Posts Tagged ‘Britannique’

Afrique du Sud: la violente crise sociale qui secoue les mines rebondit

octobre 19, 2012
Afrique du Sud: la violente crise sociale qui secoue les mines rebondit Afrique du Sud: la violente crise sociale qui secoue les mines rebondit © AFP

La violente crise sociale qui secoue les mines sud-africaines depuis début août a rebondi jeudi avec un nouvel arrêt de travail à la mine de platine de Marikana (nord) d’où était parti le mouvement, tandis que d’autres mines ont recommencé à fonctionner.

On pensait le conflit réglé à mine de Marikana, exploitée par le groupe britannique Lonmin, après qu’un accord salarial eut mis fin, le 18 septembre, à six semaines d’une grève sauvage émaillées de violences ayant fait 46 morts. Mais les mineurs ont à nouveau fait part de leur mécontentement.

« L’activité est perturbée, mais c’est trop tôt pour parler de grève. Des employés ne sont pas descendus (dans la mine) comme ils devaient le faire ce matin », a indiqué à l’AFP une porte-parole du groupe, Sue Vey, incapable de préciser le nombre de mineurs concernés par ces débrayages.

« Ce matin, environ 4. 000 mineurs ne sont pas descendus mais ensuite certains y sont allés. Ca varie! »

Selon Zolisa Bodlani, l’un des des meneurs de la grève qui a duré du 10 août au 20 septembre, les mineurs se plaignent de l’attitude de la police, qu’ils accusent de harcèlement.

« Il y a eu des personnes arrêtées durant le week-end. Les gars sont inquiets », a-t-il expliqué à l’AFP, notant qu’un rassemblement pourrait avoir lieu dans l’après-midi sur la même colline où les grévistes se réunissaient pendant le mouvement et où la police avait abattu 34 grévistes le 16 août.

La police est très active dans la région, où de nombreuses autres mines se sont mises en grève dans le sillage du mouvement de Marikana, affectant à des degrés divers les productions de platine, d’or, de chrome ou de diamants.

Très présents sur place, multipliant patrouilles et perquisitions, les policiers sont très mal vus depuis que 34 mineurs ont été abattus par les forces de l’ordre le 16 août.

A Carletonville, au sud-ouest de Johannesburg, le travail a repris partiellement à la mine d’or de KDC West, vaste complexe de 14. 300 employés paralysé par une grève sauvage depuis le 9 septembre, où la direction a menacé de licencier les 11. 000 grévistes s’ils ne vont pas pointer avant 14H00 (12H00 GMT).

« A KDC West, il y a beaucoup de gens qui reviennent » travailler, a indiqué à l’AFP le porte-parole du groupe Gold Fields, Willie Jacobsz, disant n’avoir pas encore de chiffres précis.

Dans un communiqué, le Syndicat national des mineurs (NUM, majoritaire), a félicité ses membres qui ont repris le travail « à une écrasante majorité ».

La même menace de licenciement était valable pour le site de Beatrix (centre), qui emploie 9. 000 personnes: tous les mineurs sont retournés travailler, s’est félicitée la direction.

Le travail a aussi partiellement repris à la mine d’or de Blyvooruitzicht, près de Carletonville, exploitée par la compagnie sud-africaine Village Main Reef. La plupart de ses employés étaient en grève depuis le 27 septembre.

A quelques kilomètres de là, l’ambiance n’était pas du tout à la reprise à la mine de Tau Tona, chez AngloGold Ashanti. Entre 3. 000 et 4. 000 mineurs ont marché pacifiquement à la mi-journée vers les bureaux de la direction pour y faire part de leurs revendications.

Et du côté de la capitale Pretoria, on a appris jeudi qu’une grève menée par 200 personnes (sur 1. 100) avait « interrompu temporairement » la production à la célèbre mine de diamants de Petra Diamonds, à Cullinan. C’est là qu’on a découvert en 1905 le « Cullinan », le plus gros diamant jamais trouvé.

Inquiet devant cette agitation sociale, dont la plupart des mouvements sont des grèves sauvages dépassant les syndicats traditionnels, le président Jacob Zuma avait convoqué mercredi un sommet social, au terme duquel il a appelé à la reprise du travail « dès que possible ».

Il a notamment annoncé des mesures pour améliorer les infrastructures des principales villes minières du pays.

Le secteur minier représente 9% du PIB sud-africain, et 19% avec les activités annexes.

 Jeuneafrique.com avec AFP

RDC : plusieurs milliards de dollars en biens miniers détournés, selon une ONG

mai 30, 2012
'La perte totale pour le peuple de la RDC dépasse 5,5 milliards de dollars', selon Free Fair DRC. « La perte totale pour le peuple de la RDC dépasse 5,5 milliards de dollars », selon Free Fair DRC. © Gwenn Dubourthoumieu/AFP

D’importants biens miniers ont été vendus à des prix dérisoires à des sociétés fictives étrangères, assure l’ONG britannique Free Fair DRC dans un rapport rendu publique lundi 28 mai, à Kinshasa. L’ONG appelle la classe politique congolaise à œuvrer pour la transparence du secteur minier.

« Des membres du gouvernement de la RDC, en particulier le président actuel, Joseph Kabila, ont vendu d’importants biens miniers à des prix dérisoires à diverses sociétés fictives étrangères » installées pour la plupart aux Îles vierges, a estimé l’ONG britannique Free Fair DRC dans un rapport rendu public lundi 28 mai, à Kinshasa. En mai dernier, la RDC avait pourtant annoncé la publication de tous les contrats miniers.

« La perte totale pour le peuple de la RDC, au titre des biens perdus ou du manque à gagner, dépasse 5,5 milliards de dollars », a ajouté le parlementaire britannique et président de l’ONG, Eric Joyce, qui a recensé 59 entreprises fictives. Dans une lettre au président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, le représentant à Kinshasa de Free Fair DRC, Herman Nzeza, a appelé les parlementaires à œuvrer pour la transparence du secteur minier. « Vous êtes la voix du peuple congolais. Assurez-vous qu’à l’avenir toutes les ressources soient vendues par un appel d’offres public et mettez fin aux cambriolages », écrit-il.

Le rôle du Parlement

« Le processus de milliards de dollars d’aide qui entrent par la porte officielle pour simplement être perdus en milliards de dollars dans des traités miniers secrets ne fait rien pour aider le peuple congolais », souligne la lettre d’Herman Nzeza.

Pour prévenir les abus, il appelle à la « mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur les personnalités congolaises et étrangères impliquées dans cette prédation » des ressources minières et recommande notamment la création d’un « organisme indépendant de lutte contre la corruption ».

Accueil favorable de l’opposition

« J’ai rencontré les parlementaires de l’opposition et de la majorité pour leur parler de ce problème, mais certains avaient peur des représailles éventuelles s’ils s’impliquaient dans ce sujet sensible. Alors j’ai décidé d’écrire une lettre au président de l’Assemblée pour ouvrir le débat publiquement, a précisé Herman Nzeza. Nous voulons qu’en RDC le Parlement se saisisse du dossier et qu’il enquête aussi sur les personnalités congolaises derrière ces transactions, parce que les citoyens britanniques derrière les entreprises fictives ne le sont pas sans l’aide des Congolais qui sont ici », a-t-il ajouté.

L’initiative de Free Fair a reçu un accueil favorable au sein de l’opposition congolaise. Jason Luneno, député de l’opposition élu à Goma, l’a jugé « très bonne car on se demande pourquoi nous ne sortons pas du bourbier de la pauvreté dans lequel nous sommes plongés depuis plusieurs années, et qui est l’oeuvre de Congolais en train de s’enrichir par des contrats erronés ».

Jeuneafrique.com avec AFP

La mort d’Amy Winehouse exploitée par l’extrême-droite

août 9, 2011

Une affiche de mauvais goût

La mort d’Amy Winehouse exploitée par l’extrême-droite Les jeunes de l’Union Démocratique du Centre, un parti d’extrême-droite suisse, ont utilisé une photo d’Amy Winehouse pour lutter contre la dépénalisation de la drogue. Jugez plutôt.

Les raisons qui entourent la mort d’Amy Winehouse à 27 ans sont encore floues puisque les résultats des expertises toxicologiques ne seront connus que dans plusieurs semaines. Pour le père de la chanteuse britannique, il s’agit d’ un sevrage d’alcool trop brutal. D’autres avancent l’idée d’une overdose. C’est de cette hypothèse que sont partis les jeunes de l’Union Démocratique du Centre (UDC) pour créer leur affiche anti drogue : une photo d’Amy Winehouse dans un état déplorable avec pour slogan, un jeu de mot de mauvais goût : « Une voix sans issue ».

Pour Gregory Logean, le président des jeunes UDC du Valais romand, il n’y a rien de choquant à utiliser l’image d’une personne décédée il y a quelques jours à peine : « De toute façon, tout le monde avait déjà vu ce genre d’image avant la mort d’Amy. Elle se montrait dans cet état souvent. C’est juste la réalité que l’on montre. Le plus choquant, ce n’est pas l’affiche, ce sont les ravages de la drogue », affirme-t-il au site Le Nouvelliste. Dans les commentaires, de nombreux internautes ont d’ailleurs réagi pour afficher leur dégoût face à cette affiche. « Suis écoeuré », note Gilles Favre, quand Amy se contente d’un « Juste à gerber » et Rikette corrige : « C’est absolument abject d’utiliser la photo d’une personne décédée. Cette artiste n’était pas une droguée ». Un point de vue que partage Daniel Rossellat, patron du Paléo Festival, sur 24heures.ch : « Cette affiche est de mauvais goût. Et il faudrait juste expliquer à Gregory Logean, le président des jeunes UDC valaisans, que la principale addiction d’Amy Winehouse était l’alcool. Le genre de produit qu’on trouve beaucoup en Valais ». Tout est dit…

Voici.fr par M-A.K.

Le prince William a mis le feu au mariage de sa cousine

août 2, 2011

Le prince William a mis le feu au mariage de sa cousine

Qui a dit que le prince William ne savait pas s’amuser ? Certainement pas les invités du mariage de Zara Phillips et Mike Tindall.

Zara Philips, la cousine du prince William, et Mike Tindall se sont dit oui à l’église Canongate Kirk à Edimbourg, en Écosse. Après la cérémonie, les invités ont dîné au palais d’Holyroodhouse et on ensuite fêté l’événement comme il se doit. Comme lors du mariage de William et Kate, la reine Elizabeth II s’est éclipsée juste après le repas, laissant tout le loisir aux jeunes de s’éclater comme des fous. Et comment s’amusent les membres de la famille royale ? Avec un simple karaoké.

« Zara a été la première à se lancer et Mike l’a rejointe. Ils ont chanté du Abba et tout le monde a dansé et les a acclamés », a raconté un témoin à Us Weekly. Mais la soirée a atteint son apogée lorsque le prince William s’est à son tour emparé du micro. Point de Kate Middleton sur scène pour encourager son époux, elle est restée en retrait, béate d’admiration pour son chanteur de mari. Il a interprété Livin’ on a prayer de Bon Jovi. « C’était fantastique, a ajouté cette source. Pratiquement tout le monde est resté debout toute la nuit et les jeunes mariés ne sont pas allés se couchés, bien trop occupés à faire la fête avec leurs amis ». Kate, et surtout cet « ambianceur » de William, n’ont pas été les derniers à les accompagner !

Voici.fr par M-A.K.