Posts Tagged ‘Brésil’

Brésil: Un cortège funèbre pour saluer une dernière fois Pelé

janvier 3, 2023
Un cercueil est hissé sur le haut d'un camion de pompiers, puis recouvert de deux drapeaux : celui du Brésil et celui du Santos FC.

Le cercueil de Pelé dans les rues de Santos. Photo : Getty Images/Miguel Schincariol

Le cercueil où repose la dépouille du « Roi » Pelé parcourt mardi les rues de Santos (sud-est) dans un cortège funèbre salué par la foule, à l’issue de la veillée qui a attiré plus de 230 000 supporteurs dans le stade des premiers exploits du footballeur brésilien.

Le cercueil noir, qui était resté ouvert et recouvert d’un voile de tulle, laissant seulement apparaître le visage du défunt, a été fermé à 10 h (8 h HE).

Le cortège a pour destination finale la dernière demeure du Roi du football, un mausolée au sein du plus grand cimetière vertical au monde, un immeuble de 14 étages avec vue sur le stade du Santos FC, club où le triple champion du monde a brillé de 1956 à 1974.

Tout au long de la veillée funèbre, qui a duré 24 heures, le défilé de partisans et de personnalités s’est poursuivi de façon ininterrompue, y compris pendant la nuit, et plus de 230 000 personnes se sont recueillies sous le grand auvent où la dépouille de Pelé avait été exposée, au centre du terrain.

Le cercueil a été emporté en dehors du stade à bord d’une voiturette dont le chauffeur pleurait à chaudes larmes.

Il a ensuite été hissé sur le haut d’un camion de pompiers, puis recouvert de deux drapeaux : celui du Brésil et celui du Santos FC.

Le cortège est parti du stade pour un parcours de 7 km en direction du bord de mer de Santos, cité balnéaire et plus grand port d’Amérique du Sud.

Il devait ensuite passer devant la maison de la mère de Pelé, Celeste Arantes. Âgée de 100 ans, mais atteinte de troubles cognitifs, elle n’a pas conscience de la mort de son fils.

Tout au long du parcours, une haie d’honneur de supporteurs applaudissait le passage du camion de pompiers.

Certains chantaient : mille buts, c’est seulement Pelé, et il a joué à Santos!.

Le légendaire Brésilien a inscrit 1091 de ses 1283 buts sous le maillot blanc et noir de ce club mythique.

Il était le plus grand joueur au monde, donc ça vaut la peine d’être ici, a dit à l’AFP Maria Benedita, retraitée de 77 ans, très émue face au camion de pompiers.

Un homme prend tendrement le visage d'une femme entre ses deux mains.

Le président du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva, avec la veuve de Pelé, Marcia Aoki. Photo : Getty Image/Nelson Almeida

Une heure avant le départ du cortège, le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva est venu spécialement à Santos depuis Brasilia pour se recueillir devant la dépouille de Pelé.

Arrivé près du stade en hélicoptère, Lula, qui est entré en fonction dimanche, a aussitôt présenté ses condoléances à la veuve de Pelé.

Le chef de l’État a assisté près du cercueil à une brève cérémonie religieuse, lors de laquelle le prêtre a cité un dialogue imaginaire au Paradis entre Pelé et Dieu, qui lui aurait dit : Ici, tu es encore Roi, mais moi je suis le Seigneur.

Adieu au Roi. Repose en paix, Pelé, a écrit sur Twitter Lula par la suite.

Après avoir patienté pour la plupart dans de longues files d’attente, les admirateurs de Pelé venus de tout le Brésil ont pu se recueillir dans le calme sous le grand auvent depuis lundi matin.

Si je disais que je n’ai pas pleuré quand il est mort, je mentirais, a-t-il déclaré à l’AFP Antonio Carlos Pereira da Silva, au sujet de celui que beaucoup considèrent comme le plus grand footballeur de l’histoire, le seul à avoir remporté la Coupe du monde à trois reprises en 1958, 1962 et 1970.

Il y a beaucoup, beaucoup de monde. C’est magnifique, il le mérite, dit à l’AFP Katia Cruz, 58 ans, retraitée et partisane du Santos FC qui est restée au stade jusqu’à 1 h 30 du matin. Mais son mari, inconsolable, a préféré rester chez lui.

Les hommages ont afflué du monde entier depuis sa mort, les plus grands noms du football, actuels et anciens, saluant son génie pour le beau jeu.

Edson Arantes do Nascimento, dit Pelé, a passé un mois à l’hôpital Albert-Einstein de Sao Paulo jusqu’à sa mort jeudi à 82 ans des suites d’une insuffisance rénale et cardiaque, d’une bronchopneumonie et d’un adénocarcinome du côlon, selon le certificat de décès publié par des médias locaux.

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse

Lula investi président du Brésil pour un troisième mandat

janvier 1, 2023
Lula investi president du Bresil pour un troisieme mandat
Lula investi président du Brésil pour un troisième mandat© AFP/EVARISTO SA

Luiz Inacio Lula da Silva a été investi dimanche président du Brésil pour un troisième mandat devant le Congrès de la capitale Brasilia envahie par une marée humaine de supporteurs vêtus de rouge.

L’icône de la gauche brésilienne, âgé de 77 ans, a été intronisée lors d’une cérémonie au Congrès où il a prêté serment sur la Constitution, 12 ans après avoir quitté le pouvoir à l’issue de deux mandats (2003-2010).

Son retour au Palais du Planalto signe un come-back exceptionnel pour Lula, qui a connu la prison il y a seulement quatre ans après avoir été accusé de corruption.

Une minute de silence a été observée au Congrès en hommage à la légende brésilienne du football, Pelé, décédé jeudi d’un cancer, et au pape émérite Benoît XVI, mort samedi, juste avant l’intronisation de Lula et de son vice-président de droite, Geraldo Alckmin.

Des dizaines de milliers de partisans portant la couleur du Parti des Travailleurs (PT) ont salué dans la liesse Lula alors qu’il se rendait au Congrès dans la traditionnelle Rolls Royce décapotable, avec M. Alckmin et leurs épouses, en dépit des craintes liées à la sécurité.

Les cérémonies d’investiture, placées sous haute sécurité alors que des militants d’extrême droite ne reconnaissent toujours pas la victoire de Lula, ont été snobées par le chef de l’Etat sortant Jair Bolsonaro, qui a quitté le Brésil deux jours avant la fin de son mandat.

Il ne remettra donc pas l’écharpe présidentielle à son successeur comme le veut la tradition démocratique, ce qui ne s’est pas produit depuis 1985 et la fin du régime militaire.

Jusqu’à 300.000 personnes étaient attendues pour cette journée alliant la pompe, avec des cérémonies réglées au millimètre auxquelles assistent 17 chefs d’Etat, et une fête populaire avec des concerts.

« Moment historique »

Sous le soleil de plomb de ce début d’été austral, des milliers de Brésiliens ont dû patienter dans des files d’attente de centaines de mètres en raison des contrôles de sécurité, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Olé, olé, olà, Lula, Lula », et « A esplanada e nossa ! » (l’esplanade est à nous) criait une foule joyeuse, en référence à l’Esplanade des ministères, au coeur de Brasilia, où Lula prononcera son premier discours de président dans l’après-midi.

« C’est un moment historique et cela aurait été impossible que je ne sois pas là », dit à l’AFP Zenia Maria Soares Pinto, une enseignante retraitée. Elle a fait 30 heures d’autocar depuis son Etat méridional de Santa Catarina pour rallier Brasilia et son « émotion est sans borne ».

Sapuia Kalapo, un indigène du Mato Grosso (centre-ouest), est venu en famille et « attend beaucoup » du gouvernement de Lula, « pour nos droits, et la délimitation de nos terres », dit-il, car « les quatre années du gouvernement (Bolsonaro) ont été très mauvaises » pour les indigènes.

Reclus et quasi muet depuis sa défaite d’octobre, Bolsonaro, qui perd son immunité présidentielle, a quitté le Brésil vendredi pour la Floride.

Alors que ses fidèles les plus radicaux veulent empêcher l’accession de Lula au pouvoir et campent toujours devant des casernes du pays, réclamant une intervention militaire, la sécurité a été renforcée.

Toutes les forces de police du district de Brasilia, quelque 8.000 agents, sont mobilisées, ainsi qu’un millier de policiers fédéraux.

Le nombre de personnes pouvant assister au discours de Lula devant le palais de Planalto a été limité à 30.000.

Des patrouilles ont lieu à l’aéroport de Brasilia près duquel un engin explosif a été découvert il y a une semaine dans un camion-citerne, posé par un bolsonariste qui voulait « créer le chaos » au Brésil.

« Grande fête populaire »

Après son intronisation au Congrès, Lula devait se dirigera vers le Palais présidentiel du Planalto, joyau architectural d’Oscar Niemeyer, pour recevoir la fameuse écharpe présidentielle, sertie d’or et de diamants.

La future Première Dame, Rosangela da Silva, dite « Janja », a été la grande ordonnatrice du volet festif de la journée, avec de nombreux concerts et une programmation éclectique, avec la drag queen Pabllo Vittar ou encore la légende vivante de la samba Martinho da Vila.

Quant à Lula, qui n’a complété son gouvernement de 37 ministres que ces derniers jours, il va devoir dès lundi s’attaquer à une « tâche herculéenne », selon son vice-président: l’équipe de transition a dressé un état des lieux très sombre du Brésil après quatre années de bolsonarisme.

« Nous avons vraiment beaucoup d’attentes après ces quatre années si difficiles mais le gouvernement Bolsonaro à laissé le pays dans une situation déplorable. Ce sera vraiment très compliqué pour Lula », dit un sympathisant, Manoel Carlos de Carvalho, 45 ans, de Natal (nord-est).

Par Le Point avec AFP

Pelé, le Roi est mort

décembre 29, 2022

La légende du soccer s’est éteinte à l’âge de 82 ans

Portrait de Pelé

Pelé en 2008 (archives) Photo : Getty Images/AFP

Pelé, la légende brésilienne du soccer, est mort jeudi à l’âge de 82 ans. Son agent a confirmé l’information. L’octogénaire avait été hospitalisé à de nombreuses reprises au cours des derniers mois et n’avait pas quitté l’hôpital Albert-Einstein depuis le 29 novembre dernier.

Il est né Edson Arantes Do Nascimento en 1940, dans la petite ville de Três Coraçoes au sud-est du Brésil. C’est dans une favela qu’il fera ses débuts avec un ballon. En fait de ballon, c’était plutôt de vieilles chaussettes enroulées entre elles sur lesquelles il tapait.

À cette époque, celui qui va devenir Pelé jouait pieds nus, ce qui valut à son équipe le surnom des sans chaussures . C’est sans doute là qu’il a pu développer une dextérité hors du commun.

À l’âge de 9 ans, il regarde avec son papa la finale de la Coupe du monde entre le Brésil et l’Uruguay. C’est ce jour-là qu’il verra son père pleurer pour la première fois en regardant son équipe perdre la coupe du monde en 1950. Pour tenter de le consoler, il lui dira, je la gagnerai un jour, je te le promets.

Il drible un défenseur.

Pelé en 1960 avec le Brésil Photo: Getty Images

Il va faire ses débuts professionnels à 15 ans avec le club local de Bauru. C’est là que l’on va remarquer ses premiers exploits. Deux ans plus tard, il fait ses débuts avec la Seleçao, la sélection nationale brésilienne, pour la Coupe du monde de 1958.

Il devra attendre les quarts de finale contre le Pays de Galles pour marquer son premier but. À 17 ans il sera le plus jeune joueur de l’histoire à marquer un but en Coupe du monde. Un record jusqu’ici inégalé.

En demie-finale, il réussit un tour du chapeau contre la France pour propulser le Brésil en finale. Il ajoute deux buts en finale contre les Suédois et remporte sa première Coupe du monde.

Il en remporte deux autres en devenant le seul joueur à remporter trois trophées dans l’histoire.

La légende Pelé est née!

Des buts il en marquera plus de 1300. On aurait pu croire qu’une carrière internationale lucrative allait s’ouvrir pour le gamin des bidonvilles. Mais au Brésil, on décrète que l’on ne se débarrasse pas comme ça d’un trésor national. Il sera fidèle au Brésil et surtout au célèbre club Santos FC jusqu’à son départ aux États-Unis.

Il lève un bras dans les airs pour célébrer la victoire pendant que des compatriotes le portent sur leurs épaules.

Pelé a gagné sa troisième Coupe du monde avec le Brésil en 1970. Photo : AP/Archives

Ce n’est qu’en fin de carrière en 1975 que l’Amérique du Nord pourra le voir évoluer. Pelé va signer un contrat faramineux pour l’époque, on parle même du transfert du siècle. Le président brésilien de l’époque, Ernesto Geisel demandera à Pelé de reconsidérer sa décision.

Henry Kissinger, alors secrétaire d’État américain, interviendra auprès de Geisel en insistant sur le fait que Pelé à New York conforterait les relations entre les deux pays.

Le contrat de sept millions de dollars est enfin signé. Subitement, les stades américains se remplissent à la vitesse de l’éclair et tout le monde veut voir le prodige brésilien.

Quatre joueurs tiennent un ballon dans leurs mains et sont debout, de côté, sur un terrain de soccer.

Les joueurs German Franz Beckenbauer, Pelé, Giorgio Chinaglia et Romerito avant un match du Cosmos de New York. Photo : Getty Images/Bongarts

Les joueurs de l’équipe du Manic de Montréal auront l’occasion de l’affronter quand il évoluait avec le célèbre Cosmos de New-York.

Ses compagnons d’armes n’étaient nul autre que l’italien Chinaglia, l’allemand Beckenbauer et son ancien coéquipier le brésilien Carlos Alberto.

La perle noire, un autre de ses nombreux surnoms, sera sacré joueur du vingtième siècle par la FIFA. Curieusement il ne sera jamais couronné du titre de ballon d’or malgré ses succès.

Il faut dire que ce titre était décerné jusqu’en 1995 uniquement aux joueurs européens. Cette bourde, la FIFA va la réparer en 2013, en sacrant Pelé Ballon d’or d’honneur.

Après sa carrière de footballeur, Pelé va consacrer la plupart de son temps aux plus démunis. Il sera ambassadeur pour l’ONU et pour l’UNESCO. Il deviendra aussi ministre des Sports de son pays.

Pelé parle au micro, le poing dans les airs.

Pelé avait une santé fragile depuis quelques années. Photo : AFP via Getty Images/Mauro Pimentel

Pelé restera incontestablement l’un des plus grands joueurs de tous les temps dans l’Histoire du ballon rond. On n’hésitera pas à parler de légende, un autre qualificatif justifié.

Celui qui a parcouru des milliers de kilomètres balle au pied, peut maintenant se reposer. Il raccroche définitivement ses crampons magiques. À moins qu’un championnat des légendes ne se joue quelque part.

« Si je meurs un jour, je serai heureux parce que j’ai essayé de faire de mon mieux. Mon sport m’a permis de faire tant de choses parce que c’est le plus grand sport dans le monde. »— Une citation de  Pelé

Deux légendes réunies Pelé et Ali

Pelé et Mohamed Ali Photo : Bongarts/Getty Images/Mark Sandten

Un peu à l’image d’un autre géant du sport qu’était le boxeur Mohamed Ali, Pelé était friand de tirades dont il avait seul le secret, 

Les records sont faits pour être battus, mais il sera difficile de battre le mien. Les gens me demandent tout le temps quand naîtra le nouveau Pelé. Jamais! Mon père et ma mère ont fermé l’usine.

Si certaines frôlent la prétention, d’autres poussaient à la réflexion. 

Chaque enfant qui joue au foot dans le monde veut être Pelé. J’ai la grande responsabilité, non pas de leur montrer comment être un footballeur, mais de leur montrer comment être un homme. 

Il lève les bras.

Pelé au milieu d’un stade de soccer lors de la Coupe d’Afrique des nations, à Libreville, au Gabon, en 2012. Photo : Getty Images/Franck Fife

Pelé aura été plus qu’un joueur de soccer d’exception, car peu d’élus peuvent se vanter d’être devenus des légendes. Le roi, un autre de ses surnoms, est mort, vive le Roi!

Cette mort, Pelé ne la redoutait pas. Il était malade depuis des années et à chacune de ses entrées à l’hôpital, le Brésil était en apnée.

« Pelé ne meurt pas. Pelé ne mourra jamais. Pelé vivra éternellement.  »— Une citation de  Pelé

Avec Radio-Canada par Robert Frosi

Zidane à la tête de la Seleção ? La folle rumeur enflamme le Brésil

décembre 27, 2022

Après l’échec de la Coupe du monde 2022 au Qatar, la Fédération brésilienne de football est à la recherche d’un nouveau sélectionneur.

Le profil de Zinedine Zidane correspondrait parfaitement aux exigences des dirigeants sud-americains.
Le profil de Zinédine Zidane correspondrait parfaitement aux exigences des dirigeants sud-américains.© FRANCK FIFE / AFP

La cote de Zinédine Zidane pour devenir le sélectionneur du Brésil s’envole. Libre depuis son départ du Real Madrid à l’issue de la saison 2020-2021, l’entraîneur français est à la rechercher d’un nouveau challenge sur un banc. Si la Fédération française de football (FFF) semble lui préférer toujours Didier Deschamps, qui a son destin en main malgré la déception en finale du Mondial, Zinédine Zidane pourrait être tenté de rejoindre une autre grande sélection nationale, selon L’Équipe.

En attendant le choix de Didier Deschamps, l’ancien joueur du Real Madrid est courtisé par le Brésil qui pense au Français pour succéder à Tite aux commandes de la Seleção. Après le technicien de 61 ans qui reste sur deux éliminations en quart de finale de la Coupe du monde, la Fédération brésilienne cible un coach de renom.

Les atouts de Zidane

Dans un premier temps, les responsables brésiliens ont souhaité miser sur Pep Guardiola ou José Mourinho. Mais ces derniers ont été trop compliqués à approcher. Ainsi, après avoir écarté les deux pistes, les décideurs du football brésilien ont ciblé l’ancien coach du Real Madrid, libre de tout contrat. Un statut qui permettrait à la Fédération d’économiser de possibles indemnités.

Le profil de Zinédine Zidane correspond parfaitement aux exigences des dirigeants sud-américains, selon nos confrères. La piste séduit également d’anciens grands joueurs brésiliens. Ronaldo, par exemple, reste très influent et ferait tout pour convaincre la fédération de miser sur son ancien coéquipier au Real. Des joueurs actuels de la sélection font également pression à l’image de Vinicius Jr., Eder Militao et Rodrygo qui ont côtoyé Zidane au Real Madrid. S’il rejoint la Seleção, il serait le premier entraîneur étranger de l’équipe brésilienne depuis l’Argentin Filpo Nuñez en 1965.

Avec Le Point.fr

Pelé serait aux soins palliatifs

décembre 3, 2022
Pelé parle au micro, le poing dans les airs.

Légende brésilienne de soccer, Pelé a une santé fragile depuis quelques années. Photo: AFP via Getty Images/Mauro Pimentel

Selon le quotidien brésilien Fohla, Pelé aurait été admis aux soins palliatifs. La légende du soccer souffre d’un cancer du côlon et ne répondrait plus aux traitements.

Les médecins auraient décidé de mettre fin à sa chimiothérapie et de ne lui offrir que des soins pour soulager la douleur.

Mardi, l’homme de 82 ans avait été admis à l’hôpital Albert Einstein de Sao Paulo pour réévaluer son traitement de chimiothérapie.

Après avoir été examiné, il a été amené dans une chambre normale, en l’absence de toute nécessité de soins intensifs, a dit l’hôpital, soulignant que le triple champion du monde était en plein contrôle de ses fonctions vitales.

Sa fille avait alors dit qu’il n’y avait ni urgence ni raison de s’inquiéter.

Mon père est hospitalisé pour réguler les doses de ses médicaments, avait déclaré plus tôt sur Instagram Kelly Nascimento, qui vit aux États-Unis.

Je ne vais pas prendre le prochain vol, mes frères sont au Brésil et je m’y rendrai au Nouvel An. Je vous promets que je publierai des photos, a-t-elle ajouté, pour rassurer les partisans après des rumeurs selon lesquelles l’état de santé du Roi Pelé aurait empiré.

Jeudi, sur son compte Instagram, Pelé avait indiqué qu’il s’agissait d’une visite mensuelle de routine et a remercié tous les gens lui ayant apporté leur soutien et leurs vœux de bon rétablissement.

Merci (…) à tous ceux qui m’envoient de bonnes énergies, a écrit le seul joueur de soccer de l’histoire à avoir remporté trois Coupes du monde comme joueur (1958, 1962, 1970).

Le Mondial se mobilise

La ville de Doha, où se déroule actuellement le Mondial 2022, a orné samedi plusieurs de ses bâtiments d’une photo de Pelé, avec un message lui souhaitant un rétablissement rapide, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Une tour dans une ville avec la projection de l'image du joueur de soccer Pelé, la nuit.

La tour Aspire à Doha au Qatar. Photo : AFP via Getty Images/ Nelson Almeida

Autour du stade de Lusail, au nord de la ville, où se jouera notamment la finale, ou encore sur la célèbre tour Aspire, non loin du stade Khalifa, une image de Pelé, de trois-quarts dos, vêtu d’un maillot vert avec son célèbre no 10, est diffusée avec ces mots Get well soon (récupère vite).

Sur la corniche, la grande promenade touristique longeant la baie de Doha, des dizaines de drones, qui s’animent chaque soir, ont dessiné en soirée un maillot avec inscrit Pelé et no 10 et le même message.

Le joueur étoile français, Kylian Mbappé, a rendu un hommage à Pelé en publiant sur les médias sociaux le message Pray for the King (priez pour le Roi) avec la mention Pelé.

De son côté, le capitaine anglais Harry Kane a lui aussi évoqué l’état de santé du Brésilien en conférence de presse.

On envoie évidemment toutes nos pensées à lui (Pelé) et à sa famille. C’est une inspiration dans notre sport, un joueur incroyable et une personnalité incroyable, a-t-il déclaré à la veille du match de huitièmes de finale des Anglais contre le Sénégal.

Par Radio-Canada avec AFP

Brésil: Multiplication des barrages routiers, Bolsonaro toujours muet

novembre 1, 2022
Bresil: Multiplication des barrages routiers, Bolsonaro toujours muet
Brésil: Multiplication des barrages routiers, Bolsonaro toujours muet© AFP/Mauro PIMENTEL

Les barrages routiers se sont multipliés mardi matin au Brésil au surlendemain de l’élection de Lula à la présidence, des centaines de camionneurs et de manifestants pro-Bolsonaro refusant d’accepter la défaite du président d’extrême droite.

Jair Bolsonaro restait muré dans son silence depuis l’annonce dimanche soir de sa défaite de peu (49,1 % contre 50,9 % face à Lula), et n’avait toujours pas reconnu la victoire de son ennemi juré.

Lancé la veille, le mouvement de protestation sur les axes routiers a fait tache d’huile mardi. La police routière fédérale (PRF) faisait état de 250 barrages, totaux ou partiels, dans au moins 22 des 27 Etats du Brésil. Lundi soir, seulement une douzaine d’Etat étaient concernés.

« Lula non ! » était-il inscrit sur un panneau accroché au-dessus d’un viaduc à Sao Paulo, la capitale économique, où plusieurs routes étaient également bloquées, notamment celle qui relie la mégalopole à Rio de Janeiro, empêchant le départ des autocars entre les deux villes.

À Novo Hamburgo, près de Porto Alegre (sud), la police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants.

Santa Catarina (Sud), où Jair Bolsonaro a remporté près de 70 % des voix, est l’Etat qui comptait le plus de routes bloquées.

« J’espère rentrer chez moi » à Rio. « J’ai pu payer une nuit dans un hôtel ici mais beaucoup de gens ont dû dormir ici à la gare routière », a déclaré à l’AFP Rosangela Senna, agent immobilier de 62 ans, à Sao Paulo.

Un juge de la Cour suprême a ordonné le « déblocage immédiat des routes et des voies publiques », a indiqué l’institution dans un communiqué lundi soir.

Il a ordonné à la PRF de prendre « toutes les mesures nécessaires » pour dégager les routes, sous peine d’infliger une amende à son directeur général ou de l’emprisonner pour « désobéissance ».

Appels à manifester

Plus de 36 heures après les résultats officiels, le président sortant Jair Bolsonaro n’a toujours pas reconnu sa défaite sur le fil, contrairement à plusieurs alliés de son gouvernement ou du Parlement.

De très nombreux chefs d’Etat étrangers ont félicité depuis dimanche soir Luiz Inacio Lula da Silva, le candidat de gauche, pour son troisième mandat à la tête du pays, après ceux de 2003 à 2010.

Il prendra officiellement ses fonctions au 1er janvier, mais dès maintenant une transition du pouvoir devrait avoir lieu — si le gouvernement sortant accepte de coopérer.

Brasilia était calme mardi matin après que la police a restreint depuis la veille au soir l’accès des véhicules à la place des Trois pouvoirs, où se trouvent le Palais présidentiel, le Parlement et la Cour Suprême, proche de l’immense esplanade des ministères, lieu traditionnel de rassemblement dans la capitale.

Cette mesure « préventive » a été prise « après l’annonce d’une possible manifestation à cet endroit, sur les réseaux sociaux », avait indiqué le secrétariat de la Sécurité publique du district fédéral de Brasilia .

Vols annulés

Les appels de bolsonaristes à rejoindre les barrages se multipliaient en effet sur les réseaux sociaux, notamment Twitter et Telegram, selon l’équipe de vérification numérique de l’AFP.

L’un d’entre eux appelait les bolsonaristes à un grand rassemblement à 15H00 (18H00 GMT) sur l’immense esplanade des ministères de Brasilia.

« Le Brésil ne sera pas le Venezuela« , disait le message sur fond jaune et vert, comme le drapeau national, affectionné par la droite radicale. Il reproduisait le texte adressé à son père par le sénateur Flavio Bolsonaro lundi: « Bolsonaro, nous sommes avec toi quoiqu’il arrive ».

A Sao Paulo, des bolsonaristes misant sur une poursuite du mouvement appelaient pour mercredi après-midi à « la plus grande mobilisation de l’Histoire » sur l’Avenue Paulista — cette même avenue inondée dimanche soir par une marée de centaines de milliers de sympatisans de Lula vêtus de rouge, qui avaient célébré dans la liesse la victoire de leur champion.

A Sao Paulo, les axes routiers menant à l’aéroport international de Garulhos, qui a le plus gros trafic aérien du Brésil, ont été dégagés par la police en matinée, après des annulations ou retards de plusieurs vols, a rapporté la presse locale.

La police militaire était par ailleurs en fin de matinée en train de dégager certains axes routiers de Sao Paulo, Rio de Janeiro et du Minas Gerais, sur l’ordre des gouverneurs de ces Etats très peuplés du sud-est.

Par Le Point avec AFP

Brésil: une statue de Marielle Franco, élue assassinée, inaugurée à Rio

juillet 27, 2022
Bresil: une statue de Marielle Franco, elue assassinee, inauguree a Rio
Brésil: une statue de Marielle Franco, élue assassinée, inaugurée à Rio© AFP/MAURO PIMENTEL

Une statue de la Brésilienne Marielle Franco, conseillère municipale de Rio de Janeiro dont l’assassinat en 2018 reste non élucidé, a été inaugurée mercredi, le jour où cette activiste noire aurait fêté ses 43 ans.

Sculptée par l’artiste brésilien Edgar Duvivier, la statue de bronze grandeur nature, qui a été financée grâce des dons, a été érigée au Buraco do Lume, une place du centre de Rio où Mme Franco organisait des réunions publiques pour rendre des comptes lors de son mandat au Conseil municipal.

« Dans une société extrêmement raciste, une statue de Marielle Franco est là pour nous rappeler le monde que nous voulons construire », a déclaré Monica Benicio, la compagne de la conseillère.

Le monument montre Marielle Franco souriant et levant le poing gauche.

Née dans le complexe de Maré, un des plus grands ensembles de favelas de Rio, Marielle Franco a été tuée par balles avec son chauffeur, Anderson Gomes, le 14 mars 2018, à l’âge de 38 ans. Sa voiture a été criblée de balles alors qu’elle rentrait d’une réunion en centre-ville.

Cet assassinat avait provoqué une vive émotion au Brésil mais aussi à l’étranger.

Membre du parti de gauche PSOL, lesbienne et mère d’une fille âgée aujourd’hui de 23 ans, Marielle Franco militait de longue date contre la violence policière et pour les droits des habitants des quartiers pauvres, notamment les jeunes Noirs, les femmes et les membres de la communauté LGBT.

Plus de quatre ans après sa mort, de nombreuses zones d’ombres demeurent au sujet de son assassinat.

En mars 2019, les autorités ont arrêté deux anciens policiers, Ronnie Lessa, 48 ans, tireur présumé, et Elcio de Queiroz, 46 ans, soupçonné d’avoir conduit le véhicule dans lequel son acolyte se trouvait.

Les deux hommes sont également soupçonnés d’être liés aux milices paramilitaires qui sèment la terreur dans certains quartiers populaires de Rio.

Ils nient avoir pris part au crime et restent incarcérés en l’attente de leur jugement.

Mais la police n’a toujours pas élucidé deux questions essentielles: qui a fait tuer Marielle Franco, et pourquoi ?

Par Le Point avec AFP

Diplomatie : l’ambassade du Brésil à Brazzaville officialise sa nouvelle résidence

février 22, 2022

L’ambassadeur de la République fédérative du Brésil auprès de la République du Congo, Renato Soares Menezes, a procédé le 22 février à la pose de la plaque et à la levée du drapeau officialisant l’occupation de sa nouvelle résidence installée au sixième niveau de l’immeuble Acacia.

Renato Soares Menezes et le personnel de l’ambassade devant la plaque / Adiac

Désormais, le drapeau brésilien flottera à côté de celui de l’ambassade de l’Afrique du Sud, qui occupe également l’immeuble situé à proximité de la Banque sino-congolaise pour l’Afrique. Quant à l’ambassade de la République fédérative du Brésil, elle se trouve dans l’une des tours jumelles de Brazzaville.

Au Brésil, la République du Congo dispose de deux représentations : une ambassade à Brasilia et un consulat à Fortaleza. Au Congo, l’ambassade du Brésil est l’une des soixante-six représentations étrangères, et l’une des cinquante représentations étrangères à Brazzaville.

Lors de la présentation de ses lettres de créance au chef de l’Etat, Denis Sassou N’Guesso, en février 2021, le diplomate brésilien, Renato S. Menezes s’était dit honoré de se retrouver à Brazzaville. « C’est avec un grand honneur que j’ai présenté, aujourd’hui, les lettres par lesquelles le président du Brésil m’accrédite auprès de son excellence Monsieur le président de la République du Congo », avait-il écrit dans le livre d’or.

La République du Congo et la République Fédérative du Brésil entretiennent d’excellentes relations dans plusieurs domaines (scolaire, sport, agricole, militaire, culturel, formation, etc.) 

Dans le domaine de l’enseignement supérieur, par exemple, rappelons que cette année, trente-neuf jeunes étudiants congolais ont bénéficié, le 20 janvier dernier, de la bourse du Brésil, et vont poursuivre leurs études dans les universités de ce pays dans différentes filières (médecine, information, comptabilité…)

Avec Adiac-Congo par Yvette Reine Nzaba

Brésil: nouvelles fortes pluies à Petropolis, Bolsonaro sur place

février 18, 2022
Bresil: nouvelles fortes pluies a Petropolis, Bolsonaro sur place
Brésil: nouvelles fortes pluies à Petropolis, Bolsonaro sur place© AFP/CARL DE SOUZA

Petropolis était à nouveau sous la menace de glissements de terrain vendredi, avec de fortes précipitations trois jours après les violents orages qui ont fait au moins 118 morts dans cette ville touristique que Jair Bolsonaro a survolée en matinée.

« J’ai vu énormément de destruction, comme des scènes de guerre », a déclaré le chef de l’Etat brésilien lors d’une conférence de presse, peu après le survol en hélicoptère.

« Nous avons pu prendre parfaitement conscience de la gravité de ce qui s’est passé ici », a ajouté le président, qui a rejoint directement Petropolis à son retour au Brésil, après plusieurs jours de visite officielle en Russie, puis en Hongrie.

Peu après son atterrissage à l’aéroport international de Rio de Janeiro, à 60 km de la ville sinistrée, il a exprimé sa « solidarité envers les familles des victimes », dans une vidéo publiée sur Facebook.

Vendredi matin, les sirènes d’alarme ont à nouveau retenti dans des zones à risque de Petropolis.

« Il y a des risques de glissement de terrain dans cette zone, attention, mettez-vous en lieu sûr, dans des structures d’accueil », pouvait-on entendre grâce à des haut-parleurs dès les premières heures de la journée.

« Tout le monde a très peur, on sursaute au moindre bruit », dit à l’AFP Atenor Alves de Alcantara, métallurgiste à la retraite de 67 ans, dont la maison se trouve dans la partie basse du quartier Alto da Serra, le plus affecté par les glissements de terrain.

« C’est bien que le président nous rende visite, mais ça ne va rien changer », a-t-il ajouté.

Sentiment d’abandon

Selon la Police civile, 116 personnes sont portées disparues, mais seuls 57 des 118 corps retrouvés ont été identifiés jusqu’à présent.

Le dernier bilan provisoire officiel fait également état de 849 personnes ayant dû quitter leur logement.

Plus de 500 pompiers, avec des hélicoptères, des pelleteuses et des chiens renifleurs, restent mobilisés pour rechercher sans relâche les disparus, tandis que l’espoir de retrouver des survivants est de plus en plus mince.

Des centaines de bénévoles sont aussi allés prêter main forte aux secours, dont un grand nombre d’habitants des quartiers dévastés par les glissements de terrain, contraints de creuser eux-mêmes pour tenter de retrouver des proches.

De nombreux résidents disent se sentir délaissés par les autorités. « La population est en droit de critiquer, mais c’est une région très accidentée, malheureusement, d’autres tragédies ont eu lieu ici. Nous faisons ce qui est de notre ressort », a réagi le président Bolsonaro.

Il faisait notamment allusion à la tragédie de 2011, quand plus de 900 personnes avaient trouvé la mort en raison d’inondations et de glissements de terrain dans une vaste région comprenant Petropolis et les villes voisines de Nova Friburgo, Itaipava et Teresopolis.

Condoléances du pape

« Ça me fait peur de voir ces nouvelles pluies, parce que le sol demeure gorgé d’eau. Je pense aux familles qui vivent dans des quartiers où beaucoup de gens sont morts, c’est désespérant », a confié jeudi soir à l’AFP Rodne Montesso, un habitant de Petropolis dont la maison a été épargnée.

Le pape François a envoyé vendredi un message de solidarité aux sinistrés.

« Le Saint-Père, en prenant connaissance avec beaucoup de tristesse des tragiques conséquences des glissements de terrain, a demandé à l’évêque de transmettre aux familles ses condoléances et partage la douleur de toutes les personnes endeuillées », peut-on lire dans un communiqué du Vatican.

Mardi, Petropolis, une ville de 300.000 habitants qui était l’ancienne résidence d’été de la Cour impériale, a reçu davantage de pluie que la moyenne de tout un mois de février.

L’été austral a été particulièrement meurtrier au Brésil, avec des pluies diluviennes qui ont fait des dizaines de morts ces derniers mois dans les Etats de Bahia (nord-est), Minas Gerais et Sao Paulo (sud-est).

Ces précipitations extrêmes sont liées selon les experts au réchauffement climatique.

Par Le Point avec AFP

La chute d’un pan de falaise tue 10 personnes et en blesse 32 dans un lac brésilien

janvier 9, 2022

BRASILIA, Brésil — Une imposante plaque de roche s’est détachée d’une falaise et s’est effondrée samedi sur des plaisanciers naviguant sur un lac brésilien, faisant au moins 10 morts.

© Fournis par La Presse Canadienne

Les autorités brésiliennes ont mis à jour dimanche le bilan de la tragédie de la veille. Elles avaient précédemment fait état de six morts.

Le chef de la police Marcos Pimenta a dit que des gens manquaient encore à l’appel à la suite de l’effondrement de la falaise survenu entre les villes de Sao Jose de Barra et de Capitolito, dans l’État du Minas Gerais.

Les autorités ont recensé au moins 32 blessés, bien que la plupart aient obtenu leur congé des hôpitaux, samedi soir.

Des vidéos montrent un rassemblement de petits bateaux se déplaçant lentement en bas de la falaise rocheuse du lac Furnas, puis une fissure apparaître dans la roche et un énorme morceau tomber sur au moins deux des embarcations.

Les autorités tentaient d’identifier les victimes, une tâche difficile en raison de «l’impact à forte énergie» du rocher sur les passagers du bateau, a ajouté M. Pimenta. Il a ajouté que l’une d’entre elles était un homme âgé de 68 ans,

Le service de presse du Minas Gerais a indiqué à l’Associated Press que les pompiers avaient déployé des plongeurs et des hélicoptères sur les lieux. Le gouverneur de l’État, Romeu Zema, a publié des messages de solidarité avec les victimes via les réseaux sociaux.

Le lac Furnas, qui a été créé en 1958 pour l’installation d’une centrale hydroélectrique, est un attrait touristique populaire dans la région, située à environ 420 kilomètres au nord de Sao Paulo. Les responsables de Capitolio, qui compte environ 8400 habitants, affirment que la ville peut souvent accueillir environ 5000 visiteurs pendant la fin de semaine et jusqu’à 30 000 pendant les jours fériés.

Les responsables ont suggéré que le pan de falaise qui s’est détaché pourrait avoir été la conséquence des fortes pluies qui ont récemment provoqué des inondations dans l’État et forcé près de 17 000 personnes à quitter leurs maisons.

Au début de l’année dernière, le Brésil a connu sa pire sécheresse en 91 ans, ce qui a obligé les autorités à réduire le débit d’eau du barrage du lac Furnas.

La marine brésilienne, qui a également aidé à l’opération de sauvetage, a annoncé qu’elle enquêterait sur les causes de l’accident.

By The Associated Press