, à la fois au Congo Brazzaville, dont la capitale devint, en octobre 1940, la capitale de la France libre et à Verquin, petite ville du Pas-de-Calais, devant un ensemble de sculptures érigées en hommage aux combattants africains qui ont contribué à la victoire de la France libre et des forces alliées contre le nazisme.

Cette cérémonie placée sous l’égide de l’ambassade du Congo à Paris s’est déroulée en présence de Chantal Ambroise, sous-préfète de Béthune, Félix Mokiemo, ministre conseiller près l’ambassade du Congo en France, Thierry Tassez, maire de la ville hôte et Anatole Collinet Makosso, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, invité d’honneur de cette commémoration et qui pour la circonstance  a été élevé en qualité de citoyen d’honneur de la ville de Verquin.

En cette année 2020, consacrée au général de Gaulle, natif de Lille, les élèves des écoles de Verquin ont travaillé sur le Congo en abordant différents aspects. Par exemple, durant une semaine, ils ont  appris à connaître la situation géographique du Congo en commençant à s’intéresser à sa faune et sa flore, sa littérature, sa cuisine et la musique et ses contes.

Selon le maire de Verquin, de cette éducation des jeunes à la découverte du monde, naîtront les armes pour lutter contre le racisme et cultiver le « vivre ensemble ». Dans la continuité de sa pensée, il a invité le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation du Congo pour  recevoir une médaille de la ville pour  son travail dans le cadre de la poursuite du droit à l’éducation aux enfants congolais durant la crise sanitaire du moment.

Tout en remerciant le peuple congolais, à l’époque de l’empire, d’avoir su donner la dignité à la France, le maire s’est engagé à effectuer les démarches afin d’inscrire sur la liste des commémorations en France, le 27 octobre comme date de la commémoration du Manifeste de Brazzaville.

A titre symbolique,  Chantal Ambroise, Anatole  Collinet Makosso, Thierry Tassez, Félix Mokiemo, ont déposé des gerbes de fleurs pour honorer la mémoire de ces soldats africains morts pour la France.

Avec Adiac-Congo par Marie Alfred Ngoma

France/Attentat islamiste à Nice : «C’est la France qui est attaquée», dénonce Emmanuel Macron

octobre 29, 2020

Des policiers gardent la rue menant à la basilique Notre-Dame de l’Assomption, à Nice.

Selon une source policière au Figaro, une première femme, âgée et venue prier de bon matin, a été retrouvée égorgée et «quasiment décapitée» près du bénitier dans l’édifice religieux. Un homme, le sacristain, a également été retrouvé égorgé dans l’église. Une seconde femme, qui avait réussi à se réfugier dans un café voisin, y a perdu la vie, le corps lardé de plusieurs coups de couteaux. L’attaque a également fait plusieurs blessés.

La police municipale a interpellé l’auteur des faits, qui a été transporté à l’hôpital à la suite d’une blessure par balle. Il s’agirait d’un Tunisien de 21 ans qui se nomme Brahim Aouissaoui. Non demandeur d’asile en France, il serait arrivé par Lampedusa fin septembre. Il aurait déclaré avoir agi seul et revendiquerait les faits, sans plus de précisions à l’heure actuelle.

Le président Emmanuel Macron s’est rendu sur place. Devant la basilique Notre-Dame, il a dénoncé une « attaque terroriste islamiste ». Une réunion de crise a par ailleurs été ouverte à l’Intérieur, présidée par le ministre Gérald Darmanin. Le premier ministre Jean Castex a de même quitté l’Assemblée pour participer à la réunion.

Le parquet antiterroriste a ouvert immédiatement une enquête pour «assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste criminelle». Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard s’est rendu sur place.

Jean-Yves Le Drian lance « un message de paix au monde musulman »

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a lancé un «message de paix au monde musulman», en soulignant que la France était le «pays de la tolérance», pas du «mépris ou du rejet».

«N’écoutez pas les voix qui cherchent à attiser la défiance. Ne nous laissons pas enfermer dans les outrances d’une minorité de manipulateurs», a-t-il déclaré lors de l’examen du budget de son ministère à l’Assemblée nationale.

L’assaillant est un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa

L’attaquant au couteau est un Tunisien de 21 ans qui se nomme Brahim Aouissaoui. Non demandeur d’asile en France, il était arrivé en Europe par Lampedusa fin septembre, où il avait été mis en quarantaine par les autorités italiennes avant d’être visé par une obligation de quitter le territoire italien et laissé libre, a ajouté cette source. Il est sur le territoire français depuis le début du mois d’octobre.

Selon certaines sources judiciaires, son identité n’est pas encore formellement confirmée. Les enquêteurs ne disposeraient pour l’instant que d’un document de la Croix rouge italienne correspondant à l’identité de Brahim Aouissaoui.

«Fermeté et unité, telle est la ligne que nous devons suivre», insiste Macron

Le chef de l’État, devant la basilique Notre-Dame de Nice, a ensuite appelé les Français à «l’unité de tous» et à «ne rien céder à l’esprit de division». «Fermeté et unité, telle est la ligne que nous devons suivre», a-t-il insisté avant de clore son allocution.
Des policiers surveillent les abords de la basilique Notre-Dame de l’Assomption à Nice, quelques heures après l’attentat terroriste islamiste.

Macron : «Je veux dire le soutien de la nation tout entière aux catholiques»

Lors de son allocution à la presse, devant la basilique Notre-Dame de Nice, le président Emmanuel Macron a souhaité avant tout «dire le soutien de la nation tout entière aux catholiques de France et d’ailleurs».

Le président français parle aux médias à Nice.
«Après l’assassinat du père Hamel à l’été 2016, c’est une nouvelle fois les catholiques qui sont attaqués dans notre pays, menacés», a ajouté le chef de l’État, se référant à l’assassinat du père Jacques Hamel, égorgé dans son église par des terroristes islamistes le 26 juillet 2016 à Saint-Étienne-du-Rouvray.

«La nation tout entière se tient à leurs côtés et se tiendra pour que la religion puisse continuer de s’exercer librement dans notre pays», a poursuivi le chef de l’État.

«Très clairement, c’est la France qui est attaquée», a poursuivi Emmanuel Macron, notamment accompagné du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, du ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti, du maire de Nice Christian Estrosi et du président des évêques de France Mgr Éric de Moulins-Beaufort.

Au même moment, un site consulaire français était attaqué en Arabie-Saoudite à Jeddah, a rappelé le chef de l’État – un vigile du consulat français à Jeddah a en effet été blessé au couteau ce jeudi matin. Et «au même moment, des interpellations sur notre territoire se faisaient», a continué le président.

«Si nous sommes attaqués (…) c’est pour les valeurs qui sont les nôtres, pour notre goût de la liberté, pour cette possibilité sur notre sol de croire librement (…). Nous n’y céderons rien», a poursuivi Emmanuel Macron devant la presse, à Nice. Le président a également annoncé le passage de 3000 à 7000 militaires pour l’opération Sentinelle.

Lors de son déplacement à Nice, le président de la République a dénoncé, lors d’un point presse, «une attaque terroriste islamiste».
Emmanuel Macron lors d’un point presse, à Nice, ce jeudi. AFP

De nombreuses églises viennent de sonner le glas à 15 heures, à Strasbourg, Mulhouse, La Rochelle, Nantes, Lourdes et Paris.

Cette décision survient après un appel de la conférence des évêques de France (CEF), qui a invité dans un communiqué les catholiques à prier pour les victimes : «Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur (…) Partout où cela sera possible, le glas des églises de France sonnera aujourd’hui à 15h. Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes».

Dans la capitale, le glas de la cathédrale Notre-Dame de Paris, toujours en travaux, a retenti à 15h. Plusieurs passants se sont alors recueillis sur le parvis, tandis que des policiers surveillaient leurs alentours, rapporte notre journaliste Alban Barthélémy sur place :

Le glas de Notre-Dame est sonné par les compagnons et architectes en chef du chantier de sécurisation de la cathédrale, précise une journaliste de Paris Notre Dame, le journal du diocèse de Paris.

À Nantes, l’église Sainte-Croix a également sonné le glas, rapporte un journaliste sur place :

Le glas a également été sonné à Lourdes, tandis que le rosaire était récité pour les victimes de l’attentat.

En janvier 2015, après l’attentat contre le pourtant très anticlérical hebdomadaire Charlie Hebdo, les cloches des églises de France avaient déjà sonné le glas. Après les attentats du 13 novembre 2015, c’est le glas de Notre-Dame de Paris qui avait retenti.

«À la suite de l’attentat de ce matin à la basilique Notre-Dame de Nice, l’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, présidera une messe à l’intention des victimes à 15h15 à Saint-Sulpice, après la sonnerie du glas», a annoncé le diocèse de la capitale dans un communiqué.

À 20h30, Mgr Michel Aupetit rencontrera le premier ministre Jean Castex à Matignon. Il donnera une conférence de presse à l’issue de sa rencontre, précise le diocèse.

Selon nos informations, l’individu, né en 1994 et connu des services de renseignements, était vêtu d’une djellaba et d’une veste de treillis. Son arrestation a semble-t-il permis d’éviter une nouvelle tragédie.

L’Arabie saoudite a «condamné avec force» l’attentat survenu à Nice dans la matinée. «Nous condamnons avec force et dénonçons l’attaque terroriste qui a fait des morts et des blessés (…) à Nice, en France», a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter. «Nous réitérons le rejet catégorique du royaume à de tels actes extrémistes qui sont contraires à toutes les religions, les croyances et le bon sens», ajoute le texte.

Il appelle en outre à «rejeter les pratiques qui entraînent la haine, la violence et l’extrémisme».

Trois personnes ont été tuées ce matin. La première des victimes était une femme âgée d’environ 70 ans. La deuxième victime, une trentenaire, a succombé aux nombreux coups de couteau donnés par l’assaillant. Enfin, la troisième victime n’était autre que le sacristain de l’église, Vincent, père de deux filles.

Emmanuel Macron est arrivé à Nice, en compagnie notamment du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti est à ses côtés, ainsi que Christian Estrosi, le maire de la ville.
Éric Dupond-Moretti, Gérald Darmanin, Emmanuel Macron et Christian Estrosi, ce jeudi, à Nice. AFP

La président de la République est actuellement en train de discuter avec des forces de l’ordre présentes sur place. Les policiers municipaux ont effectivement contribué à l’interpellation de l’auteur des faits ce matin.

Le grand imam de la mosquée et université Al-Azhar, l’un des plus hauts dignitaires de l’islam sunnite, a condamné et dénoncé dans un tweet «cet abominable attentat terroriste». «Il n’y a aucune justification pour ces actes terroristes haineux qui contredisent les enseignements tolérants de l’islam et de toutes les religions divines», a-t-il poursuivi. Il met également en garde contre «l’escalade de la rhétorique de la violence et de la haine» et appelle à «la prédominance de la voix de la sagesse».

Les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande ont tous deux dénoncé un acte de «barbarie», Nicolas Sarkozy appelant la France à «faire preuve d’une détermination sans faille» contre «les ennemis de la démocratie», François Hollande affirmant que «la démocratie est notre arme» face au «terrorisme islamiste».

«Je suis proche de la communauté catholique de Nice, en deuil après l’attaque qui a semé la mort dans un lieu de prière et de consolation. Je prie pour les victimes, pour leurs familles et pour le bien-aimé peuple français, afin qu’il puisse réagir au mal par le bien», a réagi officiellement le pape François sur son compte Twitter.

«Dès la nouvelle de cet attentat à Nice, la responsable de la sécurité de la cathédrale pour l’État est d’ailleurs venue me trouver pour voir si nous ne devions pas renforcer notre dispositifconfie à La Vie l’archevêque de Rouen, Mgr Dominique Lebrun, qui avait été confronté en 2016 à l’assassinat islamiste du père Hamel. Mais nous ne devons pas céder devant la peur. Nous ne devons pas fermer nos églises.»

« C’est un moment de tristesse, dans un moment de confusion. Le terrorisme et la violence ne peuvent jamais être acceptés », a déclaré Matteo Bruni, directeur de la salle de presse du Vatican, ce 29 octobre , rapporte l’agence de presse romaine I.Media. «L’attentat d’aujourd’hui a semé la mort dans un lieu d’amour et de consolation, comme la maison du Seigneur », ajoute-t-il. Le pape selon lui est informé de la situation et se fait proche de la communauté catholique en deuil. «Il prie pour les victimes et leurs proches, pour que la violence cesse, pour qu’on recommence à se regarder comme frères et soeurs et non comme des ennemis, pour que le peuple français puisse réagir uni contre le mal, avec le bien.»La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé la «solidarité» de l’Allemagne avec la France. «Je suis profondément bouleversée par les meurtres cruels dans une église à Nice», a déclaré la dirigeante citée sur le compte Twitter du porte-parole du gouvernement allemand. «Dans ces heures difficiles, l’Allemagne adresse sa solidarité à la nation française», a-t-elle ajouté.

La Turquie a «fermement» condamné l’attaque «sauvage» au couteau de Nice, mettant de côté les vives tensions entre Ankara et Paris pour exprimer sa «solidarité».

«Nous condamnons fermement l’attaque qui a été commise aujourd’hui à l’intérieur de l’église Notre-Dame de Nice (…) et présentons nos condoléances aux proches des victimes», a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Il est clair que ceux qui ont commis une telle attaque sauvage dans un lieu de culte sacré ne peuvent s’inspirer de quelque valeur religieuse, humaine ou morale que ce soit», a ajouté le ministère, exprimant sa «solidarité avec le peuple français face au terrorisme et à la violence».

Le premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit, dans un tweet en français, «sous le choc» après «l’attaque barbare» qui a fait au moins trois morts dans une église de Nice, dans le sud-est de la France.

«Je suis sous le choc d’apprendre la nouvelle de l’attaque barbare au sein de la basilique Notre-Dame à Nice. Nos pensées vont aux victimes et à leurs familles, et le Royaume-Uni est aux côtés de la France pour lutter contre la terreur et l’intolérance», a-t-il écrit.

L’auteur de l’attaque au couteau a crié «Allah Akbar» en accomplissant son geste, selon une source proche de l’enquête citée par l’AFP.

Le plan vigipirate est porté au niveau «urgence attentat» sur l’ensemble du territoire national après l’attentat de Nice, vient d’annoncer devant l’Assemblée nationale Jean Castex, précisant qu’un conseil de défense aurait lieu vendredi matin.

Le premier ministre a également dénoncé une «attaque aussi lâche que barbare qui endeuille le pays tout entier».

Deux fidèles, qui connaissaient le sacristain assassiné, témoignent, bouleversées, devant un journaliste de Nice Matin: «C’était un homme calme, très calme. Il ne disait rien, il servait l’église. Il était tout le temps à l’écoute (…).»«Il est urgent que cette gangrène soit stoppée comme il est urgent que nous retrouvions l’indispensable fraternité qui nous tiendra tous debout face à ces menaces», ajoutent les évêques dans leur communiqué.«C’est parce qu’elles se trouvaient dans la Basilique que ces personnes ont été attaquées, assassinées. Elles représentaient un symbole à abattre»commente la CEF dans un communiqué«Ces assassinats nous rappellent le martyre du Père Jacques Hamel. À travers ces actes horribles, c’est tout notre pays qui est touché. Ce terrorisme vise à installer l’angoisse dans toute notre société.» 

La conférence des évêques de France (CEF) a appelé dans un communiqué à un hommage à 15h, invitant les catholiques à prier pour les victimes et toutes les églises du territoire national à faire sonner le glas : «Malgré la douleur qui les étreint, les catholiques refusent de céder à la peur (…) Partout où cela sera possible, le glas des églises de France sonnera aujourd’hui à 15h. Les catholiques seront invités à une prière pour les personnes victimes».

À Rome, les cloches de l’église Saint-Louis-des-Français sonneront également le glas à 15h.Après les départs à Nice d’Emmanuel Macron, Gérald Darmanin (Intérieur) et Éric Dupond-Moretti (Justice), et Jean Castex à l’Assemblée nationale, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, assure la présidence de la cellule interministérielle de crise à Beauvau, a indiqué le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

Le président de la République se rendra à la basilique Notre-Dame de Nice en début d’après-midi, a indiqué l’Élysée à la mi-journée. Il sera accompagné du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, du ministre de la Justice Éric Dupont-Moretti, de Jean François Ricard, chef du parquet national antiterroriste ainsi que de Mgr de Moulin Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, précise l’Élysée dans un communiqué. Emmanuel Macron échangera avec les forces de sécurité et secours mobilisées sur place. Il rencontrera sur place le maire de Nice, Christian Estrosi ainsi que les députés Cédric Roussel et Eric Ciotti.

Selon des sources policières du Figaro, deux heures après l’attaque de la basilique de Notre-Dame de Nice, un homme a tenté d’attaquer des policiers à Avignon, dans le quartier de Montfavet. Il a été abattu par les forces de l’ordre vers 11h15.

«Ma tristesse est infinie en temps qu’humain devant ce que d’autres êtres, dits humains, peuvent commettre», a réagi Mgr André Marceau, évêque de Nice, dans un communiqué ce jeudi en fin de matinée. «À cet instant, toutes les églises de Nice sont fermées jusqu’à nouvel ordre, et placées sous protection policière», indique-t-il.

«Toutes mes prières rejoignent les victimes, leurs proches, les forces de l’ordre en première ligne de cette tragédie, prêtres et fidèles meurtris dans leur foi et leur espérance, ajoute Mgr Marceau. Que l’esprit de pardon du Christ prévale face à ces actes barbares.»

«Je suis profondément choqué et attristé par la nouvelle de l’horrible attentat de Nice. Cette douleur est ressentie par nous tous en Europe, a réagi David Sassoli, président du Parlement européen, sur son compte Twitter. Nous avons le devoir de nous unir contre la violence et ceux qui cherchent à inciter et à répandre la haine.»

«Solidarité avec les famillles des victimes et tous les habitants de Nice, une nouvelle fois frappée au coeur. Restons unis et déterminés de toutes nos forces pour faire face à la menace du terrorisme islamiste sur notre pays», a réagi l’ancien premier ministre et ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

«Pensée de compassion affligée pour les victimes de l’attentat de Nice. Solidarité émue avec les catholiques de France», a réagit ce matin le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.
Interrogée par un reporter de Nice Matin, une Niçoise témoigne : «souvent, je passe le matin (dans la basilique), pour mettre un cierge. Cela aurait pu être moi».

Une autre femme, à quelques mètres du drame, s’indigne et crie sa rage, à quelques mètres du drame, rapporte encore Nice Matin. 

Les premières images des agences de presse montrent les forces de l’ordre continuer de boucler le secteur de la basilique Notre-Dame et des riverains sous le choc, après l’attentat terroriste ayant causé la mort de trois personnes.

Les forces spéciales du Raid, unité d’élite de la police nationale du Raid, ont investi la basilique.

«Drame à Nice. Ma prière pour les victimes et leurs proches. Dimanche, pour la Toussaint, nous entendrons le Seigneur : Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu. Heureux si l’on vous persécute à cause de moi. Car votre récompense sera grande dans les cieux», écrit l’archevêque du diocèse de Reims et président de la Conférence des évêques de France, Mgr de Moulins-Beaufort, dans un tweet en hommage aux victimes.

«Ma prière toute spéciale encore pour les diocésains de Nice et Mgr Marceau, leur évêque. Qu’ils sachent se soutenir dans cette épreuve et soutenir ceux qui sont éprouvés dans leur chair», a-t-il ajouté.Prêtre à Versailles, blogueur influent et régulièrement invité sur les plateaux télévisés, l’abbé Pierre-Hervé Grosjean a réagi ce matin sur Twitter à l’attaque survenue dans le secteur de la basilique Notre-Dame de Nice : « Immense peine après l’attentat dans l’église Notre Dame de Nice. Communion avec les prêtres, les paroissiens, le diocèse. Prière pour les défunts, tués parce qu’ils étaient chrétiens. Prière et… immense colère contre ces barbares islamistes, qui viennent nous attaquer si lâchement», a-t-il écrit.

«Les fleurs et les bougies ne suffiront pas», a-t-il poursuivi dans un second tweet. « Nous croyants, nous prierons pour les défunts et leurs proches, pour la conversion du coeur des barbares… mais la mission des politiques, ce n’est pas les fleurs ni les bougies. C’est de nous protéger contre cet ennemi et de le vaincre», a-t-il insisté.

«Aujourd’hui, nous sommes en train de payer un tribut beaucoup trop lourd en étant une fois de plus victimes de l’islamo-fascisme (…) Cela ne fait aucun doute, (…) il n’a cessé de répéter ‘Allah akbar’», a précisé à la presse Christian Estrosi.
«Je condamne avec force l’attentat terroriste qui s’est produit près de la basilique Notre-Dame de Nice. En signe de deuil et de solidarité avec les victimes et leurs proches, j’appelle les musulmans de France à annuler toutes les festivités de la fête du Mawlid», commémoration de la naissance du prophète Mahomet, a réagi jeudi matin sur Twitter le Conseil français du culte musulman (CFCM).

«Mes premiers mots sont des mots de compassion à l’égard des proches et des familles des victimes, ainsi que pour tous ceux de la communauté paroissiale de la basilique Notre-Dame de Nice», a déclaré à la presse le maire de la ville. Il s’est également adressé à «tous les Niçois qui sont sous le coup de l’émotion», et a rendu «hommage aux forces de l’ordre».

Avec Lefigaro par Bénedicte Lutaud, Margaux d’Adhémar, Christophe Cornevin et Steve Tenré

Congo: Manifeste de Brazzaville. La solidarité au cœur de l’Appel du général de Gaulle

octobre 27, 2020

 

A l’ouverture, mardi 27 octobre, du colloque « De Gaulle et Brazzaville : une mémoire partagée entre la France, le Congo et l’Afrique », l’essentiel des allocutions a porté sur la volonté des intervenants de voir les parties concernées œuvrer à l’avènement d’une relation nouvelle tournée vers la solidarité et le respect mutuel.

Pendant deux heures, les chefs d’Etat et de délégation ont salué la célébration dans la capitale congolaise, ancienne capitale de la France libre, des 80 ans de la signature par le général Charles de Gaulle du Manifeste appelant à ne pas capituler face à l’Allemagne nazie. Ils ont plaidé pour que soit reconnue, à sa juste valeur, la place tenue par l’Afrique dans la mobilisation qui permit de triompher de l’occupant pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les présidents Denis Sassou N’Guesso, Idriss Déby Itno, Faustin Archange Touadera, Félix Tshisekedi, les Premiers ministre gabonais et camerounais, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, la secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo et d’autres personnalités, parmi lesquelles, le président de la Fondation Charles de Gaulle, Hervé Gaymard et le maire de Brazzaville, Dieudonné Bantsimba, ont mentionné l’intérêt pour la France et l’Afrique de se mettre ensemble face aux défis communs du terrorisme, de la pauvreté et de la crise sanitaire de covid-19.

Avec Adiac-Congo par Gankama N’Siah

Thèse de doctorat : aperçu sur l’impact des aides publiques au développement rural au Congo

octobre 27, 2020

 La chercheuse Nicole Yolande Ebama vient de soutenir, le 26 octobre à Brazzaville, sa thèse en géographie rurale et économique. S’appuyant sur le cas du département des Plateaux, au nord du pays, l’auteure aborde la question de l’efficacité des aides publiques et privées en faveur des paysans, dont les résultats restent mitigés dans le monde rural.  

L’impétrante Nicole Yolande Ebama/Adiac

La thèse de Nicole Yolande Ebama est pionnière en matière d’étude du développement rural en République du Congo. Elle présente l’organisation des paysages ruraux, le développement local des zones rurales, les principales activités agricoles, l’habitat et l’urbanisation. L’auteure a choisi le département des Plateaux comme terrain d’étude, en raison de sa position géographique, situé au centre de la République du Congo, de sa diversité culturelle et de ses activités agricoles.

La chercheuse qui désigne l’aide au développement rural comme une action volontaire par un acteur extérieur pour impulser le développement local et agricole, distingue à ce titre trois catégories de donateurs. Il s’agit tout d’abord de l’État à travers ses divers projets comme le Fonds de soutien à l’agriculture, le Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes rurales ; les partenaires au développement parmi lesquels la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) le FIDA (Fonds international de développement agricole) ; et les acteurs privés tels que les associations caritatives et politiques, les anonymes.

Elle a soulevé l’ambiguïté persistante quant à l’affectation des aides, les réalités opérationnelles et leurs impacts réels sur les activités de production, avec des chiffres à l’appui. Pendant longtemps, la conception de l’aide est limitée à l’apport financier et en assistance technique de la part des donateurs vers le monde rural. « L’aide est efficace si et seulement si les projets mis en place sur le terrain arrivent aux paysans ou améliorent le quotidien des bénéficiaires. Le département des Plateaux par rapport aux autres localités du pays n’a pas bénéficié de l’aide efficace », a estimé Nicole Yolande Ebama.

Durant ses enquêtes, l’universitaire a pu interroger 3360 paysans, dans douze catégories socio-économiques, répartis dans quatre localités du département des Plateaux. D’après le directeur de la thèse, le professeur Bonaventure Maurice Mengho, celle-ci dresse le bilan de l’ensemble des aides dont bénéficie le département des Plateaux de l’indépendance à nos jours. Elle questionne sur l’utilité de ce mode d’investissement en faveur du monde rural qui ne tient compte des réalités locales et dont les ressources budgétaires font l’objet de détournement.

C’est aussi l’avis du professeur Marc Louis Ropivia, président du jury et ancien recteur de l’Université Omar Bongo (Libreville), qui a souligné l’urgence de la modélisation des techniques d’intervention en milieu rural, l’amélioration de la production agricole pour assurer la sécurité alimentaire, la production diversifiée. « Il faut revoir les formes des aides apportées et le ciblage des bénéficiaires », a-t-il dit. La détérioration du monde rural est due à l’inadéquation des aides apportées, l’absence d’un mécanisme de suivi-évaluation, la mauvaise gestion et le détournement des subventions allouées.

À noter que l’auteure Nicole Yolande Ebama a validé sa thèse avec une mention très honorable et félicitation du jury. Sa thèse intitulée « Les aides publiques et privées au développement rural au Congo : l’exemple du département des Plateaux. Bilan et perspectives », est riche de 440 pages divisées en trois parties et neuf chapitres.

Avec Adiac-Congo par Fiacre Kombo

      

Congo-Brazzaville/CHU: des syndicalistes ont envoyé la photo et cheveux du nouveau Dg chez un féticheur à Mouyondzi

octobre 17, 2020
peine installé dans ses fonctions, après sa nomination en conseil des ministres le 23 septembre dernier, Denis Bernard Raiche, canadien d’origine n’a pas raté l’occasion le 28 du même mois de fixer les objectifs de son mandat basées essentiellement sur la performance. L’une de ses premières décisions a été le limogeage du leader de l’intersyndicale mafieux Bienvenu Victor Kouama qui a mis les bâtons dans les roues des deux derniers directeurs de cet hôpital. S’en est suivie une vive polémique sanctionnée par un pacte après des menaces de grève illimitée. Des sources du CHU, on apprend que les ennemis du nouveau DG se seraient rendu à Mouyondzi, dans la Bouenza, remettre son sort entre les mains d’un vieux féticheur, à la base de la mort de Zulu Bad.

Les sorciers n’aiment pas être bousculé et surtout voir un étranger venir éclairer leurs ténèbres, les empêchant ainsi de bien fonctionner. C’est le cas des mafieux du CHU de Brazzaville qui ont fait de cet établissement hospitalier leur fond de commerce, au point de défier même les hautes autorités de la république.

Les Congolais, jusque là, ne comprennent toujours pas comment tout un Sassou qui n’hésite pas à traquer ses opposants reste impuissant face aux bêtises de la mafia du CHU et qui coûte la vie aux Congolais dont ses propres parents.

Cet unique grand centre hospitalier du pays a même été fermé pendant un long moment à cause de la crise permanente qui y existe et entretenue à escient par l’intersyndicale, dont le leader n’est entre autre que Victor Bienvenu Kouama, un simple personnel médical devenu subitement multimillionnaire.

Après le départ du dernier directeur général canadien aussi, Sylvain Villard, le nouveau, Denis Bernard Raiche, sans doute coaché par son compatriote a vite voulu prendre le taureau pas les cornes en licenciant le meneur des troubles.

Le président de l’Intersyndicale du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville, qui a longtemps dénoncé une mauvaise gestion par la direction canadienne de cet établissement, a été limogé en tant qu’agent. Une décision mal digérée par ses collègues qui ont demandé son rétablissement et menacé d’entrer en grève.

Selon la note de licenciement signée par le nouveau directeur général du CHU, Denis Bernard Raiche, il est reproché notamment à Victor Bienvenu Kouama d’avoir tenu des propos injurieux et proféré des menaces à l’endroit des autorités. Mais ce licenciement ne passait aux yeux du Dr Albert Ngatsé Oko, membre de l’Intersyndicale.

Malgré un compromis de dernière minute trouvé entre la direction et l’intersyndicale qui a sauvé le face des uns comme des autres, le mal persiste ainsi que la méfiance. Les dernières nominations à la tête des structures par le canadien n’augurent pas un avenir radieux pour les mafieux qui ont décidé d’agir en Congolais en faisant recours à la sorcellerie africaine.

Des traîtres parmi les mafieux, comme il en existe partout au Congo, ont fait savoir qu’un délégation aurait séjourné au village Nkila Tari à Mouyondzi, à la rencontre d’un grand féticheur du coin pour neutraliser le nouveau directeur canadien.

Parmi les objets ramenés par ces mafieux chez le féticheur, figureraient la photo du canadien, ses cheveux, du sable où il aurait marché. Le vœu le plus cher des mafieux est de voir le canadien leur laisser le champ libre comme il en a toujours été.

Avec Sacer-infos par Pasal Nguie

Coopération-Congo: l’Unesco entend accompagner l’École de peinture de Poto-Poto

octobre 15, 2020

La directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a annoncé lors de sa visite au sein de l’Ecole de peinture de Poto-Poto, le 14 octobre, que l’organisation onusienne va continuer de soutenir cet établissement pictural.

Photo 1 : le président des peintres de Poto-Poto donnant l’explication des toiles à la DG de l’Unesco lors de la visite guidée (crédit photo/ADIAC)

Reçue à son arrivée par le ministre de la Culture et des Arts, Dieudonné Moyongo, qui avait à ses côtés le ministre de l’Enseignement supérieur, Bruno Jean Richard Itoua, et l’ambassadeur du Congo à l’Unesco, Henri Ossebi, la directrice générale de l’Unesco a bénéficié d’une visite guidée de la cour de l’école, en passant par le hall puis l’intérieur du bâtiment à l’architecture coloniale, décoré par les peintres de cette prestigieuse école, placés sous la présidence de Sylvestre Bongouandza.

Prenant la parole pour son mot de remerciement, le ministre de la Culture et des Arts a dit avec des mots justes à la directrice générale de l’Unesco que sa venue à Brazzaville pendant que l’humanité est confrontée à la pandémie du coronavirus est l’expression de sa volonté à accompagner le Congo à relever ses nombreux défis culturels.

Il a profité de l’occasion pour soulever un aspect qui tient à cœur les culturels des deux Congo. « Je saisi cette occasion solennelle pour vous rappeler que le dossier d’inscription de la rumba congolaise sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel a été déposé à l’Unesco le 26 mars de cette année. Ce dossier est porté par la République du Congo (RC) et la République démocratique du Congo (RDC), ceci grâce à vos équipes, grâce au bureau de Brazzaville (RC), grâce au bureau régional de l’Unesco qui se trouve à Yaoundé (Cameroun). Nous sommes poussés par l’obligation de léguer à l’humanité la rumba congolaise, mais nous comptons sur vous, sur le comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel. Nous sommes sûrs que la rumba qui est dans notre ADN sera inscrite sur cette liste », a déclaré Dieudonné Moyongo.

Dans son mot de circonstance, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a tenu d’abord à rendre un hommage mérité à tous les pionniers qui ont donné une âme et une renommée mondiale à l’École de peinture de Poto-Poto. « Je voyage beaucoup grâce à l’Unesco et partout dans le monde on connait l’École de peinture de Poto-Poto. On la voit du Mont Marthe à Paris, on la voit à l’Unesco, on la voit à travers le monde, et cette expression, cette vision du monde qui vous ait si particulière, vous l’offrez à travers vos peintures, à travers vos créations artistiques », s’est-elle adressée aux peintres de cette célèbre école.

Audrey Azoulay, a reconnu tout de même que la période actuelle est particulièrement sévère avec la pandémie de Covid-19. Cependant, elle pense que s’il faut reconstruire un futur qui ait du sens, le besoin des artistes, leur vision s’impose. « On a besoin des jeunes, de former des jeunes artistes qui veulent s’exprimer, et donner leur les moyens de s’exprimer à travers les arts, et à travers la culture. C’est ce que fait cette école, c’est aussi ce que l’Unesco avait reconnu il y a 15 ans, à travers mes prédécesseurs. C’est ce que je suis venue aussi saluer aujourd’hui. Je vais vous dire que l’Unesco va continuer de soutenir l’École de peinture de Poto-Poto. Et nous allons voir très concrètement comment le faire pour continuer à vous accompagner. »

Répondant au ministre de la Culture et des arts sur le dossier de l’inscription de la rumba à la liste représentative du patrimoine culturelle immatérielle, la directrice générale de l’Unesco a souhaité elle aussi que ce dossier puisse aboutir parce que très symboliquement, ce serait une reconnaissance pour toute cette création aussi musicale. « Je suis très sensible aussi du fait que cette candidature soit portée des deux côtés du fleuve. C’est un très beau symbole, elle pourra d’ailleurs même aller au-delà, parce que la présence de la rumba se trouve dans bien d’autres pays », a-t-elle déclaré.

Enfin, félicitant les artistes, Audrey Azoulay a lancé un mouvement de soutien aux artistes à travers le monde pour attirer l’attention des pouvoirs publics, celle des sociétés sur le secteur de la culture, de la création. Les artistes, reconnait-elle, ont beaucoup souffert de la pandémie actuelle, dont les revenus ont très fortement chuté. Il faut soutenir la culture, l’éducation, car elles sont les bases d’une société solide pour demain, a-t-elle indiqué.

Notons que l’Ecole de peinture de Poto-Poto a été créée en 1951 par le Français Pierre Lods. Elle totalisera ses soixante-dix ans en 2021.

Avec Adiac-Congo par Bruno Okokana

Congo/Université Denis Sassou-N’Guesso : la rentrée académique 2020-2021 se précise

octobre 13, 2020

Reçu en audience le 13 octobre par le président de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba, le coordonnateur du comité de pilotage de l’Université Denis Sassou-N’Guesso (UDSN) de Kintelé, le Pr Théophile Obenga, a indiqué que la structure était prête à environ 95%.

Isidore Mvouba s’entretenant avec Théophile Obenga/Dho

La rentrée académique 2020-2021 au niveau de la deuxième université publique du Congo est envisagée pour le début de l’année prochaine. Coordonnateur du comité de pilotage mis en place pour préparer cette rentrée, le Pr Théophile Obenga a informé Isidore Mvouba du niveau d’exécution des travaux de construction de cette université, notamment les aspects administratifs et règlementaires.

« Je crois que nous sommes presque prêts à 95%. Donc, si on fait des efforts, les uns et les autres, nous allons donner cette belle structure à la jeunesse congolaise et africaine. Le président de la République a construit cette université pour offrir à la jeunesse un enseignement supérieur de très haute qualité », a-t-il expliqué à la presse.

S’agissant de la réception des premiers étudiants, Théophile Obenga a annoncé que cela pourrait avoir lieu tel que prévu d’autant plus que les textes élaborés n’attendent plus que d’être examinés et approuvés en conseil des ministres. Après, s’en suivra la nomination des responsables devant gérer cet établissement.

« Je crois que tout est possible, il suffit de travailler, de s’appliquer. Il faut le dévouement, la rigueur et au bout du compte vous avez le succès. Le peuple congolais a toujours montré des qualités héroïques dans le passé. Nous avons fait de belles choses dans ce pays, il n’y a pas de raison de ne pas réussir une université », a-t-il assuré, précisant que la structure a été largement équipée.

Les défis à venir étant énormes et complexes, Théophile Obenga, a souligné la nécessité de former des jeunes capables de les affronter. Notons que dans un communiqué rendu public le 12 octobre, le coordonnateur du comité de pilotage de cette université a dévoilé le calendrier de dépôt des dossiers pour les étudiants désireux de s’inscrire. Ce calendrier couvre la période allant du 15 au 21 octobre 2020.

Avec Adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama et Oslie Eone Gaiko (Stagiaire) 

Congo/Disparition : Robert Jean- Raphaël Massamba-Débat s’en est allé

octobre 6, 2020

Brazzaville-Congo/Logements sociaux : une partie de la cité de Mpila envahie par des herbes

octobre 5, 2020

Le côté sud de la cité qui abrite des bâtiments de type R+1, R+2 et R+3 dans la cité moderne de Mpila se trouve à l’abandon. Il est menacé par une érosion alors que sa devanture transformée en dépotoir de détritus. Ces logements sociaux sont inhabités tandis que les travaux de la plupart d’immeubles ont été achevés depuis des années. 

La partie de la cité insalubre/Adiac

La construction de la cité du quartier Mpila, situé entre les arrondissements 5 Ouenzé et 6 Talangaï, à Brazzaville, s’inscrit dans le cadre d’un projet de logements sociaux lancé en 2009 par le gouvernement congolais. Un rapport de la Commission économique, financière et du contrôle de l’exécution du budget, publié le 31 mars 2019, a approuvé le niveau de réalisation à 100% de 264 logements sociaux. Jusqu’à ce jour, cette cité est inhabitée si bien que certains logements se trouvent envahis par des herbes, des murs fissurés. De même, le plafond de quelques logements est déjà en train de s’affaisser. L’insalubrité dans la cité du quartier Mpila  prend une allure de plus en plus iinquiétante.

Cette cité est construite en partie sur le site de l’ex-régiment blindé détruit pendant les explosions des dépôts de munitions le 4 mars 2012. Elle comporte deux blocs : le premier est constitué de 22 bâtiments de 4 étages, chacun, offrant 200 logements de type F4 (trois chambres, salon, salle à manger, cuisine et salle de bain), avec des officines de commerce au rez-de-chaussée, y compris les bâtiments réservés aux activités scolaires et socio-sanitaires, ainsi qu’aux installations techniques, c’est-à-dire électriques et d’adduction d’eau potable.

Le deuxième bloc, quant à lui, est composé de 48 bâtiments, dont 10 de type R+1, 26 bâtiments de type de R+2 et 12 bâtiments de type R+3. Ces logements sont  équipés d’accessoires modernes, notamment une station d’épuration des eaux, les voies et réseaux divers, ainsi que d’autres commodités propices à une vie urbaine décente.

Ces habitations ont coûté plusieurs dizaines de milliards FCFA, grâce à un prêt consenti auprès de la Chine et les travaux de construction ont été réalisés par des sociétés chinoises.

Avec Adiac-Congo par Fiacre Kombo

Congo/Commune de Brazzaville : interdiction des réunions politiques sans autorisation de la tutelle

août 8, 2020

Le président du conseil départemental et municipal, Dieudonné Bantsimba, a invité les administrateurs-maires d’arrondissement, les chefs de quartier et les agents de la force publique à faire respecter les directives du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation sur les réunions politiques.

 

Dieudonné Bantsimba et Privat Frédéric Ndeké ; les participants à la rencontre de Ouenzé/Adiac

2021 est une année électorale en République du Congo. A quelques mois de la tenue de l’élection présidentielle, le maire de Brazzaville qui a échangé cette semaine avec les administrateurs-maires et les responsables de quartier, les élus locaux ainsi que de la force publique dans les arrondissements 2 Bacongo, 8 Madibou, 3 Poto-Poto, 5 Ouenzé, 6 Talangaï et 9 Djiri a appelé tout le monde à la vigilance.

« Vous devez redoubler de vigilance en cette période pré-électorale pour lutter contre le banditisme. Les administrateurs-maires doivent être très regardants et faire respecter les directives de la tutelle sur les réunions politiques. Pas de réunions politiques sans autorisations délivrées par les autorités habilitées », a martelé Dieudonné Bantsimba, précisant qu’il existe plusieurs associations politiques non réglementées qui exercent dans la ville.

Insistant sur la cohésion sociale qui devrait régner dans les différents arrondissements de Brazzaville, le président du Conseil départemental et municipal a exhorté les acteurs à s’impliquer dans la gestion de la ville. Il a aussi dénoncé les mauvaises pratiques observées actuellement dans les administrations municipales, notamment la corruption et la délivrance de faux actes d’état-civil.

Les différents acteurs devraient également lutter contre l’occupation anarchique du domaine public, l’extension illégale des marchés domaniaux, les nuisances sonores dues à la prolifération des églises et la mauvaise gestion des eaux usées. L’autre phénomène décrié par Dieudonné Bantsimba concerne l’occupation abusive des rues par les citoyens lors des veillées mortuaires et la pose des banderoles annonçant les veillées sans autorisation de la mairie. « Impliquer dans l’action municipale pour que tous ces maux puissent disparaître.  L’occupation du domaine public est réglementée et nous allons appliquer la réglementation en vigueur, en déguerpissant de façon digne tous ceux qui l’occupent anarchiquement », a promis le maire.

Partout où il est passé, Dieudonné Bantsimba a présenté les axes prioritaires du programme d’activités 2020 de la commune de Brazzaville, qui se résument en termes d’assainissement. Ainsi, chaque arrondissement a au moins deux projets les concernant. C’est le cas du reprofilage des routes en terre surtout dans les quartiers périphériques, le pavage des avenues et rues, le traitement des érosions et le curage des caniveaux et collecteurs.

Ainsi, les doléances des administrateurs-maires ont tourné autour du manque de sièges fiables, la formation du personnel, l’enclavement, le banditisme et l’absence d’éclairage public dans plusieurs quartiers. « Nous prenons acte de vos doléances. Nous voulons faire de l’équité territoriale, c’est-à-dire, tous les arrondissements seront traités de façon équitable. Des projets seront exécutés de façon correcte pour éviter que les chantiers puissent rester inachevés », a-t-il laissé entendre.

 

Avec Adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama