Posts Tagged ‘Brigitte Guillemette’

L’ex-femme de DSK fustige le «délire» d’Anne Mansouret

juillet 21, 2011

La mère de Camille Strauss-Kahn dément que sa fille ait été une amie de Tristane Banon (ici dans les rues de Paris, début juillet).
Brigitte Guillemette sort de son silence pour évoquer ses relations avec la romancière Tristane Banon et sa mère. «Rien de ce que dit Anne Mansouret n’est vrai», clame-t-elle.

«Rien de ce que cette femme raconte n’est vrai». Brigitte Guillemette, la seconde épouse de Dominique Strauss-Kahn, est sortie de son silence en accordant un entretien au Nouvel Observateur. Elle y affirme ne pas être une proche d’Anne Mansouret, tandis que sa fille Camille n’est absolument pas une amie de Tristane Banon. «Nous sommes dans un délire glauque et malsain», affirme-t-elle.

Dès lors, pourquoi Anne Mansouret raconte dans la presse que Brigitte Guillemette est la marraine de sa fille Tristane Banon? L’explication de l’ancienne femme de DSK est lapidaire. Elle aurait rencontré Anne Mansouret au début des années 90, dans un cadre professionnel. «Nous ne sommes pas devenues amies, même si nous nous croisions de temps à autres dans des cocktails et des soirées», souligne l’économiste.

Quelques temps plus tard, selon Brigitte Guillemette, Tristane Banon, alors âgée d’environ 18 ans, souhaitait se marier avec un jeune homme très pratiquant. Son baptême était indispensable pour réaliser la noce. «Tu es la seule personne que je connaisse qui soit baptisée», aurait alors dit Anne Mansouret à l’ex-femme de DSK, lui demandant de devenir la marraine de sa fille pour son baptême. «Devant son insistance, j’ai accepté de rendre ce service (…). Je suis donc sa «marraine», formellement …», explique Brigitte Guillemette.

Elle n’aurait alors plus entendu parler de Tristane pendant plusieurs années, jusqu’à la fameuse interview de DSK par la jeune écrivaine. Interview obtenue «ni par (son) intermédiaire, ni par celui de (sa) fille, avec laquelle elle n’était pas en contact». Peu après, Tristane Banon aurait rencontré Camille une première fois autour d’un café, puis, lors d’un second rendez-vous, lui aurait raconté l’agression dont elle se dit victime. «Camille, qui était sous le choc (…) est rentrée à la maison en larmes». Brigitte Guillemette raconte avoir immédiatement téléphoné à son ex-mari «qui a vivement démenti», puis à Anne Mansouret.

Cette dernière lui aurait répondu : «Tout cela n’est pas grave … de toute façon, je suis la maîtresse de Strauss-Kahn». «Je me suis vraiment demandée où j’habitais», commente la seconde épouse de l’ancien directeur du FMI. Après ce coup de téléphone, elle n’aurait plus eu de nouvelles de Tristane Banon et de sa mère. Elle porte aujourd’hui plainte contre Anne Mansouret pour diffamation. «Je n’ai qu’une obsession : protéger ma fille».

Lefigaro.fr par Chloé Woitier

Une ex-femme de Strauss-Kahn entendue dans l’affaire Banon

juillet 18, 2011

PARIS (Reuters) – La deuxième épouse de Dominique Strauss-Kahn a été entendue vendredi dans l’enquête ouverte après la plainte déposée par la journaliste Tristane Banon pour tentative de viol, a-t-on appris lundi de source policière.

François Hollande, candidat aux primaires socialistes, sera également entendu « comme toutes les personnes ayant pu recevoir des confidences » de Tristane Banon, a-t-on indiqué de source judiciaire, confirmant une information à paraître mardi dans Le Figaro.

« Il n’y a rien de nouveau. M. Hollande n’est pas ciblé particulièrement », a-t-on ajouté.

L’avocat de la journaliste, David Koubbi, avait indiqué lors du dépôt de sa plainte qu’il espérait l’audition de l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste, qui selon lui avait été informé des faits reprochés à Dominique Strauss-Kahn.

Brigitte Guillemette, deuxième épouse de Dominique Strauss- Kahn, est la quatrième personne entendue par les enquêteurs après Tristane Banon et la mère de la plaignante, l’élue socialiste Anne Mansouret. Un journaliste qui a travaillé avec la jeune femme a également été entendu.

Selon Le Point.fr, la deuxième épouse de l’ancien directeur général du Fonds monétaire international, citée à plusieurs reprises par Anne Mansouret, a démenti la version donnée par la mère de Tristane Banon aux enquêteurs.

Elle a notamment affirmé n’avoir jamais servi d’intermédiaire entre Tristane Banon et son ex-mari à l’époque des faits, en 2003.

Anne Mansouret avait évoqué devant la presse une conversation avec Dominique Strauss-Kahn au cours de laquelle celui-ci aurait reconnu « avoir pété un câble ».

Mais Brigitte Guillemette a dit ne pas être au courant de cette déclaration, selon l’hebdomadaire.

Anne Mansouret a regretté après l’arrestation de l’ex-directeur général du FMI à New York avoir dissuadé sa fille de porter plainte juste après l’agression présumée, il y a huit ans.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur la plainte de sa fille, un autre dossier embarrassant pour Dominique Strauss-Kahn, également poursuivi aux Etats-Unis pour tentative de viol.

Tristane Banon affirme que les faits présumés se sont déroulés en février 2003 lors d’une rencontre avec Dominique Strauss-Kahn dans le cadre de la rédaction d’un livre.

Reuters