Posts Tagged ‘Bulldozers’

Egypte: dispersion meurtrière des pro-Morsi, au moins 124 tués

août 14, 2013

Au moins 124 partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi ont été tués mercredi sur l’une des deux places évacuées de force au Caire, a rapporté un journaliste de l’AFP. Ce dernier a pu compter les cadavres dans trois morgues improvisées.

Ce bilan concerne les victimes abattues sur la place Rabaa al-Adawiya, le QG des manifestants qui l’occupent depuis plus d’un mois. Il ne tient donc pas compte des morts éventuels sur l’autre sit-in des pro-Morsi au Caire, la place Nahda ni de ceux d’autres affrontements en cours dans le pays.

Selon les protestataires, l’intervention des services de sécurité ont causé plus de 2200 morts et 10’000 blessés. Ce sont des chiffres impossibles à confirmer de sources indépendantes.

Les autorités ont affirmé plus tôt dans la journée avoir recensé sept décès, dont deux membres des forces de sécurité. Selon elles, ce sont les manifestants qui ont ouvert le feu sur la police.

Des « sommations »

Les pro-Morsi ont été pris par surprise par les bulldozers des forces de l’ordre, car les nouvelles autorités avaient promis des « sommations » afin de laisser partir ceux qui le souhaitaient, en particulier les femmes et les enfants qui campaient depuis plus d’un mois sur les deux places où sont organisés des sit-in.

Deux heures après le début de l’opération, le ministère de l’Intérieur annonçait que la place Nahda, le second rassemblement, était « totalement sous contrôle ». Les Frères musulmans, l’influente confrérie dont est issu M. Morsi, l’occupaient depuis près d’un mois et demi pour réclamer le retour de leur président, destitué et arrêté par l’armée le 3 juillet.

Grenades lacrymogènes

En revanche, sur la place Rabaa, dont l’accès était interdit aux journalistes qui ne se trouvaient pas déjà sur les lieux, des tirs d’arme automatique résonnaient. Une pluie de grenades lacrymogènes s’est abattue sur le village de tentes, sur fond de chants religieux diffusés à plein volume par les haut-parleurs de l’estrade.

Un responsable de la sécurité a affirmé que des résidents avaient aidé les forces de sécurité à arrêter des dizaines de manifestants. La télévision a diffusé des images d’hommes menottés assis au sol et de familles escortées hors du site.

Romandie.com

Immeuble effondré au Bangladesh: le nouveau bilan dépasse les 1.000 morts

mai 9, 2013

DACCA – Le bilan du pire accident industriel au Bangladesh a dépassé les 1.000 morts après la découverte de nouveaux corps dans les décombres d’un immeuble du secteur textile qui s’est effondré près de Dacca le mois dernier, a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’armée vendredi.

Le nombre de morts s’élève maintenant à 1.006 après dix-sept jours de recherche suite à l’effondrement de l’immeuble de neuf étages dans la ville de Savar, à 30 kilomètres au sud de Dacca, a déclaré le capitaine Shahnewaz Zakaria.

Sur la seule journée de jeudi, les secouristes, équipés de grues, bulldozers et excavatrices, ont retiré 130 corps des décombres, a-t-il ajouté.

Certains cadavres, en état de décomposition avancée, ont pu être identifiés grâce au téléphone portable retrouvé dans leur poche ou leur carte d’identité d’ouvrier portée autour du cou, a-t-il précisé. La plupart des morts sont des femmes, ouvrières dans les ateliers textiles qui se trouvaient dans le Rana Plaza, le bâtiment effondré.

Jusqu’à présent, au moins 150 corps ont été enterrés dans des tombes anonymes, dans un cimetière public car ils n’ont pas pu être identifiés, a-t-il encore ajouté.

Les autorités prélèvent des échantillons d’ADN sur les corps, en prévision des demandes de compensation.

Au moins 2.437 personnes ont été extraites vivantes des décombres, mais un millier sont subi des blessures graves, dont des amputations de membres, effectuées pour libérer les personnes des plaques de ciment et de béton.

Le Rana Plaza, un immeuble de neuf étages qui abritait cinq ateliers de confection, s’est effondré comme un château de cartes après que des ouvriers ont signalé la veille des fissures sur le bâtiment. Plus de 3.000 ouvriers étaient à leur poste.

Romandie.com avec (©AFP / 10 mai 2013 03h26)

Opération de déguerpissementL les bulldozers bientôt dans les quartiers

août 12, 2011

Ils n’ont pas terminé avec les grandes artères. Mais déjà, les bulldozers de la ministre Anne Ouloto comptent bientôt entrer dans les quartiers.

Face à la presse hier au cabinet du ministère de la Salubrité urbaine, la ministre a expliqué que l’opération de déguerpissement se fait conformément à l’arrêté n°002 Mvsu/cab du 16 janvier 2008 portant la propreté des voies publiques et de leurs emprises. «Ce programme ne concerne pour le moment que les voies principales sur le district d’Abidjan. Progressivement, elle s’étendra à tous les quartiers, au reste du pays», a-t-elle dit.

Expliquant le bien-fondé de cette opération débutée depuis le 29 juillet, la première responsable de la salubrité a révélé que c’est une opération du gouvernement de Côte d’Ivoire, endossée par le chef de l’Etat qui, dans son discours à la Nation du 7 août, est revenu sur la portée de cette action qui n’est pas dirigée contre les populations. «Bien au contraire, cette opération permettra de leur créer un cadre de vie propre, sain et agréable. (…)», a-t-elle dit.

La ministre a expliqué que les populations construisent sur les servitudes publiques, bouchant les voies de canalisation. «Quand il pleut, la ville enregistre des drames. Des familles sont endeuillées. Le pays est privé de bras valides. Malheureusement, les mairies, elles, ont du mal à faire le curage des caniveaux. Les commerçants de véhicules d’occasion, les transporteurs, les artisans ont transformé nos rues en de vastes marchés à ciel ouvert. Ces marchés sont plutôt des dépotoirs qui nuisent à la santé des populations. Certaines de nos rues sont devenues des lieux mondialement connus de prostitution ou de tourisme sexuel», a-t-elle fait remarquer.

Face à cette situation, faut-il croiser les bras et laisser faire ? Non, la ministre a décidé de réagir, parce que, a-t-elle dit, «le commerce doit se faire dans les normes et non dans l’anarchie. Mieux, l’Etat a un devoir de protection civile. L’Etat de Côte d’Ivoire a l’obligation de créer les conditions de sécurité et de santé en offrant d’abord aux Ivoiriens un cadre de vie agréable, propre et sain. Nous sommes dans une ère où l’Etat pourrait être attaqué en justice parce qu’il a failli. L’Etat ne veut pas faillir », a-t-elle dit. Cette opération, selon la ministre, est irréversible. «Nous allons nous donner les moyens de suivi et de contrôle et demander aux maires de mettre en valeur les espaces déguerpis. Ils peuvent les transformer en jardins et parcs. Nous allons les aider dans cette voie », a-t-elle dit avant d’ajouter que l’amélioration de notre cadre de vie va attirer chaque jour de nombreux investisseurs dans tous les secteurs d’activités. «Des villes propres, belles et agréables boosteront la croissance économique. Elles attireront inéluctablement des milliers de touristes. Des emplois pour les jeunes et les femmes seront alors disponibles pour la reconstruction du pays», a-t-elle promis.

L’expression par T.Yelly