Posts Tagged ‘Bureau’

Développement du football : la Fifa inaugure le bureau Afrique centrale à Brazzaville

février 20, 2021

Gianni Infantino a procédé le 20 février au siège de la Fédération congolaise de football (Fécofoot)  à l’ouverture du bureau régional de développement de la FIFA pour l’Afrique centrale

Gianni Infantino au bureau regional de developpement de la FIfa /Adiac

L’ouverture dudit  bureau régional est l’aboutissement de l’accord de siège signé  le 29 novembre 2019 entre  le gouvernement congolais et la FIFA. Quinze mois après son premier passage à Brazzaville, Gianni Infantino a tenu ses promesses  en dotant Brazzaville d’un bureau stratégique qui sert, en effet, d’examiner les différents programmes de développement  soumis par les associations membres de la Fifa.

«  C’est important que nous soyons présents. La FIFA est une organisation qui se veut être à l’écoute des fédérations. Nous devons travailler ensemble …On a déjà commencé avec notre programme Forward, un programme qui aide  les fédérations et qui nous a permis de multiplier par cinq les investissements qu’on fait dans le football », a expliqué le président de la Fifa.

Gianni Infantino, qui veut faire plus pour l’Afrique, a  estimé que ce bureau régional  va aider toutes les fédérations de l’Afrique centrale et contribuer en même temps au   rayonnement  du  football africain.

Le président de la Fifa a aussi confirmé l’augmentation du nombre des sélections  africaines  lors de la phase finale de la  Coupe du monde 2026. Il passera de cinq à  dix  dont neuf seront directement qualifiés et le 10e  passera par les barrages.

Le président de la Fifa et le ministre des Sports et de l’Education physique procédant à l’inauguration/ Adiac

Jean  Guy Blaise Mayolas a exprimé toute sa gratitude au président de la FIFA et à ses collaborateurs qui ont œuvré pour l’installation du bureau régional pour l’Afrique centrale à Brazzaville. « Nous pouvons désormais dire que nous sommes plus proches de la FIFA et nos différents projets seront mieux examinés et connaitront un aboutissement heureux, pour un meilleur développement du football en Afrique centrale », a-t-il déclaré.

De son côté, Hugues Ngouélondélé  a remercié, au nom du  gouvernement,  la FIFA pour ses multiples  réalisations au Congo, citant notamment la  rénovation du Centre technique d’Ignié et l’installation des deux poules synthétiques.  

Le Congo aspire grâce à la réalisation et à devenir l’épicentre du football de la sous région Afrique centrale, a-t-il souhaité. Le ministre compte par ailleurs sur l’appui de la FIFA pour la réalisation d’un certain nombre de projets.   « Notre pays  prépare, en concertation avec l’ensemble du mouvement sportif, une série de textes visant à créer les conditions  idoines pour un  développement harmonieux du sport et sa valorisation.  Nous serons heureux de compter la Fifa parmi nos partenaires stratégiques; le football étant le sport roi », a  rappelé  le ministre. 

Avec Adiac-Congo par James Golden Eloué

Congo: Les nouveaux membres du Bureau de l’Assemblée nationale

août 20, 2017

 

 

Assemblée nationale : Justin KOUMBA viré par Denis Sassou Nguesso.

Isidore MVOUMBA devient le nouveau président de l’Assemblée nationale.

Bouity VIAUDO ne sera plus maire de la ville de POINTE-NOIRE, Léon Alfred OPIMBA et Leonidas MOTTOM ne seront plus ministres.

Voici la composition du bureau de l’Assemblée Nationale de la 14ème législature:

1- président de l’Assemblée Nationale : Isidore Mvouba ( PCT)

2- 1er vice-président : León Alfred Opimbat (PCT)

3- 2ème vice-président : Roland Bouity Viaudo (MAR: parti de la majorité présidentielle)

4- 1er secrétaire : Paul Obambi ( PCT)

5- 2ème secrétaire : Kignoumbi Kia Mboungou (fausse opposition fabriquée par Denis Sassou Nguesso )

6- 1er questeur : Virginie Dolama ( PCT)

7- 2ème questeur : Léonidas Mottom. ( PCT)

Avec Brazzanews.fr

L’ONU ferme officiellement son bureau au Burundi

décembre 12, 2014

Le Bureau des nations unies à Bujumbura Creative commons

Le Bureau des nations unies à Bujumbura Creative commons

Burundi Burundi

L’ONU a officiellement fermé vendredi 12 décembre sa mission politique, le Bureau des Nations unies au Burundi (Bnub) au cours d’une cérémonie de descente de drapeau à Bujumbura. Cette fermeture s’effectue après une vingtaine d’années de présence dans ce pays en proie à une longue guerre civile qui a duré de 1993 à 2006. Mais ce départ a lieu malgré des tensions politiques croissantes à quelques mois d’élections générales. La communauté internationale ne cache pas son inquiétude.

Les relations entre le gouvernement du Burundi et le Bnub, étaient devenues très conflictuelles. Des rapports dénoncent chaque année des violations massives des droits de l’homme dont des exécutions extrajudiciaires, des arrestations arbitraires ou encore des restrictions de l’espace politique et médiatique.

En avril, un câble diplomatique onusien révélait une distribution d’armes aux jeunes du parti au pouvoir au Burundi. L’information a été démentie depuis par le gouvernement mais avait fuité dans la presse. Bujumbura a alors tout mis en œuvre pour obtenir la fermeture de cette mission. Aujourd’hui, c’est chose faite. Le ministre burundais des Relations extérieures, Laurent Kavakure, le confirme.

« C’est un moment historique, mémorable. Je ne dirais pas comme l’accession à l’indépendance, mais je dirais que c’est la fin d’une période où le Burundi était considéré comme un pays post-conflit. Nous allons vers l’étape prochaine vraiment de développement, sans cliché, sans image de pays post-conflit. »

« Pas dans le bon sens »

La société civile et l’opposition regrettent aujourd’hui ce départ alors que la tension ne cesse de monter, à cinq mois des élections générales de 2015. Agathon Rwasa, le chef historique des ex-rebelles des FNL et principal opposant burundais, estime le fait « important mais pas dans le bon sens. Ce départ est prématuré parce que, souvenez-vous, la tension politique qu’il y avait, il y a quelques années, n’a pu être désamorcée que grâce à l’intervention du Bnub. Malheureusement, ils partent maintenant. »

Agathon Rwasa pense que la situation pourrait dégénérer à tout moment, mais le ministre burundais des Relations extérieures se veut rassurant : « Nous aurons des élections justes et équitables », assure-t-il.

Rfi.fr