Posts Tagged ‘Cambriolage’

Congo-Deux ONG de défense des droits l’homme victimes de cambriolage

septembre 14, 2022
 Deux ONG de défense des droits l’homme victimes de cambriolage

Deux organisations de la société civile à savoir l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et le Forum pour la gouvernance et les droits de l’homme (FGDH) basées à Brazzaville ont été victimes d’un cambriolage dans la nuit du 11 au 12 septembre 2022.

Les associations de la société civile membre du Consortium des Association pour la promotion de la gouvernance démocratique et l’état de droit (CAPGED) ont condamné ce 13 septembre le cambriolage dont ont été victime l’observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et le Forum pour la gouvernance et les droits de l’homme (FGDH).

« Ce lundi 12 septembre 2022 les agents du FGDH et ceux de l’OCDH ont été désagréablement surpris en reprenant le service après le week-end de constater le cambriolage avec effraction de leur bureaux », rapporte le communiqué du CAPGED.

Dans leur forfait, les cambrioleurs ont emporté avec eux trois ordinateurs portatifs et de nombreux documents pour le cas du FGDH ainsi qu’un ordinateur et d’autres matériels de bureau pour le cas de l’OCDH.

Suite à cet acte de vandalisme, les membres du CAPGED ont  formulé des recommandations à l’endroit des autorités publiques « afin mettre fin au harcèlement dont les organisations de la société civile sont les cibles ».

« À l’égard des autorités des forces de police et de la gendarmerie, nous recommandons d’assurer effectivement la sécurité des biens des personnes. À l’endroit du gouvernement et du Parlement nous recommandons de diligenter le processus d’adoption de la loi portant protection des défenseurs des droits de l’homme et des lanceurs d’alerte en République du Congo », indique le communiqué.

Une enquête a été ouverte ce lundi 12 septembre 2022 après constat fait par les agents de police. Un huissier de justice a également été saisi, ce dernier a dressé un procès-verbal de constat.

Avec Le Congolais.fr

Un demi-million d’euros dérobé au musée de François Mitterrand

décembre 3, 2015

Un musée dédié à l’ancien président socialiste français François Mitterrand a été la cible dans la nuit de mercredi à jeudi d’un cambriolage. Le butin du vol atteint près d’un demi-million d’euros, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon la gendarmerie, les malfaiteurs se sont introduits par effraction dans le musée, situé à Château-Chinon, une ville du centre de la France, dont François Mitterrand a été le maire de 1959 jusqu’à son élection à la présidence en mai 1981.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le butin se situerait « entre 300’000 et 500’000 euros ». Les voleurs ont emporté plusieurs dizaines d’objets de grande valeur dont des pendules et des sabres, en or, en cristal ou encore ornés de diamants.

Cadeaux reçus par Mitterrand
Après être passés par le toit, les malfrats sont parvenus à déjouer le système d’alarme, qui ne s’est pas déclenché, en ciblant une pièce du musée située dans « une zone d’ombre » du système de protection.

Le musée du septennat, créé en 1986, conserve les cadeaux officiels et personnels reçus de la part de chefs d’État étrangers par François Mitterrand durant ses deux mandats présidentiels.

La collection est constituée notamment de céramiques, verreries, pièces d’argenterie et d’orfèvrerie, tableaux, meubles et tapisseries.

Romandie.com

Jamel Debbouze : son appar­te­ment à été cambriolé alors qu’il y dormait

octobre 15, 2015

Jamel Debbouze

Jamel Debbouze: victime de cambriolage

Aux voleurs !

Jamel Debbouze a été victime d’un cambrio­lage dans la nuit de dimanche à lundi. L’hu­mo­riste était endormi lorsque les voleurs se sont intro­duits chez lui.

C’est ce qui s’ap­pelle dormir du sommeil du juste ! Profon­dé­ment endormi dans son appar­te­ment du 6ème arron­dis­se­ment de Paris, Jamel Debbouze ne s’est pas aperçu que des cambrio­leurs s’étaient intro­duits à son domi­cile. Une effrac­tion qui s’est produite dans la nuit du 11 au 12 octobre, mais dont il ne s’est aperçu que vingt-quatre heures plus tard. C’est en consta­tant, mardi, la dispa­ri­tion de son ordi­na­teur que l’hu­mo­riste et comé­dien s’est rendu compte qu’il avait reçu une visite bien mal inten­tion­née, comme le révèle TF1.

Un vision­nage atten­tif des bandes des camé­ras de vidéo-surveillance qui filment la façade de son immeuble et les alen­tours de son domi­cile, a permis à Jamel Debbouze de consta­ter que deux personnes s’étaient bien intro­duites chez lui entre 1 heure 40 et 2 heures du matin. Les voleurs avaient esca­ladé la paroi pour se hisser au quatrième étage du bâti­ment où se trouve son appar­te­ment. Le comé­dien les a ensuite vu s’in­tro­duire dans son bureau, par une fenêtre lais­sée entrou­verte. Une effrac­tion réali­sée en toute discré­tion puisqu’au­cun bruit n’a réussi à le tirer de son sommeil.

Fort de ces infor­ma­tions, le héros de Pourquoi j’ai pas mangé mon père, s’est rendu au commis­sa­riat afin de dépo­ser plainte et de trans­mettre aux auto­ri­tés les éléments dont il dispose. Toujours selon les infor­ma­tions de la première chaîne, Jamel Debbouze aurait égale­ment confié aux poli­ciers qu’il avait remarqué la présence aux alen­tours de son appar­te­ment de neuf personnes, qui auraient effec­tué des repé­rages dans les jours précé­dents le vol.

Voici.fr par Karine Hernandez

Insé curité: Le journaliste Thibault R Gbéi cambriolé à son domicile de la Riviera

juin 22, 2011

Thibault R Gbéi, journaliste au service culture et sport de votre quotidien préféré  »L’inter », a été victime de cambriolage hier mardi 21 juin à son domicile sis à la riviéra.

C’est vers 3 heures du matin, que des hommes en armes ont fait irruption à son domicile avant de le tenir en respect pour faire main basse sur ses téléphones portables, de l’argent et des effets vestimentaires. Il a passé des moments difficiles avec ces indélicats qui ont passé au peigne fin tout son domicile. Notre collègue encore sous le choc raconte: « Les faits se sont déroulés aux environs de 3 heures, quand trois individus dont l’un portait une arme, nous ont réveillés par de violents coups de pioche contre la porte après avoir escaladé la cloture de la maison. Ils nous ont intimé l’ordre de leur ouvrir la porte et de leur donner de l’argent. Nous leur avons remis le peu de ressources que nous avions. Malgré cela, ils ont défoncé la porte. Une fois à l’intérieur de la maison, ils nous ont ligotés pour ensuite nous faire coucher dans le lit, avant de passer au crible la maison. Ils sont partis avec des effets vestimentaires, des ustensiles de cuisine, mes téléphones et de nombreux autres objets. Bref, ils ont fait tout ce qu’ils voulaient avant de se fondre dans la pénombre», a-t-il relaté tout abattu. Le calvaire de notre malheureux collègue a duré plus de deux heures.

Dès le lever du jour, notre confrère a porté plainte contre X au commissariat du 35e arrondissement à la Riviera. Il faut souligner que notre collègue n’est malheureusement pas à son premier cas d’infortune de ce genre.

En effet, au plus fort de la crise post-électorale, il a passé des moments difficiles aux mains d’éléments des ex-Fds au sous-sol de la présidence de la République au Plateau alors qu’il tentait de regagner son domicile après être parti de la rédaction le 1er jour de l’entrée des Frci à Abidjan. Il a été pris en otage pendant plus de 5 jours avant d’être libéré . Comme si cela ne suffisait pas, le confrère vient à nouveau d’être victime de cambriolage à son domicile.

L’Inter G D K