Posts Tagged ‘Camarades’

Tunisie: un soldat tué par les siens par erreur lors d’une opération militaire

juin 3, 2013
Tunisie: un soldat tué par les siens par erreur lors d'une opération militaire Tunisie: un soldat tué par les siens par erreur lors d’une opération militaire © AFP

Un militaire tunisien a été tué par erreur par ses camarades lors d’une opération visant un groupe armé lié à Al-Qaïda près de la frontière algérienne, a annoncé lundi à l’AFP un porte-parole des forces armées, Mokhtar Ben Nasr.

« L’armée a tendu un piège visant les éléments terroristes mais un militaire a quitté sa position et ses camarades, croyant qu’il s’agissait d’un terroriste, lui ont demandé de s’arrêter avant d’ouvrir le feu », a-t-il expliqué.

Selon Salah Amri, directeur de l’hôpital régional de Kasserine (centre-ouest) l’homme a été touché de cinq balles dans la nuit de dimanche à lundi.

L’opération avait lieu sur le mont Chaambi, où les forces armées pourchassent depuis décembre un groupe armé lié à Al-Qaïda.

La traque s’est intensifiée fin avril, après que des militaires et gendarmes ont été blessés, certains grièvement, par des mines artisanales posées par les jihadistes.

Encore samedi, trois militaires ont été blessés par l’un de ses engins qui a explosé au passage de leur véhicule, portant à une vingtaine le bilan des blessés depuis fin avril.

La Tunisie est confrontée depuis la révolution qui a chassé le 14 janvier 2011 l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali à l’essor de groupuscules islamistes violents, auxquels les autorités attribuent en particuler une attaque contre l’ambassade américaine en septembre et l’assassinat d’un opposant en février.

Jeuneafrique.com avec AFP

Un soldat malien tué lors d’une opération de désarmement de policiers à Bamako

avril 6, 2013
Des policiers fouillent une voiture, à Bamako, le 17 janvier 2013. Des policiers fouillent une voiture, à Bamako, le 17 janvier 2013. © AFP

Un soldat malien a été tué par balle et un policier blessé samedi à Bamako lors d’une opération de désarmement de policiers réputés proches des auteurs du coup d’Etat de mars 2012, a-t-on appris samedi de source militaire.

L’opération de désarmement était menée par des militaires et des gendarmes, à l’intérieur du camp du Groupement mobile de sécurité (GMS, police) de la capitale malienne.

« C’est un policier qui a refusé de désarmer qui a tiré sur le militaire qui est mort. Le même policier a tiré par erreur un autre coup de feu qui a blessé un de ses camarades », a déclaré à l’AFP une source militaire. Un journaliste de l’AFP a vu le corps du soldat tué ainsi que le policier, blessé à la cuisse droite, qui se tordait de douleur dans la cour.

Militaires et gendarmes ont finalement désarmé les policiers après avoir encerclé le camp où plusieurs armes automatiques ont été saisies, a constaté l’AFP. Une dizaine de policiers – dont trois femmes – ont été arrêtés, mais cinq policiers ont fui en escaladant le mur du camp, selon la même source militaire.

« La police malienne est un corps démilitarisé » et tous les policiers qui ont des armes lourdes sont dans « l’illégalité », a affirmé cette source.

Situation sous contrôle

La situation au GMS samedi était sous le contrôle des soldats et gendarmes. L’opération avait été menée par surprise pour prévenir de nouveaux incidents entre policiers, après de récents heurts entre membres de ce corps, a affirmé à l’AFP une source sécuritaire.

« La récréation est terminée. Nous ne pouvons plus accepter ce désordre, au moment où la communauté internationale est au chevet du Mali », a affirmé à l’AFP un responsable du ministère malien de la Sécurité.

Des troupes françaises et africaines sont engagées depuis le 11 janvier dans des opérations pour reconquérir le nord du Mali, qui avait été occupé en 2012 par des groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Heurts dans la nuit de jeudi à vendredi

Ces violences surviennent après les heurts ayant opposé des policiers de deux syndicats, dans la nuit de jeudi à vendredi à Bamako. Un membre d’un syndicat avait fait état vendredi de quatre blessés par balle lors de cette fusillade, ce qu’avait nié l’autre syndicat. Ces syndicats s’opposent sur des promotions accordées à certains policiers réputés proches des auteurs du coup d’Etat de 2012 et restés influents à Bamako.

Des heurts avaient déjà éclaté le 26 septembre 2012 à Bamako entre des policiers promus et d’autres qui ne l’avaient pas été, faisant deux blessés, dont un par balle, selon le bilan du gouvernement. Les promotions contestées avaient ensuite été annulées par le président par intérim, Dioncounda Traoré.

En novembre 2012, la police avait été de nouveau secouée par le « rapt » de quatre policiers, séquestrés au GMS puis relâchés le lendemain à la suite d’une médiation d’une organisation musulmane. Des policiers avaient ensuite manifesté pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Jeuneafrique.com avec AFP

Nabilla – sa mère Marie-Luce dit tout : ‘Son père la traitait de tous les noms’

mars 16, 2013

Nabilla dans L'amour est aveugle 2 sur TF1 le vendredi 25 novembre 2011Nabilla se moque d'elle-même dans une parodie de "Non mais allo"Public   en kiosques le 15 mars 2013Version originale de Nabilla et de son mythique  Allo ?  dans Les Anges de la télé-réalité 5.Nabilla à la conférence de rentrée d'NRJ à Paris, le 12 septembre 2012

Les Anges de la télé réalité 5Les Anges de la télé réalité 5

La star des Anges de la télé-réalité 5, c’est Nabilla ! Après avoir explosé à l’écran dans L’amour est aveugle saison 2, sur TF1, aujourd’hui, Nabilla est devenue la coqueluche de NRJ12. Avec la bombe, la chaîne s’assure des records d’audience à la pelle.

Ingénue, sexy, naïve mais dotée d’un sacré caractère, Nabilla Benattia envoûte et provoque plus d’un fou rire grâce à ses phrases cultes en pagaille désormais devenues célèbres. Mais qui est vraiment la baby doll de 20 ans ? Sa mère, Marie-Luce, parle d’elle dans les pages de Public en kiosques aujourd’hui.

« J’en suis très fière« , confie Marie-Luce, qui vit et travaille à Genève. Sa Nabilla, elle la reconnaît parfaitement : à l’écran, la belle est fidèle à sa personnalité. Si la jeune femme a dès son plus jeune âge été très attirée par les flashs de la célébrité, elle n’a pas vécu une enfance facile.

Elle raconte : « Son papa et moi étions des étrangers. A l’école, ses camarades et certains de ses professeurs n’ont pas été tendres avec elle à cause de ça. » Mais malgré ce divorce difficile, Nabilla est restée forte. Marie-Luce confie : « Nabilla, c’est une guerrière. Elle avait 13 ans quand je me suis séparée de son père. Je l’ai fait pour la protéger. Le papa de Nabilla était contre le fait que sa fille fasse du mannequinat. Il était très fermé. Quand Nabilla a commencé à se maquiller, il est devenu fou. Il la traitait de tous les noms. Des termes assez crus et violents pour une jeune fille de son âge. »

Si la belle brune a hésité entre son père et sa mère, elle a finalement décidé de rester avec cette dernière. Lorsque Nabibi était enfant, Marie-Luce faisait beaucoup d’allers-retours entre Paris et Genève, notre sexy brune a donc passé beaucoup de temps avec ses grands-parents. Des grands-parents qui l’ont tellement gâtée qu’aujourd’hui, la belle est une vraie petite princesse. « Elle a un petit côté enfant gâté. Ils la gâtaient plus que de raison. Elle est très exigeante et a même un petit côté fainéant« , confie la mère de Nabilla. Un aspect de sa personnalité que Frédérique, l’intendante des Anges, ne supporte pas.

Alors que des parodies de la phrase culte de Nabilla « Non mais allo » envahissent le Net, comment la mère de cette dernière réagit ? « Nabilla a cette innocence à la Marilyn Monroe. Elle prononce des phrases incroyables, mais il ne faut pas croire qu’elle est inculte. C’est un bébé, elle est encore jeune« , confie Marie-Luce.

Quant à la chirurgie esthétique, Marie-Luce refuse que sa fille touche à son visage. « Elle avait déjà une poitrine magnifique. Personne n’a compris pourquoi elle a fait ça. En revanche, pas question qu’elle multiplie les opérations. Si elle touche à son visage, je ne lui parlerai plus« , assure-t-elle.

Purepeople.com

Lu: 1831 fois